Résistance (147)

La cage dorée ou la fosse commune

Je suppose que plusieurs de mes lecteurs, comme moi, ont fait des études supérieures et occupent des postes privilégiés, avec un salaire supérieur à la moyenne et des avantages sociaux, comme des assurances collectives, plusieurs semaines de vacances payées, un fonds de retraite, un programme d’aide aux employés, la possibilité de prendre une année sabbatique, etc. Ce sont peut-être des enseignants, des professeurs, des professionnels de recherche, des experts dans un domaine donné et peut-être même quelques fonctionnaires, car on trouve de tout dans cette grande catégorie d’emploi. J’imagine que, comme moi, ils sont contents de ne pas ou de ne plus avoir un salaire de crève-faim et d’être moins affectés que d’autres par l’augmentation rapide du coût de la vie que nous connaissons depuis quelques années, si du moins ils font attention à la manière dont ils dépensent leur argent et aux engagements économiques qu’ils prennent. J’imagine aussi qu’ils se disent, comme moi, qu’il vaut mieux que ce soient eux qui occupent ces postes que des carriéristes prêts à tout pour obtenir de l’avancement et satisfaire leurs maîtres, et incapables de faire quelque chose de vraiment utile et agréable, pour les autres ou pour eux-mêmes, grâce aux moyens que…

Continuer la lecture

Le sabotage à grande échelle des êtres humains et des sociétés

S’il leur arrive de fermer parfois les yeux quand il s’agit d’une soi-disant bonne cause dont ils se sont faits les défenseurs, il est généralement d’usage que nos autorités politiques et bureaucratiques, les grandes corporations et les médias de masse condamnent le sabotage à petite échelle, c’est-à-dire la seule forme de sabotage qui existerait. Les activités suivantes peuvent, entre autres, entrer dans cette catégorie de sabotage : Le fait de voler ou de briser des caméras de surveillance, ou d’en peindre l’objectif ; Le fait de mettre des cônes de construction sur le capot des voitures automatiques pour les empêcher d’avancer ; Le fait de crever les pneus des voitures ; Le fait de barbouiller des codes QR pour les rendre illisibles ; Le fait de rendre hors d’usage des caisses automatiques ; Le fait de mettre des clous et des barres de métal dans le tronc des arbres pour en rendre l’abattage plus difficile et plus coûteux et pour entraver la construction d’une usine jugée polluante et inutile ; Le fait de provoquer une panne électrique ou une panne informatique pour entraîner l’interruption de certaines activités. Quoi que nous pensions de l’efficacité de chacun de ces actes de sabotage et des raisons censées le justifier,…

Continuer la lecture

Retour critique sur mes activités de blogueur

Je poursuis la réflexion commencée dans mon billet du 2 janvier 2024, sur le piège de la lutte continue contre l’incessante propagande. J’adopterai un point de vue plus individuel que dans ce billet pour donner une portée plus large à ma réflexion. Même si je suis la principale personne concernée par ce billet, j’espère qu’il pourra s’appliquer dans une certaine mesure à plusieurs de mes lecteurs. À tout le moins, ce qui suit leur permettra de comprendre la raison d’être des nouveaux principes que je me donnerai bientôt pour la rédaction et la publication des billets à venir. Pour écrire tous les billets publiés sur ce blog, et aussi pour m’informer à plusieurs sources, prendre directement connaissance de documents officiels et alimenter mes réflexions, il m’a fallu garder un mode de vie de confiné, même après la fin des confinements, en 2022. En plus de passer environ 35 heures par semaine à travailler sur un ordinateur, voilà plus de trois ans que je passe l’essentiel de mes temps libres, y compris mes vacances, à rédiger ces billets, et à faire des recherches, à regarder des vidéos, à lire des textes et à réfléchir pour les écrire. Paradoxalement, ou peut-être absurdement, je…

Continuer la lecture

Une impasse politique

Pour une fois, parlons franchement. Regardons les choses en face, sans nous raconter d’histoires. Pour que nos gouvernements, les grandes corporations et les oligarques ne nous fassent plus de sales coups comme en 2020, comme ils nous en ont fait avant et comme ils continuent de nous en faire, il est illusoire de mettre nos espoirs dans des lois ou d’autres formes de réglementation ou de contrôle qui seraient adoptées et appliquées par nos institutions politiques. Ce que ces événements devraient nous apprendre, si ce n’est pas déjà fait, c’est que la classe dirigeante et les maîtres qu’elle sert contrôlent ces institutions et qu’ils n’hésitent pas à les utiliser pour consolider leur pouvoir et pour nous nuire, à nous qui appartenons au peuple. Comment croire qu’ils resteraient les bras croisés si on discutait de lois capables de réduire leur puissance, de les empêcher d’échapper aux lois qui s’appliquent à nous et de les obliger de nous rendre des comptes ? Comment ne pas voir qu’ils prennent des précautions pour que de telles idées ne soient pas discutées dans nos institutions politiques et même dans le reste de la société, par exemple en imposant rigoureusement une ligne de parti à tous…

Continuer la lecture

Ce qui se trame à l’Organisation mondiale de la Santé

Voici un survol très intéressant de ce qui se trame à l’Organisation mondiale de la Santé dans le cadre des négociations pour amender le Règlement sanitaire international, fait par James Corbett (The Corbett Report) et Meryl Nass (Substack, Door to Freedom). Meryl Nass, un médecin du Maine dont le permis d’exercice a été suspendu, est une des figures les plus actives dans la lutte contre les efforts de l’OMS pour empiéter encore plus sur la souveraineté des États et la liberté des individus. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des gouvernements et des parlementaires qui s’apprêtent à s’opposer. Mais méfions-nous, car les bureaucrates de l’OMS sont prêts à tout, y compris déroger à leurs propres règlements, pour arriver à leurs fins, c’est-à-dire obtenir de nous un chèque en blanc. Il ne suffit donc pas d’empêcher l’adoption de ces amendements et du « traité pandémie ». Il faut sortir de l’OMS. Références

Continuer la lecture

Les conditions de notre évaluation de l’intelligence artificielle

On nous invite de plus en plus à juger nous-mêmes des avancées en intelligence artificielle en essayant les dernières versions des robots conversationnels développés par les grandes corporations informatiques ou en collaboration avec elles. Malheureusement, nous ne pouvons pas participer à une sorte de test de Turing, qui implique que nous ignorions si nous discutons avec une intelligence artificielle ou un être humain, et que nous puissions prendre l’intelligence artificielle pour un être humain ou un être humain pour l’intelligence artificielle. L’évaluation de l’intelligence artificielle ne se fait donc pas à l’aveugle, et notre jugement peut être fortement déterminé par nos préjugés positifs ou négatifs sur la possibilité et l’utilité d’une intelligence artificielle avancée et par nos stratagèmes, reconnus comme tels ou non, pour confirmer nos préjugés. Ceux d’entre nous qui sont influencés par la promotion de l’intelligence artificielle à laquelle nous sommes de plus en plus exposés, et qui voient d’un bon œil la prise en charge de nombreuses tâches par elle, tendent à être impressionnés ou enthousiasmés par les réponses et les répliques des robots conversationnels. À l’inverse, ceux qui sont rebutés par cette campagne publicitaire, et qui considèrent aussi avec méfiance ou crainte le rôle futur qu’on…

Continuer la lecture

Le piège du combat continu contre l’incessante propagande

Les effets de l’incessante propagande à laquelle nous sommes soumis sont multiples. Beaucoup d’entre nous sont simplement enrégimentés, se soumettent à ceux qui s’efforcent de plus en plus d’agir comme nos maîtres mais qu’ils prennent pour des bienfaiteurs, se retournent contre leurs pairs qui résistent et sacrifient ainsi leurs intérêts à ceux desdits maîtres. Au lieu de se laisser embrigader, d’autres deviennent tellement saturés par la propagande qu’ils s’efforcent d’ignorer autant que possible ses manifestations et aussi ses critiques, souvent sans les reconnaître pour ce qu’elles sont, afin de pouvoir vaquer tranquillement à leurs occupations quotidiennes. D’autres encore sont irrités par la propagande et luttent contre elle, en passant beaucoup de temps à la démonter, à lire et à regarder des articles et des vidéos d’autres personnes qui en font autant, et à discuter avec leur entourage enrégimenté ou somnolant, dans l’espoir d’enfin leur ouvrir les yeux et de les secouer. De tous les effets de la propagande, le dernier est certainement le moins désirable pour les propagandistes et leurs maîtres. En ayant soumis toujours plus notre existence individuelle et collective à la propagande, ils ont finalement réussi à irriter une partie non négligeable de la population qui se fait…

Continuer la lecture

Renversements moraux pour la période des Fêtes

Pour ceux d’entre nous qui sont individualistes, qui sont fiers de l’être et qui sont allergiques à l’esprit de troupeau, la période des Fêtes est souvent une source d’irritation. À moins d’avoir réussi à repousser définitivement toutes les personnes envahissantes que nous devons côtoyer ou qui croient avoir des obligations envers nous en raison des liens de parenté et avoir le droit de réclamer en retour la même chose de nous, on nous propose, parfois avec insistance, des rassemblements non sollicités, quand notre employeur ne profite pas de son emprise sur nous pour essayer de nous les imposer. Il nous faut refuser catégoriquement ces rassemblements, ou à tout le moins ce qu’ils comportent de plus stupides et de plus dégradants. Car les Fêtes ne sont, pour beaucoup de nos concitoyens, qu’une occasion de retomber en enfance ou de s’abêtir en groupe. Gardons-nous bien de nous dégrader et de nous abaisser en communiant avec des personnes avec lesquelles nous n’avons pas d’affinités, auxquelles nous sommes opposés sur une infinité de points, et qui pourraient cesser d’exister ou n’avoir jamais existé sans que ça nous dérange, bien au contraire ! La vie est trop courte pour perdre notre temps ainsi. Il est…

Continuer la lecture

Mise en garde sur le sabotage dans les organismes publics

Je n’ai jamais travaillé dans un organisme public. Tout ce que j’en connais, c’est par l’intermédiaire de ce que m’en ont dit des fonctionnaires qui font partie de mon entourage élargi et qui ne me disent pas tout ce qu’ils savent, et aussi par l’intermédiaire des documents bureaucratiques mis en ligne. C’est pourquoi j’ai tendance, quand j’incite au sabotage de manière générale, à ne pas tenir assez compte des caractéristiques et du contexte propres aux organismes publics. Malgré un appel à la prudence dans mon billet du 27 novembre 2023, j’ai l’impression de ne pas avoir assez insisté et de ne pas avoir été assez précis. C’est qu’il y a des actes de sabotage que nous pouvons réaliser sans hésitation et sans regret dans des entreprises privées, mais qui ont des effets nuisibles qu’il faut éviter ou atténuer dans les organismes publics. Quand le sabotage a pour cible une entreprise privée qui nous nuit de toutes sortes de manières, c’est bien fait pour ses propriétaires, ses actionnaires, ses investisseurs, ses gestionnaires, ses clients et ses partenaires. Tant mieux s’ils perdent de l’argent, si cette entreprise n’atteint pas ses objectifs, si elle déçoit ses partenaires et leurs clients de toutes sortes,…

Continuer la lecture

Éléments de sabotage organisationnel

Les organisations privées et publiques actuelles contribuent à la dégradation de nos conditions de vie individuelles et collectives. Que nous nous trouvions à l’intérieur ou à l’extérieur de ces organisations, il est manifeste que celles-ci servent de moins en moins nos intérêts et qu’elles sont de plus en plus subordonnées à des intérêts qui nous sont étrangers et qui sont incompatibles avec nos intérêts. C’est pourquoi il est dorénavant louable d’y faire quotidiennement du sabotage. Les principes que j’exposerai dans ce billet proviennent en partie du Simple Sabotage Field Manual, publié par l’OSS (l’ancêtre de la CIA) pendant la Seconde Guerre mondiale pour inciter au sabotage les peuples qui vivaient sous l’Occupation allemande et leur donner des conseils quant à la manière de pratiquer le sabotage. Je trouve amusant l’idée de reprendre certaines des idées des services d’espionnage américains contre nos adversaires. Précisons d’abord ce que nous entendons par sabotage à partir de l’introduction de ce document déclassifié : « The purpose of this paper is to characterize simple sabotage, to outline its possible effects, and to present suggestions for inciting and executing it. Sabotage varies from highly technical coup de main acts that require detailed planning and the use of specially-trained…

Continuer la lecture

La protection de la vie privée

Si nous devons nous inquiéter des attaques perpétrées contre notre vie privée depuis les dernières années et aussi de l’insensibilité de beaucoup de nos concitoyens à ces attaques, nous pouvons à l’inverse nous réjouir de voir que des personnes qui ne se souciaient pas de la protection de la vie privée il y a quelques années, et qui mettaient parfois leur sale nez partout, s’en font maintenant les défenseurs. En effet, les opposants et les dissidents insistent beaucoup sur l’importance de protéger la vie privée contre la surveillance et les ingérences des forces policières, des agences de renseignement, des autres organismes gouvernementaux, des institutions financières, des corporations du secteur des technologies et des télécommunications, des employeurs et des commerces, sous prétexte sanitaire, sécuritaire, moral ou climatique. C’est en partie pour contrer leur influence que les organisations qui menacent notre vie privée prétendent la respecter et prendre toutes les précautions qui s’imposent pour la protéger contre les pirates informatiques et les fraudeurs. Les défenseurs de la vie privée et ceux qui l’attaquent semblent, malgré des oppositions très marquées, s’entendre sur ce point : la vie privée est quelque chose qui peut être protégée, qu’on cherche soi-même à la protéger ou à l’attaquer…

Continuer la lecture

Enjeux de la dégradation de la fonction publique

Nous avons de nombreuses raisons de ne pas aimer les fonctionnaires et de ne pas croire leurs syndicats quand ils nous disent qu’ils défendent les services publics. Hormis la question des salaires, les difficultés de recrutement qui ont parfois pour effet une surcharge de travail et aussi l’obligation de travailler deux jours « en présentiel », les fonctionnaires provinciaux s’accommodent assez bien de ce qu’est la fonction publique et de ce qu’elle est en train de devenir. Mais comme je l’ai montré dans mon billet du 11 novembre 2023, nous devrions malgré tout soutenir les fonctionnaires (plus précisément les professionnels du gouvernement du Québec) dans leurs moyens de pression et peut-être dans leur grève, puisque cela crée des perturbations, ralentit l’avancement de projets politiques et bureaucratiques qui sont inutiles ou nuisibles pour nous, et affaiblit l’unité qui tend à régner au sein des structures gouvernementales et qu’utilise le gouvernement pour nous écraser, en temps normal et encore plus en temps de crise. S’il est vrai que nous ne devons pas être dupes et croire qu’il résultera des revendications et des moyens de pression des fonctionnaires une réforme de la fonction publique qui serait favorable à nos intérêts, il serait en retour tout…

Continuer la lecture

Raisons d’être pour la grève des fonctionnaires provinciaux

Nous avons de nombreuses raisons de ne pas aimer les fonctionnaires. De longue date, ils se soucient bien plus de l’avancement de leur carrière que des services publics. Leurs intérêts passent presque toujours avant ceux des citoyens. Les règlements, les procédures, les programmes, les formulaires et les systèmes informatiques qu’ils créent en grand nombre et modifient souvent nous font perdre beaucoup de temps et d’énergie et engendrent de grandes dépenses de fonds publics, mais ils leur procurent du travail. Ils profitent du foisonnement bureaucratique qui rend plus pénibles et plus fréquents nos rapports avec les organismes publics. Si les cadres et les autorités politiques leur demandent de faire quelque chose qui nuit aux citoyens, qui détériore les services publics ou qui les rend moins accessibles, ils le font presque toujours sans hésiter, soit qu’ils obéissent sans réfléchir, soit que la docilité leur semble plus avantageuse que l’indocilité. Enfin, eux et leurs syndicats supportent très bien l’existence des lois qui encadrent la fonction publique et qui leur interdisent de parler publiquement de ce qu’ils y observent sans y avoir été autorisés préalablement par leurs supérieurs ou les hautes autorités de l’organisme public pour lequel ils travaillent, même et surtout si c’est…

Continuer la lecture

Faut-il participer à la comédie démocratique ?

Aux yeux de certains dissidents, nous sommes des naïfs ou des imbéciles parce que nous allons encore voter et continuons de défendre nos institutions démocratiques et d’adhérer aux idéaux démocratiques même s’il est manifeste que ceux que nous élisons ne servent généralement pas nos intérêts, et qu’en fait ils sont, à leur insu ou non, les représentants de ceux qui s’efforcent de devenir toujours nos maîtres et contrôler la société et notre existence. Dans le meilleur des cas, nous serions inconséquents et nous ne serions pas capables d’aller jusqu’au bout malgré toutes les critiques que nous adressons à nos gouvernants et à nos institutions démocratiques, par une sorte d’attachement sentimental qui nous empêcherait de nous libérer complètement de l’illusion démocratique, comme celui qui ne peut plus supporter son conjoint, mais qui refuse la séparation ou le divorce, tellement il lui est difficile d’imaginer sa vie sans le couple auquel il appartient. À l’inverse, les personnes lucides, auxquelles appartiendraient ces dissidents, seraient celles qui refusent intégralement le jeu politique, qui n’exercent pas leur droit de vote et qui pensent que ça revient toujours au même que tel ou tel parti politique soit au pouvoir et même que le gouvernement et les…

Continuer la lecture

Une conception impropre et malpropre du respect

Les Québécois sont décidément indécrottables. Ils n’ont, pour beaucoup, toujours rien compris à ce qui s’est passé depuis 2020. De la même manière qu’ils prennent des mesures malsaines et même nocives pour des mesures sanitaires, ils voient dans les pires formes de malpropreté morale et même les poisons moraux de la pureté morale. Si les Québécois ont adhéré encore plus que la plupart des autres peuples occidentaux aux mesures soi-disant sanitaires, s’ils peuvent adhérer à nouveau à ces mesures, c’est justement à cause de cette malpropreté morale qu’ils persistent à prendre pour son contraire et dont ils semblent irrémédiablement imprégnés. Pour eux, la petitesse et l’étroitesse, c’est de l’élévation et de la grandeur morales, car on ne saurait prétendre être plus élevés et plus grands moralement que ceux qui sont petits et étroits. Je raconte brièvement une scène qui s’est produite au travail cette semaine. Comme à tous les vendredis, on demande aux employés du service auquel j’appartiens de participer à une pause en ligne. La plupart font du télétravail et sont éparpillés dans toute la province. Ce qui veut dire que mes collègues et moi, qui faisons du travail de bureau toute la journée, ne pouvons pas disposer de…

Continuer la lecture

Sur un slogan de la gauche

« Taxons les ultrariches ! » C’est ce qu’on peut lire actuellement sur des affiches à propos de la crise du logement qui sévit au Québec. C’est ce qu’on peut aussi lire ou entendre quand il s’agit de lutter contre l’endettement et la pauvreté, de financer le système de santé ou d’éducation, de réduire ou d’abolir les droits de scolarité universitaires, de bonifier l’assurance-chômage et l’aide de dernier recours, de ne pas augmenter l’âge de la retraite, de protéger l’environnement, etc. Ce slogan circule sous une forme ou une autre depuis des décennies. Et pourtant rien ne s’améliore : les ultrariches ne se font pas davantage taxés ou trouvent le moyen de ne pas payer les taxes qu’ils devraient payer, les maisons, les condominiums et les appartements coûtent de plus en plus cher, nous sommes de plus en plus endettés et de plus en plus pauvres, les systèmes de santé et d’éducation se dégradent, les études supérieures sont de plus en plus dispendieuses et méritent de moins en moins leur nom, il est de plus en plus en difficile de subsister quand nous perdons notre emploi (sauf quand c’est à cause du méchant virus), on veut nous faire travailler jusqu’à…

Continuer la lecture

Combattre la dénonciation par la dénonciation

La dénonciation est de plus en plus à la mode. Des personnes peuvent en dénoncer d’autres anonymement ou non, avec des preuves ou de simples témoignages, pour quelque chose qu’elles ont fait ou pour régler des comptes, pour quelque chose qui serait effectivement un délit ou un crime ou pour quelque peccadille. Quand les dénonciateurs sont les victimes présumées des actes ou des propos dénoncés, on présume que les personnes dénoncées sont coupables, car ce serait offenser les victimes de ne pas croire sur parole ce qu’elles prétendent. La dernière chose dont aurait besoin une femme qui dit avoir été violée ou avoir été l’objet d’une méconduite sexuelle, récemment ou il y a des années ou des décennies, après l’épreuve à laquelle elle aurait survécu, c’est de ne pas être crue, c’est de se voir soumise à un interrogatoire minutieux, c’est de se faire demander pourquoi, après toutes ces années, elle a décidé de parler précisément à tel moment. Bref, en sa qualité de victime présumée, elle serait au-delà de tout soupçon. Même chose pour des propos ou des actes racistes, islamophobes et transphobes dont auraient été victimes un Noir, une femme musulmane voilée et une femme transgenre. Ce qui…

Continuer la lecture

Poursuite judiciaire contre CJ Hopkins

CJ Hopkins (Consent Factory, Inc et Substack) est un auteur d’origine américaine qui pratique la satire et qui est établi en Allemagne depuis une vingtaine d’années. Depuis 2020, il critique vigoureusement les mesures de guerre qui nous ont été imposées sous prétexte de lutte contre le méchant virus. C’est ce qui lui vaut maintenant d’être poursuivi en justice parce qu’il aurait fait de la propagande nazie, alors qu’il a justement critiqué les mesures dites sanitaires en les comparant à certaines des pratiques du régime nazi. Ce qui rappelle les accusations de nazisme faites dans les médias canadiens contre les personnes qui ont participé au Freedom Convoy, sous prétexte qu’ils auraient arborer des symboles nazis, lesquels étaient en fait utilisés pour critiquer l’autoritarisme du gouvernement et ses tendances totalitaires, notamment la ségrégation des non-vaccinés. La poursuite judiciaire dont CJ Hopkins est l’objet est tout à fait typique de la persécution des dissidents et des opposants dans les pays occidentaux soi-disant démocratiques, et contre lesquels on ne désarme pas même une année après la fin des mesures dites sanitaires. Il a décidé de faire appel du premier jugement de culpabilité rendu contre lui et a bien l’intention de se battre jusqu’au bout,…

Continuer la lecture

L’opposition comme activité quotidienne

Même pour ceux d’entre nous qui ont résisté aux mesures soi-disant sanitaires que les autorités politiques et sanitaires nous ont imposées en collaboration avec les élites économiques ou à leur demande, l’opposition est souvent quelque chose d’exceptionnel. Il a fallu que nos gouvernements et ces élites se montrent très autoritaires et très méprisants pendant deux années pour qu’apparaisse une forme de résistance vigoureuse et suffisamment répandue au Canada. Et même après tout ce temps, beaucoup de Canadiens n’ont pas soutenu ce mouvement de résistance, mais ce sont au contraire ralliés à nos gouvernements. Plusieurs d’entre eux continuent encore aujourd’hui, en 2023, de se scandaliser à la moindre allusion au « Freedom Convoy ». Comment ces vulgaires camionneurs, ces récalcitrants, ces complotistes, ces antivax et ces extrémistes ont-ils osé défier les experts par la bouche desquels la vérité est révélée aux profanes que nous sommes, ainsi que nos gouvernements qui incarnent la volonté des citoyens, lesquels veulent tous notre bien, bien sûr ! Si nous en sommes arrivés là, et si nous pouvons en arriver là à nouveau, c’est qu’une forte culture de l’opposition n’existe pas, soit qu’elle a disparu, soit qu’elle n’a jamais eu l’occasion de se développer, comme au Québec. C’est plutôt…

Continuer la lecture

Comment rendre l’état d’urgence et les confinements désavantageux pour nos députés

Pendant l’état d’urgence sanitaire et les confinements des années 2020 à 2022, quand nos gouvernements nous ont privés de nos sources de revenus, quand ils ont daigné nous accorder une prestation d’urgence insuffisante pour plusieurs d’entre nous, quand nous avons dû nous endetter auprès des banques et des compagnies de cartes de crédit pour pouvoir payer nos comptes et subvenir à nos besoins, nos chers députés, eux, continuaient à jouir de leur salaire et de leurs privilèges, même quand le Parlement ne siégeait plus à cause de l’état d’urgence sanitaire, même quand la télé-parlementerie n’existait pas encore, même quand le conseil exécutif gouvernait par décrets et par arrêtés, sans consulter le Parlement et sans avoir besoin de faire adopter par elle les mesures soi-disant sanitaires. Voilà qui explique en partie pourquoi nos députés – censés nous représenter, mais en fait inféodés aux partis politiques régnants ou d’opposition – n’ont pas protesté lors de la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, ont approuvé les confinements et se sont ralliés au conseil exécutif et aux autorités sanitaires. Pourquoi se seraient-ils opposés, puisqu’ils continuaient d’être rémunérés pour leurs fonctions politiques sans avoir à les assumer du tout ou pleinement, et étaient donc payés pour…

Continuer la lecture

La tyrannie de l’identité totalisante

Le droit de ne pas se faire imposer par la société dans laquelle on vit une identité sexuelle en fonction de son corps est de plus en plus reconnu par les sociétés et les gouvernements occidentaux. Il est possible, pour les personnes qui ne s’identifient pas à leur sexe biologique, de changer de nom et de genre sur leurs papiers d’identité et d’obtenir de l’aide financière pour transformer leur corps et le rendre conforme en partie ou en totalité à l’identité sexuelle ou de genre de leur choix. Elles peuvent réclamer l’utilisation de pronoms qui correspondent au(x) genre(s) au(x)quel(s) elles s’identifient ou à leur absence de genre. Elles peuvent porter plainte en cas de non-respect de leur identité de genre, c’est-à-dire quand les autres s’acharnent à leur imposer une identité de genre qu’elles ne reconnaissent pas. Elles peuvent participer à des compétitions sportives destinées à des femmes biologiques, utiliser les toilettes publiques pour les femmes ou être admises dans des centres d’aide pour les femmes si elles s’identifient comme des femmes, et ce, même si elles sont nées avec tous les attributs biologiques masculins, même si elles continuent d’en avoir certains ou de les avoir tous, et même si les…

Continuer la lecture

Corruption individuelle et sociale par le télétravail

Depuis les confinements de 2020, le télétravail devient de plus en plus populaire. Ce qui était d’abord pénible pour les télétravailleurs est maintenant souvent réclamé par eux : ils voudraient faire seulement du télétravail, sauf dans les rares cas où il serait nécessaire de se rencontrer en personne au bureau. Il est vrai que les premiers mois de télétravail, imposés par les autorités sanitaires aux travailleurs pour lesquels c’était possible à cause du méchant virus, étaient pénibles. Les systèmes informatiques mis en place rapidement ne fonctionnaient pas toujours bien, on n’avait qu’une partie du matériel informatique nécessaire et pas de bureau à la maison, il fallait s’occuper des enfants parce que les écoles et les garderies étaient fermées. On était obligé de passer les soirées et les fins de semaine à la maison en plus des journées de travail, parce que tout était fermé, quand il n’était pas simplement interdit de sortir de chez soi et de rencontrer d’autres personnes que celles avec lesquelles on habitait. Maintenant, c’est une toute autre histoire. Les personnes qui font du télétravail utilisent des systèmes informatiques qui, sans être parfaits, ont été mis au point au cours des dernières années. Les employeurs leur fournissent une…

Continuer la lecture

Résistance et secret

Imaginons une situation où nous et nos contemporains devrions nous organiser et participer à une forme de résistance, un peu comme celle qui existait dans les pays européens occupés par l’armée allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale, et aussi en Italie et en Allemagne. Un des principaux problèmes pour les résistants et leurs sympathisants, ce serait de garder secrets leurs propres actes de résistance et ceux des autres, qu’ils manquent de discrétion ou que le contexte actuel et à venir rende beaucoup plus difficile de garder ces actes secrets. En lisant les témoignages ou les récits des résistants, nous pouvons remarquer à quel point ils accordaient de l’importance au secret quant à leurs activités. C’est que le succès de leurs opérations en dépendaient. C’est qu’ils risquaient de tomber entre les mains de la Gestapo si leurs secrets étaient éventés, et alors d’être exécutés ou envoyés dans un camp de travail ou de concentration, souvent après avoir été interrogés et torturés pour qu’ils divulguent le nom de leurs complices et fournissent des informations sur les actes de résistance qui se préparaient. C’est pourquoi les organisations de la résistance se divisaient en groupes indépendants dont les membres connaissaient presque seulement les autres…

Continuer la lecture

Résistance contre un ennemi connu et contre un ennemi méconnu

Dans ce billet, je veux faire deux expériences de pensée, lesquelles – j’insiste – n’ont rien à voir avec la réalité. Il s’agit d’un pur jeu intellectuel ou imaginaire, qui n’a pas la prétention de s’appliquer à la situation actuelle ou à une situation à venir. Étant philosophe de formation, je reconnais franchement que je suis dans les nuées ou, comme on me le reproche familièrement, que je pellette des nuages. Tout au plus ce que je dirai pourra s’appliquer, dans une certaine mesure et par hasard, à l’Ukraine, à la Russie et à la Chine. Quiconque fera, malgré cet avertissement, une autre application des idées que je développerai dans ce billet devra se garder de me l’attribuer et devra en prendre lui-même la responsabilité. Imaginons une contrée lointaine qui est envahie par une armée étrangère. Même si le gouvernement et les élites économiques qui dirigeaient les affaires du pays avant l’invasion et qui détenaient la plupart des richesses se souciaient bien peu des intérêts et du bonheur du peuple, ils n’allaient pas jusqu’à l’opprimer par la force, le massacrer ou faire des arrestations arbitraires, et ils toléraient même qu’il bénéficie d’une certaine liberté et d’un certain confort, afin d’éviter…

Continuer la lecture

Tenth Amendment Center – Nous n’arriverons pas à la liberté simplement grâce aux élections

Il y a quelques mois que je veux publier un court billet sur le une association américaine nommée Tenth Amendment Center (chaîne Rumble), qui fait partie du Tenther movement et qui défend une position politique selon laquelle les pouvoirs du gouvernement fédéral devraient être strictement limités à ceux qui sont explicitement énumérés dans la Constitution, en s’appuyant sur le dixième amendement : « The powers not delegated to the United States by the Constitution, nor prohibited by it to the States, are reserved to the States respectively, or to the people. » Cela peut s’appliquer, par exemple, à la surveillance de masse, à la réglementation de plus en plus contraignante sur les armes à feu, l’Affordable Care Act (l’Obamacare) et les mesures soi-disant sanitaires pour lutter contre le méchant virus. Malgré le mépris que beaucoup de Canadiens et surtout de Québécois ont pour les Américains, surtout ceux qui sont de tendance conservatrice ou libertarienne, on ne peut que louer le fait qu’ils prennent beaucoup plus au sérieux la Constitution américaine que nous prenons au sérieux les lois constitutionnelles canadiennes, et qu’ils résistent plus que nous aux lois et aux règlements fédéraux qui ne respectent pas la Constitution. Nos concitoyens, même quand ils sont…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (5) – L’architecture, l’urbanisme et la réalité virtuelle

Suite des billets du 9 juin, du 14 juin, du 25 juin et du 27 juin 2023. Notre civilisation est en train de se décomposer. Nos dirigeants, au lieu d’essayer d’atténuer, de ralentir ou de remédier à cette décomposition, semblent bien décidés à nous faire accepter avec résignation ce processus (sans l’appeler par son nom, évidemment), présenté comme une transformation historique inéluctable, et même à travailler à son accélération, puisque ce qu’ils considèrent comme la forme ultime du réalisme et du progressisme, c’est de courir à l’avant des tendances du moment. Ça n’a évidemment pas commencé avec l’arrivée du méchant virus et le délire sanitaire dont il a été le prétexte, ni avec l’adhésion de plus en plus folle à la croisade contre les changements climatiques, ni avec le sacrifice de la prospérité des pays occidentaux et des conditions de vie de leurs populations sous prétexte de guerre contre La Russie et peut-être bientôt contre la Chine. Pour parler seulement de ce qui m’intéresse dans ce billet, les villes occidentales s’enlaidissent de longue date et il devient de plus en plus difficile d’y vivre. Même dans les villes où les déboires économiques des dernières décennies se sont moins fait sentir…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (4) – L’interprétation et la composition musicales et l’intelligence artificielle

Suite des billets du 9 juin, du 14 juin et du 25 juin 2023. Dans mon billet du 25 juin 2023, j’ai envisagé la possibilité que les enregistrements musicaux, qui sont de plus en plus en ligne, deviennent inaccessibles ou difficiles d’accès à cause d’un effondrement technologique, de pénuries énergétiques et de censure, dans un contexte de moralite aiguë ou de guerre froide. Dans ce billet, je veux plutôt examiner la manière dont nos rapports à la musique et la musique elle-même se transformeraient si, au cours des prochaines décennies, l’utilisation de l’intelligence artificielle se généralisait pour produire des interprétations et des compositions musicales. Il faut des années pour apprendre à jouer d’un instrument ou à chanter. Après quoi, il faut s’exercer tous les jours ou presque pour continuer à s’améliorer ou seulement pour ne pas perdre la main. Il faut que des milliers de personnes s’exercent pendant des années, sous le regard attentif d’un ou de plusieurs professeurs, pour obtenir au bout du compte un musicien professionnel, et des millions pour obtenir un seul virtuose. Et c’est encore plus difficile pour obtenir un grand compositeur. Nous pourrions donc nous dire que cela fait beaucoup de temps, d’énergie et d’argent…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (3) – La musique en ligne

Suite des billets du 9 juin et du 14 juin 2023. Je ne considère pas la diffusion de la musique sur internet comme une mauvaise chose en elle-même. Cela m’a permis d’entendre les interprétations de musiciens qui sont morts avant que je naisse ou quand j’étais enfant (Glenn Gould, Scott Ross, Vladimir Horowitz et Jascha Heifetz) ou qui n’ont jamais donné un concert au Québec auquel j’aurais pu assister (Mstislav Rostropovitch, Paul O’Dette, Hopkinson Smith et Rolf Lislevand). Et même si j’étais né 20 ou 30 ans plus tôt et même si j’avais habité dans une grande ville nord-américaine ou européenne où ces musiciens auraient donné des concerts, je n’aurais probablement pas eu assez d’argent pour aller à tous ceux qui auraient intéressé. Je me serais peut-être même ruiné en achetant des disques, si j’avais vécu à une époque où la musique en ligne n’existait pas encore et si je m’étais mis en tête d’acquérir une certaine culture musicale, en me procurant plusieurs interprétations des œuvres des compositeurs bien connus ou moins connus du XVIIᵉ au XXᵉ siècles. Et sans la musique en ligne, peut-être n’aurais-je jamais entendu du flamenco, de la ranchera, du fado, de la musique tzigane est-européenne, de…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (2) – La lecture et l’écriture d’œuvres et l’intelligence artificielle

Dans mon billet du 9 juin 2023, j’ai fait l’hypothèse que les œuvres écrites pourraient devenir difficiles d’accès en raison de l’élagage et de la destruction des exemplaires déjà imprimés, de la transition toujours plus marquée vers des livres électroniques, de la précarité des technologies nécessaires pour les lire, et de la censure et de la falsification dont ils pourraient être l’objet. Dans ce billet, je veux plutôt examiner de quelle manière le rapport aux œuvres pourrait changer si, demeurant facilement accessibles surtout en format numérique sans être censurées ou falsifiées, elles étaient de plus en plus lues, étudiées, enseignées et discutées en s’aidant de l’intelligence artificielle. Ceux d’entre nous qui ont passé au moins quelques années à étudier ou à enseigner dans les collèges et les universités savent que beaucoup d’étudiants considèrent que c’est une perte de temps de lire une œuvre et d’essayer de la comprendre. Ce n’est pas un phénomène nouveau. Quand j’ai fait mes études collégiales et universitaires dans les années 1990 et 2000, plusieurs étudiants disaient fièrement qu’ils ne lisaient pas les œuvres littéraires et philosophiques qui étaient à l’étude et se vantaient de réussir quand même leurs cours. C’était alors la seule chose qui…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (1) – Les livres électroniques

Si presque toute la culture est en ligne et est assistée par ordinateur, sa survie dépend de la pérennité de ces technologies et du bon vouloir des corporations, des institutions et des gouvernements qui contrôlent ces technologies et la culture ou qui légifèrent sur elles. Étant donné les transformations technologiques, culturelles, morales et politiques qui s’accélèrent et aux dérapages autoritaires et superstitieux dans lesquels nous sommes entraînés, il y a de quoi s’inquiéter pour l’avenir de la culture en tant qu’entité vivante, et non comme une chose morte, mutilée, démembrée et enterrée. Et pourtant il arrive rarement qu’on s’inquiète. Nos concitoyens, qu’ils aient des prétentions à la culture ou non, nous ont montré qu’ils se préoccupent beaucoup plus du moindre petit microbe qui circulent, et nous font sentir qu’à côté des changements climatiques qui menaceraient l’humanité et la planète toute entière, la dégradation de la culture ne mérite pratiquement pas d’attention. Car à quoi bon préserver la culture si nous sommes submergés à cause de la fonte des glaces polaires, carbonisés par les rayons toujours plus ardents du soleil, affamés par les sécheresses, pulvérisés par les ouragans et les tornades, ensevelis par les tempêtes de neige, frigorifiés par le verglas…

Continuer la lecture

Difficultés et risques liés à la constitution d’un réseau économique clandestin

Nos gouvernements continuent de travailler à la transformation numérique, même si les signes d’une crise économique importante deviennent de plus en plus évidents, ou justement pour cette raison. Juste depuis le début du mois de mai 2023, la Banque du Canada a lancé une consultation publique sur le dollar numérique, et USAID a organisé à Washington un événement pour souligner la réussite de la transformation numérique grâce à l’implantation de DIIA en Ukraine, qui servirait de modèle en la matière aux « autres démocraties ». La Banque du Canada voudrait faire croire aux Canadiens que rien n’a été décidé quant à la création d’une monnaie numérique de banque centrale, qu’elle ne remplacera pas les billets de banque, et qu’on les consulte simplement pour avoir leur avis sur la question, afin d’aider cette noble institution à offrir des services monétaires de qualité dans un monde en perpétuel changement et de se préparer adéquatement en prévision du jour où on pourrait décider de créer cette nouvelle forme de monnaie accessible à tous, par exemple parce que l’argent comptant ne serait plus accepté comme mode de paiement dans un nombre croissant de commerces. Comme si ce n’était pas la responsabilité de la Banque du Canada…

Continuer la lecture

Remarques sur les sociétés totalitaires

Totalitaire est l’un de ces mots qu’on utilise souvent sans préciser ce qu’on entend par là, si bien qu’on croit souvent qu’il est juste ou injuste de l’employer non pas d’après ce qu’on observe, mais d’après les sentiments qui dominent ou différentes orientations politiques, morales, religieuses ou idéologiques. C’est ce qui arrive depuis 2020. Les opposants aux politiques autoritaires et invasives des gouvernements occidentaux disent que nous sommes déjà dans le totalitarisme ou que les tendances totalitaires se renforcent. Ils veulent généralement dire par là que les États et les gouvernements occidentaux, que nous avons l’habitude de dire démocratiques, sont déjà totalitaires ou sont en train de le devenir. Même s’ils ne le disent pas directement, on dirait que, pour eux, ce sont seulement ou surtout les États et les gouvernements qui peuvent être totalitaires, en privant indûment les individus, les associations d’individus et les communautés d’une grande partie de leur liberté. C’est ce qui leur fait parfois dire, assez absurdement, que nous sommes en marche vers le communisme (pour plusieurs, totalitaire et communiste sont pratiquement des synonymes), alors que les grandes multinationales prospèrent et deviennent plus riches et plus puissantes que les États, les traitent comme des vaches à…

Continuer la lecture

Impasse sur la participation et la non-participation à notre système politique pourri

Qu’il soit question de s’opposer aux mesures soi-disant sanitaires qui ne sont pas encore complètement disparues et qui pourraient revenir, aux soi-disant mesures écologiques pour lutter contre les changements climatiques, aux sanctions économiques contre la Russie et peut-être bientôt contre la Chine qui en fait détruisent l’économie des pays occidentaux et nous appauvrissent, à l’intervention militaire occidentale de plus en plus directe en Ukraine et peut-être bientôt aux alentours de Taïwan, à toutes les techniques de propagande et de censure pour mobiliser les populations occidentales, et à la grande vague autoritaire qui déferle en Occident, nous peinons à trouver des moyens de résistance efficaces. Ce que les uns décident de faire pour résister, les autres trouvent que c’est non seulement inefficace, mais même nuisible, naïf et absurde ; et vice versa. C’est par exemple le cas de la décision d’opter ou non pour des moyens d’action politiques, quelle qu’en soit la forme. Et nous pouvons comprendre pourquoi il en est ainsi, car les inconvénients d’essayer d’agir politiquement, ou de ne pas essayer, sont considérables, alors que les gains sont forts incertains et ne sont souvent que des broutilles, quand ils ne sont pas simplement illusoires. Bien naïfs sont ceux qui ne…

Continuer la lecture

Le suicide assisté pour contrecarrer l’imposition de mesures soi-disant sanitaires

Le suicide assisté est très impopulaire chez les opposants conservateurs et religieux aux mesures soi-disant sanitaires, qui tendent à sacraliser la vie humaine, indépendamment des conditions de vie concrètes. Même des opposants qui ne sont pas particulièrement conservateurs et qui ne sont pas croyants sont réticents à l’idée de légaliser le suicide assisté ou de le rendre plus accessible, aux personnes âgées en mauvaise santé et dépourvues d’autonomie, et aux personnes plus jeunes atteintes d’une maladie incurable qui les fait souffrir, qui limite considérablement leur liberté, qui les rend très dépendants des autres, et qui fait d’eux la chose du système hospitalier. Parfois convaincus, à tort ou à raison, qu’un grand projet de réduction de la population est en cours, et que les traitements sordides dont ont été l’objet les personnes âgées les plus vulnérables à partir de 2020 s’inscrivent dans ce projet, le suicide assisté, même volontaire, scandalise plusieurs d’entre eux. D’autres craignent que la bureaucratie hospitalière et les professionnels de la santé tuent des personnes vulnérables qui n’ont jamais donné leur consentement au suicide assisté, pour désengorger le système de santé en libérant des lits, et pour éliminer des dépenses inutiles ; et croient qu’il faudrait interdire ou…

Continuer la lecture

Bons sentiments et tendances totalitaires

Les bons sentiments et les tendances totalitaires sont, pour beaucoup d’entre nous, des choses incompatibles. Selon eux, les Allemands du Troisième Reich auraient adhéré au nazisme parce qu’ils n’avaient pas de bons sentiments et avaient plutôt de mauvais sentiments. C’est pourquoi ils s’imaginent, quand les gouvernements et les médias de masse occidentaux déclarent, à tort ou à raison, que des mouvements politiques ou des groupes d’opposants sont d’extrême-droite, qu’il faut combattre les mauvais sentiments que répandent ces méchantes personnes et les remplacer par de bons sentiments, c’est-à-dire leurs sentiments. Ils ne comprennent pas que les Allemands de l’époque évaluaient positivement les sentiments qu’ils avaient, par exemple à propos de la puissance de l’Allemagne, de l’unification et de la purification de la race allemande et de l’élimination des éléments indésirables, impurs, parasitiques, dégénérés ou traîtres, comme les Juifs, les Slaves, les Tziganes, les homosexuels, les communistes, les socialistes et les démocrates. Ils croient que, quand ils auront réussi à imposer de bons sentiments, c’est-à-dire leurs bons sentiments, à toutes les personnes soupçonnées ou accusées d’être d’extrême-droite ou d’être sceptiques quant à ces sentiments, on en aura enfin fini avec le suprémacisme blanc, le fascisme, le néo-nazisme et tout ce qui s’y…

Continuer la lecture

Pour la liberté bureaucratique

Pour que l’enseignement et la recherche universitaires soient utiles à la société, les professeurs et les chercheurs doivent bénéficier d’une grande liberté. Ils doivent pouvoir enseigner ce qui leur semble vrai et utile, et faire des recherches sur ce qui leur semble vrai et utile, sans s’inquiéter des désirs de l’administration universitaire, des corporations qui financent les universités ou qui ont des partenariats avec elles, et des gouvernements qui octroient des subventions de recherche, sauf quand ces organisations cherchent à promouvoir l’enseignement et la recherche libres de ce qui est vrai et utile. Malheureusement, les universités, les corporations privées et les gouvernements voient souvent les choses d’un autre œil. Les professeurs et les chercheurs universitaires qui ne jouent pas le jeu, c’est-à-dire qui n’enseignent pas ce qu’on voudrait et qui ne font pas des recherches sur ce qu’on voudrait, ou qui enseignent ce qu’on voudrait qu’ils n’enseignent pas et qui font des recherches sur ce qu’on voudrait taire ou passer sous silence, voient leur carrière académique compromise et risquent de perdre leurs subventions de recherche ou de ne jamais obtenir de subventions. Ils s’exposent même à des sanctions disciplinaires (suspension sans solde et congédiement) si leur enseignement et leurs recherches…

Continuer la lecture

La négativité et la violence de la communication positive et non violente

J’enrage encore à cause de la formation sur le service à la clientèle (billet du 30 mars 2023) qu’on m’a imposée au travail, alors que je ne suis pourtant jamais en contact avec les clients de l’entreprise pour laquelle je travaille. C’est qu’il suffirait de faire quelque chose pour quelqu’un, quel qu’il soit, pour faire du service à la clientèle. Le service à la clientèle deviendrait alors le paradigme universel dans lequel devraient s’inscrire toutes les relations humaines. Il aurait même des applications dans les familles, dans les couples et entre amis. Ce qui me dégoûte encore plus, c’est la grande entreprise de domestication des employés (billet du 4 avril 2023) dans laquelle cela s’inscrit. Et puisque nous sommes presque tous des employés, puisque les autres conditions professionnelles sont de plus en plus assimilées à la condition d’employés, c’est presque tout le monde qu’on domestique. Étant donné la place importante que le travail occupe dans nos vies, ce sont les individus tout entiers qu’on transforme en chats ou en chiens d’appartement, qui donnent gentiment la patte à leurs maîtres (les employeurs, les dirigeants politiques et bureaucratiques, les médecins, les experts, etc.) qui contrôlent de plus en plus tout ce qu’ils…

Continuer la lecture

Audiences de la Commission d’enquête nationale citoyenne au Canada

La Commission d’enquête nationale citoyenne a commencé ses audiences, où elle entend les témoignages d’experts et de citoyens de la gestion de la crise soi-disant sanitaire : « Les mesures qu’ont prises les gouvernements fédéral et provinciaux face à la COVID-19 au Canada sont sans précédent. Les interventions des instances publiques dans la vie des Canadiens, dans nos familles, nos entreprises et nos collectivités ont été considérables, et le demeurent encore pour une large part. En effet, les mesures en question ont affecté la santé physique et mentale, les libertés civiles et fondamentales, l’emploi et les moyens de subsistance, et le bien-être social et économique général de presque tous les Canadiens. Il y a donc lieu, en l’occurrence, d’exiger une enquête nationale exhaustive, transparente et objective dans l’optique de déterminer l’utilité et l’efficacité de ces mesures, et de tirer les leçons nécessaires pour l’avenir. Pareille enquête ne saurait être lancée ou menée de manière impartiale par nos gouvernements, puisque ce sont les mesures et interventions qu’ils ont prises face à la COVID-19 qui en constitueraient l’objet même. La Commission d’enquête nationale citoyenne (CeNC) est une initiative entièrement indépendante du gouvernement, dirigée et financée par des citoyens. Au début de 2023,…

Continuer la lecture

La vanité des humbles

Je sais depuis longtemps que je vis dans une société composée principalement de vers de terre. Malgré des années de cohabitation forcée, je n’arrive pas à m’habituer à l’existence de ces invertébrés, qui provoquent chez moi une répugnance viscérale. J’ai beau me dire qu’ils ne méritent pas que je me fâche contre eux et qu’il vaut mieux que je rie simplement d’eux, cela finit tôt ou tard par se produire. Mon employeur m’a infligé dernièrement, en compagnie de mes collègues, une longue formation sur le service à la clientèle. Pourtant, nous n’entrons jamais en contact avec les clients de l’entreprise pour laquelle nous travaillons. Nous faisons plutôt du soutien informatique de base pour d’autres employés de la même entreprise, et certains de mes collègues développent ou modifient des logiciels à la demande d’autres employés ou en collaboration avec eux. Nous n’avons donc pas une clientèle à servir. Nous soutenons tout au plus les utilisateurs des logiciels qui sont sous notre responsabilité, et nous travaillons en collaboration avec eux pour les configurer correctement, et parfois pour les améliorer ou faire une mise à niveau. Toutefois, les administrateurs se sont mis dans la tête que le seul fait de faire quelque chose…

Continuer la lecture

Hypersensibilité aux microagressions et insensibilité aux macroagressions

C’est dorénavant la mode, surtout quand on appartient à un groupe victimisé, de se plaindre de microagressions ; et quand on n’appartient pas à un groupe victimisé, de se faire le défenseur des victimes de microagressions. Les clichés, les expressions jugées dénigrantes et les comportements perçues comme irrespectueux, quand ils concernent les Noirs, les Autochtones, les Asiatiques, les Latinos, les Arabes, les Juifs, les femmes, les homosexuels, les lesbiennes, les bisexuels et les transsexuels, par exemple, sont souvent considérés comme des microagressions. Celui qui ose employer le terme « nègre », ou qui emploie des expressions comme « travailler comme un nègre » ou « parler le petit nègre », ou qui plaisante un Noir sur la taille présumée de son membre viril, est par conséquent un microagresseur. Même chose pour quelqu’un qui se déguiserait en Amérindien pour l’Halloween, avec des mocassins, des plumes, un arc et un carquois. Même chose pour celui qui aurait l’idée d’ouvrir ou de tenir une porte à une féministe d’une certaine espèce, qui en conclurait qu’on pense qu’elle n’est pas capable d’ouvrir la porte elle-même. Même chose pour un homme qui se montrerait trop insistant dans la cour qu’il lui ferait, qui oserait la toucher du bout des doigts ou, encore…

Continuer la lecture

Guerre de l’information et guerre morale

Les journalistes, les scientifiques et les intellectuels dissidents déclarent souvent qu’ils luttent contre la désinformation et qu’ils participent à une grande opération de réinformation, dans le cadre d’une guerre de l’information, qu’il soit question de la pandémie, de la guerre, des changements climatiques, de la surveillance de masse et du contrôle social. Si beaucoup de nos concitoyens acceptent de se faire confiner, museler, injecter des substances dangereuses, appauvrir, entraîner dans une guerre mondiale, sermonner à propos de leur consommation d’essence, de gaz naturel, d’électricité et de viande, et de se soumettre à une discipline hospitalière et carcérale, c’est que la propagande gouvernementale et médiatique les exposent à des informations fausses et trompeuses. Si ces personnes étaient au contraire bien informées, si elles ne prenaient pas des mensonges pour la vérité, beaucoup d’entre elles n’obéiraient plus à ceux qui sont en train de les assujettir progressivement, ne collaboraient plus avec eux, et parfois même leur résisteraient. Dans cette perspective, l’accès à une information équilibrée et raisonnée et la connaissance des faits ou de la vérité devraient ouvrir les yeux des personnes mal informées, trompées ou endoctrinées, et contribuer à les faire agir de manière plus raisonnable et plus autonome. Et quand…

Continuer la lecture

Students Against Mandates

Une des choses qui m’a le plus déçu depuis 2020, c’est de constater à quel point nous avons été ramollis au cours des dernières années, à force de mesures sécuritaires diverses, contre le terrorisme, contre les accidents, contre les mauvaises habitudes de vie, etc. Les populations occidentales n’auraient certainement pas accepté aussi docilement les mesures soi-disant sanitaires dans les années 1960, 1970, 1980 et 1990. Sans vouloir idéaliser les types humains qui existaient à l’époque, il y aurait certainement eu plus d’opposition à la propagande sanitaire, et les larbins bien-pensants qui ont collaboré avec les autorités politiques et sanitaires auraient certainement été moins nombreux. Il est vrai qu’il n’est pas nouveau qu’on se range en vieillissant, sous l’influence du mode de vie petit-bourgeois qui se réduit essentiellement au boulot et à la vie conjugale ou familiale. Mais tout de même, la proportion de larbins parmi nous a augmenté de manière dangereuse. Une véritable contagion servile, vous dis-je ! Ce qui m’a le plus fâché, c’est le manque de tonus des jeunes adultes, tout particulièrement les étudiants collégiaux et universitaires. Bien sûr, je comprends que ces jeunes ont eu des parents prématurément momifiés, et qu’ils ne sont certainement pas les seuls…

Continuer la lecture

Deux conceptions de la trahison et de la politique

La manière dont on conçoit la trahison est grandement déterminée par le contexte dans lequel on se trouve. Dans un contexte où les intérêts ou les désirs d’une personne ou d’un groupe de personnes ne sont pas reconnus par une convention explicite ou implicite, on ne saurait raisonnablement accuser quelqu’un de trahison parce qu’il ne tient pas compte de ces intérêts ou de ces désirs. Il serait aberrant d’accuser de trahison un roi, surtout quand on croit qu’il tient son pouvoir de Dieu, parce qu’il ne tient pas compte des intérêts ou des désirs de ses sujets, ou qu’il les foule aux pieds. On peut certes dire qu’un tel roi est un mauvais roi, et aussi qu’il méconnaît son intérêt, puisqu’il tire en partie son prestige, sa puissance et sa richesse de ses sujets. En les écrasant et en les traitant comme des choses dont il pourrait librement disposer, il les prive des moyens de contribuer à son prestige, à sa puissance et à sa richesse, et les incite à lui manquer de loyauté et, tôt ou tard, à se révolter. Mais on ne saurait pas alors parler d’une trahison du roi à l’égard de ses sujets. En fait, la…

Continuer la lecture

Manque d’imagination chez les gens normaux, les résistants et les oligarques

Les gens normaux – les « normies », comme on dit en anglais » – souffrent d’un grave manque d’imagination. Non seulement ils ont de la difficulté à concevoir concrètement que le monde dans lequel nous vivons connaît des transformations dramatiques, mais ils ont aussi beaucoup de difficulté à les reconnaître pour ce qu’elles sont même quand elles se produisent ou après qu’elles se sont produites. Ils ne voient pas et ne veulent pas voir plus loin que le bout de leur nez, et ils ne perçoivent du monde que ce que les autorités, les experts reconnus et les journalistes à l’emploi des grands médias leur décrivent comme étant la réalité. S’il est vrai qu’ils manquent de réalisme, ce n’est pas par excès ou dérèglement de l’imagination, mais en raison d’une importante carence en imagination. Ce ne sont pas eux qui s’imaginent des choses, ce sont leurs maîtres à penser qui imaginent des choses pour eux. Leur esprit est tellement passif que, quand la « réalité » imposée dogmatiquement par ces maîtres est remise en question par quelques rayons de lumière qui finissent par s’infiltrer, ils ne voient rien d’autre que ce qui se présente immédiatement à eux, sont incapables de faire des liens, n’envisagent…

Continuer la lecture

Doutes sur les communautés comme structures de résistance

À cause des mesures soi-disant sanitaires qui pourraient de nouveau s’abattre sur nous, de l’inflation qui pourrait s’aggraver, des politiques écologiques autoritaires et souvent incompatibles avec notre bien-être et notre liberté et de l’intolérance des entreprises et des institutions gouvernementales, supranationales et financières à l’opposition en actes et en paroles, les appels à s’organiser sont de plus en plus fréquents et pressants au sein de la résistance, afin de ne pas être privés de nos moyens de subsistance et de ne pas être obligés d’accepter la servitude qu’on nous impose peu à peu. Plusieurs insistent sur l’importance de constituer des communautés et de ne pas rester isolés. C’est par exemple le cas de James Corbett qui, dans une vidéo « Building Community » de la série « Solutions Watch », cherche à nous faire comprendre que les meilleures idées – par exemple un système économique parallèle très ingénieux – ne servent à rien quand elles ne s’appuient pas sur une communauté décidée à les mettre en pratique. J’apprécie l’honnêteté et le réalisme de James Corbett, qui ne cache pas à ses auditeurs qu’il est très difficile de constituer des communautés de résistants et que ces tentatives échouent très souvent, soit que…

Continuer la lecture

Diverses formes de contre-propagande (1)

La propagande à laquelle nous avons été exposés depuis notre enfance s’étant dangereusement intensifiée depuis trois ans et ne semblant pas devoir s’arrêter de sitôt, nous sommes beaucoup à faire régulièrement de la contre-propagande, en nous adressant à un public assez étendu ou seulement à notre entourage. Mais il arrive assez rarement que nous discutions de ce que nous faisons en nous opposant à la propagande. La contre-propagande peut prendre différentes formes, lesquelles ont leurs avantages et leurs inconvénients, s’adressent à un public différent, et peuvent être utilisées plus efficacement dans certains contextes que d’autres. J’entends par là le fait d’exposer aux personnes endoctrinées des informations et des arguments incompatibles avec la propagande dominante. Il s’agit d’essayer de leur montrer qu’on peut voir les choses autrement, que ce qu’on présente comme des vérités établies est à tout le moins discutable, que souvent elles ne résistent pas à un examen critique, que d’autres positions sont plus vraisemblables, et que cette propagande a de nombreux effets nuisibles. Cette propagande peut avoir une certaine efficacité avec des personnes réfléchies qui, même si elles ne sont pas en rupture avec la propagande, sont prêtes à examiner la situation de manière réfléchie. On l’aura deviné,…

Continuer la lecture

Les structures parallèles comme moyens de résistance

Nous entendons parfois parler, dans la dissidence, de l’importance de créer des structures parallèles afin de dépendre le moins possible des gouvernements occidentaux et des grandes corporations auxquels ils sont alliés, de réduire les conséquences des mesures qu’ils pourraient prendre contre la population en général et plus particulièrement contre les résistants, et de se donner les moyens de persister dans la résistance. Nous avons vu, au cours des dernières années, jusqu’où sont prêtes à aller les autorités politiques et bureaucratiques occidentales : confinement de toute la population ou seulement des récalcitrants, subordination de la science, de la médecine et de la presse à ces autorités, suspension ou congédiement des professionnels de la santé et des fonctionnaires non vaccinés ou protestataires, refus de certaines interventions médicales pour les malades non vaccinés, destruction de l’économie et du niveau de vie sous prétexte de lutte contre le méchant virus, les méchants russes ou les méchants changements climatiques, transformation des écoles en camps d’endoctrinement et de dressage, gel des comptes bancaires et des cartes de crédit des opposants, etc. Si nous ne nous prenons pas en mains rapidement, les gouvernements occidentaux et les élites économiques nationales et supranationales nous tiendront à la gorge. Il…

Continuer la lecture

Le rôle des écoles dans la résistance à l’autoritarisme gouvernemental et aux tendances totalitaires

Étant donné le dressage sanitaire des enfants, des adolescents et du personnel enseignant et non enseignant qui a eu lieu dans les écoles en 2020, en 2021 et en 2022, il peut sembler irréaliste et même absurde d’essayer de faire des écoles des lieux où on résisterait à l’autoritarisme et aux tendances totalitaires du gouvernement, et où on cultiverait les capacités de résistance des enfants et des adolescents. En effet, il y a peu d’endroits où la discipline sanitaire – la désinfection compulsive des mains, le dépistage et l’isolement préventif, la distanciation sociale, le port du masque, les « bulles-classes » et la promotion des fameux vaccins – a été appliquée avec autant de rigueur que dans les écoles. Cela s’explique par le fait que, comme les hôpitaux, ces établissements sont directement sous l’autorité du gouvernement, et que les administrateurs scolaires et les enseignants sont dans l’obligation d’appliquer ces règles, sous peine d’être sanctionnées par le gouvernement. Beaucoup ne se font d’ailleurs par priés et sont des collaborateurs zélés. Et cela ne s’applique pas seulement à l’idéologie sanitaire, mais aussi à l’idéologie climatique et à l’idéologie « woke » qui ont été intégrées, sous une forme plus ou moins dogmatique, aux programmes éducatifs en…

Continuer la lecture

Les limites du rôle de la famille dans la résistance à l’autoritarisme gouvernemental et aux tendances totalitaires

Pour beaucoup d’opposants à l’idéologie sanitaire qui s’est manifestée ouvertement à partir de 2020, la famille est une valeur importante. Elle serait même une force de résistance contre l’ingérence et les abus de pouvoir des autorités politiques et sanitaires. Car une des choses qui scandalisent le plus ces opposants, c’est que ces autorités prétendent mieux savoir que les parents ce qui est bon pour leurs enfants. Et ce qu’ils craignent le plus, c’est que ces autorités profitent des opportunités que procure l’éducation publique pour administrer à ces derniers des injections expérimentales. Certains sont même allés jusqu’à retirer leurs enfants des écoles et à les éduquer eux-mêmes à la maison pour les protéger du dressage sanitaire, grâce à la désinfection compulsive des mains, le dépistage préventif, la distanciation sociale, le port du masque et les « bulles-classes ». C’est effectivement ce que pouvaient faire de mieux ces parents dans ce contexte. Je les en félicite. Cependant, nous aurions tort de croire que les familles sont en elles-mêmes des structures de résistance contre l’autoritarisme gouvernemental, surtout quand il a des tendances totalitaires. C’est un lieu commun de la critique du totalitarisme de reprocher à ce dernier de retirer les enfants à leurs…

Continuer la lecture

Le profond sommeil des Canadiens sur la possibilité d’une guerre mondiale

Nous, les Canadiens, n’avons pas connu la guerre sur notre territoire depuis belle lurette. Nous-mêmes, nos parents, nos grands-parents, nos arrière-grands-parents, nos arrière-arrière-grands-parents, et ainsi de suite, ne savons pas ce que c’est que d’avoir la guerre chez nous, d’avoir nos villes assiégées, bombardées, prises et occupées par une armée étrangère. Nous ne savons pas ce que c’est que d’être enrôlés de gré ou de force pour protéger nos demeures, nos proches, nos concitoyens et notre pays d’une invasion. Nous ne savons ce que c’est que d’être capturés, blessés, mutilés et tués au combat. Nous ne savons pas ce que c’est que d’être contraints de travailler pour l’envahisseur ou de lui servir de chair à canon contre nos concitoyens ou contre les autres peuples qu’il envahit. Nous ne savons pas ce que c’est que d’être quotidiennement intimidés par les occupants, et parfois même battus, emprisonnés, torturés, jugés sommairement et exécutés. Nous ne savons pas ce que c’est, après la défaite de notre armée, de rejoindre la résistance, de participer à des actes de sabotage, d’organiser des attaques contre l’armée d’occupation, de procurer secrètement des renseignements aux armées alliées et de lutter clandestinement contre la propagande de l’occupant. Tout au plus…

Continuer la lecture

Faisons attention à ce que nous réclamons

Nous voyons régulièrement sur internet des vidéos où des citoyens canadiens en colère attendent Justin Trudeau à des événements publics ou non publics pour réclamer sa démission. Car aux yeux d’une partie importante des Canadiens, il se comporte comme un tyran qui ne supporte d’être critiqué ou contredit, qui n’hésite pas à réprimer les mouvements d’opposition, qui détruit la prospérité économique du Canada et le Canada lui-même, et qui est en train de nous entraîner dans un affrontement de plus en plus direct avec la Russie, en collaboration avec les chefs politiques occidentaux. Même si je suis d’accord avec ceux de mes concitoyens qui trouvent que cet histrion décervelé est indigne d’être premier ministre, je ne crois pas qu’en obtenant sa démission, nous serions au bout de nos soucis. Malgré le fait qu’il est incontestablement d’une incompétence crasse et d’une mauvaise foi peu commune, nous pourrions nous retrouver avec pire que lui, si Trudeau, qui en aurait assez d’être harcelé et qui serait privé du soutien de ses maîtres qui trouveraient qu’il n’est plus en position de leur servir de valet, décidait de se retirer de la politique, ou y était forcé, non sans trouver une porte de sortie pour…

Continuer la lecture

L’avenir des professions médicales et paramédicales

Pour la plupart, nous n’avons pas eu la malchance, ou plutôt la chance, d’avoir affaire, avant 2020, à des médecins et à d’autres soignants à ce point ramollis, incompétents, bornés et même dangereux, que nous en sommes venus à douter de l’efficacité de la médecine et des finalités véritables du système hospitalier, qui vit plus grâce à nous, et que nous vivons grâce à lui. Mais peut-être étions-nous simplement aveugles et très naïfs… Quoi qu’il en soit, nous avons ouvert les yeux seulement quand ceux que nous concevions comme la fine fleur de l’intelligence, de la rigueur et de l’intégrité en sont venus à faire de la propagande sanitaire, à participer activement au régime de biosécurité et à appuyer de l’autorité que leur confère leur profession les mesures soi-disant sanitaires. Le réveil a certainement été difficile. Eh quoi ! ceux que nous consultons depuis des décennies, auxquels nous confions la santé de nos enfants, et qui sont censées nous prescrire des traitements, nous donner des soins et effectuer sur nous des interventions chirurgicales, sont assez bêtes, conformistes et rampants pour jouer leur rôle dans cette histoire de « pandémie », pour collaborer avec les autorités politiques et sanitaires, et pour s’imaginer ou faire…

Continuer la lecture

Ce dont il faut nous souvenir à l’occasion du jour du Souvenir

À l’occasion du jour du Souvenir qui aura lieu dans quelques jours, nous pouvons nous attendre à des commémorations plus ou moins hypocrites ou déconnectées de la réalité de la guerre, et à des déclarations du gouvernement fédéral canadien à propos des sacrifices faits par nos soldats en temps de guerre, pour défendre la liberté, la paix et la démocratie, nous dit-on. Étant donné que nous, Canadiens, n’avons jamais connu la guerre sur notre territoire et son occupation par des armées étrangères, nous avons une idée assez confuse de ce qu’est la guerre, et nous nous imaginons que c’est quelque chose qui se passe dans des pays lointains, où nous envoyons des soldats, de l’équipement militaire et de l’aide humanitaire. Nous pouvons dire à peu près la même chose de beaucoup d’Américains, et aussi de beaucoup d’Européens, même s’ils habitent dans des pays qui ont été dévastés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces derniers, souvent trop jeunes pour avoir connu des personnes qui savent ce que c’est que de vivre dans une ville bombardée ou occupée, d’être soumis à des mesures de guerre, et d’être privé de choses qu’on considère comme acquises (nourriture, eau, électricité, chauffage, etc.), et habitués à…

Continuer la lecture

Idées de sabotage intérieur

Après avoir proposé quelques idées de sabotage extérieur dans mon billet du 29 octobre 2022, je fais maintenant quelques propositions de sabotage intérieur. J’entends par là des actes malicieux ou espiègles ayant pour but d’atténuer ou de neutraliser la capacité à nuire des organisations auxquelles appartiennent ceux qui les commettent. Comme je l’ai dit dans le billet précédent, il ne s’agit pas de scier les câbles des ascenseurs d’un édifice administratif, de trafiquer les freins de la voiture d’un grand et puissant personnage ou d’incendier les locaux où se trouvent les serveurs informatiques d’un organisme public qui prépare l’identité numérique, des institutions financières qui collaborent avec le gouvernement pour l’implantation d’une monnaie numérique de banque centrale ou d’un grand fournisseur de téléphonie mobile qui collecte toutes sortes de données sur nous et les revend au gouvernement ou à d’autres entités qu’elle refuse d’identifier. Outre le fait que ceux qui commettraient ces actes inacceptables et inadmissibles seraient probablement arrêtés et légitimement condamnés à de graves peines d’emprisonnement, conformément à nos lois, des innocents pourraient aussi être grièvement blessés ou tués, et le gouvernement pourrait censurer et persécuter encore plus les dissidents et les résistants, même quand ils n’auraient rien à voir…

Continuer la lecture

Idées de sabotage extérieur

L’émission de James Corbett sur le sabotage m’a donné envie de chercher des actes de sabotage que nous pourrions accomplir. À ceux de mes lecteurs que ce seul mot ferait sursauter et qui ne seraient pas chauds à l’idée de faire dérailler des trains, de faire exploser des ponts et de provoquer des pannes d’électricité, je dis que ce n’est évidemment pas ce que j’ai en tête. Ces actes de destruction, que nous sommes habitués de voir dans les films américains à grand budget, ne sont pas tout ce à quoi nous pouvons donner le nom de sabotage. Il existe d’autres formes de sabotage qui, bien que moins spectaculaires, peuvent être très efficaces quand elles sont réalisées sur assez longtemps et par un assez grand nombre de personnes, dans le cadre d’un projet concerté. Le cas de Kendall Chamberlain est intéressant. Ce superintendant de l’eau potable et des eaux usées de Richmond au Vermont a réduit de manière significative le taux de fluorure dans l’eau distribuée par l’aqueduc municipal parce que, selon lui, il était trop élevé, les sources d’approvisionnement n’étaient pas fiables, et il représentait un risque pour la santé. Si un individu peut à lui seul entraver l’application…

Continuer la lecture

Deux formes de survivalisme

Dans ce billet, je propose une définition minimale du survivalisme, en sachant très bien qu’elle ne rend pas compte de certains des aspects importants de ce qu’on entend généralement par là. En fait, j’ai besoin de cette définition minimale du survivalisme pour observer des comportements et même un mode de vie qui sont apparus ou qui se sont renforcés depuis l’arrivée du virus et depuis qu’on nous casse encore plus les oreilles avec les fameux changements climatiques. Ainsi, j’entends par survivalisme le fait d’adopter des comportements pour se préparer à survivre dans un monde qui semble devenir de plus en plus hostile, ce qui peut engendrer des transformations du mode de vie des groupes de personnes concernés, parfois petits, parfois grands. C’est normalement ce dont il s’agit quand on parle de survivalisme. Peu importe si les survivalistes se situent à droite ou à gauche, leurs comportements sont caractérisés par un désir marqué d’autonomie ou même d’autarcie, même s’ils prennent des formes en partie différentes selon les tendances politiques. Pour être en mesure de survivre à la suite d’une catastrophe naturelle, d’une panne généralisée du réseau électrique, d’un effondrement du système économique et du gouvernement, de graves troubles sociaux, d’une aggravation…

Continuer la lecture

Les responsabilités du gouvernement et des citoyens

Justin Trudeau, notre premier ministre, vient de nous parler de LA responsabilité du gouvernement. Selon lui, il s’agirait d’empêcher la saturation du système de santé et de protéger la population, en administrant des doses de « vaccin », en « incitant » les Canadiens à se les faire administrer et en imposant des restrictions durant l’hiver, surtout si les Canadiens ne suivent pas les conseils judicieux de leur premier ministre, et refusent de recevoir en assez grand nombre une quatrième dose du nouveau « vaccin » spécialement conçu pour Omicron. Faut-il en comprendre que, selon Trudeau et ses acolytes, c’est là tout ce que devrait faire notre gouvernement, ou du moins que tout ce dont il pourrait s’occuper devrait être sacrifié ou subordonné à LA responsabilité du gouvernement ? Il semblerait bien que ce soit le cas, si nous en jugeons d’après la manière dont nous avons été gouvernés depuis la première manifestation du virus au Canada, et même depuis un peu plus longtemps. LA responsabilité du gouvernement lui est assurément très commode : elle le dispense de prendre ses autres responsabilités, qui sont alors éclipsées et qui peuvent être ignorées en grande partie, ou prises en compte seulement pour la forme. D’autant plus que LA…

Continuer la lecture

Ce que l’avenir pourrait réserver aux plus jeunes

Faisons l’hypothèse suivante : les autorités politiques, bureaucratiques et sanitaires – qui ont de toute évidence perdu la tête ou (et) qui nous veulent du mal – continueront d’agir envers nous comme ils l’ont fait depuis quelques années ou quelques décennies ; et le peuple, endoctriné et loin de résister, se rangera majoritairement derrière ces autorités. Si les choses se passent ainsi, qu’en résultera-t-il pour les jeunes adultes, les adolescents, les enfants et les personnes qui pourraient naître au cours des prochaines années ou décennies ? Même s’il ne faut pas embellir la vie que nous, qui sommes plus âgés, avons eu jusqu’à maintenant, il me semble que nous pouvons dire que ce qui attend les plus jeunes et les générations encore à venir, c’est une dégradation généralisée de la situation politique, économique, morale et culturelle, et donc un appauvrissement de leur existence, comparativement à la nôtre. Ne nous leurrons pas : malgré l’élection des membres de l’assemblée législative et du gouvernement, nos droits politiques ont toujours été très limités. Outre le fait que, faute d’avoir l’argent et les relations nécessaires, il a toujours été inenvisageable pour beaucoup d’entre nous d’occuper des fonctions politiques importantes, les parlementaires censés nous représenter sont soumis à la…

Continuer la lecture

Une forte majorité de Québécois « non adéquatement vaccinés »

C’est maintenant officiel : les personnes « adéquatement vaccinées » ne représentent plus qu’une petite proportion de la population québécoise. Seulement 23,5 % ! Car du point de vue de la Santé publique, cela revient au même de ne pas avoir été vacciné du tout, et de ne pas s’être fait administré une dose depuis cinq mois même si on s’en est fait déjà administrer trois ou quatre. Le taux de « vaccination » étant un indicateur d’adhésion important à l’idéologie sanitaire, les autorités politiques et sanitaires devront bien comprendre que l’enthousiasme des Québécois pour les « merveilleux sérums » a passé, et que leur obéissance aux consignes du gouvernement s’effrite, s’ils persistent dans leur refus de se faire injecter encore une autre dose de « vaccin ». Il serait alors plus difficile, après les élections provinciales qui auront lieu au début du mois d’octobre 2022, de réimposer des mesures soi-disant sanitaires, et plus particulièrement l’odieux passeport vaccinal, alors que beaucoup de personnes, surtout dans la population active, seraient exclues de la société et pourraient protester, contrairement à ce qui est arrivé l’année dernière. Car une partie importante des doublement ou triplement vaccinés se retrouverait de fait du même côté…

Continuer la lecture

Faut-il nous moquer de nos concitoyens qui ont le cerveau lessivé ? (Réponse à James Corbett)

J’estime beaucoup James Corbett (chaîne Odysee) pour les vidéos qu’il fait depuis environ 15 ans, si je ne me trompe pas. Cela fait seulement deux ans que je le connais, mais je loue son approche non partisane et aussi la place accordée au doute dans sa démarche, en se gardant de faire de déclarations dogmatiques qui, si elles ne se réalisent pas, le discréditeraient aux yeux de plusieurs, comme cela est d’ailleurs arrivé à plusieurs dissidents. L’éventail des sujets qu’il a couverts depuis la fin des années 2000 est impressionnant : les fausses « pandémies » de 2009 et de 2020, la montée de la biosécurité, la propagande portant sur les changements climatiques et les politiques énergétiques, la démolition contrôlée de l’économie, les événements du 11 septembre 2001, les relations entre les États-Unis et la Chine, l’influence de l’industrie pharmaceutique, les relations publiques, l’évolution des médias, le transhumanisme, la guerre civile en Syrie, l’utilisation des organisations terroristes par le gouvernement américain, etc. Mais je ne suis pas toujours d’accord avec lui et j’espère que, vous aussi, vous n’êtes pas toujours d’accord avec lui ou avec moi. Le contraire ne serait pas sain, et je pense que James Corbett serait d’accord. Autrement, nous ne nous…

Continuer la lecture

Liquidation du réseau public de santé, saignée économique et organisation de la résistance

Dans une discussion avec Jérémie Mercier, Louis Fouché traite de la question du maintien de la suspension des soignants (et aussi des autres personnes qui travaillent dans les hôpitaux et les cliniques) qui ont refusé de se faire administrer les injections expérimentales, et de la liquidation du réseau public de santé qui est en train de se produire et qui pourrait mener à son remplacement par cette drôle de chose qu’on appelle la iSanté et qui serait encore plus sous le contrôle des grandes entreprises pharmaceutiques que l’est actuellement le réseau public de santé. De fil en aiguille, ils en viennent à parler de plusieurs groupes qui se forment à travers la France pour se libérer de l’industrie de la maladie et se soigner autrement, et aussi pour reprendre le contrôle de leur activité économique et de leur existence, et pour dépendre de moins en moins des grandes corporations aux tendances monopolistiques qui sont en train de nous saigner, ainsi que des institutions publiques qui servent leurs intérêts. C’est donc une transformation de la résistance, qui ne doit pas se réduire à la seule opposition aux grandes corporations et aux gouvernements, mais qui doit aussi donner naissance à des associations…

Continuer la lecture

Limites intellectuelles et morales de nos concitoyens toujours masqués

« Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois tu seras victorieux. Si tu ignores ton ennemi et que tu te connais toi-même, tes chances de perdre et de gagner seront égales. Si tu ignores à la fois ton ennemi et toi-même, tu ne compteras tes combats que par tes défaites. » Il est utile de savoir ce qui se passe dans la tête de nos concitoyens qui persistent de porter un masque dans les transports en commun, dans les commerces, aussitôt qu’il quitte leur espace de travail et même dans la rue, alors que ce n’est plus obligatoire depuis plusieurs semaines. Cela nous permettra de voir ce que nous pouvons raisonnablement attendre d’eux, ou d’évaluer à quel point ils sont irrécupérables. Nous nous efforcerons ainsi de ne pas être aussi limitées intellectuellement et moralement que ces personnes, qui sont incapables de comprendre ce que nous pensons et faisons autrement qu’à partir du point de vue et des sentiments dont elles prisonnières. Pour cela il faut les écouter, même si elles n’en font certainement pas autant pour nous, car le portrait que les journalistes font de nous leur suffit et leur convient même. Tant pis pour elles,…

Continuer la lecture

Sur la création d’un Conseil des universitaires indépendants proposée par Patrick Provost

Dans ce billet, je veux discuter la création d’un Conseil des universitaires indépendants (CUI) proposée par Patrick Provost, ce professeur de l’Université Laval dont j’ai parlé dans mon billet du 4 juillet 2022. Ce qui motive principalement cette décision, c’est un désir de contrecarrer l’influence des groupes d’intérêt privés sur la prise de décision de nos gouvernements. La crise que nous connaissons depuis deux ans, et qui n’est pas encore finie, nous a permis de constater à quel point le lobby pharmaceutique est puissant dans les pays occidentaux, pour discréditer les traitements très abordables, imposer l’utilisation massive de nouveaux produits pharmaceutiques coûteux et sous brevet, et nous faire croire qu’ils sont efficaces et sécuritaires. Et ce n’est vraisemblablement que la pointe de l’iceberg, puisque les lobbyistes sont toujours à l’œuvre quand il y a de l’argent à faire. Voyons en quoi pourrait consister le Conseil des universitaires indépendants, pour faire connaître l’idée, pour évaluer quels sont ses avantages, pour préciser la forme que le Conseil pourrait prendre et pour poser des problèmes qu’il faudrait résoudre, en prenant pour point de départ la lettre ouverte de Patrick Provost publiée sur le site de Libre Média le 11 juin 2022. « Il serait…

Continuer la lecture

Université Laval : pour la science ou pour la pureté de la foi ?

Patrick Provost, professeur au Département de microbiologie, d’infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval, est un des rares scientifiques québécois à s’être prononcés publiquement contre l’administration des injections expérimentales aux enfants, pour la simple raison qu’elles représentent pour eux un danger plus grand que le virus, dont on sait bien qu’il ne rend pas gravement malades les enfants. L’un de ses collègues, qui n’est pas d’accord avec lui, a porté plainte et M. Provost a dû comparaître devant le comité de discipline de l’Université Laval et a été condamné à une suspension de huit semaines sans paie. Car c’est bien d’une comparution et d’une condamnation qu’il s’agit, aucun débat n’ayant été organisé entre lui et son collègue en désaccord. Ainsi l’Université Laval est-elle retournée à ses racines de défenderesse de la pureté de la foi, au détriment de la science, de la connaissance et de la vérité, même si cette fois-ci il ne s’agit plus des dogmes du christianisme, mais plutôt du covidisme, le virus ayant remplacé le Diable, et les injections expérimentales s’étant substituées au Messie. Gare à vous si vous ne croyez pas à cette nouvelle superstition et si vous êtes professeur, chargé de cours, chercheur ou étudiant à…

Continuer la lecture

Ampleur de notre dépendance (2)

Étant donné toutes les formes de dépendance (voir le billet précédent) qu’on nous impose et auxquelles nous consentons en temps normal et en temps de crise (réelle ou orchestrée), je ne vois pas pourquoi les choses s’amélioreraient quand la crise économique, alimentaire et énergétique dont nous commençons à sentir les effets s’aggravera, au point que la situation pourrait devenir intenable pour plusieurs d’entre nous. D’un côté, les autorités dont nous dépendons pourraient profiter de l’occasion pour nous rendre encore plus dépendants d’elles et d’autres organisations dont nous sommes aussi dépendants ou pourrions devenir dépendants, sous prétexte de nous venir en aide et de maintenir d’ordre. De l’autre, nous sommes habitués de vivre dans la dépendance et, en temps de crise, nous attendons notre salut d’une forme ou d’une autre de dépendance. Faisons l’hypothèse, dans ce billet, que nous serons bientôt durement touchés par la crise économique, et que même ceux qui sont à l’aise et qui se croient à l’abri auront de la difficulté à payer leurs comptes ou se retrouveront parfois sans emploi et sans revenus réguliers. Seule une petite minorité très riche ne serait pas affectée par la grave dégradation de la situation économique et pourrait peut-être même…

Continuer la lecture

Un conseil amical de la part d’une recruteuse des ressources humaines

J’ai rarement vu des propos aussi haineux de la part d’une concitoyenne. C’est tellement outré qu’on en vient presque à se demander si c’est un faux, si c’est de la satire. Voici une transcription à peu près complète pour la postérité, car cette vidéo pourrait ne plus être accessible dans quelques années : « [...] And you’re all loud and proud with your big thoughts and big ideas. Whatever. (Inaudible) … in Ottawa. I’m a recruiter. It’s a small, small industry. It’s smaller than you think. (Inaudible.) If you’re looking for a job or if you’re trying to keep a job, maybe, just maybe, think what you’re putting on social media. Again, freedom fighters, I know you’re not really big with stats and facts aren’t your thing. You know ? But what I can tell you, what is a fact is that recruiters talk. And recruiters, like the majority of Canada, don’t agree with you. Do you know what that means ? Do you have any guesses, any guesses ? What that means is that if you need a job, you might not get one. If you want to keep a job, you might not get to do that. (Inaudible.) Documentation ! You know what…

Continuer la lecture

Monopole gouvernemental de la destruction économique

Pendant deux années, le gouvernement fédéral canadien, les gouvernements provinciaux et aussi les autres gouvernements occidentaux ont imposé toutes sortes de mesures soi-disant sanitaires qui ont eu des effets désastreux sur l’économie. Le secteur de la restauration a été particulièrement touché. Les restaurateurs ont vu leurs profits diminuer considérablement, ont dû contracter des dettes et ont parfois fermé leurs portes, puisque leurs clients étaient confinés ou découragés de se rendre dans les restaurants les discours alarmistes du gouvernement et des médias, puisque les salles à manger ont été fermées ou n’ont pu rester ouvertes qu’à capacité réduite, puisque les employés ont décidé de quitter des emplois ne pouvant leur procurer une certaine sécurité économique, puisque des pertes importantes en denrées ont été provoquées par les confinements. Et c’est sans parler des passeports vaccinaux, qui ont empêché les personnes non vaccinées de manger au restaurant et qui ont dissuadé plusieurs personnes vaccinées de le faire, trouvant excessif et absurde d’avoir à confirmer leur statut vaccinal et à s’identifier. Pour les petits commerces non essentiels ne pratiquant pas le commerce en ligne ou ne pouvant pas faire concurrence aux grandes plate-formes de commerce en ligne, les deux dernières années ont été difficiles.

Continuer la lecture

Impressions après une semaine sans masque

Voici une semaine que nous n’avons plus à porter un masque dans les lieux publics et au travail. Je suis content de constater que, dès les premières journées, au moins 85 % des personnes ont cessé de porter un masque et ne semblent pas éprouver la moindre peur d’être infectées et de tomber gravement malades. Même dans les circonstances où la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail recommande de porter un masque, ces personnes ne le font pas. Quant à ceux qui continuent d’en porter un, certains d’entre eux commencent à imiter les autres et à porter un masque de moins en moins souvent. Les autres se contentent de porter un masque, sans réclamer des autres qu’ils en fassent autant. Même si beaucoup se disent contents de ne plus avoir à porter un masque et ne réagissent pas comme des enfants à qui on essaie d’enlever leur doudou, nous pouvons douter qu’ils résisteront si le gouvernement essaie de leur imposer à nouveau le port du masque dans les lieux publics et au travail, à l’occasion de la prochaine « vague » ou de la prochaine « pandémie ». C’est que l’abolition de cette obligation n’est pas ou…

Continuer la lecture

Couverture partiale et hypocrite des journalistes sur la délation et les atteintes à la liberté d’opinion

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, les journalistes occidentaux condamnent la répression par le Kremlin des citoyens russes qui s’opposent. Des milliers de manifestants anti-guerre auraient été arrêtés. Ce qu’il est permis de dire dans la presse à propos de l’opération militaire russe en Ukraine serait contrôlé par le gouvernement. Et plus récemment, le gouvernement russe inciterait à la dénonciation des opposants. Je ne sais pas ce qu’il se passe vraiment en Russie. Je ne sais pas si le gouvernement russe va aussi loin que le disent nos médias pour imposer sa propagande à la population russe. Je ne sais pas si c’est plutôt nos médias qui exagèrent dans leur description de la situation de la Russie pour nous imposer la propagande occidentale et atlantiste. En temps de guerre, il faut nous méfier de tout ce qu’on nous dit, que cela vienne des gouvernements et des médias étrangers (ukrainiens aussi bien que russes, dans le cas qui nous intéresse), ou encore de nos gouvernements et de nos médias. Quoi qu’il en soit, l’incitation à la délation par le gouvernement et la dénonciation des opposants par leurs concitoyens sont des pratiques qui, en plus d’être moralement dégoûtantes,…

Continuer la lecture

Passeport moral et mort du débat public et de la démocratie

Le passeport qu’on a exigé à toutes sortes d’endroits des populations occidentales n’est pas simplement vaccinal. Il est avant tout moral. Certes, c’était le statut vaccinal des personnes qui, tel un « merveilleux sésame » (pour reprendre l’expression journalistique), donnait à beaucoup d’entre nous le droit d’aller au restaurant ou au café, d’entrer dans un bar, d’assister à un concert ou à une pièce de théâtre, d’aller voir une exposition au musée, d’aller au gym et de pratiquer un sport d’équipe. Dans certains pays, c’était aussi le fait d’être vacciné qui autorisait à entrer dans les commerces non essentiels, à acheter des produits qui ne sont pas rigoureusement indispensables dans les supermarchés, et à se promener dans les rues. Mais ce dont les forces de l’ordre et les agents irréguliers de la Santé publique devaient s’assurer, ce n’est pas tant le fait que les personnes étaient complètement ou « adéquatement » vaccinées, que le fait qu’elles avaient fait ce qu’on considérait être leur part pour diminuer la propagation du virus, pour se protéger, pour protéger les autres et pour empêcher l’effondrement du système hospitalier. En fait, on se soucie bien peu que ces objectifs aient pu ou non être atteints grâce au passeport. Pas…

Continuer la lecture

La classe politique canadienne comme fossoyeuse de la démocratie

Voici un court montage où on peut voir nos élus fédéraux, y compris notre premier ministre, réclamer qu’on interdise la désinformation et la propagande sur l’intervention militaire de la Russie en Ukraine. Des membres du Parti libéral, du Parti conservateur, du Nouveau Parti démocratique et du Parti vert déclament en faveur du contrôle de ce qu’il devrait être permis de dire sur les ondes canadiennes et sur internet. (Le Bloc québécois est probablement absent parce que ses membres s’expriment en français et que la vidéo est destinée à des anglophones.) Ils prétendent ainsi lutter contre l’autoritarisme de la Russie et d’autres pays et protéger notre démocratie. C’est du grand délire ! En fait, ces membres de la classe politique canadienne plaident en faveur de l’autoritarisme du gouvernement canadien, pour lequel l’intervention militaire de la Russie en Ukraine est une occasion en or pour faire adopter des motions et des projets de loi devant restreindre l’accès des citoyens canadiens à des sources d’informations diversifiées et à des points de vue divergents, notamment quant aux relations de notre gouvernement avec la Russie et l’Ukraine. C’est une manière de nous empêcher de juger en connaissance de cause de ce que fait notre gouvernement…

Continuer la lecture

Considérations sur la manière de sortir de l’urgence sanitaire

Même si nos gouvernements nous disent qu’il est temps de laisser dernière nous cette pandémie et de retourner à une certaine normalité, il serait naïf de les croire et de leur faire confiance. Ils nous ont tellement menti, surtout au cours des deux dernières années, que je ne vois pas pourquoi ils nous diraient la vérité cette fois-ci. C’est d’autant plus suspect que certains extrémistes de l’idéologie sanitaire – ceux-mêmes qui nous ont imposé toutes ces mesures dites sanitaires, qui ont bousillé notre économie et nos relations sociales, qui nous ont divisé pour nous gouverner plus facilement, et qui ont traité les non-vaccinés comme des citoyens de seconde classe – feignent maintenant de déplorer les dégâts que ces mesures ont infligés à notre société et aux individus, et nous disent que le temps est venu de nous réconcilier et de reconstruire notre société. Pendant ce temps, l’Organisation mondiale de la santé prépare un traité qui, en cas de nouvelle pandémie, lui donne plus de pouvoir sur la politique sanitaire des États membres, et nos gouvernements travaillent à l’implantation de l’identité numérique grâce à laquelle on pourra plus facilement surveiller et contrôler ce que nous faisons, et par conséquent nous imposer…

Continuer la lecture

La prison de l’identité numérique

James Corbett (The Corbett Report) fait ici un survol des organisations (certaines bien connues, d’autres moins) impliquées dans l’implantation de l’identité numérique à l’échelle mondiale, de la rhétorique utilisée pour nous faire accepter ce dispositif de surveillance et de contrôle, et des conséquences néfastes que ça a pour l’avenir de l’humanité. D’où l’importance de son appel à la résistance. Pour les références, consulter le site web de The Corbett Report.

Continuer la lecture

Nouveau traité international de l’OMS, corruption systémique et origine des accusations de complotisme

Christian Perronne, Astrid Stuckelberger, Alexandra Henrion Caude, Pablo Buono et Jean-Dominique Michel ont participé à une conférence sur la gestion de la crise dite sanitaire organisée par le Grand Éveil Genevois, le 24 février 2022. J’attire plus particulièrement votre attention sur les interventions d’Astrid Stuckelberger et Jean-Dominique Michel. En plus de remarques sur la stratégie « vaccinale » foireuse adoptée par presque tous pays occidentaux, les fraudes scientifiques, les manquements éthiques et la mise en place d’une nouvelle normalité où la COVID est là pour rester et où on pourrait surveiller et contrôler tout ce que nous faisons grâce à l’implantation de l’identité numérique, Astrid Stuckelberger nous apprend qu’en plus de faire du marketing pour le « genome editing » et la digitalisation de la santé, l’Organisation mondiale de la santé prépare un traité pour les États membres. Certaines des clauses de ce traité concernent la redéfinition de certains termes médicaux et scientifiques (comme cela a déjà été fait pour la pandémie et l’immunité collective), la standardisation de la santé et des traitements, l’ingérence dans la politique sanitaire des États membres (qui cesseraient du même coup d’être souverains) et la suprématie des décisions de l’OMS sur les décisions nationales en…

Continuer la lecture

Appel à la réconciliation, propagande de guerre, diversion et répression

Depuis deux semaines, nous en avons vu de toutes les couleurs. Non seulement le gouvernement fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, a insisté pour faire approuver ces mesures par la Chambre des communes, et les a annulées deux jours plus tard, mais des gouvernements provinciaux et des journalistes se sont aussi opposés à ces mesures et ont adressé un appel à la réconciliation de la population canadienne qui n’aurait jamais été aussi divisée, alors que ce sont précisément eux qui ont travaillé à nous diviser en bons citoyens et en récalcitrants, et en vaccinés et en non vaccinés ou antivax depuis deux ans. Et voilà maintenant que tout bascule : les journalistes et le gouvernement parlent surtout de l’intervention militaire russe en Ukraine, la COVID étant reléguée au deuxième plan. Et quand on en parle, c’est pour dire qu’on assouplit peu à peu les mesures, et pour préparer la fin de l’état de l’urgence sanitaire prévue pour bientôt, même si le gouvernement du Québec entend se garder la possibilité d’avoir recours à des mesures d’exception sans avoir à déclarer à nouveau l’état d’urgence sanitaire. Tout a changé tellement rapidement que nous devrions nous méfier. J’ai pour ma part…

Continuer la lecture

Usage interne de la politique étrangère canadienne vis-à-vis de la Russie

Pour bien comprendre les raisons qui motivent les actions militaires de la Russie contre l’Ukraine, il faudrait au moins remonter jusqu’en 2013, pour suivre les étapes de la révolution ukrainienne et de la guerre civile qu’elle a provoquée, c’est-à-dire : quand les manifestations ont commencé à Kiev à la suite du refus du président Ianoukovytch de signer un accord d’échange économique désavantageux avec l’Union européenne (auquel il a préféré un accord avec la Russie) avec l’occupation de la place Maïdan par des émeutiers où étaient fortement représentés des groupes ultranationalistes ou néo-nazis (rien à voir avec nos gentils camionneurs canadiens, dont on aimerait nous faire croire qu’ils sont des extrémistes) et qui ont été impliqués dans de violents affrontements avec les berkouts, ce qui n’a pas empêché les pays occidentaux (dont le Canada) d’exprimer leur soutien aux émeutiers et de condamner la violence des autorités ukrainienne de l’époque ; quand le président Ianoukovytch a été destitué et a fui en Russie et quand un gouvernement par intérim plus favorable aux intérêts des pays occidentaux et de l’OTAN a été mis en place (février 2014) ; quand la Rada (le parlement ukrainien) a décidé de retirer au russe son statut de langue officielle,…

Continuer la lecture

À quoi joue le gouvernement fédéral canadien ?

Je ne suis probablement pas le seul à être surpris de la révocation des mesures d’urgence qui ont été ratifiées par la Chambre des communes le 21 février 2022, c’est-à-dire il y a moins de deux jours. Je m’attendais à ce qu’on nous fasse le même coup qu’avec l’état d’urgence sanitaire, qui devait durer le temps d’aplatir la courbe, et qui au Québec est prolongé tous les dix jours depuis presque deux ans. Je suis bien entendu content de cette annonce. Ce qui ne veut pas dire que je ne m’interroge pas sur les motivations de cette volte-face. Car si le premier ministre nous a dit qu’il mettrait fin aux mesures d’urgence dès que ce serait possible, le parti gouvernemental, lors des débats sur leur ratification, répétait à l’unisson que ces mesures continuaient d’être nécessaires même si les barrages avaient été démantelés et même si le centre-ville d’Ottawa avait été « libéré », afin d’éviter que les manifestants érigent de nouveaux barrages et « assiègent » à nouveau la capitale canadienne. Pourtant la situation a peu changé depuis deux jours. On me permettra donc de douter des paroles de Justin Trudeau et de faire des conjectures sur les raisons de…

Continuer la lecture

Un regard extérieur sur la ratification des mesures d’urgence

Il est intéressant d’avoir un regard extérieur – celui d’Alex Christoforou et d’Alexander Mercouris – sur la ratification des mesures d’urgence, et la marche forcée vers la dictature ou l’autoritarisme que connaît le Canada. Car le gouvernement fédéral s’est donné à lui-même beaucoup de pouvoir en se donnant officiellement le droit de surveiller et de contrôler les moyens de financement des camionneurs et, par le fait même, de toutes les personnes qui s’opposent ou pourraient s’opposer à lui, puis de bloquer les comptes bancaires de ces personnes. Bien sûr, on nous a dit que ces mesures d’urgence seraient temporaires, et que leur usage serait circonscrit et proportionné. Mais même si les barrages empêchant la circulation des marchandises ont été démantelés avant l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence, même si les manifestants ont été en grande partie chassés du centre-ville d’Ottawa avant le vote de ratification de ces mesures d’urgence par la Chambre des communes, le gouvernement tient maintenant à conserver ces pouvoirs extraordinaires, applicables sur tout le territoire du Canada, sous prétexte que ça pourrait recommencer et que ces camionneurs et leurs partisans seraient des extrémistes qui constitueraient une menace pour l’économie, pour la population, pour le gouvernement…

Continuer la lecture

Projet de loi modifiant la manière de renouveler l’état d’urgence sanitaire

Même si nous avons raison de surveiller de près le gouvernement fédéral et les mesures d’urgence auxquelles il a recours pour écraser le Freedom Convoy et punir les organisateurs et les participants, il est important de continuer à suivre ce qui se passe à l’Assemblée nationale du Québec. En effet, beaucoup des restrictions qu’on nous a imposées et qu’on pourrait nous imposer dépendent du gouvernement provincial. C’est pourquoi il faut aussi continuer à lutter contre l’autoritarisme de ce gouvernement. Claire Samson, députée conservatrice de la circonscription d’Iberville, a déposé en octobre 2021 un projet de loi visant à empêcher le gouvernement de renouveler à volonté l’état d’urgence sanitaire, sauf si l’Assemblée nationale décide d’y mettre fin, ce qui s’avère à peu près impossible quand le parti gouvernemental détient la majorité des sièges, comme c’est actuellement le cas. Le débat sur le projet de loi n° 898 a commencé le 9 février 2022, puis a été ajourné. Puisque ce projet de loi est assez court et propose d’apporter seulement quelques changements à la Loi sur la santé publique, examinons-les pour voir dans quelle mesure ils pourraient empêcher le gouvernement provincial de s’attribuer à lui-même des pouvoirs extraordinaires de manière durable. Article 119…

Continuer la lecture

Lettre ouverte aux membres de la Chambre des communes sur les mesures d’urgence

Aux lecteurs de ce blog, je demande d’envoyer cette lettre ouverte au député fédéral de votre circonscription, en vue du vote qui aura bientôt lieu à la Chambre des communes pour ratifier ou rejeter le recours à la Loi sur les mesures d’urgence. Sentez-vous libres de reprendre les idées qui y sont développées et de les modifier selon ce qui vous semblera opportun. Mais, de grâce ! faites vite, car le vote fatidique devrait, à moins d’un changement, avoir lieu le 21 février en soirée. Les membres de la Chambre des communes auront bientôt à faire un vote important, en décidant de ratifier ou de rejeter le recours à la Loi sur les mesures d’urgence par le gouvernement fédéral pour mettre fin aux manifestations du Convoi de la liberté à Ottawa et au blocage du transport des marchandises entre le Canada et les États-Unis. Compte tenu que la Loi sur les mesures d’urgence n’a jamais été invoquée depuis son adoption il y a une trentaine d’années, compte tenu qu’elle confère des pouvoirs extraordinaires au gouvernement fédéral, compte tenu que ce dernier a déjà commencé à imposer, sans procédure judiciaire, de graves sanctions économiques aux personnes qui participent ou qui sont…

Continuer la lecture

Analyse de l’allocution de la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada sur les nouvelles mesures d’urgence

Après que Justin Trudeau a invoqué la Loi sur les mesures d’urgences, Chrystia Freeland, la vice-première ministre et ministre des Finances, nous a expliqué sur le champ ce que le gouvernement entend faire de ces mesures, du moins pour l’instant. On aurait pu s’attendre à ce que ce soit le ministre de la Sécurité publique ou de la Justice qui prenne la parole. Mais puisqu’il s’agit d’attaquer financièrement, sans autre forme de procès, les camionneurs qui font partie du Freedom Convoy, les manifestants et peut-être même ceux qui les soutiennent financièrement, il est approprié que ce soit la ministre des Finances qui intervienne. Car ce dont il s’agit, c’est d’infliger des sanctions économiques à des citoyens canadiens. La politique étrangère de Chrystia Freeland, qui visait par exemple des oligarques russes, a été transplantée dans le domaine de la politique intérieure. Je commente dans le détail l’allocution de Freeland, dont l’attitude politique n’est malheureusement pas compatible avec son nom. « À travers le monde, les démocraties libérales sont confrontées à des menaces sérieuses et répétées. Nous avons peut-être pensé – et peut-être même espéré – que le Canada serait épargné. Depuis deux semaines et demi, nous avons réalisé que ce n’est pas…

Continuer la lecture

Sur le recours à la Loi sur les mesures d’urgence (ou les super-pouvoirs du gouvernement extraordinaire)

Le 14 février 2022, le premier ministre du Canada nous a annoncé le recours à la Loi sur les mesures d’urgence afin de venir à bout du mouvement d’opposition aux mesures sanitaires des camionneurs et des citoyens canadiens. Je ne veux pas ici m’intéresser à ce que le gouvernement décidera fera de cette loi. Pour l’instant, disons seulement que cette loi permet au gouvernement d’interdire des rassemblements et l’accès à certains lieux, qu’elle permet d’imposer plus facilement des peines aux personnes qui ne respecteraient pas les mesures prises (grâce à une procédure sommaire qui n’implique pas une comparution devant les tribunaux) et qu’on l’utilisera pour attaquer financièrement les organisateurs, les manifestants et peut-être même les sympathisants. Ce que je veux mettre en évidence ici, c’est que les conditions dans lesquelles il pourrait être légitime d’avoir recours à ces mesures d’urgence ne sont pas réunies. Demandons-nous si ce mouvement de protestation constitue une menace extraordinaire pour les citoyens, le gouvernement et le pays ; et si cette situation exige le recours à des moyens extraordinaires. C’est fort douteux. Même si les manifestations peuvent entraîner des perturbations qui troublent la quiétude des habitants d’Ottawa, même si le gouvernement peut être déstabilisé par l’opposition…

Continuer la lecture

Déclaration de l’ACLC à propos de la Loi sur les mesures d’urgence

Voici la déclaration qu’a faite aujourd’hui l’Association canadienne des libertés civiles à propos du recours à la Loi sur les mesures d’urgence par le gouvernement fédéral pour écraser le mouvement d’opposition aux mesures sanitaires organisé par les camionneurs : « Le gouvernement fédéral n’a pas atteint le seuil nécessaire pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence. Si l’invocation de cette loi requiert le respect d’une norme élevée clairement définie, c’est pour une raison bien précise : la Loi sur les mesures d’urgence permet en effet au gouvernement de contourner les mécanismes démocratiques ordinaires. À ce stade, cette norme n’est pas satisfaite. La Loi sur les mesures d’urgence ne peut être invoquée, selon ses propres termes, que lorsqu’une situation « met gravement en danger la vie, la santé ou la sécurité des Canadiens et échappe à la capacité ou aux pouvoirs d’intervention des provinces » ou « menace sérieusement la capacité du gouvernement du Canada de garantir la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale du pays » et lorsqu’« il n’est pas possible d’[y] faire face adéquatement sous le régime des lois du Canada ». Cette loi existe pour répondre à ce type de menaces extraordinaires pour le pays, non pour protéger son économie.

Continuer la lecture

Le pire des deux mondes

L’état de nature Imaginons une situation dans laquelle l’ordre social et politique tel que nous le connaissons n’existe pas. Il n’y a pas de gouvernement. Il n’y a pas de lois. Et par conséquent il n’y a pas de policiers ni de tribunaux pour les appliquer. Chacun d’entre nous dispose alors de la plus entière liberté, au sens où il peut faire tout ce qu’il désire. Il peut s’approprier n’importe quel champ et commencer à le cultiver. Il peut s’approprier n’importe quelle forêt et commencer à en abattre les arbres. Il peut construire sa maison à n’importe quel endroit. Il peut aussi prendre par la force ou la ruse les fruits et les légumes que les autres ont cultivés, le bois qu’ils ont coupé et même les chasser de la maison qu’ils ont construite, en les tuant si c’est nécessaire. Et tous les autres peuvent en faire autant. Puisqu’il n’y a pas de lois, il n’y a pas de propriété, de vols et de crimes. Ce qui veut dire que ce que chacun peut faire est, de fait, limité seulement par ce que les autres peuvent aussi faire. Nous pourrions donc dire que la liberté des uns s’arrêtent où celles…

Continuer la lecture

Les médecins et les scientifiques du Freedom Convoy

Les médecins et les scientifiques impliqués dans le Freedom Convoy ont essayé d’organiser un débat avec Theresa Tam, directrice de la santé publique du Canada, et d’autres personnes qui viennent du même tonneau. Bien sûr, elles ne se sont pas présentées au débat et elles n’ont même pas répondu à l’invitation qu’on leur a adressée. C’est honteux ! Mais c’est probablement mieux pour elles, si on en juge d’après les exposés bien sentis du Dr Paul Alexander, du Dr Roger Hopkinson et du Dr Byram Bridle. Comme ils le disent, il faudrait tous renvoyer ces incompétents et ces pourris sur le champ et les poursuivre en justice. D’autant plus que même si les gouvernements mettent fin aux restrictions, ils pourraient bien nous faire le même coup un peu plus tard. Il ne faut donc pas les lâcher. Mais ça ne sera pas facile puisque les tribunaux sont souvent corrompus, alors que nos institutions scientifiques sont pourries. (La conférence commence à 13 minutes environ.)

Continuer la lecture

Comment utiliser la COVID contre nos gouvernements

Le ton du gouvernement canadien et du gouvernement ontarien se durcit à l’égard des camionneurs qui manifestent à Ottawa et bloquent les postes et les ponts frontaliers. Bien qu’il dise que nous n’en sommes pas là, bien que l’armée ait dit qu’elle ne veut pas faire le sale travail du gouvernement, Justin Trudeau fait planer sur les manifestants la possibilité d’une intervention policière, voire militaire, qui pourrait avoir de graves conséquences pour les manifestants. Quant à Doug Ford, premier ministre de l’Ontario, il a déclaré l’état d’urgence à la grandeur de la province, et il menace les manifestants d’amendes pouvant aller jusqu’à 100 000 $, et de peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 1 an s’ils n’obtempèrent pas. Cependant, aucun décret ne semble avoir été promulgué pour l’instant si on en croit le site du gouvernement ontarien (1, 2). Donc, à moins que la seule parole du premier ministre ontarien ait force de loi, et que ses conférences de presse se substituent aux textes de loi, ce ne sont pour l’instant que des mots. Mais je peux me tromper, n’ayant pas l’habitude de consulter les sites gouvernementaux ontariens. Et il se peut aussi qu’il y ait un délai quant à la promulgation du décret…

Continuer la lecture

Questions adressées aux hésitants

En raison de la campagne gouvernementale et médiatique dont sont la cible les convois pour la liberté, les camionneurs et tous les Canadiens et les Québécois qui les soutiennent, il se peut que certains de nos concitoyens, qui ont au minimum des réserves quant à la manière autoritaire dont les gouvernements provinciaux et fédéral exercent le pouvoir et aux restrictions qu’ils nous imposent depuis presque deux ans sous prétexte de nous protéger, hésitent à soutenir ce mouvement. Ils n’aimeraient pas à s’associer à des personnes dont on dit qu’elles seraient des extrémistes racistes, misogynes, homophobes et transphobes, et qu’elles seraient dangereuses pour les résidents d’Ottawa. Je réponds à ceux de mes concitoyens qui préfèrent garder leurs distances à l’égard des convois pour la liberté qu’ils ont raison de ne pas vouloir se rallier inconsidérément à ce mouvement. Ce n’est d’ailleurs pas ce que j’attends d’eux. Et je suppose que ce n’est pas ce qu’attendent d’eux les organisateurs de ce mouvement. Effectivement, si on vous demandait de vous joindre sans réflexion à ce mouvement, tout simplement parce qu’il le faudrait, vous auriez raison de vous méfier de ce mouvement, qui serait assurément dogmatique. En fait, c’est plutôt nos gouvernements qui exigent…

Continuer la lecture

Conférence de presse sur ce qui se prépare à Ottawa

Voici une conférence de presse donnée le 7 février 2022 par plusieurs des organisateurs du Freedom Convoy. Quelques milliers de policiers de l’escouade anti-émeute de la Gendarmerie royale du Canada seraient en train d’être déployés près d’Ottawa, pour être éventuellement utilisés contre les manifestants. Remarquez à quel point le discours des organisateurs est pondéré à comparer de celui du premier ministre du Canada. Il est facile de voir qui sont les vrais extrémistes.

Continuer la lecture

Opportunités ratées pour les restaurants du centre-ville d’Ottawa

Les journalistes des médias de masse reprochent aux camionneurs et aux manifestants qui sont arrivés au centre-ville depuis presque deux semaines de faire la vie dure aux commerçants, et surtout au secteur de la restauration, qui est presque toujours le premier à être ciblé par les mesures dites sanitaires du gouvernement. Déjà mal en point en raison des confinements répétés, les manifestants les auraient obligés à fermer leurs portes alors que les affaires commençaient à peine à reprendre. Méchants manifestants ! Pauvre restaurateurs ! Mais quand on se donne la peine d’y penser et quand on sait ce qui se passe vraiment dans les rues d’Ottawa, les restaurateurs ne peuvent s'en prendre qu’à eux-mêmes. Cet afflux de personnes dans leur ville aurait pu être une occasion de faire d'excellentes affaires, surtout avec des commandes pour emporter, puisqu’on interdit aux personnes non vaccinées de manger sur place, et que les manifestants vaccinés ne sont guère disposés à présenter une de vaccination pour manger au restaurant. Si les restaurateurs ont pu d’abord avoir peur des manifestants, il serait plus que temps qu’ils ouvrent les yeux et qu’ils regardent autour d’eux, au lieu de croire tout ce que le gouvernement et ses propagandistes…

Continuer la lecture

Mieux vaut tard que jamais

Après avoir condamné comme il se doit les groupes extrémistes et avoir demandé aux manifestants installés au centre-ville d’Ottawa de se relocaliser, tout en leur reconnaissant le droit de manifester, Joël Lightbound, député libéral de la circonscription de Louis-Hébert (située à Québec) à la Chambre des communes, m’a surpris en prenant publiquement ses distances vis-à-vis de la « gestion de la crise sanitaire » du gouvernement fédéral et du gouvernement provincial, et en formulant même des critiques sur les politiques de confinement, l’obligation vaccinale, le passeport vaccinal, la pérennisation des mesures sanitaires, la conception bornée de la santé au nom de laquelle on nous impose toutes ces mesures, le manque de transparence des autorités politiques et sanitaires, la discrimination à l’égard des non-vaccinés et les propos haineux et absurdes dont ont été gratuitement la cible les participants au Convoi de la liberté. Version intégrale : https://youtu.be/5rDKBhw6ZRo Je vous suggère d’écrire à M. Lightbound (Joel.Lightbound@parl.gc.ca) pour lui signifier votre soutien, l’inciter à faire des interventions allant dans le même sens à la Chambre des communes (si ce n’est pas déjà fait) et à exhorter à en faire autant les autres députés libéraux qui, d’après ce qu’il dit, ont des opinions semblables…

Continuer la lecture

Table ronde de médecins et de scientifiques au Sénat américain

Le sénateur américain Ron Johnson a invité plusieurs médecins et scientifiques (dont plusieurs ont une renommée internationale) à exposer des positions scientifiques divergentes à propos des mesures prises par la majorité des gouvernements occidentaux pour lutter contre le virus. On nous ment donc quand on dit qu’il y aurait un consensus médical et scientifique à propos de ces politiques soi-disant sanitaires. Voici les principaux problèmes abordés : le recours à la peur pour obtenir l’obéissance de la population; l’absence de débats entre médecins et scientifiques et la censure des positions divergentes; l’efficacité et l’innocuité des traitements préventifs ambulatoires, les protocoles médicaux mis en place pour qu’on n’y ait pas recours, l’intimidation dont sont l’objet les médecins qui voudraient les utiliser et la campagne de relations publiques pour les discréditer; la corruption des sociétés pharmaceutiques, des agences gouvernementales de santé et des hôpitaux; l’inefficacité des confinements et leurs effets négatifs pour la population; l’inefficacité du port du masque; la grande efficacité de l’immunité naturelle; le très petit rôle joué par la transmission asymptomatique dans la propagation du virus; l’inutilité de la vaccination de toute la population et les effets indésirables des vaccins; l’augmentation des cas de certains cancers après la vaccination…

Continuer la lecture

Considérations stratégiques sur le mouvement d’opposition des camionneurs et des citoyens aux mesures soi-disant sanitaires (2)

Je continue les considérations stratégiques faites dans un autre billet, à propos du mouvement d’opposition des camionneurs, qui en fait n’est pas seulement un mouvement de camionneurs, mais un mouvement de citoyens. Je précise qu’en faisant ces considérations, je ne suppose pas que ces citoyens n’y ont jamais réfléchi. En fait, la conférence de presse à laquelle a participé Benjamin Dichter montre plutôt le contraire. Toutefois, je crois qu’il est utile de développer et d’étayer davantage ces idées, et de proposer aussi des pistes de solutions. Je suis d’accord avec les manifestants qui veulent obtenir le départ de Trudeau, de Legault et de tous les autres qui nous privent de nos droits et de nos libertés depuis presque deux ans. Après tous les mensonges et tous les abus d’autorité dont ils se sont rendus coupables, nous ne pouvons absolument pas leur faire confiance. Même si Legault a abandonné, avant même de le présenter à l’Assemblée nationale, son projet de loi sur une « contribution santé » supplémentaire exigée des personnes non vaccinées, en disant qu’il ne veut pas diviser encore plus la société québécoise et provoquer des débats houleux, nous ne devons pas supposer qu’il a abandonné cette idée, ou du moins…

Continuer la lecture

Conditions du droit de manifester

Nos gouvernements et la grande majorité de la classe politique disent reconnaître le droit de manifester. Mais ils imposent à ce droit tellement de limites, juridiques et morales, que nous pouvons nous demander si nous nous y conformions, nous aurions alors encore le droit de manifester au sens fort du terme. Nos politiciens, s’ils ne contestent pas le droit de manifester, prétendent souvent qu’il y a, d’un côté, de bonnes raisons de manifester et, de l’autre, qu’il y a de mauvaises raisons de manifester. Si nous avons de bonnes raisons, nous pouvons manifester sans être inquiétés, obtenir le soutien de certains politiciens ou même du gouvernement, et êtres excusés s’il y a des bris et des altercations avec la police, des contre-manifestants ou des badauds. Si par contre nous avons de mauvaises raisons, nous devrions nous abstenir de manifester ou le faire très discrètement, sans troubler la « paix publique ». Dans le meilleur des cas, on nous tolère, même si tous les politiciens se dissocient de nous et nous dénoncent même. Dans le pire des cas, quelques vitrines cassées et poubelles incendiées suffisent pour que les policiers déclarent la manifestation illégale et ordonnent aux manifestants de se disperser, remettent des constats…

Continuer la lecture

Conférence de presse des organisateurs du Freedom Convoy

Trois des organisateurs du Convoi pour la liberté ont donné une conférence de presse il y a quelques jours. Rien de mieux pour contrecarrer les efforts soutenus du gouvernement et des grands médias pour les dénigrer et faire d’eux des racistes et des extrémistes dont il faudrait se tenir loin, que de leur donner la parole. De gauche à droite : Chris Barber, Benjamin Dichter et Tamara Lich.

Continuer la lecture

Considérations stratégiques sur le mouvement d’opposition des camionneurs et des citoyens aux mesures soi-disant sanitaires (1)

Que le mouvement d’opposition des camionneurs canadiens contre le gouvernement fédéral dépasse l’obligation vaccinale s’appliquant à eux quand ils traversent la frontière américano-canadienne, pour porter aussi sur toutes les mesures dites sanitaires et les politiques de confinement qui détruisent notre société et notre pays, voilà qui est très bien. Le fort soutien populaire dont bénéficient les camionneurs est certainement en grande partie dû au fait qu’ils se sont pas contentés de s’opposer à ce qui les concerne plus spécialement. C’est ainsi qu’ils peuvent viser une certaine union des citoyens canadiens contre l’autoritarisme du gouvernement fédéral, et franchir le fossé que le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux voudraient creuser entre les personnes vaccinées et les personnes non vaccinées. Ceci dit, je me permets de faire quelques remarques sur ce mouvement d’opposition, non pas parce que je suppose que les camionneurs (avec lesquels je ne suis pas directement en contact) ne se sont jamais dit ce que je m’apprête à écrire, mais parce que je crois qu’il est utile d’exposer de manière systématique et de faire circuler plusieurs idées qu’il est important de garder en tête, aussi bien pour les camionneurs eux-mêmes, que pour ceux qui se sont joints au convoi…

Continuer la lecture

Enough is enough !

Il fallait s’y attendre : le gouvernement fédéral et les grands médias essaie de décrire les participants aux Freedom Convoy comme une petite minorité insignifiante qui expriment des opinions inacceptables, comme une bande de racistes et de misogynes enragés qui « ne croient pas à la science » (sic), et même comme des insurgés qui veulent faire un coup d’État. Heureusement il y a des médias indépendants qui font bien leur travail et qui demandent à leurs journalistes d’aller sur le terrain et de donner la parole aux camionneurs et aux personnes qui soutiennent ce mouvement qui dépasse largement la contestation de l’obligation vaccinale pour les camionneurs qui traversent la frontière américano-canadienne, pour porter sur les confinements, l’ensemble des mesures sanitaires et toutes les atteintes portées à nos droits et libertés. Ce court reportage de Rebel News nous montre que les Canadiens qui approuvent ce mouvement de protestation sont bien loin d’être aussi minoritaires qu’on aimerait nous le faire croire. Et les camionneurs ne sont assurément pas les brutes stupides et rétrogrades que Justin Trudeau, son gouvernement et les journalistes voudraient nous faire croire. Mais, chose certaine, ils sont décidés. Et c’est précisément ce qu’il faut dans les circonstances. Justin…

Continuer la lecture

Entretien avec Denis Rancourt sur les aspects politiques de la crise

Jusqu’à maintenant je connaissais Denis Rancourt pour ses études scientifiques, notamment sur les causes véritables de la surmortalité observée aux États-Unis, à savoir les mesures de confinement et les réactions inappropriées des systèmes santé, aggravées par la pauvreté et l’obésité. J’ai donc été agréablement surpris de le voir, dans cet entretien mis en ligne de 13 janvier 2022, traiter de questions sociales et politiques, la crise actuelle ne pouvant évidemment pas être réduite à une crise sanitaire. Après une entrée en matière sur des questions de santé, voici quelques-unes des questions qui sont abordées dans cet entretien sur les aspects sociaux et politiques de la crise : L’application à la population de mesures de guerre visant à détruire toute possibilité de démocratie et de résistance, ainsi que les raisons géopolitiques qui pourraient motiver cette orientation politique. Le profil carriériste des médecins, des scientifiques et des bureaucrates qui élaborent, justifient et appliquent les politiques sanitaires, ce qui a pour effet que la question de savoir si les politiques de confinement et les campagnes de vaccination voulues par nos gouvernements sont fondées et efficaces n’a que très peu d’importance pour eux, l’obéissance aux règles et aux procédures en perpétuelle transformation étant un…

Continuer la lecture

Fin de la majorité des mesures sanitaires en Angleterre (modifié)

Je ne développe pas longuement sur ce point. Je diffuse seulement cette vidéo parce que je suis content de cette annonce, pour les Anglais et aussi pour nous, Canadiens, car cela mettra peut-être un frein à l'enthousiasme sanitaire et vaccinal de nos gouvernements fédéral et provinciaux. À moins qu’ils ne décident plutôt de baisser la tête et d’y aller à fond. Donc plus d’obligation de faire du télétravail et de porter un masque en Angleterre, et plus d’obligation pour les commerces d’exiger le passeport vaccinal (ils peuvent le faire s’ils le désirent, mais ce n’est pas avantageux si leurs concurrents ne le font pas), alors que la fin de l’isolement préventif a été plus tard annoncée pour le mois de mars. Mais méfions-nous tout de même. Boris Johnson a déjà mis fin à presque toutes les mesures sanitaires, l’été dernier, pour recommencer à les remettre en place au retour de l’hiver, sous prétexte de nouveau variant. Mais nous sommes en janvier et il peut difficilement s’agir d’un simple allègement saisonnier. Puis Johnson a pris cette décision parce qu’il était en très mauvaise position politique. Pas moyen de conserver autrement un soutien suffisant au Parlement et dans la population pour rester…

Continuer la lecture

Considérations stratégiques sur la vaccination obligatoire des camionneurs en provenance des États-Unis

Depuis quelques jours, les camionneurs en provenance des États-Unis doivent être « doublement vaccinés » pour éviter d’avoir à passer un test de dépistage et de se soumettre à une période d’isolement préventif quand ils sont Canadiens (ce qui, de fait, les empêche de faire leur travail), ou pour éviter d’être refoulés à la frontière quand ils sont Américains (voir le communiqué de presse de l’Agence de santé publique du Canada). Jusqu’à maintenant, les camionneurs bénéficiaient d’exemptions pour ne pas affecter l’approvisionnement en marchandises américaines, notamment en denrées alimentaires. On peut se demander quelle mouche a piqué le gouvernement canadien, alors que nous sommes au milieu de l’hiver et dépendons encore plus des importations américaines pour nous nourrir, alors que les camionneurs, par la nature même de leur travail, entrent en contact avec très peu de personnes. Certes, le gouvernement fédéral dit vouloir protéger la santé de la population canadienne en empêchant les camionneurs non vaccinés de traverser librement la frontière au Canada. Mais cela suppose une conception très étriquée de la santé, laquelle ne se réduit certainement pas à empêcher la propagation du virus. C’est une évidence : une bonne alimentation à des coûts abordables est un des facteurs importants de la…

Continuer la lecture

Entretien avec le Dr Benoît Ochs

J’ai fait ce soir la découverte – hélas bien tardive – des travaux de Dr Benoît Ochs, un médecin généraliste d’origine française établi au Luxembourg. Ces propos sont à des milles de distances de ceux des experts en santé publique et des médecins qui soutiennent les politiques dites sanitaires et vaccinales des gouvernements occidentaux, non seulement par leur contenu, mais aussi par leur forme. Alors que ces derniers manquent de transparence, exigent de nous foi et obéissance et essaient même de nous faire peur, le Dr Ochs prend le temps de nous expliquer longuement ce qu’il a observé et ne cherchent pas à terroriser les vaccinés même ce qu’il dit peut angoissant pour eux. Le Dr Ochs a toute mon admiration, aussi bien pour sa rigueur intellectuelle, son intégrité et son courage. Plusieurs points sont abordés dans cette vidéo : des marqueurs anormalement élevés détectés à l’occasion d’analyses sanguines faites sur des personnes vaccinées, lesquels peuvent être le signe de pathologies sous-jacentes dont les effets pourraient se faire sentir dans quelques années ; des anomalies remarquées dans plusieurs organes de personnes vaccinées mortes d’un accident cardio-vasculaire, qui laissent entendre que ce serait une nouvelle pathologie découlant de l’injection des vaccins ; les problèmes…

Continuer la lecture

À mes concitoyens vaccinés

Je suis impressionné à quel point beaucoup de personnes vaccinées – pas toutes, heureusement – ne se sentent pas concernées par les restrictions que le gouvernement a déjà imposées, va imposer ou menace d’imposer aux personnes non vaccinées. C’est comme si les personnes non vaccinées – sauf quand il s’agit de la crainte d’être infecté ou de ne pas pouvoir être admis à l’hôpital – vivaient dans un autre pays ou même sur autre planète. C’est comme si elles constituaient une micro-société distincte de la société prise dans son ensemble. C’est comme si les personnes vaccinées et non vaccinées appartenaient déjà à des espèces différentes, entre lesquelles les rapports seraient déjà rares et qu’il faudrait pourtant rendre encore plus rares, afin que les purs ne soient pas infectés par les impurs. Voilà ce qui tend à se produire quand on met à ce point l’accent sur une caractéristique très secondaire, en l’occurrence le fait d’être vacciné ou non, que celle-ci permettrait de classer les personnes en deux catégories bien distinctes, dont l’une constituerait le bon côté et l’autre, le mauvais. Vous qui êtes vaccinés, sans doute sentez-vous que vous n’êtes pas seulement vaccinés. Vous êtes tant d’autres choses en plus…

Continuer la lecture

Protection de la santé et du système de santé, incitatifs à la vaccination ou punitions ?

Voici un chef à l’allure entrepreneurialequi fait plus de mal que de bien.Le bien qu’il fait, il le fait mal.Le mal qu’il fait, il le fait bien. Le gouvernement annonce toutes sortes de mesures visant spécialement les non-vaccinés. À l’interdiction d’entrer dans toutes sortes de lieux publics et de participer à toutes sortes d’activités, ainsi que de voyager en train et en avion, les non-vaccinés devront vraisemblablement payer une « contribution santé » qu’on dit considérable, et se verront bientôt interdits l’entrée dans tous les commerces non essentiels de 1 500 m² et plus, ce qui pourrait à terme s’étendre à tous les commerces non essentiels et même aux commerces essentiels qui livrent à domicile, sans parler d’un couvre-feu qui pourrait s’appliquer seulement à eux, et du possible retrait du droit à l’assurance-emploi, pour éventuellement en arriver à la vaccination obligatoire de toute la population que des membres du gouvernement disent être le seul moyen d’en finir avec cette horrible pandémie. Nos gouvernements cumulent donc toutes sortes de mesures contre les non-vaccinés. Mais ce qui se cumule aussi, ce sont les raisons qu’il donne pour justifier ces mesures. Il s’agirait de protéger la santé des non-vaccinés et le système de santé ; d’inciter les non-vaccinés…

Continuer la lecture

Une amende déguisée contre les non-vaccinés (avec quelques ajouts)

Voici quelques remarques écrites à chaud sur la nouvelle « contribution santé » que notre gouvernement veut imposer aux non-vaccinés. (J’ai fait quelques ajouts en bleu. 2022-01-12.) Appelons les choses par leur nom : cette contribution est en fait une amende déguisée. Notre premier ministre dit que tous les adultes non vaccinés devront payer cette contribution en raison du fardeau qu’ils représenteraient pour notre système de santé. Pourtant seulement une faible partie de ces personnes non vaccinés est hospitalisée. En date du 9 janvier 2022, seulement 2578 personnes non vaccinées de 20 ans et plus ont été testées positives à leur admission à l’hôpital ou durant leur séjour depuis le 1er septembre 2021, alors qu’il y a quelques centaines de milliers de non-vaccinés au Québec. À cela il faut ajouter que beaucoup de non-vaccinés ont été hospitalisés avec la COVID et non pour la COVID, mais notre gouvernement n’a pas de données précises à ce sujet, car dans les statistiques qu’il publie, ce serait la même chose. De toute façon, c’est une infime partie des non-vaccinés qui est hospitalisée, surtout chez les moins de 60 ans. Comment toutes ces personnes qui n’ont pas été hospitalisées avec ou pour la COVID, et qui ne le seront pas…

Continuer la lecture

Qui sont les preneurs d’otages ?

Nous entendons parfois dire, dans les journaux, à la télévision et dans notre entourage, que la minorité non vaccinée prendrait en otage la majorité vaccinée. Ne serait-ce pas à cause de ces égoïstes et de ces imbéciles de non-vaccinés que les personnes vaccinées, qui ont fait ce qu’il fallait faire, voient reporter leurs examens médicaux, leurs traitements et leurs interventions chirurgicales ? Ne serait-ce pas aussi à cause d’eux que les personnes vaccinées ne peuvent pas recommencer à vivre normalement, c’est-à-dire pouvoir librement travailler, aller au restaurant, sortir boire un verre avec des amis, recevoir de la famille ou des amis à la maison et voyager à l’étranger, par exemple ? N’est-ce pas aussi à cause de ces maudits non vaccinés que l’éducation et les relations sociales des enfants et des adolescents sont sacrifiées ? Etc. Ah ! qu’il ferait bon vivre si les non-vaccinés se faisaient vacciner ou n’existaient Il n’est pas ici question de nier que les personnes vaccinées, qui ont fait tout ce que le gouvernement leur a demandé, ont raison d’être irritées que le retour à la normale annoncé ne se soit pas produit, ni de nier qu’elles sont des otages. Toutefois cette irritation ne dispense…

Continuer la lecture

Réticence des commerces non essentiels à l’extension du passeport vaccinal

Par les temps qui courent, il faut attirer l’attention sur les bonnes nouvelles, quand il y en a. Dans un article de La Presse (Les commerçants nagent dans le brouillard, 6 janvier 2022) , nous pouvons constater que les associations canadienne et québécoises qui représentent les commerces de détail sont loin d’être enthousiasmées par l’idée d’étendre le passeport vaccinal aux commerces non essentiels. « Ce n’est jamais complètement clair, ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas, souligne M. Rochette (le président du Conseil canadien du commerce de détail). Évidemment, le ministre lui-même l’a mentionné, les épiceries et les pharmacies [sont des commerces essentiels], mais c’est toujours délicat quand on rentre dans cet univers. Il y a des commerces qui vendent à la fois de l’essentiel et ce qu’on appelle du non-essentiel – où tracer la ligne ? On ne parle pas de fermeture, on parle de la gestion d’un passeport pour certains produits et non pour d’autres. » « Si l’objectif, c’est de serrer la vis aux non-vaccinés, il y a peut-être d’autres scénarios que de demander à des employés dans les commerces de gérer les cas problématiques, ajoute-t-il. On souhaite que le gouvernement envisage d’autres façons…

Continuer la lecture

Conjectures sur la stratégie du gouvernement et du patronat

Ce n’est un secret pour personne que le gouvernement du Québec est prêt à avoir recours à toutes sortes de moyens pour contraindre les non-vaccinés à « remonter leur manche ». Il n’exclut pas la possibilité d’avoir recours à une forme directe ou indirecte d’obligation vaccinale, que ce soit pour toute la population ou certains groupes d’âge, ou encore pour les travailleurs de certains secteurs économiques ou de certaines entreprises, si l’évolution de la situation l’exige. Seulement c’est lui qui est juge de cette situation, c’est lui qui établit les critères à partir de laquelle on doit évaluer cette situation, c’est lui qui détient les données à son sujet, et c’est lui qui affecte en bien ou en mal l’évolution de la situation selon les décisions, bonnes ou mauvaises, efficaces ou inefficaces, qu’il prend et impose à la population du Québec. À cela il faut ajouter qu’il a des alliés puissants qui l’aident à préparer l’opinion publique à de telles dispositions, comme les journalistes, et à justifier et à implanter ces dispositions, comme certains médecins et experts et le patronat. La stratégie du gouvernement et de ses alliés compte plusieurs facettes qui se déploient sur des terrains différents. La plus…

Continuer la lecture

Le passeport vaccinal peut faire son entrée dans les supermarchés au Nouveau-Brunswick

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick a donné, au début du mois de décembre, la possibilité à tous les commerces de demander à leurs clients de présenter leur passeport vaccinal au lieu de faire appliquer la distanciation physique entre les clients. Voilà la distinction entre les services essentiels et les autres services qui vient d’être abolie. Pourtant c’est grâce à la promesse du maintien de cette distinction qu’au printemps et à l’été (on peut supposer que les choses se sont passées à peu près de la même manière au Nouveau-Brunswick qu’au Québec) on a réussi à rendre acceptable à l’opinion publique l’idée d’un passeport vaccinal. Il devait seulement s’appliquer, nous a-t-on dit, aux grands rassemblements, aux restaurants, aux cafés, aux bars, aux gyms, etc. Jamais on aurait l’idée de l’appliquer aux supermarchés ou même à l’ensemble des commerces de détail. Quelle idée ! Et voilà que le gouvernement du Nouveau-Brunswick vient de faire le premier pas dans cette direction. Il est vrai que la ministre de la Santé n’oblige pas les commerces en général, et les épiceries en particulier, à exiger que leurs clients présentent un passeport vaccinal. Elle laisse plutôt le choix à chaque commerce de faire respecter la…

Continuer la lecture

Interview d’un médecin censuré par La Presse en raison de sa position sur la vaccination des enfants

Avant de vous présenter l’interview en question, je reviens sur la polémique qu’a suscitée le Dr René Lavigueur en osant publier une lettre ouverte dans La Presse (fin octobre 2021) où il exprime des réserves sur la vaccination des enfants, de même qu’une critique de la pensée unique qui sévit depuis l’arrivée du virus et des insuffisances de la pharmacovigilance. Ce qui lui a valu d’être accusé par des journalistes et des experts de répandre des faussetés et des demi-vérités, de faire de la désinformation et d’alarmer inutilement le public. Ce qui est presque comique venant de ceux mêmes qui ont pour profession de faire exactement ce qu’ils reprochent au Dr Lavigueur. La Presse a donc retiré son texte, tout en publiant une réplique à ce même texte dont la lecture est devenue impossible pour tous les lecteurs du journal qui ne se donnent pas la peine de chercher. Pourtant ce texte est très modéré, comme le lecteur peut le constater grâce à la republication qui en a été faite ici : Les dilemmes d’un médecin de famille en temps de COVID Mais c’était malgré tout beaucoup trop pour tout ce beau monde qui ne tolère pas d’être contredit, qui…

Continuer la lecture

Questions pour les militants de gauche

Pourquoi consentez-vous, par votre silence et votre inaction, au prolongement de l’état d’urgence sanitaire ? Vous savez que le bien des personnes qui constituent le peuple n’est généralement pas ce qui motive les décisions de nos dirigeants politiques. Les politiciens qui parviennent à se hisser au pouvoir provenant presque toujours de milieux cossus, quand ils ne sont pas simplement riches, n’arrivent pas à se représenter la vie que la plupart d’entre nous doivent vivre ou ne s’en préoccupent pas le moins du monde, même s’il leur arrive de prétendre le contraire, pour obtenir des votes et conserver une certaine popularité. Puis ils entretiennent des rapports plus aux moins étroits avec les élites économiques, dont ils défendent les intérêts de manière générale ou de manière plus ciblée, comme de nombreux scandales de corruption devraient nous l’avoir appris. Sous leur gouverne, ne nous retrouvons-nous pas, depuis des décennies, à payer plus d’impôts sur le revenu et de taxes sur la consommation, alors que les grandes entreprises assument de moins en moins leur part du fardeau fiscal et s’enrichissent démesurément grâce à l’exploitation des ressources naturelles et humaines que le gouvernement met à leur disposition ? N’avons-nous pas vu l’éducation supérieure devenir de plus en…

Continuer la lecture

Une preuve de vaccination pour louer un logement

Depuis que la campagne de vaccination massive a commencé, je me suis dit qu’une mesure prétendument sanitaire aussi sordide allait finir par voir le jour. Seulement, je me suis abstenu d’en parler, pour ne pas donner de mauvaises idées aux compagnies de gestion immobilière qui pourraient vouloir faire du zèle sanitaire. Mais voilà, c’est finalement arrivé : une compagnie albertaine se propose maintenant d’exiger une preuve de vaccination de ses nouveaux locataires. Alors aussi bien en parler, d’autant plus qu’on cherche à établir un précédent et que la nouvelle circule déjà dans les médias anglophones : « An Alberta-based rental housing provider says it hopes to set a precedent with its decision to require proof of COVID-19 vaccination from new tenants. Strategic Group -- which owns more than 1,500 one and two-bedroom suites in rental apartment buildings in Edmonton and Calgary -- says it believes it is the first major landlord in Canada to implement a vaccine requirement for new tenants. "We're proud of it. Very proud of it. And we'd like to see other landlords implement the same policy," said chief operating officer Tracey Steman. "It will help to end this pandemic." » (« Apartment building owner hopes to set precedent with…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (7)

Je ne ferai pas ici l’analyse des autres changements de valeur annoncés par les rédacteurs du rapport L’avenir de la valeur publié par le think tank fédéral Horizons de politiques Canada. Il resterait encore sept activités à analyser et j’en aurais encore pour deux ou trois semaines à écrire à ce sujet. Il me semble que nous pouvons déjà avoir une idée assez précise de ce qui nous attend si les changements prédits quant aux activités déjà analysées venaient à se produire. J’ai d’ailleurs choisi les activités qui nous concernent plus spécifiquement, en tant qu’êtres humains et citoyens, et aussi en tant qu’intellectuels ou artistes. Voici les grandes lignes de ce qui apparaît à l’horizon, avec quelques contre-propositions. Appauvrissement généralisé Compte tenu du développement de la robotique et de l’intelligence artificielle, les robots et l’intelligence artificielle pourraient accomplir beaucoup de tâches physiques ou intellectuelles pour lesquelles nous sommes rémunérés. Et quand le travail humain serait encore requis, il nécessiterait moins d’expertise, celle-ci pouvant – selon les auteurs du rapport – être possédée par l’intelligence artificielle et être mise en ligne grâce à des cours sur demande ou à des enregistrements. Il en résulterait que le travail humain perdrait généralement en…

Continuer la lecture

Conférence de presse de Réinfo Covid Québec

À l’occasion d’une conférence de presse organisée par Réinfo Covid Québec, quelques professionnels de la santé ont exprimé publiquement des critiques sur la « gestion de la pandémie » que nous connaissons depuis 20 longs et pénibles mois. Dans un contexte où notre gouvernement jouit de pouvoirs arbitraires dont il ne semble pas vouloir se départir, où les partis dits d’opposition se rallient généralement à lui et font même de la surenchère sanitaire, où les journalistes répètent en chœur le nouvel évangile et réclament à grands cris le durcissement des sanctions contre ceux qu’ils qualifient de récalcitrants, d’antivax ou de complotistes, et où les ordres professionnels menacent de mesures disciplinaires ceux de leurs membres qui ne seraient pas d’accord avec le soi-disant consensus médical et scientifique, il faut du courage pour prendre ainsi la parole publiquement. Espérons que d’autres professionnels de la santé en feront autant et, mus par un sentiment d’émulation, se montreront à la hauteur de leur profession et de la confiance des Québécois. Voici les points abordés dans cette conférence de presse : l’importance d’organiser enfin un véritable débat public et scientifique; l’inefficacité et les dommages collatéraux des mesures sanitaires; la remise en question de l’efficacité de la…

Continuer la lecture

À la guerre comme à la guerre !

Notre ministre de la Santé et des Services sociaux fait tellement des plans foireux dernièrement, que même certains partis d’opposition et certains journalistes s’en aperçoivent. Ce n’est pas peu dire. Il est vrai qu’adopter un décret qui aura pour effet de suspendre plus de 20 000 travailleurs de la santé du réseau public au mois d’octobre, sans parler de ceux du secteur privé (par exemple des employés des agences de placement), c’est vraiment génial. Alors que notre système de santé est facilement saturé l’hiver en raison de la grippe saisonnière, alors qu’on nous dit que les nouveaux variants ont une certaine résistance aux vaccins (ce qui est une manière détournée de dire que les vaccins ne sont pas vraiment efficaces), alors qu’on serait en pénurie de main-d’œuvre, alors que le personnel soignant serait surmené et migrerait vers le secteur privé, ce crétin de première classe impose la vaccination obligatoire et, ce faisant, détériore encore plus l’état de notre système de santé. Et maintenant il va nous pondre d’ici la semaine prochaine un « plan de contingence », comme si la pénurie de personnel soignant qu’il va lui-même provoquer lui tombait du ciel. Puis il a le culot de renchérir en…

Continuer la lecture

Renversements sur l’absolutisme

Faisons ici abstraction de tout ce qui pourrait être dit pour remettre en question l’idée selon laquelle les mesures sanitaires servent à protéger notre santé. Voyons ce que nous pouvons répondre à ceux qui, parce que nous défendons nos droits et nos libertés contre les nombreuses atteintes qu’on leur a faites depuis 18 mois et qu’on continue de leur faire, laissent entendre que nous ferions de la liberté une sorte d’absolu moral, pour nous répondre que la liberté n’est pas une valeur absolue, aussi bien moralement que politiquement et juridiquement, que celle-ci se voit imposer des limites, en temps normal et encore plus en temps de crise. Par exemple quand la santé et la sécurité de la population sont menacées, comme c’est le cas dans une pandémie. Qui a dit le contraire ? Qui a fait de la liberté un absolu parmi ceux qui s’opposent aux mesures sanitaires ? Personne, d’après ce que j’en sais, à part peut-être quelques toqués non représentatifs de la majorité des non-conformistes. Il est vrai que les entorses faites à nos libertés et à nos droits donnent parfois lieu à des réactions d’irritation, à des exagérations et même à des vociférations. Mais quand même, dire…

Continuer la lecture

Micro-caillots sanguins et dérèglement du système immunitaire

Les mois passent et les effets secondaires des vaccins à moyen ou à long terme, que nous connaissions mal au début de la campagne de vaccination massive, commencent à être mieux connus. Et ce n’est pas rose, loin de là. Nous avons beaucoup entendu parler des thromboses causées par les vaccins. Mais c’est seulement la pointe de l’iceberg. Car des micro-caillots difficiles à détecter se forment chez une proportion importante des personnes vaccinées. Et qu’on ne s’imagine pas, parce que ces caillots sont minuscules, qu’ils ne peuvent pas être très dommageables pour la santé. Le Dr Charles Hoffe, un médecin de Colombie-Britannique qui a une colonne vertébrale et un cerveau en état de marche, et qui a justement été congédié pour cette raison, décrit comment ces micro-caillots se forment et comment ils peuvent causer des dégâts importants. Difficile de trouver un équivalent au Québec. La crise actuelle nous aura au moins permis de réaliser que nos concitoyens anglophones sont moins ramollis que nous et d’apprendre à les estimer en conséquence. Et le Dr Sucharit Bhakdi, un microbiologiste allemand qui critique publiquement les mesures dites sanitaires depuis leur entrée en vigueur, fournit non seulement des explications plus détaillées à propos de la…

Continuer la lecture

Réflexions sur la liberté, la santé et la sécurité

Ce texte est une tentative de surmonter les blocages moraux qui divisent en deux camps notre société depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire et qui rendent très difficile la discussion, à un tel point que c’est pratiquement l’impasse. Il s’adresse à la fois à ceux d’entre nous pour qui la santé et la sécurité sont la priorité, et à ceux d’entre nous qui valorisent davantage les libertés individuelles. Réflexions sur la liberté, la santé et la sécurité

Continuer la lecture

Omission importante dans le décret sur le passeport vaccinal

Je n’ai pas remarqué, à la première lecture du décret sur l’implantation du passeport vaccinal, qu’on y a fait une omission importante. Malgré les déclarations réitérées des autorités politiques et sanitaires à l’effet qu’on veille à la protection des renseignements personnels et qu’il n’y a pas de collecte de données au moment de la vérification des passeports vaccinaux par les commerçants et les organisateurs des activités, aucune disposition n’est prise à ce sujet dans le décret. Bien sûr, on dit ceci au dixième alinéa du décret : « QUE, sous réserve du huitième alinéa, il soit interdit à quiconque de conserver, en tout ou en partie, les renseignements obtenus pour les fins de toute vérification effectuée en vertu du présent décret. » Mais c’est trop peu et ça concerne surtout ou seulement, d’après le contexte du décret, les opérateurs des lieux et les organisateurs des activités qui vérifient les preuves de vaccination grâce à l’application gouvernementale, et pas le gouvernement ou une autre entité. Pourtant on se donne la peine de rassurer la population à ce sujet sur la page portant sur l’application VaxiCode du site du gouvernement consacré à la COVID-19. Voici ce qu’on déclare à propos de la protection des…

Continuer la lecture

* Mise à jour * - Période dite d’adaptation au passeport vaccinal

Mise au point du 2 septembre 2021. Le gouvernement a finalement mis en ligne son décret sur le passeport vaccinal, avec au moins plusieurs heures de retard, voire peut-être une journée. Ce qui montre que c’est bien un décret pour la forme, sinon ce décret aurait été adopté et publié bien avant, d’autant plus que les grandes lignes en avaient déjà été précisées sur le site du gouvernement et que l’implantation du passeport vaccinal est planifiée de longue date. Aux yeux de nos autorités politiques et sanitaires, c’est leur parole qui fait loi et à laquelle on doit obéir, semble-t-il. Et il en est ainsi pour beaucoup de Québécois qui savent à peine ou pas du tout qu’il y a des décrets et des arrêtés, la seule parole des autorités politiques et sanitaires, amplifiée par les grands médias, étant suffisante pour obtenir leur adhésion et leur obéissance. Autrement le gouvernement aurait promulgué et publié le décret plus tôt et la population l’aurait réclamé. N’est-il pas absurde que nous n’ayons pas le temps de prendre connaissance du contenu d’un décret auquel nous sommes censés obéir ? On demandera peut-être ce que ça change si ce que disent les autorités politiques et…

Continuer la lecture

Vaccination obligatoire dans certains milieux de travail et d’enseignement – perspective politique

« But in order to make the king more entirely master of his people, it was enacted, that he might hereafter, at his pleasure, change this act, or any provision in it. By this clause, both parties were retained in subjection: So far as regarded religion, the king was invested, in the fullest manner, with the sole legislative authority in his kingdom: And all his subjects were, under the severest penalties, expressly bound to receive implicitly, whatever doctrine he should please to recommend to them. » [...] « The oaths, which Henry imposed for the security of his ecclesiastical model, were not more reasonable than his other measures. All his subjects of any distinction had already been obliged to renounce the pope’s supremacy; but as the clauses to which they swore had not been deemed entirely satisfactory, another oath was imposed; and it was added, that all those who had taken the former oaths, should be understood to have taken the new one. A strange supposition! to represent men as bound by an oath, which they had never taken. » (David Hume, The History of England, volume III, XXXIII.) Dans un billet précédent, je me suis intéressé aux implications de la vaccination obligatoire dans…

Continuer la lecture

Remarques supplémentaires sur le passeport vaccinal

Le mois de septembre approche et avec lui l’implantation du passeport vaccinal au Québec. Ce qui m’intéresse dans ce billet, c’est la mise à jour de la page gouvernementale portant sur le passeport vaccinal qui a été faite aujourd’hui. L’application VaxiCode Contrairement à ce que laissait entendre cette page web avant cette mise à jour, une application sera utilisée par les personnes vaccinées pour télécharger leur code QR et le présenter pour avoir accès entrer dans les commerces visés et pour participer aux activités visées, et pas seulement un fichier PDF qu’on devrait présenter à l’écran ou imprimer (cela demeure toutefois possible). Ce qui montre que le site du gouvernement n’est pas une source d’information fiable, même quand il est question des outils qu’il fait lui-même développer. Si on avait certes pu entendre des allusions dans les médias à propos de cette application, ça aurait été la moindre des choses d’en parler sur le site du gouvernement. Je ne parle pas ici des problèmes qui concernent l’application VaxiCode Verif, qui est l’application qui, « destinée aux exploitants ou aux responsables, lira le code QR qui apparaît sur la preuve de vaccination, pour déterminer le statut de protection d’une personne contre la…

Continuer la lecture

Vaccination obligatoire dans certains milieux de travail et d’enseignement – perspective individuelle

« LE CRIEUR. Vous voyez, hommes d’Uri, vous voyez ce chapeau ; on va le placer au haut d’un mât, au milieu d’Altdorf, sur le point le plus élevé. L’intention et la volonté du gouverneur est que ce chapeau soit honoré comme lui-même ; on doit, quand on passera devant ce chapeau, fléchir le genou et se découvrir la tête. Le roi reconnaîtra par là ceux qui lui sont soumis. Quiconque méprisera cet ordre sera puni dans sa personne, et ses biens seront confisqués. » (Friedrich Schiller, Guillaume Tell, acte I, scène III.) Je fais ici abstraction des implications politiques du fait que nos gouvernements ont imposé, disent vouloir imposer, recommandent, suggèrent ou tolèrent la vaccination obligatoire pour avoir accès à certains milieux de travail ou d’enseignement. Je m’intéresserai à ces implications dans un autre billet. Ici il s’agira seulement des implications pour les individus de cette tendance sanitaire, en ce qu’elle nous affecte individuellement. Si nous travaillons dans le secteur de la santé, de l’enseignement, de l’administration publique, des banques, des transports ou des services, il est fort probable ou du moins possible qu’on nous demande bientôt d’enregistrer notre statut vaccinal auprès de notre employeur, ou que le passeport vaccinal…

Continuer la lecture

Toujours la même question

Depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, les autorités politiques et sanitaires québécoises et canadiennes – comme celles de beaucoup d’autres pays – évitent de répondre à cette question : qu’est-ce qu’il faudrait pour qu’on considère qu’il n’y a plus d’urgence sanitaire et pour qu’on décide de mettre fin à cet état d’exception ? En fait, elles ne se posent même pas cette question et elles feignent de ne pas l’entendre ou elles trouvent des échappatoires quand nous la leur posons. Car ce n’est certainement pas dans leur intérêt d’y répondre, ne serait-ce que parce qu’elles perdraient les pouvoirs d’exception auxquels elles ont manifestement pris goût, et qu’elles auraient peut-être des comptes à nous rendre, enfin. Alors que l’état d’urgence sanitaire semble se pérenniser et que de nouvelles mesures sanitaires apparaissent – le passeport vaccinal et la vaccination obligatoire dans certains milieux de travail –, il serait temps que notre gouvernement daigne nous donner une réponse, même approximative. Il serait aussi grand temps que cette question soit discutée publiquement, car il ne s’agit pas avant tout d’un problème scientifique ou médical, mais d’un problème moral et politique qui nous concerne en tant qu’individus et citoyens. Nous ne saurions déléguer à…

Continuer la lecture

Pour la transparence technologique

À environ deux semaines de l’entrée en vigueur du passeport vaccinal au Québec, notre gouvernement se montre avare d’informations sur les technologies qui seront utilisées. Nous savons que les codes QR qui servent de preuve de vaccination numérique seront lus à l’aide d’une application mobile. Pour ce faire, une clé de chiffrement, vraisemblablement intégrée à l’application mobile, sera utilisée. Il me semble avoir lu quelque part que l’application mobile devrait à ce moment entrer en communication avec une base de données du gouvernement pour vérifier l’information contenue dans les codes QR, mais je n’ai pas réussi à retrouver l’article de journal en question. Quant au site du gouvernement, il dit ceci sur les technologies utilisées pour l’implantation du passeport vaccinal : « Différence entre la preuve de vaccination et le passeport vaccinal La preuve de vaccination électronique est un document en format PDF qui se télécharge à partir de votre ordinateur ou de votre appareil mobile. Elle contient vos informations personnelles, le vaccin que vous avez reçu et un code QR qui contient ces informations. Pour en savoir plus, consultez la page Preuve de vaccination contre la COVID-19. Le passeport vaccinal est un outil qui interprétera l’information contenue dans votre preuve de…

Continuer la lecture

Diktats sur le passeport vaccinal, décrets à venir et absence de loi

Ce que nous savons actuellement sur le passeport vaccinal se réduit à presque rien. Nous savons ce que nous en disent les autorités politiques et sanitaires dans leurs points de presse et sur le site gouvernemental consacré à la crise dite sanitaire. Autrement dit, nous savons seulement que le passeport vaccinal entrera en vigueur au début du mois de septembre et qu’il sera requis pour aller dans les bars, les restaurants et les gyms, et pour assister à des matchs sportifs et à des festivals, par exemple. Il est censé s’appliquer seulement, pour l’instant, à certains services non essentiels et exclure les commerces de détail. Mais cela pourrait changer l’automne et l’hiver prochains, en fonction du nombre de « cas » dépistés. Ce qu’on trouve sur le site du gouvernement ne nous dit presque rien de plus : « Passeport vaccinal Le passeport vaccinal COVID-19 sera un document officiel et gratuit attestant qu’une personne est bien protégée contre la COVID-19. Le passeport vaccinal pourrait notamment permettre de voyager à l’étranger et d’accéder à des activités non essentielles aux personnes adéquatement protégées en cas de recrudescence des cas. Les travaux se poursuivent, mais il est envisagé d’utiliser le passeport vaccinal pour les activités non essentielles…

Continuer la lecture

Assimilation des personnes vaccinées aux partisans du passeport vaccinal

Notre gouvernement et les journalistes supposent souvent que les personnes vaccinées, adéquatement ou sur le point de l’être, appuient ou réclament même l’implantation du passeport vaccinal. Et il n’y aurait que les antivax égoïstes et débiles qui s’opposeraient à ce passeport. Voilà une manière de penser qui, bien que simpliste et même rudimentaire, n’en est pas moins très commode pour nos autorités politiques et sanitaires. Si l’on suppose que le taux de vaccination sera bientôt de 80 % dans tous les groupes d’âge éligibles pour se faire administrer le « précieux sérum », cela ferait au moins 80 % de la population qui approuverait le passeport vaccinal, en ajoutant les personnes qui, en raison de problèmes de santé, ne peuvent pas être vaccinées, qui voudraient bien l’être et qui profiteront vraisemblablement d’une dispense pour bénéficier des mêmes « privilèges » que les vaccinés, car c’est l’intention qui compte. Il suffit de considérer les choses attentivement pour voir que la situation est certainement plus complexe. Je ne nie pas qu’il y a sans doute beaucoup plus de personnes favorables à ce dispositif parmi les vaccinés que parmi les non-vaccinés. Il est raisonnable de croire que la proportion de personnes défavorables au…

Continuer la lecture

Lettre ouverte aux non-vaccinés

Je reproduis ici intégralement la lettre ouverte adressée aux personnes non-vaccinées par huit scientifiques canadiens, dans sa traduction faite par Jean-Dominique Michel sur son blog. Cela fait effectivement du bien de voir des scientifiques d’ici prendre position publiquement contre la propagande que nous subissons et pour la liberté vaccinale. Cela fait aussi du bien de se faire rappeler que nous ne sommes pas aussi minoritaires qu’essaient de nous le faire croire les grands médias, pour nous inciter à céder. Dommage que de telles prises de positions publiques n’arrivent presque jamais au Québec, et qu’il faille chercher les scientifiques courageux et lucides ailleurs au Canada ou dans le monde. Lettre ouverte aux non-vaccinés Tu n’es pas seul ! Au 28 juillet 2021, 29 % des Canadiens n’avaient pas reçu de vaccin contre la COVID-19 et 14 % de plus n’avaient reçu qu’une seule injection. Aux États-Unis et dans l’Union européenne, moins de la moitié de la population est entièrement vaccinée, et même en Israël, le « laboratoire du monde » selon Pfizer, un tiers des personnes restent totalement non vaccinées. Les politiciens et les médias ont adopté un point de vue uniforme, faisant des non-vaccinés des boucs émissaires pour les difficultés…

Continuer la lecture

Pour un calcul raisonné des avantages et des inconvénients

Le passeport vaccinal est à nos portes. Nous ne savons pas encore quelle forme il prendra quand il entrera en vigueur, et encore moins quelles autres formes il pourrait prendre plus tard, à l’automne et à l’hiver. Mais nous devons quand même nous demander jusqu’où nous sommes prêts à aller pour ne pas nous faire vacciner et – c’est peut-être là le plus important – ne pas nous plier à l’utilisation du passeport vaccinal. Je dirais même qu’il faut nous poser ces questions d’autant plus que nous ne savons pas à quoi nous en tenir avec ce passeport vaccinal. J’adopterai un point de vue que je crois partager avec la plupart des lecteurs de ce blog. Si nous étions convaincus de l’efficacité et de l’innocuité des vaccins, si nous pensions gagner individuellement et collectivement quelque chose à nous faire vacciner, nous nous serions déjà précipités sur les doses de vaccin que notre gouvernement a généreusement mises à notre disposition. Or ce n’est pas le cas. La propagande gouvernementale et journalistique, bien qu’efficace pour beaucoup de nos concitoyens, nous inspire de la méfiance. Les médecins et les scientifiques qu’on appelle en renfort nous semblent être incompétents ou les laquais du gouvernement…

Continuer la lecture

Les phénomènes d’aggravation dépendante des anticorps (ADE) et la Covid-19

Les scientifiques du collectif Réinfocovid ont publié un article sur le risque des vaccins anti-covid de disposer les personnes vaccinées à développer des formes plus graves de la maladie. Il est vraiment important que nous soyons beaucoup à être informés sur ce risque, que nous soyons vaccinés ou non. Car si jamais il se produisait une vague épidémique où des personnes vaccinées tombent régulièrement malades et meurent parfois de la COVID-19, sans être très âgées et avoir des conditions santé les disposant à avoir des complications, nos autorités politiques et sanitaires et nos journalistes se garderaient bien d’explorer cette possibilité, car cela mettrait beaucoup de Québécois en colère contre eux et leur enlèverait toute crédibilité. C’est pourquoi il faut plutôt s’attendre à ce qu’ils se rabattent automatiquement sur les bons vieux trucs qui ont fait leurs preuves : expliquer la situation par l’apparition de nouveaux variants supposément plus dangereux et plus contagieux; tenir les récalcitrants non vaccinés responsables et leur rendre la vie impossible pour qu’ils consentent, sous la contrainte, à se faire vacciner; organiser une campagne d’injection d’une troisième dose de vaccin qui, dans le meilleur des cas, pourrait s’avérer inutile car les variants mutent rapidement; ou qui, dans le…

Continuer la lecture

Réactions à l’annonce du président français sur le « pass sanitaire »

Voici quelques vidéos vivifiantes à la suite de l’allocution où Macron a annoncé aux Français l’entrée en vigueur du « pass sanitaire ». Le Dr Peter McCullough, épidémiologiste et cardiologue de renommée internationale, examine les assertions du président français pour justifier son dernier décret impérial. Un point très intéressant est l’inefficacité ou le manque d’efficacité des vaccins contre le variant Delta, alors que ce serait justement pour lutter contre ce variant qu’on voudrait porter atteinte à la liberté des non-vaccinés et les forcer à se faire vacciner, en France et peut-être aussi au Québec à partir du mois de septembre. Heureusement ce variant est moins dangereux que les variants précédents et il n’est pas plus contagieux. Et l’immunité naturelle est excellente, de loin supérieure à celle procurée par les vaccins, qui sont loin d’être aussi sécuritaires qu’on nous le dit. Un maire français critique le manque de cohérence et le caractère arbitraire des mesures sanitaires imposées sur le territoire français. Le fait d’être lui-même vacciné ne l’empêche pas de s’opposer au « pass sanitaire ».

Continuer la lecture

Pensées pour les récalcitrants

Il n’est pas honteux d’être récalcitrant. Cessons de refuser ce terme par lequel on nous désigne. Redonnons ses lettres de noblesse à la récalcitrance. Et peignons le consentement sous ses véritables couleurs. Seulement pour les récalcitrants. Pensées pour les récalcitrants

Continuer la lecture

Sur le prétendu consensus scientifique et médical

À moins d’avoir une conception dogmatique de la science – comme celles que cultivent dans la population québécoise notre gouvernement, les journalistes et les experts et les médecins interviewés à répétition dans les médias –, nous savons que les consensus en science sont rares, qu’ils sont souvent partiels et que leur existence est souvent précaire, des nouvelles recherches pouvant les ébranler. La situation la plus courante, en science, ce sont des théories divergentes qui s’affrontent, qui se transforment par cet affrontement, ou qui donnent naissance à de nouvelles théories, qui comme les précédentes doivent être mises à l’épreuve et évaluées en fonction de leur puissance explicative et de leur capacité à dégager des régularités dans l’ordre de la nature, à prévoir les événements et à exercer une certaine maîtrise sur eux grâce à la connaissance de ces régularités. Par conséquent, un consensus scientifique qui serait absolu, indiscutable et inébranlable doit nous apparaître comme suspect : soit une petite clique de scientifiques, par le contrôle des positions de pouvoir et d’influence dans les institutions scientifiques, a réussi à imposer ses dogmes ; soit des puissances étrangères, politiques ou économiques, par le contrôle des mêmes institutions et des pressions exercées de l’extérieur, par exemple…

Continuer la lecture

Conjectures sur le passeport vaccinal

Le ministre de la Santé et des Services sociaux nous a annoncé qu’à compter du 1er septembre, en cas d’une hausse des cas d’infection et des éclosions, une preuve de vaccination pourrait être exigée pour avoir accès à des services jugés non essentiels, comme les restaurants, les cafés, les bars, les salles de spectacles, etc., afin d’éviter un autre confinement et de permettre aux personnes adéquatement vaccinées d’avoir une vie plus normale, et de protéger malgré elles les personnes non vaccinées adéquatement, de les empêcher d’être infectées, de propager le virus et d’engorger les hôpitaux, et de les inciter à se faire enfin vacciner adéquatement. L’accès aux supermarchés, aux soins de santé et à l’éducation ne seraient pas visé par ces mesures, même si des journalistes et des personnes adéquatement vaccinés appellent à faire payer aux personnes non vaccinées adéquatement les soins hospitaliers dont ils pourraient avoir besoin s’ils attrapent le virus, et à les priver de cours « en présentiel ». Je regroupe dans ce billet plusieurs remarques pour la plupart déjà faites dans des billets précédents. J’insiste sur le fait qu’il s’agit de conjectures. Mais comme elles ont un fort degré de vraisemblance, il importe de les discuter et même…

Continuer la lecture

Ne pas prendre notre liberté pour acquise

Nous n’avons jamais eu à lutter collectivement pour notre liberté. La plupart d’entre nous ne sont pas capables de concevoir que nous, Québécois, puissions avoir à le faire. Nous sommes libres, voilà tout, et ils ne voient pas pourquoi et comment cela changerait. Même les deux référendums sur l’indépendance du Québec n’ont pas été l’occasion d’une lutte pour accroître la liberté des individus, car il s’agissait essentiellement de rendre notre gouvernement indépendant ou plus indépendant du gouvernement fédéral, sans changer de manière significative notre mode de vie, notre organisation sociale et nos institutions politiques. Ce qui explique peut-être en partie l’échec du projet souverainiste et la perte d’intérêt dont il est l’objet depuis 25 ans. Beaucoup de Québécois, non sans bonnes raisons, se disent que le fait de nous séparer du Canada ne changerait presque rien à notre vie et préfèrent donc le statu quo. Quant à ceux qui disent encore s’intéresser au projet souverainiste, il est souvent pour eux une affaire d’identité (les Québécois sont un peuple distinct, donc il leur faut un État indépendant du reste du Canada). Et pour ceux d’entre eux qui voudraient par la même occasion apporter des changements sociaux et politiques, la défense et l’accroissement…

Continuer la lecture

Fierté nationale et souveraineté

C’est aujourd’hui la fête nationale du Québec. Raison pour laquelle notre premier ministre nous adresse ce message : « Cette année, on a encore une fête nationale un peu différente, la pandémie nous a enlevé des moments précieux, fêter le Québec avec notre famille, avec tous nos amis, mais en même temps, ça ne nous a pas enlevé nos raisons de célébrer avec fierté. Qu’est-ce qu’on fête dans le fond ? On fête notre nation, on fête un peuple fort, un peuple fier, un peuple qui a résisté à tellement d’épreuves depuis 400 ans, un peuple qui a été capable de rester tissés serrés, même dans les moments les plus difficiles. Avec la pandémie, le Québec a été confronté à une autre grande épreuve et on a réagi comme on sait le faire : on s’est serré les coudes, on s’est battus, on a pas perdu espoir. Cette année on ne pourra pas se rassembler par milliers, mais on va sentir que l’été s’en vient et que la liberté approche. « Cette année on va pouvoir célébrer notre liberté, nos retrouvailles, notre libération et on va avoir de quoi être fiers parce qu’on sait qu’on est capables, tous ensemble, de résister. On sait que le…

Continuer la lecture

Rapports d’experts pour appuyer le pourvoi en contrôle judiciaire de la FDDLP contre le gouvernement du Québec

Pour ceux d’entre vous qui ne le sauraient pas déjà, la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple (FDDLP) a rendu publics les rapports d’experts qui appuient son pourvoi en contrôle judiciaire contre le gouvernement du Québec. Je vous invite à diffuser ce lien, car ce ne sont évidemment pas des informations que nos médias tendent à reprendre. Les scientifiques impliqués sont : Astrid Stuckelberger, docteure en santé publique et experte de l’Organisation mondiale de la Santé; Pr Christian Perronne, médecin infectiologue; Dr Laurent Toubiana, épidémiologiste; Dr Clare Craig et Dr Tanya Klymenko, respectivement « diagnostic pathologist » et « senior lecturer on aspects relating to PCR ». Ce sont toutes les idées reçues sur la « pandémie » qui sont soumises à une critique rigoureuse : la nouveauté du virus et le danger qu’il représente ; ce qu’on entend par « cas »; la contagiosité des personnes asymptomatiques ; l’utilisation faite des tests PCR ; l’absence de traitements ; la surmortalité qu’on qualifie d’élevée ; la légitimité de l’état d’urgence sanitaire ; l’utilité des principales mesures sanitaires ; la pertinence et l’utilité de la campagne de vaccination massive. Voilà qui devrait donner du fil à retordre à notre gouvernement, à ses « experts » et à ses avocats, si du…

Continuer la lecture

Sur l’usurpation

Sauf quand on parle d’usurpation d’identité, on n’aurait pas idée d’accuser quelqu’un chez nous – au Québec, au Canada ou en Occident – d’usurpation. Ce mot nous semble sortir tout droit du Moyen Âge. Un usurpateur, ce serait simplement quelqu’un qui s’approprie un titre – disons celui de roi – qui ne lui revient pas d’après les lois d’un pays, que ce soit par la force, par la ruse ou par la tromperie. Ce peut être le chef d’une puissante famille noble qui chasse du trône le roi légitime. Ce peut être un fils cadet ou un oncle qui prend la place du fils aîné, l’héritier légitime, à la mort du roi. Ce peut être un personnage important de la cour qui fait assassiner le roi pour le remplacer. Ce peut être un imposteur qui se fait passer pour un prince présumé mort et qui a l’appui d’une puissance étrangère pour monter sur le trône. À la rigueur, nous pourrions considérer comme des usurpateurs ceux qui, à l’étranger, prennent le pouvoir grâce à un coup d’État. Que ce coup d’État serve la politique étrangère occidentale ou non, cela n’a rien à voir. C’est une question de légitimité. S’il y a…

Continuer la lecture

Docilité et mépris de la loi comme effets de l’autoritarisme et de l’arbitraire

Il faudrait être aveugle pour ne pas avoir remarqué que les mesures autoritaires et arbitraires que nous impose notre gouvernement depuis quinze mois ont changé notre rapport à la loi, d’une manière ou d’une autre. Docilité Le changement le plus répandu et le plus visible, c’est une plus grande docilité. Bien sûr, plusieurs d’entre nous sont dociles de longue date. La docilité – qu’il nomme simplement obéissance – a toujours été pour eux une vertu, même s’ils ne pouvaient pas le dire trop ouvertement avant l’arrivée du virus, sauf quand ils étaient entre eux. Mais maintenant que le virus est ici et qu’il semble avoir décidé de rester, ils peuvent montrer au grand jour leur docilité et l’exiger de leurs concitoyens, qui viennent grandir leurs rangs. Ce glissement dans la docilité se fait assez naturellement compte tenu de l’omniprésence, de la mobilité et de l’incohérence de toutes les recommandations, obligations et interdictions que formule ou promulgue le gouvernement, et qui sont reprises par les médias et dans tous les lieux que nous fréquentons, ad nauseam. Puis il y a la manière dont on les décide et fait respecter, c’est-à-dire de manière autoritaire, arbitraire et même invasive et agressive. Du jour…

Continuer la lecture

Raisons pour les personnes vaccinées d’être contre le passeport vaccinal

Depuis que notre directeur national de la Santé publique a déclaré publiquement, il y a un mois, que les avantages du passeport vaccinal sont généralement surestimés et qu’il y a des risques éthiques, et que ce n’est pas la priorité du ministère de la Santé et des Services sociaux pour l’instant, les journalistes et la population parlent rarement de ce dispositif et presque seulement de la poursuite de la vaccination massive et de l’assouplissement des mesures sanitaires que l’atteinte des objectifs vaccinaux permettrait au gouvernement d’accorder à la population. Mais comme je l’ai déjà dit dans un billet, on ne doit surtout pas en conclure que cela ne changera pas dans quelques mois, par exemple à l’automne. Des experts pourraient entre-temps publier des études dans lesquelles ils concluraient que, finalement, les avantages du passeport vaccinal (ou de manière plus large, du passeport sanitaire, qui donnerait la possibilité de présenter un résultat négatif à un test de dépistage ou une preuve de rétablissement) sont plus grands que les inconvénients. Et il serait plus facile pour notre gouvernement d’implanter ce dispositif quand une forte proportion de la population active aura reçu ses deux doses de vaccin, puisque ce serait seulement la minorité…

Continuer la lecture

Le passeport sanitaire : enjeux et implications

Voici une vidéo du collectif français Réinfocovid sur le passeport sanitaire. On y traite la question franchement, non seulement d’un point de vue médical, mais aussi d’un point de vue juridique et social. Loin d’être une mesure temporaire devant servir à mettre fin à la « crise sanitaire », un tel dispositif est, selon les participants de cette discussion, capable de porter atteinte à nos droits et à nos libertés de manière durable. Une fois ce passeport mis en place, allez savoir combien de temps il restera en vigueur et tout ce pour quoi il sera utilisé. On y discute le mélange des conditions de santé et des droits et libertés et les moyens de recours et de résistance. Et on nous met devant une alternative : ou bien collaborer avec le nouveau système social et politique qui est en train de se mettre en place; ou bien résister en mettant des grains de sable dans les engrenages, ou plus, tout en nous amusant, tout en jouant de la situation, même si elle a assurément quelque chose de dramatique. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes moins bien organisés ici, au Québec. Nous avons beaucoup de rattrapage à faire.

Continuer la lecture

Vaccination des adolescents et consentement éclairé

Les jeunes de 12 à 17 ans peuvent maintenant être vaccinés contre la COVID-19 C’est le vaccin à ARN messager de Pfizer qui sera utilisé pour ce groupe d’âge, conformément à l’autorisation accordée par Santé Canada. La première en dose sera administrée de deux manières : en milieu scolaire durant les semaines du 7 au 14 juin, c’est-à-dire dans une clinique mobile à l’école ou dans un centre de vaccination, avec transport scolaire fourni dans le dernier cas ; avec prise de rendez-vous dans une clinique de vaccination, jusqu’au 23 juin environ. La deuxième dose sera administrée au retour en classe à l’automne 2021 ou avant. Le gouvernement précisera les modalités cet été. Pour les personnes de 12 et 13 ans, le consentement parental est requis. Les adolescents âgés de 14 ans et plus peuvent donner eux-mêmes leur consentement. On transmettra par l’intermédiaire de l’école un feuillet d’information à tous les élèves, soit pour aider les parents et les élèves à prendre une décision éclairée. Il serait intéressant pour tous les citoyens de prendre connaissance du contenu de ce feuillet d’information. Les informations que le gouvernement transmet aux jeunes par l’intermédiaire des écoles publiques et privées concernent tous les citoyens, et pas seulement les jeunes et leurs…

Continuer la lecture

Le scientisme, une menace pour la démocratie, la science et la médecine

Il ne s’agit pas de faire un procès à la science et aux scientifiques qui pratiquent leur discipline avec rigueur, prudence et probité, sans tomber dans le dogmatisme et sans avoir des visées expansionnistes. Ce dont il s’agit ici, c’est de faire la critique du scientisme, qui certes préexistait à la présente « crise sanitaire », mais qui a fait des pas de géant depuis son début. Beaucoup de ceux qui, avant, ne s’intéressaient pas le moins du monde à la science, ou qui étaient méfiants à son égard, ne jurent maintenant que par la science, ou plutôt par l’idée qu’ils s’en font, sans avoir fait d’études dans le domaine, sans avoir lu un seul article scientifique, sans avoir fait d’épistémologie, et sans même avoir une idée vague de ce que pourrait être une démarche scientifique rigoureuse. Ainsi suffit-il de leur dire que telle ou telle chose sur le virus, la « pandémie » ou les mesures a fait l’objet d’une étude et a été prouvée scientifiquement, et d’y joindre quelques données éloquentes et quelques graphiques hauts en couleur, pour qu’ils y voient une vérité indiscutable. Ce billet a pour objet les effets nuisibles du scientisme sur la démocratie et sur la pratique de…

Continuer la lecture

À la croisée des chemins

Maintenant que la vaccination est ouverte à tous les groupes d’âge, beaucoup d’entre nous sont à la croisée des chemins. Notre tour est venu : nous ferons-nous vacciner comme on nous le recommande très-très-très fortement ou résisterons-nous aux pressions qui sont exercées sur nous par les autorités politiques et sanitaires, par les médias, par nos employeurs, par nos collègues et par nos proches ? Ne faisant pas partie pour la plupart des personnes à risque de tomber gravement malades et de mourir si nous sommes infectés – plusieurs d’entre nous l’ont été en ayant seulement des symptômes bénins, ou sans avoir de symptômes, ou sans même s’en apercevoir –, il ne s’agit pas avant tout de nous faire vacciner pour nous protéger du virus. Non, il s’agit surtout d’obtenir des assouplissements des mesures sanitaires par l’atteinte des objectifs vaccinaux pour tous les groupes d’âge. Beaucoup d’entre nous décideront de se faire vacciner (si ce n’est pas déjà fait) pour qu’une sorte de « retour à la normale » soit possible et pour pouvoir être libres à nouveau. Il importe assez peu de savoir exactement en quoi consisteront ces assouplissements et ce gain de liberté : ils souhaitent une amélioration quelconque, s’en remettant au bon…

Continuer la lecture

Les professionnels de la santé pourraient se brûler

Les médecins de l’ONG Réinfo Santé Suisse ont adressé récemment une lettre ouverte aux médecins cantonaux et aux sociétés médicales de leur pays. On y trouvera de nombreuses questions que nous aurions ici, au Québec, intérêt à nous poser publiquement. Et à plus forte raison ceux de nos concitoyens qui sont médecins! Ah ! que nous n’avons ici de médecins qui ont le courage de prendre la parole ! Il est vrai que le Collège des Médecins, il y a déjà de cela plusieurs mois, leur a intimé de ne pas faire de déclarations publiques qui contrediraient les connaissances scientifiques du moment. Mais ça joue dur ailleurs aussi, par exemple en France. Pour ses déclarations jugées controversées sur la COVID-19, Christian Perronne a été démis de ses fonctions de chef des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches et l’Ordre des médecins a déposé une plainte juridique contre lui. Et pourtant cela n’empêche pas des médecins français de s’organiser et de former le collectif Reinfocovid. Outre d’importants rappels quant à ce que nous savons et ne savons pas sur l’efficacité et l’innocuité des vaccins dont nous attendons notre salut, cette lettre ouverte insiste sur le fait qu’il est fort problématique,…

Continuer la lecture

Entretien avec l’avocat allemand Reiner Fuellmich organisé par la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple

Pour ceux d’entre vous qui ne le connaîtraient pas déjà, Reiner Fuellmich est un avocat allemand qui a entrepris plusieurs actions en justice pour démonter la cabale d’envergure internationale et historique dont nous subissons les effets depuis plus d’un an. Fuellmich est, avec ses collègues, à l’origine d’un comité d’investigation sur la « pandémie » et d’un réseau d’avocats de différents pays pour coordonner leurs poursuites en justice. Cet avocat, qui n’en est pas à ses premières armes, est spécialisé dans les poursuites contre des grandes corporations : il a déjà entrepris des actions en justice contre la Deutsche Bank et contre Volkswagen (la fameuse fraude sur les émissions polluantes). Une très bonne nouvelle pour les poursuites en justice faites au Québec par la Fondation pour la défense des droits et libertés du peuple, c’est que l’avocat en chef de la Fondation a rejoint le réseau mis en place par Reiner Fuellmich. La stratégie de Fuellmich et de ses confrères consiste à s’attaquer à la racine du problème : les infections asymptomatiques et la capacité des tests PCR à dépister la COVID-19. Puisque l’état d’urgence sanitaire et toutes les mesures découlent de ces affirmations non fondées, il n’est pas question…

Continuer la lecture

Malheur aux vaincus !

« Dans un état de choses également fâcheux pour les deux partis, il se fit d’abord quelques propositions d’accommodement, par le moyen des gardes avancées, qui conféraient ensemble. Ensuite, sur une décision des principaux citoyens, Sulpicius, l’un des tribuns militaires de Rome, alla parlementer avec Brennus. Il fut convenu que les Romains payeraient mille livres pesant d’or, et que les ennemis, dès qu’ils les auraient reçues, sortiraient de la ville et du territoire. Les conditions étaient acceptées de part et d’autre, les serments prononcés, l’or apporté ; mais les Celtes trompèrent à la pesée : d’abord secrètement, en se servant de faux poids ; ensuite ouvertement, en faisant pencher un des bassins de la balance. Les Romains ne purent alors retenir leur indignation. Mais Brennus, comme pour ajouter à cette infidélité l’insulte et la raillerie, détache son épée, et il la met par-dessus les poids avec le baudrier. « Que signifie cela ? demanda Sulpicius. — Eh ! répondit Brennus, quelle autre chose, sinon : Malheur aux vaincus ! » Ce mot a passé depuis en proverbe. » (Plutarque, Vies des hommes illustres, Camille.) La manière dont les autorités politiques et sanitaires et la population québécoise (et aussi canadiennes et…

Continuer la lecture

Appel aux aînés

Je m’adresse plus particulièrement à vous tous qui êtes nos aînés. Je ne sais pas exactement à partir de quel âge vous pouvez vous sentir concernés par ce que j’ai à dire. C’est assurément le cas si vous avez plus de 70 ans, comme les autorités politiques et sanitaires, les journalistes, votre entourage et vos concitoyens vous comptent parmi les personnes vulnérables dont il s’agit de protéger la santé en adoptant et en appliquant toutes ses mesures sanitaires et en prolongeant indéfiniment l’état d’urgence sanitaire. C’est assurément aussi le cas si vous êtes âgés de plus de 60 ans et si votre médecin vous compte parmi les personnes vulnérables en raison de votre état de santé et vous demande de prendre des précautions supplémentaires. C’est assurément aussi le cas si, âgés de plus de 60 ans ou même un peu plus jeunes, vous vous croyez en danger de maladie ou de mort si les consignes de la Santé publique ne sont pas rigoureusement suivies par toute la population, bien que votre état de santé ne fasse pas de vous une personne vulnérable. Les autorités politiques et sanitaires et les journalistes, qui se sont proclamés vos porte-parole, réclament en votre nom…

Continuer la lecture