Vaccins (102)

Déclarations nébuleuses, incohérentes et absurdes sur la fin de l’état d’urgence sanitaire (ou l’art de nous mener en bateau)

Nos autorités politiques et sanitaires nous ont encore annoncé qu’elles vont envisager de mettre fin de l’état d’urgence sanitaire, cette fois-ci au début de l’année 2022 (« Fin de l’état d’urgence sanitaire en 2022 : Legault entrevoit la fin de la majorité des mesures », La Presse, 20 octobre 2021). Rappelons que c’est ce qu’elles nous ont dit il y a déjà plusieurs mois, pour inciter les adultes et les adolescents à se faire vacciner. L’état d’urgence, nous disait-on, pourrait peut-être être levé à l’automne, quand la couverture vaccinale visée (70 % ou 75 %) serait atteinte. Pourtant cette cible a été atteinte depuis longtemps et nous voilà en novembre sans qu’aucune mesure concrète n’ait été prise pour mettre fin à l’état d’urgence sanitaire. C’est qu’on nous a annoncé la venue du méchant variant Delta, qui devait décimer les personnes non vaccinées, et peut-être même une partie des personnes vaccinées plus vulnérables, invariablement infectées à cause des personnes non vaccinées. Nous attendons encore. Cette « quatrième vague » a été encore moins dévastatrice que la « troisième vague », c’est-à-dire une petite vaguelette de rien du tout, si du moins on s’intéresse à ce qui importe vraiment, c’est-à-dire aux décès et aux hospitalisations, et pas aux cas d’infection. Si…

Continuer la lecture

Réplique à un autre sermon du Père Lagacé (ou sur le prétendu devoir de promotion vaccinale des syndicats)

Je veux ici répliquer à un autre sermon du Père Lagacé, fait dans une chronique publiée juste avant l’annonce du report de la suspension des travailleurs de la santé non vaccinés (« Les lavabos, la suite », La Presse, 13 octobre 2021). Cette chronique est la suite d’une chronique publiée en avril en 2020. Je ne reviens pas sur cette première chronique et je me contente de faire remarquer que, bien que je ne le suive pas sur toute la ligne (une représentante syndicale des employés de la SAQ me semble avoir raison de s’étonner de la décision de garder les succursales de la société d’État, alors que le gouvernement terrorise la population québécoise pour qu’elle reste chez elle pour ne pas attraper le virus et dit qu’il faut seulement garder ouverts les commerces essentiels, même si j’en conclurais pour ma part que cette décision montre que les mesures sanitaires sont arbitraires depuis le tout début, alors que pour sa part elle y voit quelque chose d’anxiogène pour les employés), Patrick Lagacé n’était pas encore devenu le Père Lagacé et n’avait pas encore sombré complètement dans le délire superstitieux. Il est à craindre que le vaccin lui ait depuis monté à la…

Continuer la lecture

Comment l’ivermectine est devenue la cible de « détectives anti-fraude »

« Point de salut sans les vaccins. » Tel est le mot d’ordre des autorités politiques et sanitaires, des experts autorisés, des médecins qui disent vouloir nous sauver malgré nous, des journalistes devant se soumettre à ligne éditoriale de leur employeur et, bien sûr, des sociétés pharmaceutiques qui s’enrichissent de manière indécente en profitant de la crise. Alors rien d’étonnant à ce que tout ce beau monde crie à la fraude scientifique et même au meurtre quand on leur parle d’un traitement abordable. C’est ce qui est arrivé avec l’hydroxychloroquine en 2020, et c’est ce qui s’est produit avec l’ivermectine en 2021. Dans son article publié en anglais dans TrialSiteNews et traduit par Enzo L., la journaliste d’investigation (eh oui ! il en existe encore, mais certainement pas parmi les employés des grands médias) Sonia Elijah décrit les attaques concertées dont l’ivermectine a été la cible. Après nous avoir rappelé qu’elle est inscrite sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS et qu’elle a fait l’objet d’un prix Nobel, après nous avoir informé des essais contrôlés randomisés, des études contrôlées, des méta-analyses favorables à son utilisation comme traitement précoce et préventif contre la COVID-19 et des bons résultats obtenus par son utilisation…

Continuer la lecture

Contre-offensive contre deux croisés

Depuis le temps que les journalistes de La Presse militent, tels des croisés, pour la conversion forcée ou l’expulsion des travailleurs de la santé non vaccinés et par conséquent infidèles, il fallait bien s’attendre à ce qu’ils répandent des torrents d’encre – à défaut de pouvoir répandre le sang, pour l’instant – à la suite du report de la date butoir pour se soumettre à l’impératif vaccinal. Jadis la philosophie était soumise à la théologie. D’autres ont plus tard voulu mettre la littérature au service de l’action politique conçue de la manière la plus bornée et la plus stupide qui soit. Enfin nous vivons à une époque où le journalisme (ou ce qu’il en reste) a l’obligation de s’engager dans la grande campagne de vaccination massive, à l’échelle nationale comme à l’échelle internationale. Au Québec, La Presse compte probablement (il faudrait faire une étude scientifique pour nous en assurer) parmi ses employés la plus grande concentration d’écrivaillons engagés (ou enragés) de toute la presse écrite. Comme ils sont légion, comme nous ne devons pas gaspiller nos forces en nous engageant dans autant de combats qu’il y a de spécimens de cette sale engeance, je m’en tiendrai ici à contre-attaquer deux…

Continuer la lecture

Entretien avec le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud (2)

Voici la deuxième partie de l’entretien avec le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud publié sur le blog de Laurent Mucchielli. Le scientifique y brosse une fresque où les points suivants sont abordés, avec références à l’appui : Le rôle de la propagande médiatique dans la crise actuelle, notamment en ce qui concerne la vaccination comme seule et unique solution, et le fait d’ériger des modélisations mathématiques déconnectées de la réalité et délirantes en summum de la rationalité, le tout pour écarter ou discréditer la vraie science, celle qui est expérimentale, dans le bon sens de terme, c’est-à-dire celle qui est affaire d’expériences et d’observations. La campagne médiatique et pseudoscientifique contre l’hydroxychloroquine, durant laquelle on a rien trouvé de mieux à faire, pour montrer sa supposée toxicité, que d’exploiter un fait divers (la mort d’une personne qui a ingéré une forte dose de chloroquine, une drogue de la même famille qui est beaucoup plus toxique que l’hydroxychloroquine, raison pour laquelle on utilise justement cette dernière à sa place) et en diffusant les bêtises d’experts triés sur le volet, comme la belle lapalissade de ce pharmacologue sur la chloroquine : « …si vous en prenez trop, vous pouvez faire très facilement un surdosage ». Les doutes formulés par…

Continuer la lecture

Dissection de la Charte des droits et libertés de la personne à la lumière de la crise actuelle (1)

Je ferai ici des remarques sur la manière dont les articles de la partie I de la Charte des droits et libertés de la personne sont respectés depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire et, par la force des choses, je tâcherai de les interpréter correctement, c’est-à-dire de manière cohérente, sans dénaturer le texte. N’étant pas juriste, je ne prétends pas formulé un avis juridique. Je propose seulement de faire ici une lecture attentive de la Charte pour déterminer dans quelle mesure nos droits et nos libertés sont brimés par notre gouvernement et ceux qui appliquent ses décrets. Sans un tel examen, les droits et libertés – dans le contexte de la crise actuelle et de manière générale – qui pourraient nous être reconnus par la Charte ne sauraient vraiment exister, puisque pour disposer de droits et de libertés au sens juridique du terme, il faut bien les comprendre et savoir quelles sont leurs limites. Nos droits et nos libertés ne sont donc pas l’affaire exclusive des spécialistes du droit, qui nous représentent devant les tribunaux, ou qui y représentent l’État. Commençons par le préambule duquel devrait découler les droits et les libertés que nous reconnaît la Charte : « CONSIDÉRANT que…

Continuer la lecture

Causes des décès après la vaccination et ingrédients non déclarés

MACBETH, SCÈNE XVI [Une caverne obscure. Au milieu un chaudron bouillant. Tonnerre.] Entrent les trois Sorcières. PREMIÈRE SORCIÈRE Trois fois le chat tacheté a miaulé. Trois fois ; et une fois le hérisson a grogné. La harpie crie : il est temps ! il est temps ! Tournons en rond autour du chaudron, Et jetons-y les entrailles empoisonnées. Crapaud qui, sous la froide pierre, Endormi trente-un jours et trente-une nuits, As mitonné dans ton venin, Bous le premier dans le pot enchanté. Double, double, peine et trouble ! Feu, brûle, et, chaudron, bouillonne ! Filet de couleuvre de marais, Dans le chaudron bous et cuis. Œil de salamandre, orteil de grenouille, Poil de chauve-souris et langue de chien, Langue fourchue de vipère, dard de reptile aveugle, Patte de lézard, aile de hibou, Pour faire un charme puissant en trouble, Bouillez et écumez comme une soupe d’enfer. Double, double, peine et trouble ! Feu, brûle, et, chaudron, bouillonne ! Écaille de dragon, dent de loup, Momie de sorcière, estomac et gueule De requin dévorant des mers, Racine de ciguë arrachée dans l’ombre, Foie de juif blasphémateur, Fiel de bouc, branches d’if Cassées dans une éclipse de lune, Nez de Turc et lèvre de Tartare, Doigt d’un marmot étranglé en naissant Et…

Continuer la lecture

Deux billets sur les essais contrôlés randomisés

Enzo Lolo a publié récemment deux billets sur les essais contrôlés randomisés (ECR) utilisés en recherche scientifique pour prouver l’efficacité d’un traitement. Alors que les autorités politiques et sanitaires, les experts autorisés et les journalistes nous brandissent les résultats des études qui prouveraient scientifiquement l’efficacité et l’innocuité des vaccins et l’inefficacité et la toxicité des traitements précoces, sans nous expliquer comment ces études ont été menées et quelles en sont les avantages et les limites (dans beaucoup de cas, il est fort probable qu’ils n’y entendent rien, ce qui expliquerait cette absence d’explications), Enzo Lolo fait tout le contraire. Dans son premier billet, il nous explique en quoi consiste les essais contrôlés randomisés et quels en sont les avantages et les limites. Un point sur lequel il insiste, c’est la mauvaise interprétation des résultats. Le fait qu’un essai n’aboutisse pas à un résultat statistiquement significatif ne permet pas de conclure que le traitement à l’essai est inefficace, mais montre seulement que l’essai ne permet pas de conclure avec certitude de l’efficacité du traitement. Un tel résultat peut être dû à plusieurs facteurs, en plus de l’efficacité faible ou nulle du traitement à l’étude : au faible nombre de participants, au…

Continuer la lecture

Propagation de l’influence tentaculaire de l’industrie pharmaceutique dans les milieux de recherche

Fidèles à leur habitude, les journalistes de La Presse se font la courroie de transmission de l’expertise autorisée qui appuie la politique vaccinale de nos autorités politiques et sanitaires. Encore une fois on nous dit, dans un article publié le 30 septembre, que l’efficacité des vaccins contre les décès et les hospitalisations serait excellente. Même si ce que je me propose de faire dans ce billet n’est pas de démonter cette étude, je me permets quelques remarques générales sur les résultats présentés dans cet article et sur l’étude de l’INSPQ : Comme toujours, la journaliste ne daigne pour faire un renvoi à l’étude en question, ce qui revient à substituer son article à cette étude, du point de vue de tous ses lecteurs qui ne prendront pas la peine de faire la recherche. L’étude en question (Efficacité de deux doses de vaccin contre la COVID-19 chez les adultes québécois vivant dans la communauté) est tellement brève et rudimentaire que l’article de journal est plus long et contient des affirmations qui n’y sont pas faites, par exemple Alain Lamarre, professeur-chercheur en immunologie et virologie à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), vante la décision du gouvernement de reporter l’injection de la…

Continuer la lecture

Entretien avec le toxicologue Jean-Paul Bourdineaud (1)

Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherches au CNRS, a publié sur son blog un entretien avec le toxicologue Jean-Paul Boudineaud. Alors que nous nous enfonçons toujours plus dans la solution vaccinale supposément unique – nos autorités politiques et sanitaires veulent nous faire consentir à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans (très peu touchés par le virus et dont le rôle dans la propagation du virus est discutable) en nous promettant d’envisager ensuite la fin de l’obligation de porter un masque dans les lieux publics –, il est intéressant et utile d’entendre des opinions divergences, parmi lesquelles comptent celles de ce scientifique. Il met en évidence ce que nous appelons, par pudeur, les conflits d’intérêts des experts qui conseillent le gouvernement et qui interviennent dans les médias, il conteste la prétendue toxicité des remèdes abordables et non lucratifs pour l’industrie pharmaceutique (l’hydroxychloroquine dont on a voulu faire un poison mortel et l’ivermectine dont on veut faire littéralement un remède de cheval) par opposition aux injections expérimentales sous brevet, et il insiste sur l’importance du doute et de l’affrontement des positions divergentes en science. Même si son analyse porte surtout sur la situation en France, elle s’applique très…

Continuer la lecture

Le passeport vaccinal à l’Assemblée nationale

La dernière trouvaille des agités du bocal qui nous gouvernent vient d’être adoptée : il faudra bientôt montrer un passeport vaccinal pour entrer à l’Assemblée nationale. Ce qui montre que, contrairement au proverbe, l’oisiveté n’est pas la mère de tous les vices. Si nos gouvernants, les bureaucrates et les « experts » savaient rester oisifs, nous ne croulerions pas sous les mesures sanitaires. Mais l’agitation est le fin mot de notre époque et de la crise actuelle. Et plus nos gouvernants s’agitent, plus ils incitent le patronat et le reste de la population à s’agiter aussi vainement. Car ce qu’il faut, c’est s’agiter, coûte que coûte. Qu’importe que ce soit inefficace, inutile, nuisible et absurde ! L’importance, c’est de faire quelque chose, et surtout de montrer que l’on fait quelque chose. Voyons ce que dit à ce sujet l’organe de presse semi-officiel de nos autorités politiques et sanitaires : « Le passeport vaccinal sera désormais exigé à l’Assemblée nationale. La décision a été prise jeudi par le Bureau de l’Assemblée nationale, le conseil d’administration du parlement sur lequel siègent des élus de tous les partis. Majoritaires, la Coalition avenir Québec et le Parti libéral ont appuyé la mesure, alors que le Parti…

Continuer la lecture

La chasse aux sorcières

Il n’est pas exagéré de dire que nous semblons être au début d’un nouvel âge des ténèbres. Les sorcières d’antan, qu’on condamnait sans l’ombre d’une preuve sérieuse, sont en train d’être remplacées par les personnes non vaccinées. On ne dresse pas de bûchers, mais le tour d’esprit est le même, et on a recours à des moyens jugés plus civilisés pour obtenir la conversion ou la rétractation des non-conformistes. Il fallait s’y attendre avec la vaccination de la très grande majorité de la population et l’efficacité plus que douteuse des vaccins. L’enseignement « en présentiel » ayant recommencé depuis quelques semaines, les écoles sont sous haute surveillance et les élèves sont soumis à des tests rapides. La situation ressemble à celle de l’année dernière, à la différence près qu’on peut maintenant accuser les enseignants non vaccinés d’être à l’origine des éclosions, à plus forte raison si des témoignages d’enfants et de parents sont mis en circulation par les médias traditionnels et deviennent « viraux ». Le 22 septembre, les grands médias (TVA et La Presse, par exemple) – toujours friands de ce genre de nouvelles – annonçaient que la fermeture de l’école primaire Saint-Émile de Montréal a dû fermer ses portes en raison d’une éclosion.

Continuer la lecture

Micro-caillots sanguins et dérèglement du système immunitaire

Les mois passent et les effets secondaires des vaccins à moyen ou à long terme, que nous connaissions mal au début de la campagne de vaccination massive, commencent à être mieux connus. Et ce n’est pas rose, loin de là. Nous avons beaucoup entendu parler des thromboses causées par les vaccins. Mais c’est seulement la pointe de l’iceberg. Car des micro-caillots difficiles à détecter se forment chez une proportion importante des personnes vaccinées. Et qu’on ne s’imagine pas, parce que ces caillots sont minuscules, qu’ils ne peuvent pas être très dommageables pour la santé. Le Dr Charles Hoffe, un médecin de Colombie-Britannique qui a une colonne vertébrale et un cerveau en état de marche, et qui a justement été congédié pour cette raison, décrit comment ces micro-caillots se forment et comment ils peuvent causer des dégâts importants. Difficile de trouver un équivalent au Québec. La crise actuelle nous aura au moins permis de réaliser que nos concitoyens anglophones sont moins ramollis que nous et d’apprendre à les estimer en conséquence. Et le Dr Sucharit Bhakdi, un microbiologiste allemand qui critique publiquement les mesures dites sanitaires depuis leur entrée en vigueur, fournit non seulement des explications plus détaillées à propos de la…

Continuer la lecture

La science n’est pas du côté des promoteurs des vaccins

Nos autorités politiques et sanitaires ont beau faire les gros yeux et frapper bruyamment le sol du talon, les journalistes ont beau se scandaliser de notre existence ou prêcher la croisade contre nous, la science n’est pas de leur côté. C’est ce que montre Jacques Pollini, chercheur au Département d’anthropologie de l’Université McGill en nous faisant part des raisons pour lesquelles il ne se fait pas vacciner. Il est rare que des intellectuels québécois ou établis au Québec osent se montrer critiques à l’égard des idées reçues sur les vaccins. Je sais : ce chercheur n’est pas un microbiologiste, un virologue ou un médecin. Certains en concluront qu’il devrait rester dans son domaine et éviter de s’exprimer publiquement sur les vaccins. Alors ce principe ne devrait pas seulement s’appliquer à lui. À ce compte, les journalistes, qui sont des spécialistes des communications, ne seraient aucunement habilités à nous parler des vaccins. Et notre premier ministre et notre ministre de la Santé et des Services sociaux ne sont pas plus compétents dans le domaine, les deux étant hommes d’affaires et comptables. En fait, M. Pollini ayant plusieurs cordes à son arc et ayant fait des études et des recherches en biologie,…

Continuer la lecture

Remettre les pendules à l’heure

Nous sommes habitués : les journalistes, notamment ceux de La Presse, nous annoncent que nous allons tomber gravement malades et peut-être mourir si nous ne respectons pas certaines conditions qui changent au fil du temps : respecter la distanciation sociale, se désinfecter les mains, rester autant que possible à la maison, éviter de participer à des rassemblements, porter un masque ou se faire vacciner. Dans un article au titre criailleur (« Un trentenaire non vacciné succombe à la COVID-19 aux urgences de Laval », La Presse, 16 septembre 2021), Ariane Krol et Pierre-André Normandin s’adonnent au même petit jeu sordide que leurs collègues. On croirait presque entendre la même chose que ce qui a été dit à l’occasion de la « troisième vague », qui aurait dû décimer les jeunes. Nous attendons encore. Seulement cette fois-ci on a remplacé le tristement célèbre Dr François Marquis (voir le billet « La vulnérabilité et la faute des jeunes », 7 avril 2021) par un autre expert, le Dr Haeck, microbiologiste-infectiologue. Voyons ce que ce beau monde a à dire ou plutôt à radoter, en essayant de ne pas radoter nous aussi. Car le risque de radoter existe bien quand on répond à des radoteurs. On commence par nous…

Continuer la lecture

Inconstance du statut vaccinal et du champ d’application du passeport vaccinal

Je veux revenir ici sur certains des aspects de mon analyse du décret ordonnant l’implantation du passeport vaccinal afin de me concentrer sur eux et de les développer autrement, et aussi pour attirer l’attention sur des choses que je n’ai pas remarquées à la première lecture. Pour ce faire, je commencerai par le dernier alinéa, qui relativise tout ce qui est ordonné dans les alinéas précédents : « QUE le ministre de la Santé et des Services sociaux soit habilité à ordonner toute modification ou toute précision relative aux mesures prévues par le présent décret. » Ce qui revient à ordonner que le ministre a le droit d’ordonner, sans délai et sans formalité (voir le préambule du décret), la modification de tout ce qui a été ordonné dans les autres alinéas. Ce qui est tout sauf rassurant. Ce qui est une manière de faire savoir aux lecteurs du décret que non seulement on pourrait changer ce qu’on y ordonne, mais aussi que ça va probablement changer. À la lumière de cette drôle de clause par laquelle le ministre se donne à lui-même carte blanche, relisons le premier alinéa qui définit ce qu’on entend par adéquatement protégée : « QU’aux fins du présent décret, on considère…

Continuer la lecture

Omission importante dans le décret sur le passeport vaccinal

Je n’ai pas remarqué, à la première lecture du décret sur l’implantation du passeport vaccinal, qu’on y a fait une omission importante. Malgré les déclarations réitérées des autorités politiques et sanitaires à l’effet qu’on veille à la protection des renseignements personnels et qu’il n’y a pas de collecte de données au moment de la vérification des passeports vaccinaux par les commerçants et les organisateurs des activités, aucune disposition n’est prise à ce sujet dans le décret. Bien sûr, on dit ceci au dixième alinéa du décret : « QUE, sous réserve du huitième alinéa, il soit interdit à quiconque de conserver, en tout ou en partie, les renseignements obtenus pour les fins de toute vérification effectuée en vertu du présent décret. » Mais c’est trop peu et ça concerne surtout ou seulement, d’après le contexte du décret, les opérateurs des lieux et les organisateurs des activités qui vérifient les preuves de vaccination grâce à l’application gouvernementale, et pas le gouvernement ou une autre entité. Pourtant on se donne la peine de rassurer la population à ce sujet sur la page portant sur l’application VaxiCode du site du gouvernement consacré à la COVID-19. Voici ce qu’on déclare à propos de la protection des…

Continuer la lecture

Analyse du décret ordonnant l’implantation du passeport vaccinal

Tel qu’annoncé, je fais ici l’analyse du décret numéro 1173-2021 du 1er septembre que le gouvernement a bien daigné rendre public le jour même de l’entrée en vigueur du fameux passeport vaccinal, avec au moins quelques heures de retard, comme s’il ne pouvait pas le promulguer une semaine ou deux plus tôt, en précisément sa date d’entrée en vigueur. Ce qui montre le peu de cas que notre gouvernement fait de ses propres décrets, de même que les journalistes et la population québécoise, qui ne parlent presque jamais de ces décrets ou qui ignorent même leur existence, la seule parole de nos autorités devant avoir force de loi. Cependant ce n’est que parce que ces décrets existent que nous pouvons encore prétendre que nous ne vivons pas dans une dictature au sens strict du terme, c’est-à-dire dans une société où ce que dictent les autorités politiques et sanitaires, par exemple à l’occasion d’une conférence de presse ou sur un site internet, suffit pour entraîner des obligations et des interdictions pour les personnes gouvernées. Il n’est donc pas vain de continuer à accorder de l’importance à ces décrets, et de montrer que nous les lisons et les comprenons. Sinon notre gouvernement,…

Continuer la lecture

Pourquoi la vaccination contre la COVID-19 est à double tranchant ?

Le collectif Reinfocovid a publié il y a quelques jours un article sur la hausse importante de cas de contamination dans des pays dont la population est pourtant fortement vaccinée, alors que la hausse observée dans des pays dont la population est moins vaccinée est moindre. Il devient alors difficile d’attribuer simplement ce regain épidémique à la prétendue contagiosité plus grande du variant Delta, même si ce dernier a certainement le dos large. Ce phénomène – difficilement compréhensible si les vaccins expérimentaux étaient aussi efficaces que les disent les sociétés pharmaceutiques, les autorités politiques et sanitaires, les experts patentés et les journalistes – pourrait être causé par l’augmentation dépendante des anticorps, phénomène que les auteurs de l’article décrivent ainsi : « Un article publié dans le très respecté journal « Cell » en juin 2021 jette une lumière sur les mécanismes moléculaires expliquant ces recrudescences d’infections par le variant Delta [3]. Il s’agirait d’un phénomène connu depuis près de 60 ans [4], aujourd’hui appelé ADE, pour « Antibody Dependent Enhancement » (of infectivity), soit en français : « Augmentation (de l’infection) Dépendante des Anticorps ». Le principe de fonctionnement de l’ADE est particulièrement étonnant, et illustre combien les certitudes en biologie sont fréquemment relatives… Comme présenté plus haut, l’organisme immunisé…

Continuer la lecture

* Mise à jour * - Période dite d’adaptation au passeport vaccinal

Mise au point du 2 septembre 2021. Le gouvernement a finalement mis en ligne son décret sur le passeport vaccinal, avec au moins plusieurs heures de retard, voire peut-être une journée. Ce qui montre que c’est bien un décret pour la forme, sinon ce décret aurait été adopté et publié bien avant, d’autant plus que les grandes lignes en avaient déjà été précisées sur le site du gouvernement et que l’implantation du passeport vaccinal est planifiée de longue date. Aux yeux de nos autorités politiques et sanitaires, c’est leur parole qui fait loi et à laquelle on doit obéir, semble-t-il. Et il en est ainsi pour beaucoup de Québécois qui savent à peine ou pas du tout qu’il y a des décrets et des arrêtés, la seule parole des autorités politiques et sanitaires, amplifiée par les grands médias, étant suffisante pour obtenir leur adhésion et leur obéissance. Autrement le gouvernement aurait promulgué et publié le décret plus tôt et la population l’aurait réclamé. N’est-il pas absurde que nous n’ayons pas le temps de prendre connaissance du contenu d’un décret auquel nous sommes censés obéir ? On demandera peut-être ce que ça change si ce que disent les autorités politiques et…

Continuer la lecture

Sur les lieux et les activités pour lesquels le passeport vaccinal sera exigé

Comme annoncé, je fais quelques remarques sur la liste des lieux et des activités pour lesquels le gouvernement exigera l’utilisation du passeport vaccinal à compter du 1er septembre. La formulation de cette phrase est intéressante en ce qu’elle ne rend pas compte de la situation. Tout l’été les personnes non « adéquatement » vaccinées et les personnes « adéquatement » vaccinées ont eu accès aux lieux et ont pu faire les activités pour lesquels on commencera bientôt à exiger le passeport vaccinal. Il n’est donc pas tout à fait juste de dire que le passeport vaccinal permettra à ces dernières personnes seulement d’avoir accès à ces lieux et de participer à ces activités, comme si elles ne pouvaient pas déjà le faire avant l’implantation du passeport vaccinal, comme si nous sortions d’une période de confinement. En fait, ce que fait l’implantation du passeport vaccinal, c’est d’interdire aux personnes non « adéquatement » vaccinées d’avoir accès à des lieux auxquels elles avaient accès et de participer à des activités auxquelles elles avaient le droit de participer juste avant. Contrairement à ce que laisse entendre cette phrase, le passeport vaccinal ne procure pas une nouvelle liberté aux personnes « adéquatement » vaccinées, mais privent les personnes non « adéquatement » vaccinées d’une…

Continuer la lecture

Vaccination obligatoire dans certains milieux de travail et d’enseignement – perspective politique

« But in order to make the king more entirely master of his people, it was enacted, that he might hereafter, at his pleasure, change this act, or any provision in it. By this clause, both parties were retained in subjection: So far as regarded religion, the king was invested, in the fullest manner, with the sole legislative authority in his kingdom: And all his subjects were, under the severest penalties, expressly bound to receive implicitly, whatever doctrine he should please to recommend to them. » [...] « The oaths, which Henry imposed for the security of his ecclesiastical model, were not more reasonable than his other measures. All his subjects of any distinction had already been obliged to renounce the pope’s supremacy; but as the clauses to which they swore had not been deemed entirely satisfactory, another oath was imposed; and it was added, that all those who had taken the former oaths, should be understood to have taken the new one. A strange supposition! to represent men as bound by an oath, which they had never taken. » (David Hume, The History of England, volume III, XXXIII.) Dans un billet précédent, je me suis intéressé aux implications de la vaccination obligatoire dans…

Continuer la lecture

Petite réplique à deux petits journalistes

On dirait que les journalistes de La Presse rivalisent de mauvaise foi ou s’affairent pour montrer qu’ils sont capables de raisonner le plus mal que leurs confrères, quand raisonnement il y a. Parfois ils s’adjoignent un collègue pour mettre toutes les chances de leur côté, car deux têtes valent mieux qu’une, comme on dit. Cette fois-ci c’est au tour de Florence Morin-Martel et de Pierre André Normandin (dont il a déjà été question dans un billet précédent), dans un article intitulé « Bilan estival – C’est exactement ce qu’on attendait de la vaccination » (La Presse, 27 août 2021). L’article commence par une déclaration choc mise bien évidence : « Six fois moins de décès et deux fois moins d’hospitalisations, malgré une hausse des cas… La COVID-19 s’est nettement moins fait sentir ces deux derniers mois que l’été dernier, une illustration de l’impact de la vaccination, selon les experts. » Puis on daigne nous présenter quelques données plus précises, provenant de l’Institut national de santé public du Québec, auquel on joint deux graphiques que je reproduirai pas ici et qui comparent l’été 2021 à l’été 2020 : « Signe que la pandémie se fait moins sentir cet été, le Québec n’a enregistré aucun décès attribué au…

Continuer la lecture

La vaccination n’empêche pas les regains épidémiques

Le gouvernement et les journalistes nous chantent toujours le même refrain : ce qu’on appelle la quatrième vague carburerait aux non-vaccinés. Pourtant à part quelques statistiques que le ministre de la Santé et des Services sociaux publie dans des « tweets » ou que les journalistes tiendraient directement de la Santé publique, on nous garde dans l’obscurité la plus complète. Pas moyen d’avoir accès à des données brutes ou même agrégées sur la relation entre le statut vaccinal, les cas confirmés, les hospitalisations et les décès, quand il y en a. Si le gouvernement détient des données qui montrent clairement ce qu’il affirme pour l’instant péremptoirement, qu’a-t-il à perdre en les rendant publiques ? Au contraire, il aurait tout à gagner en le faisant, à un moment où il implante le passeport vaccinal, à un moment aussi où la vaccination sera exigée de tous les travailleurs de la santé, à un moment où l’on envisage d’en faire autant pour d’autres secteurs du marché du travail. Heureusement des données sont disponibles sur les regains épidémiques qui se produisent dans d’autres pays. Et les observations qu’on peut faire diffère radicalement de ce qu’on nous raconte ici, comme nous le montre la synthèse faite par les scientifiques…

Continuer la lecture

Remarques supplémentaires sur le passeport vaccinal

Le mois de septembre approche et avec lui l’implantation du passeport vaccinal au Québec. Ce qui m’intéresse dans ce billet, c’est la mise à jour de la page gouvernementale portant sur le passeport vaccinal qui a été faite aujourd’hui. L’application VaxiCode Contrairement à ce que laissait entendre cette page web avant cette mise à jour, une application sera utilisée par les personnes vaccinées pour télécharger leur code QR et le présenter pour avoir accès entrer dans les commerces visés et pour participer aux activités visées, et pas seulement un fichier PDF qu’on devrait présenter à l’écran ou imprimer (cela demeure toutefois possible). Ce qui montre que le site du gouvernement n’est pas une source d’information fiable, même quand il est question des outils qu’il fait lui-même développer. Si on avait certes pu entendre des allusions dans les médias à propos de cette application, ça aurait été la moindre des choses d’en parler sur le site du gouvernement. Je ne parle pas ici des problèmes qui concernent l’application VaxiCode Verif, qui est l’application qui, « destinée aux exploitants ou aux responsables, lira le code QR qui apparaît sur la preuve de vaccination, pour déterminer le statut de protection d’une personne contre la…

Continuer la lecture

Pour le libre accès aux données

Quand les politiciens et les journalistes se mêlent de science, ça ne peut assurément pas être bon pour elle. Il est rare qu’ils aient une solide formation en science ou en épistémologie. Le premier ministre actuel du Québec a fait des études en administration des affaires et en comptabilité. L’actuel ministre de la Santé et des services sociaux a une formation semblable. Quant aux journalistes québécois, ils ont souvent fait des études en communications, parfois en science politique, en sciences sociales ou en droit, par exemple. Il est rare qu’un physicien, un chimiste, un biologiste, un mathématicien ou un épistémologue fasse une carrière politique ou médiatique. La pratique de la science exige des compétences très différentes de celles qu’exigent la politique et le journalisme, surtout tels qu’on les pratique actuellement, la rigueur intellectuelle et l’intégrité n’étant assurément pas chose courante chez les politiciens et les journalistes, généralement moins soucieux de la vérité et de l’exactitude que d’être populaires auprès de leur électorat ou de leur audience, ou de légitimer les politiques et les idéologies qu’ils s’efforcent d’imposer. Pour eux, la science n’est, quand ils s’y intéressent, qu’un moyen de donner de la crédibilité à leurs politiques ou aux opinions qu’ils…

Continuer la lecture

Vaccination obligatoire dans certains milieux de travail et d’enseignement – perspective individuelle

« LE CRIEUR. Vous voyez, hommes d’Uri, vous voyez ce chapeau ; on va le placer au haut d’un mât, au milieu d’Altdorf, sur le point le plus élevé. L’intention et la volonté du gouverneur est que ce chapeau soit honoré comme lui-même ; on doit, quand on passera devant ce chapeau, fléchir le genou et se découvrir la tête. Le roi reconnaîtra par là ceux qui lui sont soumis. Quiconque méprisera cet ordre sera puni dans sa personne, et ses biens seront confisqués. » (Friedrich Schiller, Guillaume Tell, acte I, scène III.) Je fais ici abstraction des implications politiques du fait que nos gouvernements ont imposé, disent vouloir imposer, recommandent ou tolèrent qu’on rende la vaccination obligatoire pour avoir accès à certains milieux de travail ou d’enseignement. Je m’intéresserai à ces implications dans un autre billet. Ici il s’agira seulement des implications pour les individus de cette tendance sanitaire, en ce qu’elle nous affecte individuellement. Si nous travaillons dans le secteur de la santé, de l’enseignement, de l’administration publique, des banques, des transports ou des services, il est fort probable ou du moins possible qu’on nous demande bientôt d’enregistrer notre statut vaccinal auprès de notre employeur, ou que le…

Continuer la lecture

Pour la transparence technologique

À environ deux semaines de l’entrée en vigueur du passeport vaccinal au Québec, notre gouvernement se montre avare d’informations sur les technologies qui seront utilisées. Nous savons que les codes QR qui servent de preuve de vaccination numérique seront lus à l’aide d’une application mobile. Pour ce faire, une clé de chiffrement, vraisemblablement intégrée à l’application mobile, sera utilisée. Il me semble avoir lu quelque part que l’application mobile devrait à ce moment entrer en communication avec une base de données du gouvernement pour vérifier l’information contenue dans les codes QR, mais je n’ai pas réussi à retrouver l’article de journal en question. Quant au site du gouvernement, il dit ceci sur les technologies utilisées pour l’implantation du passeport vaccinal : « Différence entre la preuve de vaccination et le passeport vaccinal La preuve de vaccination électronique est un document en format PDF qui se télécharge à partir de votre ordinateur ou de votre appareil mobile. Elle contient vos informations personnelles, le vaccin que vous avez reçu et un code QR qui contient ces informations. Pour en savoir plus, consultez la page Preuve de vaccination contre la COVID-19. Le passeport vaccinal est un outil qui interprétera l’information contenue dans votre preuve de…

Continuer la lecture

Diktats sur le passeport vaccinal, décrets à venir et absence de loi

Ce que nous savons actuellement sur le passeport vaccinal se réduit à presque rien. Nous savons ce que nous en disent les autorités politiques et sanitaires dans leurs points de presse et sur le site gouvernemental consacré à la crise dite sanitaire. Autrement dit, nous savons seulement que le passeport vaccinal entrera en vigueur au début du mois de septembre et qu’il sera requis pour aller dans les bars, les restaurants et les gyms, et pour assister à des matchs sportifs et à des festivals, par exemple. Il est censé s’appliquer seulement, pour l’instant, à certains services non essentiels et exclure les commerces de détail. Mais cela pourrait changer l’automne et l’hiver prochains, en fonction du nombre de cas dépistés. Ce qu’on trouve sur le site du gouvernement ne nous dit presque rien de plus : « Passeport vaccinal Le passeport vaccinal COVID-19 sera un document officiel et gratuit attestant qu’une personne est bien protégée contre la COVID-19. Le passeport vaccinal pourrait notamment permettre de voyager à l’étranger et d’accéder à des activités non essentielles aux personnes adéquatement protégées en cas de recrudescence des cas. Les travaux se poursuivent, mais il est envisagé d’utiliser le passeport vaccinal pour les activités non essentielles…

Continuer la lecture

Assimilation des personnes vaccinées aux partisans du passeport vaccinal

Notre gouvernement et les journalistes supposent souvent que les personnes vaccinées, complètement ou sur le point de l’être, appuient ou réclament même l’implantation du passeport vaccinal. Et il n’y aurait que les antivax égoïstes et débiles qui s’opposeraient à ce passeport. Voilà une manière de penser qui, bien que simpliste et même rudimentaire, n’en est pas moins très commode pour nos autorités politiques et sanitaires. Si l’on suppose que le taux de vaccination sera bientôt de 80 % dans tous les groupes d’âge éligibles pour se faire administrer le « précieux sérum », cela ferait au moins 80 % de la population qui approuverait le passeport vaccinal, en ajoutant les personnes qui, en raison de problèmes de santé, ne peuvent pas être vaccinées, qui voudraient bien l’être et qui profiteront vraisemblablement d’une dispense pour bénéficier des mêmes « privilèges » que les vaccinés, car c’est l’intention qui compte. Il suffit de considérer les choses attentivement pour voir que la situation est certainement plus complexe. Je ne nie pas qu’il y a sans doute beaucoup plus de personnes favorables à ce dispositif parmi les vaccinés que parmi les non-vaccinés. Il est raisonnable de croire que la proportion de personnes défavorables au passeport vaccinal est très forte chez…

Continuer la lecture

Appui de la population et absence de débat public sur l’implantation du passeport vaccinal

Nos autorités politiques et sanitaires et les journalistes affirment qu’une large majorité de la population appuie le passeport vaccinal. C’est même cette forte adhésion de la population québécoise qui justifierait l’absence de débat public à ce sujet, à l’Assemblée nationale ou dans l’ensemble de la société. Le gouvernement bénéficiant déjà de cet appui, il ne serait pas utile de discuter. Qui plus est, notre premier ministre a dit franchement qu’il faut éviter de tels débats puisque certaines personnes – très méchantes ou très stupides – pourraient tromper la population grâce à des arguments fallacieux. Autrement dit, la prétendue adhésion de la population québécoise au passeport vaccinal dépendrait en grande partie de l’absence d’opposition aux vérités qui appuieraient ce fameux passeport et dont on saurait avec certitude qu’elles sont vraies parce que les idées qu’on pourrait leur opposer seraient forcément fausses. Ce qui est du dogmatisme, en science, mais aussi en politique et en morale. Il n’y a pas si longtemps, le clergé catholique censurait et persécutait les penseurs dissidents, libres ou athées en raisonnant de cette drôle de manière : « Ce qui n’est pas conforme aux Saintes Écritures et aux dogmes de l’Église, qui sont la vérité et le bien, est…

Continuer la lecture

Lettre ouverte aux non-vaccinés

Je reproduis ici intégralement la lettre ouverte adressée aux personnes non-vaccinées par huit scientifiques canadiens, dans sa traduction faite par Jean-Dominique Michel sur son blog. Cela fait effectivement du bien de voir des scientifiques d’ici prendre position publiquement contre la propagande que nous subissons et pour la liberté vaccinale. Cela fait aussi du bien de se faire rappeler que nous ne sommes pas aussi minoritaires qu’essaient de nous le faire croire les grands médias, pour nous inciter à céder. Dommage que de telles prises de positions publiques n’arrivent presque jamais au Québec, et qu’il faille chercher les scientifiques courageux et lucides ailleurs au Canada ou dans le monde. Lettre ouverte aux non-vaccinés Tu n’es pas seul ! Au 28 juillet 2021, 29 % des Canadiens n’avaient pas reçu de vaccin contre la COVID-19 et 14 % de plus n’avaient reçu qu’une seule injection. Aux États-Unis et dans l’Union européenne, moins de la moitié de la population est entièrement vaccinée, et même en Israël, le « laboratoire du monde » selon Pfizer, un tiers des personnes restent totalement non vaccinées. Les politiciens et les médias ont adopté un point de vue uniforme, faisant des non-vaccinés des boucs émissaires pour les difficultés…

Continuer la lecture

Pour un calcul raisonné des avantages et des inconvénients

Le passeport vaccinal est à nos portes. Nous ne savons pas encore quelle forme il prendra quand il entrera en vigueur, et encore moins quelles autres formes il pourrait prendre plus tard, à l’automne et à l’hiver. Mais nous devons quand même nous demander jusqu’où nous sommes prêts à aller pour ne pas nous faire vacciner et – c’est peut-être là le plus important – ne pas nous plier à l’utilisation du passeport vaccinal. Je dirais même qu’il faut nous poser ces questions d’autant plus que nous ne savons pas à quoi nous en tenir avec ce passeport vaccinal. J’adopterai un point de vue que je crois partager avec la plupart des lecteurs de ce blog. Si nous étions convaincus de l’efficacité et de l’innocuité des vaccins, si nous pensions gagner individuellement et collectivement quelque chose à nous faire vacciner, nous nous serions déjà précipités sur les doses de vaccin que notre gouvernement a généreusement mises à notre disposition. Or ce n’est pas le cas. La propagande gouvernementale et journalistique, bien qu’efficace pour beaucoup de nos concitoyens, nous inspire de la méfiance. Les médecins et les scientifiques qu’on appelle en renfort nous semblent être incompétents ou les laquais du gouvernement…

Continuer la lecture

Covid-19 - Examen détaillé d'une étude sur le vaccin de Pfizer/BioNTech 

Voici un autre article du blogueur Enzo Lolo, qui manifestement s’y connaît en matière d’étude clinique, même si nous ignorons qui se cache derrière ce pseudonyme. Cette fois-ci il s’agit d’une lecture critique de l’une étude publiée en mai sur l’efficacité et la sécurité du vaccin de Pfizer/bioNtech pour les adolescents, laquelle a dû contribuer beaucoup à l’inclusion de cette classe d’âge dans la grande campagne de vaccination massive qui sévit en Europe comme ici. Sur la question de l’efficacité, il en arrive à la conclusion suivante : « Synthèse générale sur l’efficacité du vaccin : l’essai a pu montrer que les jeunes vaccinés produisaient comme prévu des anticorps neutralisants, ce qui semblait les mettre à l’abri du risque de connaître des symptômes légers dus à une infection au Covid. Mais l’essai ne donne aucune indication quant à un effet du vaccin sur les infections à forme asymptomatique ou sur la capacité à transmettre le virus, ni en ce qui concerne l’efficacité du vaccin face à d’éventuels variants, ni sur un éventuel effet protecteur contre les Covid longs. Quant aux formes sévères de Covid-19, il est à peu près établi qu’avec les variants connus jusqu’ici, les jeunes ont extrêmement peu de risque de…

Continuer la lecture

La vaccination à l’épreuve des faits. 2ème partie : une mortalité inédite

Voici la suite de l’article publié par Laurent Mucchielli (sociologue et directeur de recherches au CNRS) il y a une dizaine de jours sur la vaccination Covid à l’épreuve des faits, plus précisément sur l’inefficacité des vaccins contre la contamination et la transmission du virus. Le présent article est écrit en collaboration avec Hélène Banoun (pharmacienne biologiste, PhD, ancienne chargée de recherches à l’INSERM), Emmanuelle Darles (maîtresse de conférences en informatique à Aix-Marseille Université), Éric Ménat (docteur en médecine, médecin généraliste), Vincent PAVAN (maître de conférences en mathématique à Aix-Marseille Université) et Amine UMLIL (pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier, unité de « pharmacovigilance/CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques)/Coordination des vigilances sanitaires » du Centre hospitalier de Cholet). Vous connaissez certainement plusieurs des auteurs si vous avez regardé les rencontres du conseil scientifiques indépendants organisées par le collectif Réinfocovid. Les analyses faites par ces experts de plusieurs domaines portent cette fois-ci sur la mortalité due aux nouveaux vaccins administrés massivement à la population de la majorité des pays occidentaux. D’où l’appel suivant, par ces experts : « La pharmacovigilance des vaccins anti-covid est déniée car elle menace l’idéologie de la vaccination intégrale portée par les industries pharmaceutiques, les gouvernements et les principaux médias.

Continuer la lecture

Ripostes 1

1 C. : « Que vaut votre liberté si vous infectez votre père, votre mère, votre grand-père et votre grand-mère, qui demeurent vulnérables même s’ils sont vaccinés ? » R. : « Que valent vos vaccins s’ils ne rendent pas beaucoup moins vulnérables votre père, votre mère, votre grand-père et votre grand-mère, qui doivent continuer à craindre d’être infectés ? » C. : « Une liberté est excessive quand elle fait du tort à autrui. C’est évidemment le cas quand on met en danger la santé et la sécurité des autres. Ceux qui pensent le contraire sont des égoïstes très nuisibles pour la société. » R. : « N’est-ce pas faire un tort considérable à autrui que de le priver de sa liberté ? N’est-ce pas une liberté excessive que d’imposer aux autres son obsession pour sa santé et sa sécurité ? Et ceux qui agissent ainsi ne sont-ils pas des égoïstes très nuisibles pour la société ? » C. : « Les vaccins empêchent souvent les personnes vaccinées de développer des formes graves de la COVID-19 et même d’avoir des symptômes si elles sont infectées. C’est ce qui les rend beaucoup moins contagieuses que les personnes non vaccinées. » R. : « Alors qu’est-ce qui distingue les personnes asymptomatiques vaccinées des personnes asymptomatiques…

Continuer la lecture

Les phénomènes d’aggravation dépendante des anticorps (ADE) et la Covid-19

Les scientifiques du collectif Réinfocovid ont publié un article sur le risque des vaccins anti-covid de disposer les personnes vaccinées à développer des formes plus graves de la maladie. Il est vraiment important que nous soyons beaucoup à être informés sur ce risque, que nous soyons vaccinés ou non. Car si jamais il se produisait une vague épidémique où des personnes vaccinées tombent régulièrement malades et meurent parfois de la COVID-19, sans être très âgées et avoir des conditions santé les disposant à avoir des complications, nos autorités politiques et sanitaires et nos journalistes se garderaient bien d’explorer cette possibilité, car cela mettrait beaucoup de Québécois en colère contre eux et leur enlèverait toute crédibilité. C’est pourquoi il faut plutôt s’attendre à ce qu’ils se rabattent automatiquement sur les bons vieux trucs qui ont fait leurs preuves : expliquer la situation par l’apparition de nouveaux variants supposément plus dangereux et plus contagieux; tenir les récalcitrants non vaccinés responsables et leur rendre la vie impossible pour qu’ils consentent, sous la contrainte, à se faire vacciner; organiser une campagne d’injection d’une troisième dose de vaccin qui, dans le meilleur des cas, pourrait s’avérer inutile car les variants mutent rapidement; ou qui, dans le…

Continuer la lecture

Trop bête pour comprendre

C’est ce que se disent souvent des personnes très intelligentes quand elles rencontrent une personne qui n’est pas d’accord avec la narration officielle de la pandémie et les mesures sanitaires imposées par nos gouvernements. Et quand on parle de vaccination, c’est encore pire. Raison pour laquelle Reza Moghaddassi, agrégé de philosophie, a décidé de faire publiquement son autocritique afin de s’excuser à toutes ces bonnes personnes incontestablement dans la vérité que ses erreurs ont sans doute incommodées ou choquées. Mais maintenant il commence enfin à voir la lumière, demande pardon pour son égarement et reconnaît tout ce qu’il est trop bête pour bien comprendre, en demandant clémence et patience pour intégrer toutes ces vérités indubitablement avérées. « Pardonnez-moi d’avoir des doutes sur la sûreté de ce que vous appelez en chœur des « vaccins ». Je devrais en effet faire aveuglément confiance à la télé et aux autorités. Je devrais faire confiance aux études fournies par les laboratoires pharmaceutiques même s’ils ont été condamnés ces dernières années à des milliards de dollars d’amendes notamment pour fraude scientifique. Pardonnez-moi mon égarement et mon effort pour comprendre la justification scientifique des mesures qui sont prises. Pardonnez-moi de chercher à évaluer la proportionnalité des…

Continuer la lecture

Sortes d’empoisonneurs et d’hypocrites

Les contempteurs de la vie : « La vie est une vallée de larmes. Nous sommes en ce monde pour souffrir. Dieu a condamné l’homme à travailler à la sueur de son front et la femme à enfanter dans la douleur. Vous dites que la vie n’est pas que souffrance et qu’il existe aussi des plaisirs. Mais ce sont là des plaisirs de la chair, des plaisirs matérialistes et sensibles, des plaisirs vils et trompeurs, des plaisirs qui vous dégradent et qui vous avilissent, des plaisirs qui vous détournent du rachat du péché originel et qui sont de nouveaux péchés pour lesquels il vous faudra payer, des plaisirs qui sont des pièges et qui vous rendront indignes de la félicité éternelle. Il n’y a qu’un remède à tous ces maux, qu’une manière pour vous d’être sauvés : placer votre destin dans nos mains, nous les prêtres, et obéissez-nous au doigt et à l’œil. Ne vous contentez pas seulement de rendre vos actes conformes à notre volonté : rendez-y aussi conformes vos pensées et vos sentiments. Faites pénitence. Mortifiez votre chair, votre intelligence et votre orgueil. Portez le cilice. Flageolez-vous. Ne forniquez pas. N’ayez pas de pensées impures. Pratiquez le jeûne. Mangez tout juste ce…

Continuer la lecture

Réflexion éthique sur le passeport vaccinal ou simple vernissage moral ?

J’analyse ici un article de Jocelyn Maclure, professeur de philosophie à l’Université Laval, qu’on considère comme un spécialiste de l’éthique, de la philosophie politique et de la philosophie du droit. Il est actuellement président de la Commission de l’éthique en science et en technologie. Il a été l’un des rédacteurs de du rapport de la Commission Bouchard-Taylor sur la laïcité dite ouverte et les accommodements dits raisonnables. Il a obtenu à quelques reprises du financement de CRSH et FQRSC. La crème de la crème en matière éthique, pensera-t-on. On verra qu’il en est autrement. Ce billet n’a donc pas pour seul objectif de montrer que les raisons invoquées pour justifier l’utilisation de passeport vaccinal sont pour le moins dire superficielles et rudimentaires. Il s’agit aussi de mettre en évidence le piètre état de la pensée supposément rationnelle et éthique, lequel joue certainement un rôle important dans la crise actuelle. L’article en question (« Le passeport vaccinal est-il juste ? Oui selon cet éthicien… mais temporairement ») a d’abord été publié sur The Conversation le 17 mai 2021 et ensuite dans le Le Soleil le 24 mai 2021. Il a donc été écrit presque deux mois avant que le ministre de la Santé et des Services…

Continuer la lecture

Comment est calculée l’efficacité des vaccins ?

Nous oublions trop souvent que les sociétés pharmaceutiques sont des entreprises comme les autres, et qu’elles cherchent avant tout à vendre leurs produits. Il faut donc ne pas les croire sur parole quand elles affirment que leurs vaccins sont efficaces à 95 %, surtout quand les gouvernements des pays occidentaux achètent les doses par millions et en font la promotion auprès de la population, avec l’aide des journalistes et des experts de plateau de télévision. Ce bref article du collectif Réinfocovid remet les pendules à l’heure en montrant à quel point il est important de tenir compte de l’efficacité absolue des vaccins, et pas seulement de leur efficacité relative, qui peut s’avérer trompeuse. Un vaccin pourrait bien réduire de 95 % le risque d’infection dans le groupe vacciné, c’est insignifiant si le risque d’être infecté est de 0,9 % pour les personnes du groupe placebo. Comme on verra dans cet article, l’efficacité absolue du vaccin de Pfizer contre l’infection est d’environ 0,86 % selon les essais menés à l’automne 2020. Ce qui est assurément beaucoup moins vendeur que l’efficacité relative de 95 %, s’il faut en croire les communiqués de presse de la société pharmaceutique. Trouvez-vous raisonnable d’administrer à toute la population des vaccins expérimentaux…

Continuer la lecture

La vaccination à l’épreuve des faits. 1ère partie : les chiffres de l’épidémie 

Quelques jours après l’annonce du président français sur le passeport sanitaire, Laurent Mucchielli, sociologue et directeur de recherches au CNRS, a publié un article où il examine l’évolution des épidémies en fonction du taux de vaccination de la population dans une quinzaine de pays. Il en arrive à des conclusions très différentes de ce qu’affirment péremptoirement les autorités politiques et sanitaires de nombreux pays occidentaux, à savoir que la vaccination ne semble pas avoir d’impact sur la dynamique des épidémies, aussi bien en ce qui concerne les cas positifs que la mortalité. En voici un avant-goût. Je vous renvoie à son blog pour lire la suite. « A en croire le discours politico-médiatique, seule la vaccination protégerait de l’épidémie et permettrait de « retrouver une vie normale ». Or les campagnes vaccinales ont débuté depuis plus de 6 mois dans le monde. Délai trop court pour évaluer pleinement l’impact de la vaccination sur les formes sévères, mais qui suffit déjà à montrer que le « passe sanitaire » n’a pas de fondement épidémiologique. Alors qu’ils avaient explicitement promis aux Français qu’ils ne le feraient jamais, le président de la République, le Premier ministre, le ministre de la Santé et tout le gouvernement ne cessent d’appeler par…

Continuer la lecture

Contre l’élimination du groupe témoin et pour la liberté vaccinale

L’objectif de vacciner, au Québec et dans de nombreux pays occidentaux, presque toute la population a pour effet d’éliminer tout groupe témoin digne de ce nom, sous prétexte d’urgence sanitaire. Pourtant les études post-commercialisation des vaccins se poursuivront ou devraient se poursuivre encore quelques années. Comment les scientifiques pourront-ils, sans l’existence d’un tel groupe, avoir une idée juste de l’efficacité et de la sécurité des vaccins à plus long terme et sur le terrain ? Car pour en juger, il faut un point de comparaison, c’est-à-dire un groupe de personnes non vaccinées. Certes il existera toujours un certain nombre de Québécois non vaccinés. Mais, après toutes les pressions qu’on exercera vraisemblablement sur eux l’automne et l’hiver prochains et qui reviennent à imposer indirectement la vaccination, combien en restera-t-il en mai 2022 ? Seront-ils assez nombreux pour qu’on puisse faire une comparaison rigoureuse entre le groupe des personnes vaccinées et le groupe des personnes non vaccinées ? Disposera-t-on d’assez de personnes dans ce deuxième groupe pour faire une comparaison entre des sous-groupes, en fonction de l’âge, du sexe, de l’état de santé et du revenu des personnes, par exemple ? Car il faudrait beaucoup de personnes dans chaque sous-groupe (mettons quelques…

Continuer la lecture

Les vaccins vus à travers la pharmacovigilance de l’OMS

Voici un autre article d’Enzo Lolo, où le nombre d’événements indésirables liés aux vaccins contre le COVID-19 est comparé au nombre d’événements indésirables liés aux 15 principales familles de vaccins administrés depuis 1968. Le seul fait qu’on puisse faire cette comparaison, alors que la vaccination massive a commencé il n’y a pas encore un an, montre que les fameux vaccins ne sont pas aussi sécuritaires qu’on se plaît à nous le dire. Pourtant on vaccine toute la population, peu importe le risque faible que représente pour elle la COVID-19 pour la majorité d’entre nous. Même les jeunes adultes et les adolescents n’y échappent pas et font l’objet d’une attention toute particulière de la part de nos autorités politiques et sanitaires, alors qu’ils n’ont que très rarement des complications et que les risques sont donc forcément plus grands que les bénéfices escomptés. Encore pire, on veut « inciter » les non-vaccinés à recevoir le précieux sérum en menaçant de les priver de services jugés non essentiels. « Entretenue par des déclarations politiques prônant l’autorité, la tension semble monter entre une part de la population peu encline à recevoir l’un des vaccins anti-Covid disponibles en France, et une partie de l’opinion, plus…

Continuer la lecture

Berceau du variant Delta, qu’est devenue l’Inde ? 

Un certain Enzo Lolo a écrit un article très intéressant et très bien documenté sur ce qui s’est passé en Inde à la suite de l’apparition du variant Delta. Nous avons intérêt à bien nous informer sur l’évolution de la situation épidémique en Inde puisque ce sont grâce aux ravages que le variant en question y aurait faits qu’on s’efforce de justifier, dans la majorité des pays occidentaux, l’injection à toute la population de vaccins géniques expérimentaux et, dans plusieurs de ces pays, l’imposition d’un passeport sanitaire. D’autant plus que nos chers journalistes ne nous en parlent pratiquement plus, vraisemblablement parce que la situation est redevenue sous contrôle sans que la vaccination massive de la population n’y soit pour quelque chose. Comme on verra, il n’y a pas de quoi paniquer, faire de nous des cobayes et nous traiter comme des lépreux ou même des pestiférés si nous refusons d’obtempérer. « Les médias nous présentent le variant Delta comme une inquiétante menace pour la France et pour l’Europe. On s’intéressera ici au destin de ce variant Delta là où il est apparu : en Inde. On se souvient des images angoissantes venues d’Inde, diffusées en avril 2021, montrant des hôpitaux incapables d’accueillir…

Continuer la lecture

Réactions à l’annonce du président français sur le « pass sanitaire »

Voici quelques vidéos vivifiantes à la suite de l’allocution où Macron a annoncé aux Français l’entrée en vigueur du « pass sanitaire ». Le Dr Peter McCullough, épidémiologiste et cardiologue de renommée internationale, examine les assertions du président français pour justifier son dernier décret impérial. Un point très intéressant est l’inefficacité ou le manque d’efficacité des vaccins contre le variant Delta, alors que ce serait justement pour lutter contre ce variant qu’on voudrait porter atteinte à la liberté des non-vaccinés et les forcer à se faire vacciner, en France et peut-être aussi au Québec à partir du mois de septembre. Heureusement ce variant est moins dangereux que les variants précédents et il n’est pas plus contagieux. Et l’immunité naturelle est excellente, de loin supérieure à celle procurée par les vaccins, qui sont loin d’être aussi sécuritaires qu’on nous le dit. Un maire français critique le manque de cohérence et le caractère arbitraire des mesures sanitaires imposées sur le territoire français. Le fait d’être lui-même vacciné ne l’empêche pas de s’opposer au « pass sanitaire ».

Continuer la lecture

La convergence bionumérique

Je suis tombé la semaine dernière sur le site d’Horizons de politiques Canada, organisme qu’on décrit comme suit sur ce même site : « Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom d’Horizons de politiques, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années. » Sa directrice générale, Kristel Van der Elst, est pour le moins dire très bien réseautée : « Kristel Van der Elst is CEO of The Global Foresight Group, Director General at Policy Horizons Canada, Special Advisor to European Commission Vice-President Maroš Šefčovič, and a fellow at the Center for Strategic Foresight of the U.S. Government Accountability Office. She is a visiting professor at the College of Europe, and the former Head of Strategic Foresight at the World Economic Forum. Kristel has about 20 years of experience in forward-looking strategy and policy advisory roles. She works with senior executives and policy makers, providing the insights, resources and processes to help them turn long-term strategic thinking into actions and impacts. Kristel holds an MBA from the Yale School of Management,…

Continuer la lecture

Couverture vaccinale, balance bénéfices/risques et passeport sanitaire

Voici une courte conférence donnée par la Dre Carole Cassagne à l’Institut hospitalier universitaire de Marseille. On y montre qu’il n’est pas possible d’établir une corrélation entre le taux de vaccination des populations et l’évolution de la situation épidémique. Après quoi on constate qu’il n’est pas établi, avec les données dont on dispose, que les bénéfices de la vaccination l’emportent globalement sur les risques. Et pour pouvoir vraiment en juger en connaissance de cause, des données nous manquent, comme les données des cas et des décès COVID ventilées par âge, par statut vaccinal et par variant, en faisant la distinction entre les patients morts de la COVID et morts avec la COVID ; et comme les données des effets indésirables des vaccins ventilées par âge. Ces interrogations sur l’efficacité et la sécurité des vaccins n’ont pas empêché le président français d’annoncer aujourd’hui, en plein mois de juillet, en plein creux épidémique, l’extension du « pass sanitaire » à tous les lieux de loisirs et de culture de plus de 50 personnes (à partir du 21 juillet) et aux cafés, aux restaurants, aux centres commerciaux, aux hôpitaux, aux maisons de retraite, aux établissements médico-sociaux, ainsi qu’aux voyages en avion, en train…

Continuer la lecture

La responsabilité des personnes vaccinées, des journalistes, des experts autorisés et des autorités politiques et sanitaires

On dirait que les journalistes de La Presse rivalisent de zèle sanitaire pour savoir qui en dira et en fera plus pour obtenir la vaccination des « récalcitrants ». Francis Vailles – en s’appuyant sur les statistiques d’hospitalisations publiées dans un « tweet » du ministre de la Santé et des Services sociaux, qui portent seulement sur la dernière semaine et dont j’ai parlé dans un précédent billet, comme s’il s’agissait d’une analyse statistique rigoureuse – fait un pas de plus en envisageant l’idée de faire payer les frais d’hospitalisation à ceux qui s’entêteraient à ne pas obtempérer et qui pourraient tomber gravement malades à cause du virus. Car pour lui ce n’est pas une mesure coercitive de reconfiner les personnes non vaccinées et de les priver de services non essentiels. Il faut penser à en faire plus : « Le ministre évite toute mesure coercitive, par exemple l’obligation d’être pleinement vacciné pour obtenir des services essentiels (alimentation, santé, etc.). Ou encore la facturation des frais d’hospitalisation aux patients atteints de COVID-19 qui auraient refusé de se faire vacciner pour des raisons autres que médicales. Une telle facture d’hospitalisation est fort salée. En moyenne, un patient hospitalisé pour la COVID-19 coûte 15 000 $, facture qui grimpe à…

Continuer la lecture

Sur le prétendu consensus scientifique et médical

À moins d’avoir une conception dogmatique de la science – comme celles que cultivent dans la population québécoise notre gouvernement, les journalistes et les experts et les médecins interviewés à répétition dans les médias –, nous savons que les consensus en science sont rares, qu’ils sont souvent partiels et que leur existence est souvent précaire, des nouvelles recherches pouvant les ébranler. La situation la plus courante, en science, ce sont des théories divergentes qui s’affrontent, qui se transforment par cet affrontement, ou qui donnent naissance à de nouvelles théories, qui comme les précédentes doivent être mises à l’épreuve et évaluées en fonction de leur puissance explicative et de leur capacité à dégager des régularités dans l’ordre de la nature, à prévoir les événements et à exercer une certaine maîtrise sur eux grâce à la connaissance de ces régularités. Par conséquent, un consensus scientifique qui serait absolu, indiscutable et inébranlable doit nous apparaître comme suspect : soit une petite clique de scientifiques, par le contrôle des positions de pouvoir et d’influence dans les institutions scientifiques, a réussi à imposer ses dogmes ; soit des puissances étrangères, politiques ou économiques, par le contrôle des mêmes institutions et des pressions exercées de l’extérieur, par exemple…

Continuer la lecture

Conjectures sur le passeport vaccinal

Le ministre de la Santé et des Services sociaux nous a annoncé qu’à compter du 1er septembre, en cas d’une hausse des cas de contamination et d’éclosions, une preuve de vaccination pourrait être exigée pour avoir accès à des services jugés non essentiels, comme l’accès aux restaurants, aux cafés, aux bars, aux salles de spectacles, etc., afin d’éviter un autre confinement et de permettre aux personnes adéquatement vaccinées d’avoir une vie plus normale, et de protéger malgré elles les personnes non vaccinées adéquatement, de les empêcher d’être contaminées, de propager le virus et d’engorger les hôpitaux, et de les inciter à se faire enfin vacciner adéquatement. L’accès aux supermarchés, aux soins de santé et à l’éducation ne seraient pas visées par ces mesures, même si des journalistes et des personnes adéquatement vaccinés appellent à faire payer aux personnes non vaccinées adéquatement les soins hospitaliers dont ils pourraient avoir besoin s’ils attrapent le virus, et à les priver de cours « en présentiel ». Je regroupe dans ce billet plusieurs remarques pour la plupart déjà faites dans des billets précédents. J’insiste sur le fait qu’il s’agit de conjectures. Mais comme elles ont un fort degré de vraisemblance, il importe de les discuter et…

Continuer la lecture

Déclarations douteuses du ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

Dans un « tweet » rapporté et traité par La Presse (95 % ayant contracté le virus n’étaient pas pleinement vaccinés, 7 juillet 2021) comme une étude scientifique d’une grande rigueur, le ministre de la Santé et des Services sociaux prépare le terrain pour sa grande annonce d’aujourd’hui sur l’usage qu’on fera ou qu’on pourrait faire des preuves vaccinales numériques que les personnes vaccinées peuvent télécharger sous la forme d’un code QR. On sait déjà qu’on envisage d’interdire certains services essentiels aux personnes non adéquatement vaccinées si (ou quand) les cas positifs recommenceront à augmenter l’automne ou l’hiver prochain, sous prétexte de protéger les personnes non vaccinées malgré elles, ainsi que les personnes vaccinées plus vulnérables qui pourraient quand même être malades et mourir si le virus circulait, sous prétexte de ménager notre système de santé et d’éviter un reconfinement généralisé, et peut-être aussi pour inciter très fortement ces réticents et ces récalcitrants à se faire vacciner, ou pour les punir s’ils persistent dans leur refus d’obtempérer. Voilà donc le fameux « tweet ». De la grande science, vous dis-je ! Je n’insiste pas ici sur le fait que ces hospitalisations pourraient en fait être causées pour des blessures ou d’autres maladies, pour des personnes…

Continuer la lecture

Lancement du site de Réinfo Covid Québec

Un collectif Réinfo Covid Québec a enfin pris forme et a mis en ligne un site à la mi-juin. C’est encore embryonnaire et une partie assez importante du contenu vient du collectif français du même nom. Bref, il y a encore beaucoup de travail à faire. Raison pour laquelle je vous invite à contribuer à ce site même si vous n’êtes pas un professionnel de la santé. La crise actuelle n’est pas seulement sanitaire, et il y a des analyses morales, sociales et politiques à faire. Il est certainement possible à plusieurs d’entre vous de proposer de temps en temps des textes à ce collectif. J’attire votre attention sur un texte de facture québécoise et qui concerne le traitement médiatique de la crise que nous connaissons, plus particulièrement par les journalistes de La Presse, dont Isabelle Hachey, qui aurait aimé qu’un autre journaliste n’accorde pas d’entrevue à ce dangereux gourou des complotistes que serait le Dr Raoult. Mme Hachey et ses collègues n’ont qu’à bien se tenir !

Continuer la lecture

Effets moraux de la campagne de vaccination massive – partie 2

Je continue ici la réflexion commencée dans un billet précédent à propos des effets moraux de la vaccination massive. Je rappelle qu’il s’agit d’analyser des effets moraux de la campagne de vaccination massive, qui sont favorisés par des sentiments déjà présents avant la « crise sanitaire » et cette campagne, qui renforcent ces sentiments ou qui se combinent avec eux. Et contrairement à ce que laissent entendre les discours moralisateurs grâce auxquels on fait la promotion de la vaccination de toute la population, les changements moraux que produit cette campagne ne sont pas bénéfiques pour les individus et pour la société Altruisme non réfléchi et culpabilisation de bas étage L’une des manières d’obtenir que les jeunes adultes et les adolescents consentent à être vaccinés consiste à faire la promotion de la vaccination dite altruiste. Il ne s’agit pas, pour toutes ces personnes, de se faire vacciner pour se protéger contre le virus. Ou du moins ce n’est pas la principale raison puisqu’elles sont peu à risque d’avoir des complications et de mourir en cas d’infection. Non, il s’agit de se faire vacciner pour protéger les personnes à risque, même si elles sont vaccinées dans une forte proportion et même si on dit…

Continuer la lecture

Effets moraux de la campagne de vaccination massive – partie 1

On a certes raison de s’inquiéter des effets physiologiques indésirables de la campagne de vaccination massive, surtout pour les groupes d’âge qui ne sont pas à risque et qui n’ont aucun bénéfice à retirer de la vaccination. Cependant l’importance qu’on leur accorde a tendance à détourner l’attention des effets moraux de cette campagne. Et quand on s’intéresse à ces effets, souvent ce n’est pas en tant qu’effets en eux-mêmes nuisibles, mais en tant que moyens d’inciter la population à se faire vacciner. Il est important de se soucier de ces effets moraux pour trois raisons : Même s’il est vrai que la manipulation de l’opinion et des sentiments a certainement pour but d’obtenir la vaccination du plus grand nombre de personnes possible, les transformations sentimentales qu’on réalise ne disparaissent pas quand on se fait vacciner. Elles continuent d’exister, elles continuent de produire des effets et elles peuvent être canalisées, renforcées et transformées pour servir à d’autres fins. Les idées et les sentiments sur lesquels on agit pour produire ces transformations et atteindre ces objectifs existaient avant le début de la « crise sanitaire » et ont même leurs racines dans « l’ancienne normalité ». Autrement le passage d’une situation à l’autre n’aurait pu se faire…

Continuer la lecture

Science ou marketing ?

La corruption dont est responsable l’industrie pharmaceutique serait tellement grande que des acteurs du secteur de la santé, comme Peter Gøtzsche (médecin danois auteur de Remèdes mortels et crime organisé), disent que la recherche faite dans les centres de recherche universitaires n’est plus de la science mais du marketing. Une telle affirmation peut paraître exagérée et même provocatrice, mais en lisant le livre de Gøtzsche on a de bonnes chances de changer d’idée. Pour savoir si l’on peut y trouver des traces des pratiques de corruption décrites par Gøtzsche, j’ai consulté les communiqués de presse publiés sur le site de Pfizer Canada dans l’espoir d’y trouver des indices. Le 4 décembre 2020 (c’est-à-dire 5 jours avant l’obtention de l’autorisation d’utilisation d’urgence du vaccin contre la COVID-19), Pfizer annonce un don de 600 000 $ à l’Initiative interdisciplinaire en infection et en immunité de McGill (MI4) par l’entremise de l’Université McGill et de la Fondation du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM). Ce don a pour but de créer des bourses : « Ces bourses permettront à des chercheurs et chercheuses en début de carrière de la communauté de l’Université McGill et du CUSM d’entreprendre des recherches à fort impact pour contrer la menace des maladies…

Continuer la lecture

Comparaison du taux de mortalité de la COVID-19 et du taux de létalité des vaccins

Le collectif Reinfocovid a publié une analyse statistique montrant que le taux de létalité des vaccins est plus élevé que le taux de mortalité de la COVID-19 pour les personnes de moins de 45 ans. Pour ce qui est des adolescents de 12 à 14 ans en bonne santé, les des risques décès dus aux vaccins sont « infiniment » que les risques graves dus à la COVID-19, puisqu’aucun décès lié à la COVID-19 n’a été enregistré en France pour cette catégorie de personnes. La vaccination de ces jeunes est donc sans avantage et ne comporte que des risques, compte tenu que le rôle joué par eux dans la transmission du virus n’est pas prouvé et est même remis en question par des études. À faire suivre aux personnes de votre entourage qui ne sont pas encore allé se faire vacciner ou qui n’ont pas encore reçu la deuxième dose, et aussi aux personnes qui ont des enfants en âge d’être vaccinés. Je rappelle quelle est la différence entre le taux de mortalité et le taux de létalité, puisqu’il arrive parfois qu’on les confonde. Le taux de mortalité lié à la COVID-19 correspond à la proportion des décès liés à…

Continuer la lecture

Manifestations cliniques inhabituelles des vaccins au Québec

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) publie des données sur la vaccination contre la COVID-19. Ces données portent à la fois sur l’avancement de la campagne de vaccination et sur le suivi des manifestations cliniques inhabituelles, c’est-à-dire des effets secondaires possibles des vaccins. Ce sont ces dernières données qui m’intéressent. Malheureusement les données sur la campagne de vaccination sont beaucoup plus détaillées que celles sur les manifestations cliniques inhabituelles : ce sont d’elles dont sont friands les autorités politiques et sanitaires et les médias. Car la question des effets secondaires des vaccins serait réglée depuis longtemps : il aurait été prouvé scientifiquement – à partir des résultats obtenus par les sociétés pharmaceutiques et qui proviennent des premières phases des essais cliniques aussi réalisés par les sociétés cliniques dans le but d’obtenir les autorisations d’utilisation d’urgence qui leur permettent d’empocher des milliards de dollars – que les vaccins sont « sécuritaires ». Sinon on ne les aurait jamais approuvés, voilà. Mais il faut quand même assurer une veille des manifestations inhabituelles, par mesure de précaution et pour garder la confiance du public, dont a l’impression que c’est une simple formalité. Si bien qu’en plus des quatre tableaux consacrés au nombre de doses de…

Continuer la lecture

Autres raisons pour les personnes vaccinées d’être contre le passeport vaccinal

Alors qu’Israël a suspendu l’utilisation de « passeport vert » depuis le 1er juin et que l’idée d’un tel dispositif n’est pas bien accueillie dans certains États américains, il en va autrement en Europe, au Canada et au Québec, où on semble décidé à aller de l’avant, ou du moins des signes laissent présager que l’idée n’a pas été écartée et qu’elle pourrait bien refaire surface. Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec a dit cette semaine qu’on nous annoncera la semaine prochaine ce que l’on fera des codes QR que le gouvernement a envoyés aux personnes vaccinées, en guise de preuve numérique de vaccination. Notre gouvernement semble décidé à nous mettre devant le fait accompli. Car ce qu’on va nous annoncer la semaine prochaine pourrait nous être annoncé maintenant, et même aurait pu l’être il y a au moins quelques semaines ou quelques mois, même si la décision du gouvernement n’était pas encore arrêtée. La transparence, ce n’est pas annoncer aux citoyens une décision quand elle est prise afin qu’ils se conforment à elle. C’est plutôt les tenir au courant de ce qui est envisagé avec assez de précision et à temps pour qu’un débat public puisse…

Continuer la lecture

Lobbyisme des marchands de vaccins au Québec et au Canada

Ce n’est pas un secret que les activités de lobbyisme ont une influence considérable sur les politiques de nos gouvernements. Et le secteur de la santé ne fait pas exception. Où il y a beaucoup d’argent à faire, il y a forcément des lobbyistes. Pour plus de transparence, les lobbyistes doivent s’inscrire aux registres fédéral et provincial quand ils prennent l’initiative de communiquer avec des décideurs publics pour influencer, en autres, les orientations ou obtenir des contrats. Mais avec la restriction suivante, au Québec, sans doute renforcée à la suite de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, qui excuse toutes sortes de pratiques qui seraient jugées illégales ou non conformes à l’éthique dans un autre contexte : « Précisons d’entrée de jeu que le fait, pour un représentant d’entreprise ou d’organisation, de répondre à la demande d’un décideur public (élu, fonctionnaire ou personne nommée à un organisme du gouvernement au sens de la Loi sur le vérificateur général) n’est pas une activité de lobbyisme au sens de la Loi. Bref, lorsqu’un décideur public initie la communication, il ne s’agit pas de lobbyisme. Par exemple, dans le but d’assurer les services essentiels, les ministères et organismes sollicitent quotidiennement des interlocuteurs des organismes à…

Continuer la lecture

Opération de reconnaissance d’un centre de vaccination

J’ai finalement réussi à vaincre ma répugnance et aller voir à quoi ressemblent ces fameux centres de vaccination, qui ont profité de la fermeture ou de l’ouverture partielle de beaucoup de lieux pour y pousser comme des champignons. J’ai même réussi à en faire une sorte de jeu. C’est qu’il y a des choses plus utiles, plus intéressantes et surtout plus amusantes à faire, à proximité d’un centre de vaccination, que d’aller se faire vacciner, notamment aller voir comment l’idéologie sanitaire s’approprie des lieux sociaux qui lui préexistaient, les détourne de leur fonction originale et se matérialise en organisant l’espace à son image. Car les centres de vaccination sont des lieux forts de cette idéologie, un peu comme les églises pour le christianisme. Ce qui m’a finalement décidé à faire cette petite opération d’infiltration, dont j’avais l’idée depuis deux ou trois mois, c’est que nous ne courrons pas encore le risque d’être vaccinés à notre corps défendant en mettant les pieds dans un centre de vaccination. Mais il me fallait trouver un lieu de vaccination où l’on peut entrer et circuler assez librement. Autrement je risquais de me faire intercepter par des agents de sécurité, qui m’auraient empêché d’entrer ou…

Continuer la lecture

Raisons pour les personnes vaccinées d’être contre le passeport vaccinal

Depuis que notre directeur national de la Santé publique a déclaré publiquement, il y a un mois, que les avantages du passeport vaccinal sont généralement surestimés et qu’il y a des risques éthiques, et que ce n’est pas la priorité du ministère de la Santé et des Services sociaux pour l’instant, les journalistes et la population parlent rarement de ce dispositif et presque seulement de la poursuite de la vaccination massive et de l’assouplissement des mesures sanitaires que l’atteinte des objectifs vaccinaux permettrait au gouvernement d’accorder à la population. Mais comme je l’ai déjà dit dans un billet, on ne doit surtout pas en conclure que cela ne changera pas dans quelques mois, par exemple à l’automne. Des experts pourraient entre-temps publier des études dans lesquelles ils concluraient que, finalement, les avantages du passeport vaccinal (ou de manière plus large, du passeport sanitaire, qui donnerait la possibilité de présenter un résultat négatif à un test de dépistage ou une preuve de rétablissement) sont plus grands que les inconvénients. Et il serait plus facile pour notre gouvernement d’implanter ce dispositif quand une forte proportion de la population active aura reçu ses deux doses de vaccin, puisque ce serait seulement la minorité…

Continuer la lecture

Le passeport sanitaire : enjeux et implications

Voici une vidéo du collectif français Réinfocovid sur le passeport sanitaire. On y traite la question franchement, non seulement d’un point de vue médical, mais aussi d’un point de vue juridique et social. Loin d’être une mesure temporaire devant servir à mettre fin à la « crise sanitaire », un tel dispositif est, selon les participants de cette discussion, capable de porter atteinte à nos droits et à nos libertés de manière durable. Une fois ce passeport mis en place, allez savoir combien de temps il restera en vigueur et tout ce pour quoi il sera utilisé. On y discute le mélange des conditions de santé et des droits et libertés et les moyens de recours et de résistance. Et on nous met devant une alternative : ou bien collaborer avec le nouveau système social et politique qui est en train de se mettre en place; ou bien résister en mettant des grains de sable dans les engrenages, ou plus, tout en nous amusant, tout en jouant de la situation, même si elle a assurément quelque chose de dramatique. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes moins bien organisés ici, au Québec. Nous avons beaucoup de rattrapage à faire.

Continuer la lecture

Vaccination des adolescents et consentement éclairé

Les jeunes de 12 à 17 ans peuvent maintenant être vaccinés contre la COVID-19 C’est le vaccin à ARN messager de Pfizer qui sera utilisé pour ce groupe d’âge, conformément à l’autorisation accordée par Santé Canada. La première en dose sera administrée de deux manières : en milieu scolaire durant les semaines du 7 au 14 juin, c’est-à-dire dans une clinique mobile à l’école ou dans un centre de vaccination, avec transport scolaire fourni dans le dernier cas ; avec prise de rendez-vous dans une clinique de vaccination, jusqu’au 23 juin environ. La deuxième dose sera administrée au retour en classe à l’automne 2021 ou avant. Le gouvernement précisera les modalités cet été. Pour les personnes de 12 et 13 ans, le consentement parental est requis. Les adolescents âgés de 14 ans et plus peuvent donner eux-mêmes leur consentement. On transmettra par l’intermédiaire de l’école un feuillet d’information à tous les élèves, soit pour aider les parents et les élèves à prendre une décision éclairée. Il serait intéressant pour tous les citoyens de prendre connaissance du contenu de ce feuillet d’information. Les informations que le gouvernement transmet aux jeunes par l’intermédiaire des écoles publiques et privées concernent tous les citoyens, et pas seulement les jeunes et leurs…

Continuer la lecture

Remarques sur le plan de déconfinement du Québec - partie 2

Dans mon billet précédent sur le plan de déconfinement du Québec, j’ai fait une analyse détaillée des assouplissements que nous offre le gouvernement en échange de notre vaccination. En tant que tel, c’est déjà un drôle de marché. À ma connaissance, on n’a jamais vacciné massivement une population majoritairement saine et peu à risque de tomber gravement malade en lui promettant des bénéfices qui n’ont rien à voir avec sa santé. Je sais bien que c’est sous prétexte d’améliorer la situation épidémiologique qu’on vaccine la population : ce serait seulement après cette amélioration qu’il serait possible d’accorder des assouplissements. Seulement le discours et la pensée ont pris un raccourci : il s’agit de nous faire vacciner pour retrouver une part de notre « liberté » et de revenir à une sorte de « normalité », en passant par-dessus l’amélioration de la situation épidémiologique et la diminution des risques pour des personnes de toute façon majoritairement très peu à risque de tomber gravement malade. Cela fait donc à plusieurs d’entre nous l’effet d’une demande de rançon : « si vous ne vous faites pas vacciner en grand nombre, nous continuons à vous priver d’une grande partie de votre liberté et vous pouvez faire une croix sur un…

Continuer la lecture

Remarques sur le plan de déconfinement du Québec - partie 1

Le 18 mai, notre gouvernement a présenté en grande pompe son plan de déconfinement pour l’été 2021. On peut remarquer un changement notable dans l’humeur de nos concitoyens, qui y voient une bonne nouvelle comme on en aurait eu très peu depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire en mars 2020. Les jeunes adultes se ruent dans les centres de vaccination dans l’espoir de retrouver leur « liberté » et de revenir à la « normalité ». Mais il serait de voir de quelle « liberté » et de quelle « normalité » il s’agit, et quelles sont les conditions fixées par le gouvernement, avant de nous réjouir. En plus de la page internet qui résume les grandes lignes de son plan de déconfinement, le gouvernement a publié deux documents intitulés « Assouplissements prévus pour tous les paliers » et « Assouplissements à venir par paliers ». Dans ces deux documents, on constate que le système de paliers couleurs sera maintenu au moins jusqu’à la fin du mois d’août, après quoi il sera peut-être aboli si la situation épidémiologique le permet et si la couverture vaccinale de 75 % des personnes de 12 ans et plus est atteinte. Il en résulte que les assouplissements aux mesures…

Continuer la lecture

Efficacité des vaccins : tout est dans la présentation

Tout est dans la présentation. C’est ce que savent les bons vendeurs de tapis, d’aspirateurs et de voitures usagées. Et les vendeurs de produits pharmaceutiques, bien sûr. L’un des trucs du métier, pour ces derniers, c’est de parler seulement de la diminution du risque relatif de contracter une maladie, de tomber gravement malade ou d’en mourir. Souvent ils n’ont que faire de la diminution du risque absolu, qui est beaucoup moins « vendeuse ». Imaginons que nos autorités sanitaires constatent une résurgence du scorbut et en concluent qu’elle est due aux mauvaises habitudes alimentaires que nous avons depuis notre naissance. Il faut faire quelque chose. Malheureusement les fruits et les comprimés de vitamine C ne sauraient suffire pour contrer ce scorbut civilisationnel. Ils pourraient même être dangereux en ce qu’ils procuraient un faux sentiment de sécurité aux personnes qui en prendraient. C’est alors qu'entre en jeu une société pharmaceutique en mettant sur le marché un traitement X contre cette nouvelle forme de scorbut. Selon les essais cliniques, ce traitement aurait une efficacité de 89 % contre les gingivites aiguës et contre la perte des dents dues au scorbut. En collaboration avec les autorités sanitaires et les médias, une campagne est…

Continuer la lecture

Mise à jour de « Contre le passeport vaccinal » - ajout de la sous-section 4c

La sous-section 4c a été ajoutée au texte intitulé « Contre le passeport vaccinal ». On y raisonne à partir des réserves et des doutes les plus communs sur l’efficacité des vaccins pour montrer qu’il en résulte des problèmes qui devraient nous détourner de l’utilisation du passeport vaccinal, sans quoi nous risquons d’entrer dans un cycle saisonnier de vaccination pour conserver notre immunité et les droits qu’elle nous confère. Bien loin d’être une manière de mettre fin à la « crise sanitaire », l’implantation de ce dispositif serait une manière de faire d’elle une partie intégrante de la nouvelle normalité. Contre le passeport vaccinal

Continuer la lecture

À la croisée des chemins

Maintenant que la vaccination est ouverte à tous les groupes d’âge, beaucoup d’entre nous sont à la croisée des chemins. Notre tour est venu : nous ferons-nous vacciner comme on nous le recommande très-très-très fortement ou résisterons-nous aux pressions qui sont exercées sur nous par les autorités politiques et sanitaires, par les médias, par nos employeurs, par nos collègues et par nos proches ? Ne faisant pas partie pour la plupart des personnes à risque de tomber gravement malades et de mourir si nous sommes infectés – plusieurs d’entre nous l’ont été en ayant seulement des symptômes bénins, ou sans avoir des symptômes, ou sans même s’en apercevoir –, il ne s’agit pas avant tout de nous faire vacciner pour nous protéger du virus. Non, il s’agit surtout d’obtenir des assouplissements des mesures sanitaires par l’atteinte des objectifs vaccinaux pour tous les groupes d’âge. Beaucoup d’entre nous décideront de se faire vacciner (si ce n’est pas déjà fait) pour qu’une sorte de retour à la normale soit possible et pour pouvoir être libres à nouveau. Il importe assez peu de savoir exactement en quoi consisteront ces assouplissements et ce gain de liberté : ils souhaitent une amélioration quelconque, s’en remettant au bon jugement des…

Continuer la lecture

L’arnaque des courbes

Voici un petit texte amusant publié par Réinfocovid. On y démonte une erreur d’analyse commune et rudimentaire des courbes épidémiologiques. Dire que les mesures sanitaires sont efficaces parce que les courbes des cas d’infection, des hospitalisations et des décès finissent par descendre après l’adoption de ces mesures, c’est comme dire que les parapluies mettent fin aux averses parce que celles-ci prennent fin après leur ouverture. N’est-il pas plausible qu’on fasse la même erreur en attribuant à la vaccination massive de la population la fin d’une vague, comme s’il n'était pas dans la nature même des vagues d’avoir une fin ? Comme ce sont des experts et les hautes autorités sanitaires qui font cette erreur de débutant, est-il raisonnable de croire qu’il s'agit simplement d’une erreur ? Pourrait-il s’agir d'une arnaque monumentale ? Ou bien, dans l’hypothèse d’une erreur, cela est-il plus excusable de la part d’autorités qui prétendent réglementer nos vies sous prétexte de prendre soin de nous ? Dans ce contexte, le manque de jugement et de jugeote ne constitue pas une excuse recevable, mais une déficience dont elles doivent être tenues responsables et même imputables. Ou alors qu’elles laissent la place à d’autres qui sont capables de bien…

Continuer la lecture

Plan de réouverture de la Saskatchewan

Notre premier ministre a déclaré qu’il veut s’inspirer du plan de déconfinement de la Saskatchewan pour présenter aux Québécois un plan semblable d’ici quelques semaines, afin de nous donner des points de repère et de nous rendre prévisible ce que les prochains mois nous réservent. Voici des intentions très louables. Mais il nous a déjà fait de semblables promesses l’automne dernier : il en est sorti le système d’alertes de couleur qu’on a appliqué de manière régulière, dont on a changé les mesures sanitaires propres à chaque palier, et auquel on a ajouté une nouvelle mesure d’importance, le couvre-feu, et un nouveau palier, le rouge foncé. Espérons qu’il en sortira autre chose que ce fatras de règles qui, au lieu d’encadrer les décisions du gouvernement, lui permet de n’en faire qu’à sa tête, selon la lubie du moment. Espérons qu’on ne nous présentera pas un plan de déconfinement qui est le reflet renversé du plan de reconfinement qu’on nous a présenté en septembre 2020. Voyons ce que dit le fameux plan de déconfinement saskatchewanais, sans présumer que le gouvernement québécois nous présentera nécessairement un plan semblable, malgré l’habitude bien documentée des différents gouvernements de s’imiter les uns les autres depuis le…

Continuer la lecture

Mise à jour de « Contre le passeport vaccinal » - ajout de la sous-section 4b

La sous-section 4b a été ajoutée au texte intitulé « Contre le passeport vaccinal ». On y fait des remarques et on y pose des questions sur une étude publiée il y a quelques jours dans The Lancet et censée prouver que le vaccin de Pfizer a une efficacité d’environ 95 %. L’imposition du passeport vaccinal dépendant grandement de l’efficacité du vaccin, il importe de ne pas croire sur parole ce que disent les médias et les autorités, et de nous rapporter directement aux études, dans la mesure où cela est possible pour des profanes comme nous. Contre le passeport vaccinal

Continuer la lecture

Mise à jour de « Contre le passeport vaccinal » - ajout de l’introduction de la section 4 et de la sous-section 4a

La section 4 et la sous-section 4a ont été ajoutées au texte intitulé « Contre le passeport vaccinal ». On y aborde principalement les problèmes soulevés par la preuve de l'efficacité des vaccins qu’auraient permis d’établir les données et les documents rendus disponibles par les sociétés pharmaceutiques, en vue d’obtenir une autorisation d’utilisation d’urgence. Pour ce faire, j’utilise comme point de départs des articles de Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint du British Medical Journal, professeur à l'Université du Maryland et spécialiste de l’évaluation de la sécurité et de l’efficacité des médicaments. Il va de soi qu’on ne saurait raisonnablement nous imposer l’utilisation du passeport vaccinal pour participer à toutes sortes d'activités et avoir accès à toutes sortes de lieux si l’efficacité des fameux vaccins s’avérait douteuse. Et encore faut-il savoir de quelle efficacité on parle exactement. S'agit-il de la réduction des formes graves de COVID-19 et des décès ? S’agit-il de la réduction de la contagion ? Ou s’agit-il plutôt de la réduction des formes légères de COVID-19 et des cas de contamination ? Cette sous-section sera bientôt suivie d’autres sous-sections sur la démonstration de l’efficacité des vaccins depuis le début de la campagne de vaccination planétaire, et aussi…

Continuer la lecture

Les professionnels de la santé pourraient se brûler

Les médecins de l’ONG Réinfo Santé Suisse ont adressé récemment une lettre ouverte aux médecins cantonaux et aux sociétés médicales de leur pays. On y trouvera de nombreuses questions que nous aurions ici, au Québec, intérêt à nous poser publiquement. Et à plus forte raison ceux de nos concitoyens qui sont médecins! Ah ! que nous n’avons ici de médecins qui ont le courage de prendre la parole ! Il est vrai que le Collège des Médecins, il y a déjà de cela plusieurs mois, leur a intimé de ne pas faire de déclarations publiques qui contrediraient les connaissances scientifiques du moment. Mais ça joue dur ailleurs aussi, par exemple en France. Pour ses déclarations jugées controversées sur la COVID-19, Christian Perronne a été démis de ses fonctions de chef des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches et l’Ordre des médecins a déposé une plainte juridique contre lui. Et pourtant cela n’empêche pas des médecins français de s’organiser et de former le collectif Reinfocovid. Outre d’importants rappels quant à ce que nous savons et ne savons pas sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins dont nous attendons notre salut, cette lettre ouverte insiste sur le fait qu’il est fort problématique,…

Continuer la lecture

Mise à jour de « Contre le passeport vaccinal » - ajout de la section 3

La section 3 a été ajoutée au texte intitulé « Contre le passeport vaccinal ». On y combat l’idée d’imposer ce dispositif pour empêcher les personnes non vaccinées de participer à des activités jugées à risque et d’accéder à des lieux jugés à risque, sous prétexte de protéger la santé des principaux intéressés et d’éviter un engorgement du système de santé préjudiciable à toute la collectivité, ainsi que des dépenses inutiles que les contribuables devraient assumer. Contre le passeport vaccinal

Continuer la lecture

Mise à jour de « Contre le passeport vaccinal » - ajout de la section 2

Puisque ce texte prend plus d’ampleur que prévu et que je le mettrai régulièrement à jour, j’ai décidé de le publier sous la forme d’un fichier PDF, et d’annoncer l’ajout des nouvelles versions dans des billets. En temps normal, j’aurais attendu qu’il soit complété avant de le publier. Mais le temps presse ! Il faut commencer aussi rapidement que possible à discuter publiquement ce qui m’a tout l’air d’un dispositif de contrôle et de surveillance de la population, sous prétexte de protéger sa santé. Contre le passeport vaccinal

Continuer la lecture

Avant-goût de vaccination obligatoire

Comme vous le savez peut-être, le gouvernement du Québec a rendu obligatoire la vaccination contre la COVID-19 pour une grande partie du personnel des établissements de santé (arrêté numéro 2021-024, 9 avril 2021), sous prétexte de protéger la santé de la population et plus particulièrement celles des personnes plus vulnérables. Cette mesure exclut les personnes qui accomplissent des tâches administratives et s’applique aux milieux de travail suivants : les urgences, à l’exception des urgences psychiatriques ; les unités de soins intensifs, à l’exception des soins intensifs psychiatriques ; les cliniques dédiées à la COVID-19, dont celles de dépistage, d’évaluation et de vaccination ; les unités identifiées par un établissement afin d’y regrouper la clientèle présentant un diagnostic positif à la COVID-19 ; les centres d’hébergement et de soins de longue durée ; les autres unités d’hébergement ; les unités de pneumologie. Notons que le gouvernement a adopté cette mesure alors qu’il est toujours écrit sur la page gouvernementale d’information sur les vaccins ceci (en date du 1er mai 2021) : « Les études sont en cours pour savoir si les personnes vaccinées ne transmettent plus l’infection et si les mesures de protection habituelles (distanciation physique, port du masque et lavage des mains) peuvent être assouplies. » Et pourtant l’une des…

Continuer la lecture

Ne baissons surtout pas la garde

Tel que rapporté dans La Presse (28 avril 2021), le Dr Arruda a émis des réserves quant à l’utilisation du passeport vaccinal au Québec. S’il admet la nécessité de fournir une preuve de vaccination pour voyager à l’étranger quand cela est requis, une utilisation plus large, sur le territoire Québec, n’est pas la priorité du ministère de la Santé et des Services sociaux pour l’instant, nous dit-il. L’important, c’est d’élargir la couverture vaccinale dans tous les groupes d’âge. Il dit même qu’on surestime généralement les avantages de ce dispositif (il y aurait des incertitudes à leur sujet) et qu’on sous-estime ses inconvénients, car il y a des enjeux éthiques importants et le passeport vaccinal pourrait être utilisé à mauvais escient. Ce n’est pas dans cette direction que veut aller le gouvernement pour l’instant, selon le directeur national de la Santé publique. Si bien qu’on ferait une utilisation assez marginale du passeport vaccinal, d’après les orientations actuelles des équipes du bon Dr Arruda. Nous pourrions donc nous réjouir en nous disant que nos autorités politiques et sanitaires font, pour une fois, preuve de plus de bon sens que leurs homologues des autres pays, et qu’elles ne se contentent pas de les…

Continuer la lecture

Contre le passeport vaccinal - section 1

Dans ce texte, j’essaierai de mettre en évidence les supposés – qui sont souvent mêlés les uns aux autres de manière confuse – sans lesquels le passeport vaccinal est un dispositif inutile et arbitraire, et de montrer pourquoi ils sont douteux. Il est vrai que je ne suis pas microbiologiste, virologue, épidémiologiste ou médecin infectiologue. C’est pourquoi je n’entends pas décréter ce qui doit être considéré comme vrai ou comme faux. Je montrerai plutôt qu’il existe des avis divergents plausibles, qu’on tend à ignorer et qui sont incompatibles avec les soi-disant vérités établies scientifiquement et par conséquent indiscutables. Puis j’essaierai de bien raisonner – je veux dire par là tirer des conséquences de manière cohérente – à partir des positions divergentes, mais aussi à partir des positions dominantes, du moins au gouvernement et parmi les journalistes et les experts autorisés, qui eux aussi doivent bien raisonner à partir de ce qui passe, à tort ou raison, pour vrai. Il n’y a donc pas lieu de s’indigner que j’en fasse autant, d’autant plus que – pour ma part – je reconnais ouvertement que c’est ce que je fais : je ne cherche pas à faire croire que mes raisonnements sont des vérités…

Continuer la lecture

Refus de la discussion et dogmatisme à propos du passeport vaccinal 

Le ministre de la Santé et des Services sociaux a déclaré récemment, dans une entrevue radiophonique (10:33), que le processus pour rendre disponible une preuve numérique de vaccination contre la COVID-19 devrait aboutir d’ici la fin du mois d’avril. Selon lui, il faudrait pouvoir disposer de cette preuve numérique avant d’entreprendre le débat éthique sur ce fameux passeport que d’autres pays ont déjà commencé à implanter. Et ce débat doit avoir lieu rapidement, toujours selon le ministre Dubé. En effet, il y a lieu de croire que ce débat ne durera pas longtemps (peut-être s’agira-t-il d’un débat d’experts entre des portes closes dont on nous annoncera les résultats sans nous avoir consulté), puisqu’on se sera déjà doté d’une partie des outils nécessaires à l’implantation de ce dispositif. C’est un peu comme si le gouvernement attendait la fin des travaux de la phase 1 d’un grand projet routier avant de discuter publiquement de sa pertinence. On se dirait alors que tout a déjà été décidé, et que ce débat n’a lieu que pour la forme ou que pour régler des points de détail. Les journalistes, eux, prennent néanmoins les devants, dont Patrick Lagacé qui a publié un article favorable au passeport…

Continuer la lecture

Levée des restrictions et prédictions

C’est maintenant au tour de l’Agence de santé publique du Canada (ASPC) de nous annoncer que nous aurons peut-être droit à un retour à la normale cette été. C’est du moins ce que nous rapporte un article de journal publié dans La Presse (23 avril 2021) : « (Ottawa) La Santé publique évoque un retour à la normale « mi-juillet, août » – dès lors que 75 % des Canadiens auront reçu une première dose d’un vaccin, et que 20 % auront reçu deux injections. Pendant ce temps, le Canada met toutes les chances de son côté pour les années à venir en achetant des dizaines de millions de doses de rappel du vaccin Pfizer-BioNTech. » Comme pour la Santé publique du Québec, le retour à la normale dépend de la « vaccination » et non pas de l’évolution de la situation épidémiologique. Le message est donc le même qu’au Québec : faites-vous « vacciner » en grand nombre, sinon il n’y aura pas de retour à la normale. Ce qui devrait permettre de « déterminer s’il sera sécuritaire de lever les mesures restrictives de santé publique cet été ». Bref, si nous n’atteignons pas les cibles de « vaccination », il ne faut probablement même pas y penser, quelle que soit la situation épidémiologique, puisqu’on…

Continuer la lecture

Brouillard de l’après-vaccination

Notre gouvernement, les experts autorisés et les journalistes nous chantent en chœur le même refrain : « Allez vite vous faire vacciner pour qu’on en finisse avec cette pandémie et qu’un retour à la normale soit bientôt envisageable. » Mais jamais on nous dit, avec quelque précision, comment se fera et ce que sera ce fameux retour à la normale. Et presque personne ne s’embarrasse de poser des questions à notre gouvernement à ce sujet. Comme si la levée des mesures sanitaires allait se faire toute seule une fois que nous serons dans une forte proportion « vaccinés ». Comme si ce qui va se produire ensuite était une conséquence naturelle de la « vaccination » et était simplement un effet désirable des « vaccins ». À son habitude, notre gouvernement se montre par contre très précis quant à ses exigences « vaccinales » : il s’est fixé pour objectif la « vaccination » de 75 % des adultes de tous les groupes d’âge. (Source : site de notre gouvernement.) Tant que cet objectif n’aura pas été atteint, il se peut qu’il ne desserre pas l’étau de manière significative, qu’il exerce des pressions croissantes sur les groupes d’âge plus jeunes et moins enclins à se faire…

Continuer la lecture

Analyse des effets indésirables des « vaccins » observés en Europe

Alors que notre gouvernement, les journalistes et les experts autorisés nous assurent que les « vaccins » sont sûrs, il est certainement intéressant de lire une analyse des effets indésirables observés en Europe dans laquelle on voit les choses d’un autre œil. Alors que les personnes de 45 ans et plus peuvent maintenant s’inscrire pour se faire injecter une dose d’AstraZeneca, alors que le tour de la population plus jeune viendra bientôt, il est de première importance de prendre connaissance des informations et des positions divergentes à propos de ces « vaccins » expérimentaux approuvés pour une utilisation d’urgence. Et ce, d’autant plus si l’on appartient à une classe d’âge pour laquelle le Virus n’est pas particulièrement dangereux. À lire absolument avant de prendre rendez-vous pour se faire injecter ces « vaccins ». Et à transmettre à votre famille, à vos amis, à vos proches et à vos connaissances, afin qu’ils soient en mesure de voir les deux côtés de la médaille et de prendre une décision éclairée. Analyse des effets indésirables des vaccins Covid-19 du 01 janvier 2021 au 06 avril 2021

Continuer la lecture

Analyse de l’avis sur les passeports immunitaires du Comité d’éthique de santé publique

« Those who would give up essential liberty, to purchase a little temporary safety, deserve neither liberty nor safety and will lose both. » Benjamin Franklin Le Comité d’éthique de santé publique (CESP) a publié un avis sur les passeports immunitaires (1er avril 2021). Puisqu’il relève de l’Institut national de santé publique, dont la mission est de soutenir le ministre de la Santé et des Services sociaux, cela suffit déjà pour douter de l’indépendance de ce comité et de la valeur de cet avis. Sans aller jusqu’à prétendre que les rédacteurs de cet avis sont dans l’obligation d’être en parfait accord avec le ministre Dubé, il serait certainement très mal vu de prendre ouvertement et radicalement position contre l’avis favorable aux passeports immunitaires que ledit ministre a exprimé publiquement à l’occasion d’un point de presse. Ce ne serait certainement pas là soutenir le ministre et encore moins lui fournir les justifications éthiques dont il pourrait avoir besoin. Il n’y a donc pas lieu de nous étonner que l’avis du CESP soit favorable à l’usage des passeports vaccinaux : « Le CESP estime que, dans la balance, les bénéfices escomptés en termes de bienfaisance, de liberté et de solidarité sont légèrement plus importants que les…

Continuer la lecture

Réunions publiques du Conseil scientifique indépendant (CSI)

Je vous invite à regarder ces deux vidéos du Conseil scientifique indépendant CSI) dont les membres ne sont pas inféodés au gouvernement français ou suisse et aux sociétés pharmaceutiques. Tout en étant accessibles pour des non-spécialistes, les analyses qui y sont faites sont beaucoup plus rigoureuses que les informations partielles et partiales que le gouvernement, les experts autorisés et les journalistes nous présentent dogmatiquement comme des vérités indiscutables et prouvées scientifiquement. Dans la première réunion (8 avril 2021) : Dans la deuxième réunion (15 avril 2021) : « Avril 2021 : Où en est l’épidémie de Covid-19 ? », par Hélène Banoun, pharmacienne biologiste ; « Mortalité: on ne meurt pas plus en 2020 qu’en 2015 », par Vincent Pavan, mathématicien ; « La corruption systémique dans le domaine de la santé » , Jean-Dominique Michel, anthropologue de la santé.

Continuer la lecture

« Vaccination » et orchestration

Voilà, c’est à peu près décidé : nous en avons encore pour au moins deux mois avant d’avoir un peu de répit et un semblant de retour à la « normale ». Notre premier ministre – lui-même qui nous a proposé un pacte moral pour la période des Fêtes et qui l’a résilié juste après, lui-même qui nous a déconfiné pour nous reconfiner juste après – sait déjà comment évoluera la situation épidémiologique jusqu’à l’été. C’est que le Virus ou plutôt les variants lui ont soufflé à l’oreille ce qu’il en sera. Ou bien les experts qu’il consulte ont leurs entrées chez lui. Quoi qu’il en soit, ce qui se passera d’ici la fin du mois de juin m’a tout l’air d’être planifié ou orchestré, peut-être de longue date. Cela aura au moins la vertu de rendre la situation encore plus claire : les mesures sanitaires qu’on nous impose ne découlent pas de la situation épidémiologique. Celle-ci n’en est que le prétexte. Bien que j’ignore ce qui se passe dans les cercles du pouvoir, on peut difficilement voir une preuve de rigueur et de bienveillance à notre égard dans le fait de nous imposer des mesures qui anéantissent notre liberté en s’appuyant sur des…

Continuer la lecture

Témoignage du Dr Peter McCullough devant le Texas Senate Committee on Health & Human Service

Voici le témoignage du Dr Peter McCullough devant le Texas Senate Committee on Health & Human Service à propos de l’omission de traiter hâtivement les personnes recevant un résultat positif à la suite d’un test de dépistage, et de la censure dont a été la cible cette manière d’affronter le Virus, en faveur de la solution dite « vaccinale ». Selon lui, c’est cette omission (ou ce refus) qui est responsable d’une grande partie des hospitalisations et des décès attribués au Virus. Faute d’être traités assez tôt, les malades sont souvent pris en charge par le système hospitalier quand il est déjà trop tard. Pourtant des traitements efficaces existent et des publications scientifiques ont été faites à ce sujet, mais elles ont été ignorées systématiquement par les experts en santé publique, les chefs politiques et les médias, qui affirment même qu’il n’y a pas de traitement, voire qu’il ne saurait y en avoir. Y a-t-il lieu de s’étonner quand il s’agit de combinaisons de drogues peu coûteuses, dont la vente est beaucoup moins rentable que la prétendue solution « vaccinale » ? Merci de diffuser cette vidéo.

Continuer la lecture

Une sortie de crise qui n’en est pas une

Dans son article « On s’en va dans le mur » (La Presse, 7 avril 2021), Isabelle Hachey fait un nouveau pas dans la promotion de la solution « vaccinale ». Je ne saurais dire si son article a été écrit de bonne foi, ou si elle suit simplement la ligne éditoriale de son employeur, résolument en faveur de la « vaccination » de toute la population, ou si elle suit la ligne éditoriale de son employeur en croyant de bonne foi servir la vérité et les intérêts de l’humanité. Mais je n’ai pas la prétention de sonder les cœurs. Je m’intéresserai seulement aux affirmations péremptoires faites ou rapportées par cette journaliste qui travaille depuis 23 ans à La Presse, et qui devrait bien connaître son métier. Après s’être un peu défoulée contre le propriétaire de gym qui serait responsable de 193 cas de COVID-19 qui devrait être l’objet de tout notre mépris et de toute notre exaspération (comme l’ont fait aussi plusieurs membres de la grande confrérie des journalistes), et s’être plainte du peu d’enthousiasme des Québécois à se faire « vacciner » pendant le congé de Pâques (assurément parce qu’ils étaient trop occupés à manger du jambon, selon elle),…

Continuer la lecture

Fiches comparatives des bénéfices et des risques des « vaccins » 

Plusieurs des lecteurs de ce blog connaissent sans doute déjà le collectif Réinfocovid, dont font partie des professionnels de la santé et des scientifiques et qui est très critique des politiques sanitaires françaises et des discours pseudo-scientifiques sur lesquels elles s’appuient. Quel dommage qu’il n’y ait pas un collectif semblable ici, au Canada et au Québec ! Il faudrait bien que notre personnel soignant en fasse autant. J’ose croire que tous ne sont pas corrompus, que tous ne font pas de la docilité la vertu suprême et que tous n’ont pas eu le cerveau lavé. Seulement ils craignent, non sans raison, les représailles. Les autorités hospitalières pourraient les mettre à la porte et leur ordre professionnel pourrait leur infliger des sanctions. Alors qu’ils s’organisent et qu’ils se liguent avant de faire leur sortie publique. Dans un contexte où l’on dit être en pénurie de personnel soignant, les autorités hospitalières et les ordres professionnels pourraient difficilement, vis-à-vis de la population, renvoyer, suspendre ou sanctionner des centaines ou des milliers de professionnels de la santé et les empêcher d’exercer leur profession pour un simple délit d’opinion. Je sais bien que beaucoup hésiteront. Alors qu’ils se demandent si la transformation de la société…

Continuer la lecture

Des statistiques au scandale II : comment la France (n’) a (pas) combattu la COVID-19

Je vous invite à lire et à diffuser cet article d’un statisticien, publié sur le blog de Jean-Dominique Michel (Anthropo-logiques), anthropologue de la santé. Vous y trouvez des analyses statistiques qui montrent que les principales mesures sanitaires prises pour arrêter la propagation du Virus et réduire le nombre des décès sont en fait inutiles et, dans certains cas, nuisibles ; que les fameux « vaccins » – qui seraient notre seule planche de salut – aggravent peut-être la situation en entraînant une augmentation des décès attribués au Virus ; et que les données d’efficacité fournies par un marchand de « vaccins » n’ont aucune valeur. À cela s’ajoutent des remarques intéressantes sur la nouvelle religion qui s’est emparée de l’Occident, que l’auteur nomme COVIDolâtrie, au nom de laquelle on nous asservit, avec le consentement et même la collaboration de beaucoup de nos concitoyens. Des statistiques au scandale II : comment la France (n’) a (pas) combattu la COVID-19

Continuer la lecture

Manège concurrentiel

Depuis le début des études cliniques jusqu’à son utilisation dans les campagnes de « vaccination » massive des différents États, l’efficacité et l’innocuité du vaccin à vecteur viral d’AstraZeneca (ce n’est pas un produit de thérapie génique, à l’inverse des « vaccins » de Moderna et de Pfizer) sont régulièrement remises en question par les autorités sanitaires et les médias traditionnels, qui tiennent d’ailleurs un double discours à son sujet. D’abord les autorités sanitaires de certains pays n’autorisent pas ou ne recommandent pas son utilisation pour les personnes de plus de 65 ans, faute de données prouvant son efficacité pour les personnes jugées les plus à risque ; et après avoir changé d’idée elles suspendent son utilisation pour les personnes de moins de 55 ans, par mesure de précaution, en raison de cas de thrombose qui ne seraient probablement pas, disent-elles, attribuables au vaccin. Quant aux médias, ils vantent les mérites du vaccin, tout en faisant faire les manchettes à toutes les difficultés qu’ils rencontrent. On ne s’étonnera pas qu’une frange non négligeable de la population occidentale hésite à recevoir ce vaccin et que des membres du personnel médical ont annulé leurs rendez-vous de vaccination, comme en Allemagne. L’attitude incohérente des autorités sanitaires et des…

Continuer la lecture

La vulnérabilité et la faute des jeunes

Les jeunes, « nouveaux vulnérables » Ils sont les « nouveaux vulnérables ». Si le Québec connaît le même scénario que l’Europe, les jeunes seront les plus durement touchés par la troisième vague de la COVID-19. Une catastrophe annoncée pour le système de santé, mettent en garde des experts. (La Presse, 27 mars 2021) Les marchands de « vaccins » doivent se frotter les mains de contentement ! Mais, en fait, cela ne leur apprend rien, ils étaient depuis longtemps au courant, puisque certains d’entre eux prennent de l’avance et en sont même à mettre au point son vaccin pour les enfants et les adolescents (les « vaccins » actuellement autorisés pouvant seulement être utilisés pour des personnes de 16 ans ou plus). Le Virus leur a sans doute soufflé à l’oreille qu’il ne ménagera pas les enfants et les adolescents à l’occasion de la quatrième ou de la cinquième « vague ». Ainsi leur tour viendra bien assez vite ! Mais n’anticipons pas. Nous voilà donc partis pour une troisième « vague », si on en croit cette journaliste et les experts qu’elle a consultés. Cette fois-ci les jeunes ne seront pas épargnés, nous dit-on. Comme cette nouvelle tombe à point alors qu’on devrait justement commencer, d’ici quelques semaines, la « vaccination » des groupes d’âge…

Continuer la lecture

Prise d’otages

L’an dernier, nos autorités nous disaient que le confinement, la distanciation sociale, la fermeture des commerces et des entreprises non essentiels, l’enseignement à distance et le télétravail sont des moyens de réduire la propagation du Virus, d’aplatir la courbe, de réduire le nombre d’hospitalisations et de décès, et d’empêcher le système de santé d’être débordé et de ne plus être capable de soigner tous les malades, le tout en attendant qu’on découvre un remède ou un « vaccin » efficace contre le Virus. Certains experts et certains journalistes ont quant à eux affirmé que la prise de mesures musclées, comme la fermeture des commerces et des entreprises non essentiels, étaient favorables à une reprise économique forte après la « pandémie », comme on avait pu l’observer il y a 100 ans, après la pandémie de grippe espagnole. Maintenant que de tels « vaccins » ont été autorisés par nos autorités et que la campagne de « vaccination » de toute la population se poursuit, toutes ces mesures sanitaires – qui durent depuis un an, malgré des assouplissements – nous apparaissent moins comme des moyens de limiter les dégâts humains causés par le Virus, que comme des raisons de nous faire « vacciner ». Nous en avons tous assez de vivre comme…

Continuer la lecture

Les bénéfices et les risques de la « vaccination » de toute la population

Les autorités politiques et sanitaires, les experts, les journalistes et les représentants des pharmaceutiques nous disent à l’unisson que les bénéfices des « vaccins » surpassent les risques et que tous devraient se faire « vacciner ». Pourtant le Virus, selon les statistiques officielles du gouvernement, est très peu dangereux pour la très grande majorité de la population qui a moins de 70 ans. Quels bénéfices y aurait-il à se faire « vacciner » pour les enfants, les adolescents, les jeunes adultes et les personnes d’âge moyen ? En l’absence de bénéfices significatifs, le fait d’utiliser des « vaccins » expérimentaux faisant l’objet d’une autorisation d’urgence – dont nous ignorons les effets secondaires à moyen ou à long terme, et dont les effets à court terme déjà connus ne sont pas négligeables (ne plus être capables de vaquer à ses occupations quotidiennes pendant un ou deux jours pour une « petite minorité » des personnes vaccinées) – comportent nécessairement plus de risques que de bénéfices pour toutes ces personnes qui constituent la majorité de la population. Puisque les personnes âgées à risques seraient immunisées à 80 %, à 90 % ou à 95 % contre les complications graves dues au Virus selon les études, puisque les « vaccins » n’empêcheraient pas d’être infecté et d’être contagieux, on…

Continuer la lecture

Réflexions à l’occasion du premier anniversaire de l’état d’urgence sanitaire - partie 2

Comme dans le billet précédent, il s’agit ici d’essayer de prévoir ce qui pourrait arriver à moyen terme ou à long terme. Car l’état d’urgence aura peut-être un deuxième, un troisième ou un quatrième anniversaire. Et même la fin de l’état d’urgence sanitaire ne signifierait probablement pas simplement un retour à la normalité d’avant le Virus. C’est pourquoi il importe de réfléchir à ce qui nous attend, afin de pouvoir agir en connaissance de cause. Il ne sortira rien de bon pour nous de toute cette histoire si nous continuons à obéir docilement à nos autorités. Je rappelle qu’il s’agit de conjectures. Pour cette raison, des possibilités incompatibles entre elles seront abordées. Il ne faudra pas y voir une incohérence, mais une tentative d’envisager différentes possibilités entre lesquelles il n’est pas possible de trancher, compte tenu que nos autorités nous gardent dans l’obscurité, soit qu’elles nous cachent ce qui a déjà été décidé, soit qu’elles ne savent pas elles-mêmes où nous allons. Puis il arrive à nos autorités de faire volte-face : des possibilités incompatibles pourraient donc se produire à des moments différents. Normalisation de certains éléments de l’état d’urgence sanitaire J’ai déjà signalé que nos autorités ne nous ont jamais…

Continuer la lecture

Réflexions à l’occasion du premier anniversaire de l’état d’urgence sanitaire - partie 1

Voilà déjà une année que nous vivons comme des assiégés. Le territoire québécois et l’esprit de ses habitants sont littéralement sous l’Occupation virale ! Et il y a tout lieu de croire que nous en avons encore pour longtemps. Malgré l’arrivée en grande pompe des « vaccins », le Virus n’est pas près de partir, nous dit-on. Et plusieurs des mesures sanitaires que nous connaissons sont là pour rester « un bout de temps ». Ce qui peut vouloir dire longtemps, si on en juge d’après les déclarations antérieures de nos autorités. Alors nous ne sommes probablement pas sortis du bois. Profitons donc de ce lugubre anniversaire, non pas pour commémorer les victimes véritables et présumées du Virus et nous plaindre de ce que les autorités politiques et sanitaires nous ont fait endurer depuis un an (dans les deux cas, ça ne servirait à rien), mais pour nous préparer à ce qui se pointe à l’horizon. Avant d’aller plus loin, j’insiste sur le fait qu’il s’agit de conjectures, et que je n’ai pas la prétention de lire dans l’avenir, contrairement à certains « experts » en santé publique, à certaines figures politiques et à certains journalistes. Puisqu’il est notoire que nos autorités manquent de transparence,…

Continuer la lecture

Surveillance des effets secondaires des « vaccins »

Les autorités et les médias, depuis déjà plusieurs mois, disent s’inquiéter de la méfiance d’une partie non négligeable de la population québécoise envers les nouveaux « vaccins ». Selon les experts et les journalistes, ce groupe de personnes se diviserait en deux sous-groupes : les personnes qui auraient une vision complotiste du monde, et les personnes qui ont simplement des doutes quant à l’innocuité des fameux « vaccins ». Pour que l’immunité collective – tant décriée quand il s’agissait de l’atteindre naturellement – puisse être atteinte, il importerait de montrer aux hésitants, preuve à l’appui, que les effets secondaires qu’ils craignent sont très rares, ou même presque inexistants. On espère aussi que ces « faits » puissent contribuer à convertir les complotistes à la « vaccination », même si on se dit que ces « radicaux » ne se laisseront pas convaincre aussi facilement et qu’il faudra les libérer de l’influence malsaine des leaders complotistes et de la vision du monde délirante qu’ils partageraient, notamment à cause de leur manque d’éducation et de leur incapacité à s’informer auprès des bonnes sources, à savoir les autorités politiques et sanitaires et les médias traditionnels. Certains journalistes (et peut-être aussi des personnes qui…

Continuer la lecture

La « vaccination » soi-disant massive, notre seul espoir ?

Laissons de côté la question de savoir si les fameux « vaccins » qu’on a commencés à injecter à la population québécoise en décembre sont efficaces et parfaitement sécuritaires, comme le prétendent les sociétés pharmaceutiques, les experts gouvernementaux, les chefs politiques et les journalistes. Laissons aussi de côté la question de savoir si les campagnes de marketing des sociétés pharmaceutiques, les résultats rendus publics et les articles scientifiques sont convaincants. Faisons comme si tout ce qu’on nous dit à ce sujet était la « vérité vraie », conformément à ce qu’on attend ou exige même de nous. Supposons que la « vaccination » massive de la population québécoise est ce sur quoi il faut parier pour sortir de cette « pandémie ». Il y aurait donc une lueur d’espoir… Mais en y regardant de plus près, peut-être pas. 239 023 personnes ont été vaccinées en date du 1er février. Ce qui revient au même nombre de doses, puisque nos autorités ont décidé de reporter l’injection de la deuxième dose. Ce qui veut dire que 2,8 % de la population a été « vaccinée » au sens où elle a reçu une première dose de vaccin, contrairement à ce que recommandent les sociétés pharmaceutiques pour que l’immunité soit plus grande et plus durable,…

Continuer la lecture

Pourquoi faire confiance aux sociétés pharmaceutiques ?

Il serait impossible d’évaluer dans quelle mesure nous pouvons faire confiance aux sociétés pharmaceutiques si ce jugement dépendait seulement ou surtout de notre capacité à comprendre très bien les technologies qu’elles utilisent dans la fabrication des fameux « vaccins » tant attendus, et à examiner avec rigueur les résultats des études cliniques devant établir qu’ils sont efficaces et sûrs. Presque personne, à part quelques experts, ne serait en mesure de dire, en connaissance de cause, si nous devons faire confiance à ces grandes sociétés et à leurs produits. Est-ce à dire que nous devons nous fier à elles parce que, sur ce point, nous ne pouvons pas connaître de raisons de nous méfier d’elles ? Ou serait-ce l’inverse : devons-nous méfier d’elles parce que, sur ce point, nous ne pouvons pas connaître de raisons de nous fier à elles ? Les deux attitudes peuvent se défendre, et il n’est pas possible de les départager par leurs conséquences. Le fait de leur faire confiance, alors qu’en réalité nous devrions nous méfier d’elles, peut avoir de graves effets sur notre santé. Inversement, le fait de nous méfier d’elles, alors qu’en fait nous devrions nous fier à elles, pourrait nous priver d’un moyen efficace de sauver des vies…

Continuer la lecture

Vaccins ou produits de thérapie génique ?

De quoi je me mêle ? Voilà la question que je me pose en me préparant à écrire ce billet, et que plusieurs de mes lecteurs se posent peut-être aussi. Je ne suis pas microbiologiste, je ne suis pas virologue, je ne suis pas épidémiologiste, je ne suis pas généticien, et je ne suis pas même médecin. Comment serais-je compétent dans des disciplines scientifiques que je n’ai jamais étudiées ? En quoi mon avis sur ces questions est-il important ? Ne serait-il pas même dangereux de l’exprimer, puisque je pourrais induire en erreur mes concitoyens, et diminuer leur confiance en ces vaccins dont nous attendons notre salut ? Bref, ne devrais-je pas me taire, et même essayer d’anéantir ces doutes en moi-même ? D’abord, ce n’est pas comme s’il s’agissait d’une question de science simplement théorique, ou dont les applications ne me concerneraient pas directement. C’est moi que l’on vaccinera. Et c’est aussi vous que l’on vaccinera. Quoi d’étonnant à ce que nous nous questionnons sur les effets de ces nouveaux vaccins sur notre santé, alors que l’on martèle, depuis mars, que notre santé doit être la priorité, et de veiller à protéger notre santé et celle de nos concitoyens ? Faudrait-il que nous nous souciions…

Continuer la lecture

Questions à propos de la vaccination massive

1. Nos gouvernements rendront-ils la vaccination obligatoire ? Depuis le temps que nos autorités nous parlent de la venue d’un vaccin efficace capable de mettre fin à la crise sanitaire actuelle, elles doivent bien savoir si elles rendront la vaccination obligatoire. La Loi sur la santé publique du Québec (chapitre XI, section III, art. 123), quand l’état d’urgence sanitaire est déclaré, autorise les autorités sanitaires à rendre la vaccination obligatoire. La Santé publique québécoise a consulté, il y a quelques mois, les psychologues pour savoir s’ils étaient disposés à participer à la campagne de vaccination massive de la population, le personnel de la santé ne pouvant visiblement pas suffire dans les scénarios envisagés. Quant au gouvernement fédéral, suite à l’annonce qu’une demande d’autorisation serait bientôt faite pour deux vaccins, il parle de commencer à vacciner la population canadienne au début de l’année 2021, avec pour objectif de vacciner tous les Canadiens avant la fin de l’année, sans préciser ce que cela implique, et comment il entend s’assurer que tous les Canadiens seront vaccinés. Alors voilà les questions auxquelles nos gouvernements devraient répondre aussi rapidement que possible pour ne pas garder la population plus longtemps dans l’obscurité. A-t-on déjà décidé de rendre…

Continuer la lecture

La ceinture et les bretelles

Depuis le début de la crise sanitaire, on nous dit que le fait de se laver régulièrement les mains ne dispense pas de garder ses distances sociales, et que le fait de garder ses distances sociales ne dispense pas de se laver régulièrement les mains. Ce sont des mesures qui, bien qu’elles réduisent le risque de transmission du Virus, ne sauraient suffire à elles seules. Elles sont cumulatives. Depuis qu’on nous oblige à porter le cache-binette dans les lieux publics fermés, on nous dit que le fait de se conformer à cette obligation ne dispense pas de se laver régulièrement les mains et, autant que possible, de garder ses distances sociales. Inversement, le fait de se laver régulièrement les mains et de garder ses distances sociales ne dispense de porter le cache-binette dans les lieux publics fermés. Encore une fois, ce sont des mesures qui, bien qu’elles réduisent le risque de transmission de virus, ne sauraient suffire à elles seules. Elles sont cumulatives. Maintenant que le Gouvernement canadien signe des accords avec l’industrie pharmaceutique pour acquérir des dizaines de millions de doses de vaccin, on nous dit que ça ne sera peut-être pas le remède miraculeux qui mettra fin à…

Continuer la lecture