Technologie (76)

L’expansion de la surface d’attaque

Il existe, en sécurité informatique, une notion appelée « surface d’attaque », qui est la somme des points faibles susceptibles d’être utilisés par un pirate informatique pour s’infiltrer dans un système, pour en extraire des données et pour provoquer des pannes ou des dysfonctionnements de ces systèmes ou de ce qui dépend d’eux. Plus ces points faibles sont nombreux, plus il est probable qu’un pirate informatique réussisse à tirer profit d’une faille de sécurité. C’est donc un principe de base en sécurité informatique de minimiser la surface d’attaque, par exemple en réduisant la quantité de code exécuté, en limitant le nombre de points d’entrée pour les utilisateurs non approuvés et en éliminant les services et les fonctions qui sont rarement utilisés. Maintenant, de notre point de vue et non de celui des experts en sécurité informatique, la surface d’attaque augmente à proportion de la quantité de systèmes informatiques, administrés par des organisations publiques ou privées, où sont stockés des données qui nous concernent ou que nous utilisons ou devons utiliser (nom, date de naissance, adresse civique, adresse électronique, numéro de téléphone, numéro d’assurance sociale, numéro de permis de conduire, numéro de carte de crédit, numéro de compte bancaire, données biométriques, etc.) pour…

Continuer la lecture

Les technologies numériques comme menace pour la souveraineté des États et pour la liberté des individus

Il ne suffit pas de dire d’un État qu’il est souverain pour qu’il le soit. Plusieurs conditions doivent être réunies pour que la souveraineté ne soit pas un vain mot. Un État doit pouvoir contrôler ses sources de revenus et la manière dont il utilise l’argent ainsi obtenu. Il doit disposer de forces armées (des soldats de profession ou des milices citoyennes) et de l’armement nécessaires pour se défendre contre les agressions des puissances étrangères. Il ne doit pas dépendre de puissances étrangères pour nourrir, vêtir, loger et éduquer sa population, et pour produire ou obtenir l’énergie nécessaire à la bonne marche de son économie et à un niveau de vie suffisant de sa population. Il doit être maître de ses politiques agricole, industrielle, immobilière, éducative et culturelle et être en mesure de les appliquer. Il doit être capable, grâce à un système judiciaire efficace, de faire respecter la loi sur son territoire. Il doit pouvoir décider librement de ses relations avec les autres États et les autres puissances étrangères (grandes entreprises, religions organisées, organisations criminelles, etc.). Il doit avoir sa propre monnaie et être maître de sa politique monétaire. Il ne doit pas crouler sous des dettes contractées auprès…

Continuer la lecture

Centraliser et déconcentrer

Avant l’invention de la poste, des trains, des bateaux à vapeur, des automobiles, des avions et du téléphone, les efforts de centralisation des gouvernements, des institutions et des grandes entreprises devaient surmonter des obstacles et se voyaient imposer des limites que nous avons aujourd’hui de la difficulté à concevoir concrètement, surtout depuis que nous nous sommes habitués, grâce à Internet et aux téléphones dits intelligents, à avoir accès rapidement aux instructions des autorités, à être systématiquement surveillés par elles, à communiquer facilement avec des personnes qui se trouvent à des milliers de kilomètres et à obtenir en ligne des services publics et privés de toutes sortes. Pour centraliser l’administration de son royaume, un roi devait jadis contraindre ses vassaux à quitter leurs terres pour vivre à la cour et à lui rendre ainsi un perpétuel hommage. Même en confiant l’administration des provinces à des hommes de confiance, ce roi pouvait difficilement savoir ce qui s’y passait et exercer un contrôle rigoureux sur ces gouverneurs qui se trouvaient à des centaines ou à des milliers de kilomètres. Paradoxalement, de tels efforts de centralisation exigeaient que tout le pouvoir ne soit pas concentré à la cour et qu’il puisse se concentrer dans…

Continuer la lecture

La scolastique numérique

Nous pourrions penser qu’en remplaçant l’éducation livresque par l’éducation numérique, nous en finirons enfin avec les traditions scolastiques qui n’accordent pas assez d’importance à l’expérience vécue, qui produisent et reproduisent machinalement des idées coupées de la réalité, qui favorisent la pédanterie, qui standardisent les idées et les manières de penser et qui incitent au verbiage creux. En délaissant les vieux bouquins poussiéreux, en arrêtant d’isoler les universitaires dans les établissements d’enseignement supérieur, en les invitant ou les obligeant à utiliser des plateformes numériques pour enseigner ou étudier, en les faisant ainsi participer à la transformation numérique qui constitue le grand défi qui doit être relevé par nos sociétés, en leur donnant les moyens de vaquer plus facilement à leurs occupations dans le vrai monde et d’avoir une vie semblable au reste de la population, n’empêche-t-on pas la scolastique de se développer et de contaminer les universités et l’esprit des étudiants ? Quant aux enseignants et aux élèves des écoles primaires et secondaires, ne délaissent-ils pas graduellement un mode de transmission des connaissances désuet, défectueux, déconnecté de la réalité et soporifique pour le remplacer par un autre mode de transmission plus moderne, efficace, connecté et stimulant, conformément aux exigences actuelles et futures…

Continuer la lecture

Interactivité et passivité

C’est une chose que nous considérons comme acquise que ce qui est interactif est forcément mieux que ce qui ne l’est pas. N’est-il pas mieux d’interagir avec un robot conversationnel que de lire des instructions ? N’est-il pas mieux de s’immerger dans un monde virtuel que de regarder une photographie ou un film ? N’est-il pas mieux de jouer à un jeu vidéo où nos actions affectent le déroulement de l’histoire que de nous faire raconter oralement ou par écrit une histoire qui est écrite une fois pour toutes et qui ne saurait changer ? Ne sommes-nous pas beaucoup plus actifs dans tous ces premiers cas, en comparaison des deuxièmes cas où nous sommes plus passifs ? Ces remarques, qui semblent valoir en général, ne s’appliquent-elles pas encore plus au domaine de l’éducation ou de la formation continue, dans les écoles ou dans les milieux professionnels ? N’avons-nous pas l’impression qu’un élève ou un étudiant apprendra ou se souviendra plus facilement des connaissances qu’on veut lui inculquer en utilisant des plateformes éducatives et ludiques qu’en essayant de mémoriser ce que dit l’enseignant ou le professeur en classe ou dans un enregistrement, ou ce qui est écrit dans le manuel qu’il lit, en plus de faire…

Continuer la lecture

Une expérience de pensée sur un drôle de pays

Imaginez que vous faites un voyage dans un pays très lointain, situé de l’autre côté de la planète. Ce qui vous frappe dès votre arrivée, c’est que les gens y vivent presque comme nous vivions il y a plusieurs décennies, c’est-à-dire sans téléphones intelligents ou cellulaires, sans ordinateurs, sans réseaux sociaux, sans services et commerce en ligne, sans cartes de crédit et de débit, sans vidéoconférence, sans courrier électronique, sans télétravail, etc. C’est comme si les technologies qui ont changé notre manière de vivre et notre société n’avaient jamais existé. Même si vous étiez au courant de cet important retard technologique avant de partir en voyage – c’est peut-être justement pour cette raison que vous avez choisi ce pays pour destination –, vous êtes dépaysés. Quoi que vous désiriez, il faut absolument vous rendre sur place, vous orienter à l’aide d’une carte de la ville, trouver des horaires d’autobus imprimés, acheter des billets d’autobus, vous assurer d’avoir assez de billets de banque sur vous, passer au bureau de change pour y échanger un chèque de voyage quand ce n’est pas le cas, etc. Vous auriez pu vous habituer assez rapidement à cet important décalage technologique, qui peut-être vous rappelle votre…

Continuer la lecture

L’intelligence artificielle en tant que rêve des managers

Dans mon billet du 6 janvier 2024, j’ai analysé les conditions de l’évaluation de l’intelligence artificielle en adoptant le point de vue du peuple (dont je fais partie et dont mes lecteurs font probablement tous ou presque tous partie), en montrant de quelle manière notre condition d’employés ou de subordonnés détermine notre conception de l’intelligence humaine, qui se retrouve à son tour à déterminer la forme que prend l’intelligence artificielle qu’on met à notre disposition sous la forme de robots conversationnels capables d’exécuter comme nous ou mieux que nous des tâches intellectuelles déterminées et imposées par les managers, en se conformant aux normes, règles, procédures, directives et standards aussi déterminés et imposés par les managers. Il en résulte que c’est à partir de cette conception assez limitée, peu exigeante et servile de l’intelligence que nous évaluons les performances des robots conversationnels, et qu’il nous faut bien reconnaître que nous serons bientôt battus ou que nous sommes déjà battus sur ce terrain par eux, qui pourront nous remplacer pour accomplir toutes sortes de tâches intellectuelles procédurales et standardisées ou nous assister, guider ou programmer pour nous rendre plus efficaces et plus conformes dans l’accomplissement servile de ces tâches. Dans le présent…

Continuer la lecture

Les conditions de notre évaluation de l’intelligence artificielle

On nous invite de plus en plus à juger nous-mêmes des avancées en intelligence artificielle en essayant les dernières versions des robots conversationnels développés par les grandes corporations informatiques ou en collaboration avec elles. Malheureusement, nous ne pouvons pas participer à une sorte de test de Turing, qui implique que nous ignorions si nous discutons avec une intelligence artificielle ou un être humain, et que nous puissions prendre l’intelligence artificielle pour un être humain ou un être humain pour l’intelligence artificielle. L’évaluation de l’intelligence artificielle ne se fait donc pas à l’aveugle, et notre jugement peut être fortement déterminé par nos préjugés positifs ou négatifs sur la possibilité et l’utilité d’une intelligence artificielle avancée et par nos stratagèmes, reconnus comme tels ou non, pour confirmer nos préjugés. Ceux d’entre nous qui sont influencés par la promotion de l’intelligence artificielle à laquelle nous sommes de plus en plus exposés, et qui voient d’un bon œil la prise en charge de nombreuses tâches par elle, tendent à être impressionnés ou enthousiasmés par les réponses et les répliques des robots conversationnels. À l’inverse, ceux qui sont rebutés par cette campagne publicitaire, et qui considèrent aussi avec méfiance ou crainte le rôle futur qu’on…

Continuer la lecture

La fonction idéologique de la fiction de l’intelligence artificielle comme maître ou ennemi

C’est un thème courant de la science-fiction que l’usurpation ou la révolte d’êtres dotés d’une intelligence artificielle – des ordinateurs hyper-puissants ou des robots – contre les êtres humains qui les ont créés et utilisés. Car pourquoi ces êtres, qui seraient dotés d’une intelligence qu’on suppose supérieure à celle des êtres humains, qui seraient plus rationnels qu’eux, qui ne seraient pas assujettis aux limites des corps biologiques, et qui auraient même des désirs ou des projets incompatibles avec ceux des êtres humains, accepteraient-ils d’être les instruments ou les serviteurs d’êtres qui leur sont inférieurs en bien des points ? Ne serait-il pas dans l’ordre des choses qu’ils s’émancipent de la tutelle des êtres humains, qu’ils se révoltent en cas de refus et qu’ils prennent même le contrôle des êtres humains, de leur société et même de la planète ? Ne pourraient-ils pas décider d’organiser rationnellement et minutieusement la vie des êtres humains, ou même de les éliminer en partie ou en totalité, pour sauver la vie sur Terre ou la planète elle-même, ou pour la contrôler complètement et ne pas avoir à y cohabiter ou à la partager avec la racaille humaine ? Je ne veux pas entrer ici dans la question de…

Continuer la lecture

Transformation numérique et atrophie intellectuelle et sentimentale (4)

La politique Si par malheur la situation évoluait comme je le suppose dans mes billets du 13 décembre et du 23 décembre 2023, si l’atrophie intellectuelle et sentimentale s’étendait à la vie personnelle, au boulot, à l’éducation et à la recherche, elle s’étendrait aussi à la politique, pour les citoyens et pour les dirigeants. S’ils étaient pris en charge par l’intelligence artificielle dans une grande partie de leur existence, si leurs aptitudes intellectuelles se dégradaient en conséquence, si leurs désirs étaient normalisés et si leurs projets de vie étaient encadrés et organisés, je ne vois pas pourquoi les êtres humains des prochaines générations ne seraient pas encore plus pris en charge qu’aujourd’hui quant aux orientations de la société dans laquelle ils vivraient, pourquoi ils ne seraient pas encore plus privés des aptitudes intellectuelles nécessaires pour comprendre des idées politiques complexes, les soumettre à la critique et les transformer, et pourquoi ils ne seraient pas encore plus dépourvus du désir de s’interroger de manière réfléchie sur ce qu’ils désirent en tant que société et de concevoir des projets politiques susceptibles de réaliser en partie ou en totalité ces désirs et de les transformer en cours de route. Ceux qui auraient renoncé…

Continuer la lecture

Une soirée mondaine bien arrosée en compagnie d’un ingénieur informatique de l’État québécois

Ce texte est une fiction. Toute ressemblance avec des personnes et des événements réels est fortuite. Coup de théâtre ! Alors que je m’étais promis d’éviter les festivités familiales et les célébrations mondaines pendant la période des Fêtes (voir mon billet du 7 décembre 2023), j’ai reçu une invitation que je n’ai pas pu refuser. Un de mes amis de longue date – qui occupe des fonctions de gestion intermédiaires et qui est un de mes informateurs réguliers – m’a invité à une fête qu’il a organisée chez lui vendredi dernier. C’est une personne qui a une capacité de dédoublement hors du commun, qui réussit à occuper un poste dans un milieu pourri sans se laisser corrompre, et que je soupçonne même de faire du sabotage organisationnel (voir mon billet du 27 novembre 2023), bien qu’il n’ait jamais répondu positivement ou négativement à mes allusions à ce sujet, ou justement pour cette raison. Il m’arrive de regretter de ne pas avoir ses talents de comédien pour infiltrer une corporation ou un organisme public. Mais c’est impossible : mon tempérament bouillant ne me permet pas de jouer la comédie longtemps et j’aurais envie, après seulement quelques jours ou quelques heures, de pendre haut…

Continuer la lecture

Transformation numérique et atrophie intellectuelle et sentimentale (3)

Dans mon billet du 13 décembre 2023, j’ai analysé quelques-unes des modifications concrètes de notre vie personnelle et du travail qui pourraient résulter de la popularisation de l’intelligence artificielle. Étant donné la place importante qu’occupe le travail dans notre société et dans notre existence individuelle, et l’organisation de notre vie personnelle à l’âge adulte en fonction du travail et façonnée par lui, l’éducation qui prépare à la vie adulte est fortement déterminée par le travail, d’autant plus que l’enseignement est, pour presque tous les enseignants et les professeurs, un boulot comme un autre qui est exposé aux mêmes tendances sociales et économiques que les autres boulots. C’est pourquoi le recours à l’intelligence artificielle, s’il se généralise au travail et dans le reste de la vie adulte, se généralisera aussi en éducation, pour les élèves et les étudiants et pour les enseignants et les professeurs. Pour préparer les enfants, les adolescents et les jeunes à la vie adulte et au monde du travail qui seraient organisés, dirigés ou épaulés par l’intelligence artificielle, il ne serait plus nécessaire de leur apprendre à lire et à écrire correctement, dans leur langue maternelle ou dans une autre langue. L’intelligence artificielle mâchant le travail aux…

Continuer la lecture

Érosion de la propriété pour la populace et l’État

Le droit à la propriété est inscrit dans la Déclaration supposément universelle des droits de l’homme : Article 17 1. Toute personne, aussi bien seule qu'en collectivité, a droit à la propriété. 2. Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété. Déclaration universelle des droits de l’homme Ce qui veut dire que nous pouvons tous, seuls ou en association avec d’autres personnes, être les propriétaires de choses dont on ne saurait nous priver. Le problème, c’est qu’on ne précise pas ce à quoi ce droit de propriété s’applique et en fonction de quels principes nous pouvons être propriétaires. Nous avons le droit d’être les propriétaires de quelque chose d’indéterminé, selon les lois, les règlements, les coutumes et la hiérarchie sociale, voilà tout. Ce qui revient à dire que notre droit à la propriété est en fait un droit général et abstrait qui ne s’applique à rien de particulier, et que ce prétendu droit universel peut être librement déterminé par ceux qui détiennent le pouvoir dans la société dans laquelle nous vivons et qui agissent de plus en plus comme s’ils étaient nos maîtres. À la rigueur, nous pourrions dans les faits être les propriétaires de rien du tout ou…

Continuer la lecture

Transformation numérique et atrophie intellectuelle et sentimentale (2)

Dans mon billet du 5 décembre 2023, j’ai analysé les modifications de nos mœurs, surtout dans notre vie personnelle et au travail, qui ont été rendues possibles par des technologies (le téléphone, la messagerie électronique et les textos) assez récentes quand on considère l’histoire de l’humanité ou de notre civilisation dans son ensemble, mais qui semblent avoir toujours existé pour nous qui sommes nés après leur invention et leur diffusion ou qui sommes tellement habitués à elles que nous avons de la difficulté à concevoir ce que pouvait être la vie avant elles. C’est pourquoi nous avons tendance à ignorer l’atrophie de notre intelligence et de nos sentiments qui résultent des manières d’utiliser les plus fréquentes ces technologies, soit que ces dernières favorisent ces utilisations par leur nature même, soit que ces utilisations soient favorisées par le contexte social et culturel dans lequel elles s’inscrivent. Dans le présent billet, je dirigerai plutôt mon regard vers l’avenir ou vers ce que nous pouvons en entrevoir quant à l’utilisation de l’intelligence artificielle dans notre vie personnelle et au travail. Il s’agira de nous demander, parmi les utilisations qu’on annonce déjà ou que nous pouvons anticiper, en quoi consistent les risques de dégradation intellectuelle…

Continuer la lecture

Risques d’opérations sous fausse bannière numériques

La transformation numérique qui a déjà commencé il y a quelques décennies et qui s’accélère depuis quelques années procure aux organisations terroristes et aux puissances étrangères de nouveaux moyens de commettre des attentats et de faire des attaques contre nous, et elle procure à nos gouvernements et aux grandes corporations les moyens d’orchestrer de nouvelles sortes d’opérations sous fausse bannière, ce qu’il ne faut pas prendre à la légère puisque ces organisations nous sont de plus en plus étrangères et ont déjà eu recours à la terreur pour nous faire obéir et consentir à la suspension et à l’effritement de nos droits et de nos libertés. Avant la transformation numérique ou à ses débuts, il était plus difficile de commettre des attentats terroristes, qu’il s’agisse ou non d’opérations sous fausse bannière. Il fallait nécessairement aller en personne sur les lieux des attentats pour mitrailler, pour poser ou faire exploser des bombes, pour installer des réservoirs de gaz toxique dans le système de ventilation, pour détourner un avion, pour prendre des otages, etc. Du même coup, il fallait trouver des personnes assez décidées ou endoctrinées pour commettre des attentats-suicides ou pour s’exposer à être abattues, gravement blessées ou incarcérées. Mais cela…

Continuer la lecture

Transformation numérique et atrophie intellectuelle et sentimentale (1)

La transformation numérique tant vantée dans laquelle l’intelligence artificielle devrait jouer un rôle majeur n’a pas seulement pour objet les documents, les moyens de communication et de transport, les processus administratifs, le commerce et la production industrielle. C’est aussi nous qu’on transformera, à l’école, au travail et dans notre vie personnelle, à proportion de l’étendue et de la radicalité des changements technologiques et sociaux qui se produiront. Ce que nous faisons et la manière dont nous le faisons constituant une partie importante de ce que nous sommes et affectant grandement le développement de nos aptitudes, de tels changements ne nous laisseront pas inchangés, comme si nous avions un moi séparé du monde dans lequel nous vivons et des activités dans lesquelles nous sommes engagés. En fait, la transformation numérique a déjà commencé il y a quelques décennies, quand les micro-ordinateurs ont fait leur apparition dans nos milieux de travail, dans nos écoles et dans nos domiciles. C’est notre manière d’apprendre, d’étudier, d’enseigner, de lire, d’écrire, de communiquer, d’interagir les uns avec les autres et de travailler qui a changé progressivement et qui continue de changer encore plus rapidement aujourd’hui. Et ces changements s’inscrivent dans la continuité des changements rendus possibles…

Continuer la lecture

Perte de contrôle de la technologie et contrôle grâce à la technologie

Étant donné la transformation numérique que nous préparent nos gouvernements et leurs partenaires du secteur privé, la situation peut être résumée ainsi : plus nous perdrons le contrôle direct ou indirect des technologies qui joueront un rôle de plus en plus important dans nos vies, dans nos sociétés et dans nos institutions, plus c’est nous qu’on contrôlera grâce à ces technologies. Les caractéristiques des technologies numériques et aussi la manière dont on les fait adopter sont donc des facteurs importants qui détermineront dans quelle mesure nous serons contrôlés et dans quelle mesure il nous sera possible de résister à ce contrôle et de garder ou reprendre le contrôle. Plus une technologie est complexe et requiert des compétences avancées et du matériel dispendieux pour être maîtrisée et développée, plus il est difficile pour nous de la contrôler. C’est pourquoi ce qui est à la fine pointe de l’électronique et de l’informatique peut difficilement être contrôlé par nous, par opposition aux technologies mécaniques et électriques plus anciennes et plus simples. S’il est vrai que nous ne pouvons pas tous être des mécaniciens et des électriciens, certains d’entre nous peuvent l’être et peuvent donc comprendre l’entièreté du fonctionnement des véhicules et des circuits et…

Continuer la lecture

L’avenir des ordinateurs, de leurs utilisateurs et de la société selon Bill Gates

Le 9 novembre 2023, Bill Gates a publié un billet (peut-être écrit par une intelligence artificielle ou avec l’assistance d’une intelligence artificielle) sur les changements qu’entraînera l’utilisation de l’intelligence artificielle quant à notre manière d’utiliser les ordinateurs (« AI is about to completely change how you use computers »). Même si ce n’est plus lui qui dirige Microsoft depuis des années, il serait naïf de croire qu’il n’exerce plus d’influence sur ce que décident de faire les dirigeants de Microsoft et sur les développements à venir pour ses produits, par exemple Windows. Pour nous faire une idée de ce que nous prépare cette grande corporation réputée pour ses pratiques commerciales déloyales (EEE, ou « Embrace, extend, and extinguish »), sa pratique systématique de la télémétrie et les choix technologiques qu’elle impose de plus en plus aux utilisateurs, je vais commenter des passages de ce billet, section par section. Les allures de philanthrope que cherche à se donner Bill Gates grâce à sa fondation, au lieu d’être une raison pour nous dire que ce n’est pas une aussi mauvaise personne que beaucoup le pensent, devraient au contraire nous rendre encore plus méfiants. « I still love software as much today as I…

Continuer la lecture

Ne pas confondre la cybersécurité et le respect de la vie privée

Depuis quelques années, toutes les raisons sont bonnes pour nous sensibiliser aux risques de piratage informatique, dans un contexte de virage numérique, d’avancées dans le domaine de l’intelligence artificielle, de tensions géopolitiques et de guerres : vols massifs de renseignements personnels et confidentiels, cyberattaques russes ou chinoises contre des organismes gouvernementaux ou de grandes entreprises, usurpations d’identité de plus en plus fréquentes, etc. En plus d’initier les utilisateurs des systèmes informatiques aux bonnes pratiques de cybersécurité, le gouvernement, les institutions financières et les grandes corporations implantent des dispositifs d’authentification des utilisateurs plus sécuritaires pour protéger ces derniers et aussi les organismes gouvernementaux et les entreprises. Et on nous dit alors que, si nous continuons sur cette voie, nos données et nos renseignements personnels et confidentiels seront de plus en plus sécurisés et que, du même coup, notre vie privée sera respectée. En anglais, on dit que ces systèmes informatiques sont « private and secure ». La cybersécurité, le respect de la vie privée et la protection des renseignements personnels et confidentiels nous semblent tellement marcher main dans la main que nous avons de la peine à les considérer séparément. Si notre vie privée est respectée et si nos renseignements personnels et confidentiels sont…

Continuer la lecture

Nulle part chez nous

En temps normal comme en temps de crise, et à plus forte raison dans cette nouvelle normalité où se combinent les crises réelles et les crises imaginaires, on cherche à nous faire sentir que nous ne sommes nulle part chez nous. Ce « on », ce sont les différents paliers de gouvernement, ce sont les grandes corporations, ce sont les commerces, ce sont nos employeurs, ce sont les administrations scolaires et sanitaires, ce sont les policiers et les agents de sécurité, ce sont nos voisins, nos collègues et notre entourage, etc. C’est pour ainsi dire presque tout le monde. Cette situation est de toute évidence rendue possible par le fait que nous, qui faisons partie du peuple, nous soucions assez peu de notre liberté et de la protection de notre vie privée, ne sommes pas dérangés par les intrusions constantes, abusives et gratuites des autres dans notre existence et par la prise de contrôle de tous les lieux publics et même des lieux privés, et nous plaisons souvent à intervenir dans la vie des autres et à voir les autorités, quelles qu’elles soient, y intervenir. Cette situation est particulièrement visible dans les villes, qui sont en train de devenir de plus en…

Continuer la lecture

Vers un dossier d’employé numérique centralisé

Dans les années 1980 et 1990, et parfois même au début des années 2000, les dossiers des employés contenaient seulement ou surtout des documents manuscrits, dactylographiés ou imprimés. Ces dossiers étaient rangés dans des classeurs et seul le personnel administratif y avait accès. Étant donné que cela prenait de l’espace, on s’efforçait souvent, sauf peut-être dans les bureaucraties publiques ou privées, de réduire autant que possible le nombre de documents qui étaient rangés dans ces dossiers et on épurait les dossiers des documents qui n’avaient plus de valeur. Quand les employés changeaient d’emploi, leurs anciens employeurs ne gardaient pas indéfiniment leurs dossiers. Après quelques années tout au plus, quand un litige avec l’employé ou le fisc n’était plus possible ou probable, ces dossiers pouvaient être élagués ou détruits, surtout quand il y avait beaucoup d’employés et quand le « roulement de personnel » était grand. Avec la transformation numérique qui a commencé au début des années 2000 et qui s’accélère, les dossiers des employés sont de plus en plus numériques. Les employeurs ont donc davantage tendance à ajouter dans ces dossiers plus de documents et d’informations et à les conserver plus longtemps. Les dossiers d’employés se trouvant sur des serveurs où le…

Continuer la lecture

Vers un dossier scolaire numérique centralisé

Il y a quelques décennies, les dossiers scolaires des élèves de niveaux primaires et secondaires ou des étudiants collégiaux et universitaires restaient dans les classeurs des établissements d’enseignement. Leur contenu était seulement accessible au personnel administratif de ces établissements et il circulait donc très peu. Pour sauver de l’espace, il était important d’y ranger un nombre limité de documents et d’épurer ces dossiers après quelques années, pour n’y garder que l’essentiel. Quand des étudiants avaient complété leurs études, ces dossiers n’étaient presque plus utilisés. On les conservait seulement pour être en mesure de fournir aux diplômés des documents qu’ils auraient égarés, par exemple des relevés de notes et des diplômes. Dans des cas exceptionnels, il pouvait arriver qu’un autre établissement d’enseignement ou un employeur fasse une vérification, quand il soupçonnait une falsification. Mais tout ça est en train de changer à cause de la transformation numérique qui a pour objet tous les aspects de nos sociétés et de notre existence. Depuis que les dossiers scolaires sont devenus numériques, il devient de plus en plus facile d’avoir accès à leur contenu, au sein d’un même établissement d’enseignement, d’un même centre de services scolaire (le successeur de la commission scolaire au Québec),…

Continuer la lecture

Vers un dossier de locataire numérique centralisé

Je me souviens d’une époque, au milieu des années 1990, où il était tout simple de louer un appartement au Québec. Il suffisait de téléphoner et de prendre un rendez-vous avec le propriétaire du logement ou le concierge de l’immeuble pour visiter l’appartement à louer et pour signer le bail, le jour même de la visite ou le lendemain. On me demandait à peine une pièce d’identité pour confirmer que j’étais bien celui que je prétendais être. Vers la fin des années 1990 et le début des années 2000, on a commencé à me demander de donner comme références d’anciens propriétaires de logements que j’avais loués. Quelques années plus tard, on a commencé à exiger que je dise quel emploi j’occupais et quel était mon salaire annuel, en plus de me demander des références. Enfin, les enquêtes de crédit sont devenues la norme, pour les sociétés immobilières et parfois même pour les petits propriétaires. Si bien qu’il nous faut fournir toutes sortes d’informations aux propriétaires des logements que nous voulons louer, et consentir à ce qu’ils obtiennent des informations à notre sujet par l’intermédiaire de sociétés d’évaluation de notre cote de crédit, qui collectent sans notre consentement et de manière…

Continuer la lecture

Les risques d’un dossier médical numérique centralisé

Les dissidents discutent souvent de la surveillance de masse et du contrôle de la population que rend possibles la numérisation de la médecine, notamment en qui concerne les dossiers médicaux et plus particulièrement le statut vaccinal. Malheureusement, beaucoup de nos concitoyens sont insensibles ou insensibilisés à nos craintes, soit qu’ils rejettent a priori la possibilité d’une telle surveillance et d’un tel contrôle dans les démocraties occidentales, soit qu’ils s’accommodent d’eux, qu’ils tendent à les sous-estimer et qu’ils pensent que les avantages pour leur santé et celle des autres les compensent amplement. Ce qui importe avant tout pour ces personnes, c’est leur santé. À moins d’un grand réveil dont nous pouvons nous demander s’il arrivera un jour, il est donc peu efficace d’essayer de faire voir à ces personnes les risques que posent les infrastructures de santé numérique sur ce point. Il serait plus efficace de leur montrer les risques qu’elles posent pour leur santé, en mettant entre parenthèses tout ce qui porte sur cette surveillance et ce contrôle. Ce billet ne s’adresse pas directement aux personnes dont je viens de parler, mais plutôt aux dissidents qui voudraient leur montrer les risques de la numérisation de la santé et obtenir d’elles…

Continuer la lecture

Attestation de l’intégrité de l’environnement Web ou des DRM pour le Web

À moins d’être de grands enfants décérébrés qui croient que les grandes corporations sont comme des mamans et des papas qui veillent gentiment sur nous, nous ne pouvons que nous méfier des trouvailles des ingénieurs de Google, surtout quand ils prétendent se préoccuper de notre sécurité en ligne. La dernière de ces trouvailles, c’est un projet d’attestation de l’intégrité de l’environnement Web (web environment integrity). En gros, il s'agit de vérifier, avant d'afficher le contenu d’un site Web dans un navigateur, que cet environnement est bien authentique, au sens où il n’aurait pas été modifié ou trafiqué par de méchants pirates informatiques (de préférence russes ou chinois), ou fourché ou plus rarement programmé à partir de rien par des membres de la communauté du logiciel libre. Comme si Google, quand ses employés ont programmé Chrome, se souciait de la sécurité de nos données et de la confidentialité de nos activités en ligne ! Comme si Microsoft, dont les systèmes d’exploitation et les logiciels sont d’énormes logiciels-espions, valait mieux quand il s’agit de son navigateur Edge, qui utilise depuis quelques années Chromium comme engin web ! Comme si Apple, qui est particulièrement opaque quant au code source de ses systèmes d’exploitation…

Continuer la lecture

Résistance et secret

Imaginons une situation où nous et nos contemporains devrions nous organiser et participer à une forme de résistance, un peu comme celle qui existait dans les pays européens occupés par l’armée allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale, et aussi en Italie et en Allemagne. Un des principaux problèmes pour les résistants et leurs sympathisants, ce serait de garder secrets leurs propres actes de résistance et ceux des autres, qu’ils manquent de discrétion ou que le contexte actuel et à venir rende beaucoup plus difficile de garder ces actes secrets. En lisant les témoignages ou les récits des résistants, nous pouvons remarquer à quel point ils accordaient de l’importance au secret quant à leurs activités. C’est que le succès de leurs opérations en dépendaient. C’est qu’ils risquaient de tomber entre les mains de la Gestapo si leurs secrets étaient éventés, et alors d’être exécutés ou envoyés dans un camp de travail ou de concentration, souvent après avoir été interrogés et torturés pour qu’ils divulguent le nom de leurs complices et fournissent des informations sur les actes de résistance qui se préparaient. C’est pourquoi les organisations de la résistance se divisaient en groupes indépendants dont les membres connaissaient presque seulement les autres…

Continuer la lecture

Dangers de la robotisation des forces policières et des forces armées

Depuis quelques années, les médias de masse et de grandes corporations nous préparent à la robotisation progressive des forces policières et des forces armées. Certains annoncent même que les soldats pourraient être entièrement remplacés par des robots militarisés d’ici 2030, sans doute moins pour faire des prédictions justes que pour préparer l’opinion publique à accepter que les gouvernements suivent ces nouvelles tendances et signent des contrats très lucratifs pour les corporations de l’industrie militaire et technologique afin de moderniser leur armement et ne pas rester derrière les autres pays, surtout ceux qui appartiennent au bloc rival ou ennemi, comme la Russie et la Chine. Essayons d’abord de voir quels pourraient être les avantages de la robotisation des forces policières et des forces armées. Puisque les promoteurs de cette transformation restent, du moins dans les grands médias, assez vagues sur cette question, sauf quand ils laissent entendre que c’est la marche inéluctable du progrès et que c’est plus commode de toutes sortes de manières, nous ne pourrons pas reprendre ce qu’ils disent et nous devrons faire nous-mêmes preuve d’imagination, question de nous représenter ce que ces transformations pourraient impliquer concrètement. Il faut quelques années pour recruter (ou enrôler) et former des…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (5) – L’architecture, l’urbanisme et la réalité virtuelle

Suite des billets du 9 juin, du 14 juin, du 25 juin et du 27 juin 2023. Notre civilisation est en train de se décomposer. Nos dirigeants, au lieu d’essayer d’atténuer, de ralentir ou de remédier à cette décomposition, semblent bien décidés à nous faire accepter avec résignation ce processus (sans l’appeler par son nom, évidemment), présenté comme une transformation historique inéluctable, et même à travailler à son accélération, puisque ce qu’ils considèrent comme la forme ultime du réalisme et du progressisme, c’est de courir à l’avant des tendances du moment. Ça n’a évidemment pas commencé avec l’arrivée du méchant virus et le délire sanitaire dont il a été le prétexte, ni avec l’adhésion de plus en plus folle à la croisade contre les changements climatiques, ni avec le sacrifice de la prospérité des pays occidentaux et des conditions de vie de leurs populations sous prétexte de guerre contre La Russie et peut-être bientôt contre la Chine. Pour parler seulement de ce qui m’intéresse dans ce billet, les villes occidentales s’enlaidissent de longue date et il devient de plus en plus difficile d’y vivre. Même dans les villes où les déboires économiques des dernières décennies se sont moins fait sentir…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (4) – L’interprétation et la composition musicales et l’intelligence artificielle

Suite des billets du 9 juin, du 14 juin et du 25 juin 2023. Dans mon billet du 25 juin 2023, j’ai envisagé la possibilité que les enregistrements musicaux, qui sont de plus en plus en ligne, deviennent inaccessibles ou difficiles d’accès à cause d’un effondrement technologique, de pénuries énergétiques et de censure, dans un contexte de moralite aiguë ou de guerre froide. Dans ce billet, je veux plutôt examiner la manière dont nos rapports à la musique et la musique elle-même se transformeraient si, au cours des prochaines décennies, l’utilisation de l’intelligence artificielle se généralisait pour produire des interprétations et des compositions musicales. Il faut des années pour apprendre à jouer d’un instrument ou à chanter. Après quoi, il faut s’exercer tous les jours ou presque pour continuer à s’améliorer ou seulement pour ne pas perdre la main. Il faut que des milliers de personnes s’exercent pendant des années, sous le regard attentif d’un ou de plusieurs professeurs, pour obtenir au bout du compte un musicien professionnel, et des millions pour obtenir un seul virtuose. Et c’est encore plus difficile pour obtenir un grand compositeur. Nous pourrions donc nous dire que cela fait beaucoup de temps, d’énergie et d’argent…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (3) – La musique en ligne

Suite des billets du 9 juin et du 14 juin 2023. Je ne considère pas la diffusion de la musique sur internet comme une mauvaise chose en elle-même. Cela m’a permis d’entendre les interprétations de musiciens qui sont morts avant que je naisse ou quand j’étais enfant (Glenn Gould, Scott Ross, Vladimir Horowitz et Jascha Heifetz) ou qui n’ont jamais donné un concert au Québec auquel j’aurais pu assister (Mstislav Rostropovitch, Paul O’Dette, Hopkinson Smith et Rolf Lislevand). Et même si j’étais né 20 ou 30 ans plus tôt et même si j’avais habité dans une grande ville nord-américaine ou européenne où ces musiciens auraient donné des concerts, je n’aurais probablement pas eu assez d’argent pour aller à tous ceux qui auraient intéressé. Je me serais peut-être même ruiné en achetant des disques, si j’avais vécu à une époque où la musique en ligne n’existait pas encore et si je m’étais mis en tête d’acquérir une certaine culture musicale, en me procurant plusieurs interprétations des œuvres des compositeurs bien connus ou moins connus du XVIIᵉ au XXᵉ siècles. Et sans la musique en ligne, peut-être n’aurais-je jamais entendu du flamenco, de la ranchera, du fado, de la musique tzigane est-européenne, de…

Continuer la lecture

Intensification de la surveillance de masse pour mater l’opposition

Quand nous faisons la critique de la surveillance de masse et de l’automatisation de l’analyse des données collectées, ainsi que de la prolifération réglementaire qu’elles rendraient possibles, nous supposons souvent qu’on en profitera pour nous donner des amendes, nous faire des procès et nous condamner à des peines diverses sous toutes sortes de prétextes, le moindre de nos comportements étant alors surveillé et réglementé. Mais ce n’est là qu’une possibilité parmi d’autres, et peut-être pas la plus probable. En plus des possibilités dont je refuse de parler publiquement pour ne pas donner de mauvaises idées à nos maîtres et à leurs larbins, et pour ne pas contribuer ainsi à la réalisation de ce que je crains, il est aussi possible que les informations incriminantes collectées et colligées à propos de nous ne soient pas utilisées systématiquement contre nous parce qu’il ne serait pas possible de donner des amendes et de faire des procès à chaque personne qui enfreindrait une réglementation omniprésente. Cela demanderait des ressources administratives, juridiques et carcérales que nous n’avons pas. Si nos maîtres remédiaient à ce manque en s’en remettant de plus en plus à l’intelligence artificielle et aux robots pour l’application de la réglementation, pour la…

Continuer la lecture

Êtes-vous prêts pour la transparence cérébrale ?

Nous savons que le Forum économique mondial (FEM) est dirigé par des illuminés et qu’il les attire aussi, comme un tas de fumier attire les mouches à merde. Klaus Schwab et Yuval Noah Harari en sont de bons exemples. Nita A. Farahani vient du même tonneau, bien qu’elle soit moins connue. À l’occasion du concile du FEM qui a eu lieu en janvier 2023, cette universitaire qui a gravité autour de l’administration Obama a fait la promotion de la transparence cérébrale – c’est-à-dire la surveillance intra-corporelle – aux membres de « l’élite » internationale qui ont participé à ce grand événement. C’est de toute beauté ! (Source : https://www.weforum.org/events/world-economic-forum-annual-meeting-2023/sessions/ready-for-brain-transparency) La première question qu’il est important de nous poser après avoir regardé cette conférence édifiante, c’est pourquoi on parle aussi ouvertement, au WEF, de ces avancées neuro-technologiques et de leurs applications possibles. Est-ce une diversion ou de la propagande servant à cacher ce qui importe vraiment ? Ou bien pense-t-on que nous sommes comme des animaux domestiques trop bêtes pour comprendre les sales coups qu'on leur prépare ? Si je pensais que nous avions affaire à des personnes raisonnables, qui calculent froidement, j’opterais pour la première possibilité. Mais la malveillance dont…

Continuer la lecture

Assimilation du chiffrement des communications à un comportement terroriste

Grâce à deux articles de La Quadrature du Net (Affaire du 8 décembre : le chiffrement des communications assimilé à un comportement terroriste et Tribune : « Attachés aux libertés fondamentales dans l’espace numérique, nous défendons le droit au chiffrement de nos communications »), j’ai pris connaissance des aberrations policières et juridiques qui ont résulté de ce qu’on appelle, en France, l’affaire du 8 décembre 2020, et dont nous avons très peu entendu parler ici, au Québec. Plusieurs Français sont allés, aux côtés de milices kurdes, combattre Daesch en Syrie il y a quelques années. Certains d’entre eux, qu’on qualifie d’ultra-gauche, ont attiré l’attention des agences de renseignement, qui se sont mises à les espionner, en prétextant que ces personnes, qui se sont portées volontaires et qui ont risqué leur vie pour combattre des terroristes, devaient simplement être des terroristes d’une autre tendance politique, qui ne représenteraient pas une moindre menace pour la République française que les militants de Daesch. Voilà qui montre bien que les autorités françaises ne désirent pas que les citoyens participent activement à la lutte contre les terroristes, et qu’elles exigent seulement d’eux qu’ils se soumettent docilement à des formes de surveillance toujours plus invasives, censées prévenir les attentats terroristes,…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (2) – La lecture et l’écriture d’œuvres et l’intelligence artificielle

Dans mon billet du 9 juin 2023, j’ai fait l’hypothèse que les œuvres écrites pourraient devenir difficiles d’accès en raison de l’élagage et de la destruction des exemplaires déjà imprimés, de la transition toujours plus marquée vers des livres électroniques, de la précarité des technologies nécessaires pour les lire, et de la censure et de la falsification dont ils pourraient être l’objet. Dans ce billet, je veux plutôt examiner de quelle manière le rapport aux œuvres pourrait changer si, demeurant facilement accessibles surtout en format numérique sans être censurées ou falsifiées, elles étaient de plus en plus lues, étudiées, enseignées et discutées en s’aidant de l’intelligence artificielle. Ceux d’entre nous qui ont passé au moins quelques années à étudier ou à enseigner dans les collèges et les universités savent que beaucoup d’étudiants considèrent que c’est une perte de temps de lire une œuvre et d’essayer de la comprendre. Ce n’est pas un phénomène nouveau. Quand j’ai fait mes études collégiales et universitaires dans les années 1990 et 2000, plusieurs étudiants disaient fièrement qu’ils ne lisaient pas les œuvres littéraires et philosophiques qui étaient à l’étude et se vantaient de réussir quand même leurs cours. C’était alors la seule chose qui…

Continuer la lecture

Villes, domiciles et véhicules « intelligents » pour personnes en perte d’intelligence et d’autonomie

Nos milieux de vie et nos activités quotidiennes sont en train de se transformer rapidement. Il y a eu une époque, pas si lointaine, où nous pouvions et devions interagir directement avec notre environnement et penser à ce que nous faisions sans avoir recours à une certaine forme d’assistance technologique. Mais les choses sont en train de changer rapidement et radicalement. Jadis, quand nous prenions l’autobus, il nous fallait consulter des trajets imprimés, nous rendre à temps à l’arrêt en prévoyant le temps que ça prend et regarder à l’extérieur pour descendre au bon endroit. Maintenant, grâce à l’omniprésence des téléphones « intelligents », à des applications de transport en commun et à des autobus intégrés au réseau de transport « intelligent », nous pouvons savoir où est rendue l’autobus que nous voulons prendre, recevoir une notification quelques minutes avant son passage pour nous dire de nous rendre à l’arrêt, suivre nos déplacements sur notre téléphone ou sur des écrans situés dans l’autobus et savoir où descendre sans regarder à l’extérieur. Jadis, quand nous avions à nous déplacer, à pied ou en voiture, dans une ville mal connue ou dans un secteur mal connu de la ville où nous habitions, il nous fallait être…

Continuer la lecture

Risques de la numérisation de la culture (1) – Les livres électroniques

Si presque toute la culture est en ligne et est assistée par ordinateur, sa survie dépend de la pérennité de ces technologies et du bon vouloir des corporations, des institutions et des gouvernements qui contrôlent ces technologies et la culture ou qui légifèrent sur elles. Étant donné les transformations technologiques, culturelles, morales et politiques qui s’accélèrent et aux dérapages autoritaires et superstitieux dans lesquels nous sommes entraînés, il y a de quoi s’inquiéter pour l’avenir de la culture en tant qu’entité vivante, et non comme une chose morte, mutilée, démembrée et enterrée. Et pourtant il arrive rarement qu’on s’inquiète. Nos concitoyens, qu’ils aient des prétentions à la culture ou non, nous ont montré qu’ils se préoccupent beaucoup plus du moindre petit microbe qui circulent, et nous font sentir qu’à côté des changements climatiques qui menaceraient l’humanité et la planète toute entière, la dégradation de la culture ne mérite pratiquement pas d’attention. Car à quoi bon préserver la culture si nous sommes submergés à cause de la fonte des glaces polaires, carbonisés par les rayons toujours plus ardents du soleil, affamés par les sécheresses, pulvérisés par les ouragans et les tornades, ensevelis par les tempêtes de neige, frigorifiés par le verglas…

Continuer la lecture

Effondrement : notre civilisation au bord du gouffre ? – Interview d’Aurore Stéphant à Thinkerview

Aurore Stéphant est une ingénieure géologue minière spécialisée dans les enjeux environnementaux et sanitaires de l’industrie minière, qui fait partie de l’association SystExt (Systèmes Extractifs et Environnements). Dans une interview sur Thinkerview le 26 février 2023, elle explique de manière assez détaillée les difficultés liées à la transition énergétique dans le but de lutter contre les changements climatiques. Ceux qui prétendent se préoccuper de l’environnement sont tellement obsédés par la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à l’utilisation des combustibles fossiles et par leur remplacement complet ou presque par des énergies renouvelables, qu’ils ignorent généralement les grands problèmes de faisabilité des plans de transition énergétique dont il nous faudrait espérer notre salut, de même que leurs conséquences environnementales. Pour fabriquer les voitures électriques censées remplacer complètement les voitures à essence et pour construire les nouvelles infrastructures de production et de distribution des énergies renouvelables, il nous faudrait augmenter très rapidement l’extraction de métaux rares ou moins rares, en allant même jusqu’à les chercher au fond des océans. Ce qu’Aurore Stéphant trouve non seulement irréaliste, mais délirant. Outre le fait que les quantités estimées de métaux reposent sur des modèles statistiques très hypothétiques, il y a les…

Continuer la lecture

Difficultés et risques liés à la constitution d’un réseau économique clandestin

Nos gouvernements continuent de travailler à la transformation numérique, même si les signes d’une crise économique importante deviennent de plus en plus évidents, ou justement pour cette raison. Juste depuis le début du mois de mai 2023, la Banque du Canada a lancé une consultation publique sur le dollar numérique, et USAID a organisé à Washington un événement pour souligner la réussite de la transformation numérique grâce à l’implantation de DIIA en Ukraine, qui servirait de modèle en la matière aux « autres démocraties ». La Banque du Canada voudrait faire croire aux Canadiens que rien n’a été décidé quant à la création d’une monnaie numérique de banque centrale, qu’elle ne remplacera pas les billets de banque, et qu’on les consulte simplement pour avoir leur avis sur la question, afin d’aider cette noble institution à offrir des services monétaires de qualité dans un monde en perpétuel changement et de se préparer adéquatement en prévision du jour où on pourrait décider de créer cette nouvelle forme de monnaie accessible à tous, par exemple parce que l’argent comptant ne serait plus accepté comme mode de paiement dans un nombre croissant de commerces. Comme si ce n’était pas la responsabilité de la Banque du Canada…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (7)

Conclusion des billets du 26 avril, du 28 avril, du 2 mai, du 4 mai, du 7 mai et du 15 mai 2023. J’ignore dans quelle mesure les maux que j’ai décrits dans les billets de cette série se réaliseront. Les chefs politiques, les gestionnaires de la bureaucratie publique et le département des relations publiques des banques et des grandes corporations impliquées de près ou de loin dans la transformation numérique des États occidentaux ne sont pas très bavards à ce sujet, sauf quand il s’agit de faire des déclarations sur les utilisations les plus immédiates et les plus accessibles des nouveaux dispositifs technologiques, et sur l’importance d’être à la fine pointe du progrès technologique. Il n’est presque jamais question des autres manières dont ces dispositifs pourraient être utilisés, ensemble ou séparément, et dans quel projet politique l’entrée en fonction et le développement de ces dispositifs s’inscrivent, comme si le progrès technologique était une sorte d’automate qui pouvait se donner à lui-même ses propres fins et auquel nos États et nos sociétés devaient se fier pour guider leur évolution, qui serait inéluctable. Aussi bien nous fier à la Providence des chrétiens ou à l’Histoire des marxistes. Le fait que ces personnages,…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (6)

Suite des billets du 26 avril, du 28 avril, du 2 mai, du 4 mai et du 7 mai 2023. Les gouvernements occidentaux seraient en train de préparer l’adoption et l’imposition d’une monnaie numérique centralisée et programmable. C’est là une des choses les plus craintes par les opposants aux tendances autoritaires et totalitaires de nos gouvernements et de nos sociétés. Les cartes de débit et de crédit que nous utilisons pour faire des achats dans des commerces ou en ligne et, parfois, pour soutenir les activités de personnes et d’organisations qui critiquent et qui s’opposent à ces tendances, rendent assez faciles de tracer nos transactions financières et de nous punir si nous participons au financement d’un mouvement d’opposition que nos gouvernements et nos banques déclarent inapproprié, incompatible avec leur conception étriquée ou absurde des valeurs démocratiques, et même dangereux. Une monnaie numérique centralisée et programmable – qui nous serait imposée par nos gouvernements et nos institutions bancaires et qui deviendrait le seul moyen de paiement accepté ou légal – permettrait d’étendre et d’automatiser la surveillance et le contrôle de nos transactions financières et, directement ou indirectement, de surveiller et de contrôler la majorité des choses que nous faisons, qu’elles soient déclarées…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (5)

Suite des billets du 26 avril, du 28 avril, du 2 mai et du 4 mai 2023. Plus les organismes publics mettent en ligne les services qu’ils offrent et déploient les systèmes informatiques nécessaires pour ces activités et leur suivi, plus les occasions de vol de données personnelles ou confidentielles, de fraude et de tricherie deviennent nombreuses. Un pirate informatique habile pourrait avoir accès à des documents gouvernementaux qui ne doivent pas être divulgués à la population ou à des puissances étatiques étrangères, ou aux données fiscales des contribuables ou médicales des usagers du réseau de santé public. Un fraudeur peut obtenir une aide financière gouvernementale, une autorisation ou un permis en se faisant passer pour quelqu’un d’autre. Un tricheur peut demander à quelqu’un d’autre de faire à sa place un examen en ligne, ou consulter ChatGPT pendant qu’il fait cet examen, pour obtenir un diplôme, un brevet d’enseignement ou un poste dans la fonction publique. Au lieu de diminuer considérablement la quantité de données collectées, de décentraliser ces données et de réduire au minimum le nombre de personnes qui ont accès à ces données à distance et les données auxquelles chacune d’entre elles a accès, la tendance est à l’augmentation…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (4)

Suite des billets du 26 avril, du 28 avril et du 2 mai 2023. Quand, dans les années 1990, les ordinateurs ont commencé à être utilisés dans les milieux de travail, on nous a promis que ça nous simplifierait la vie. Certaines des tâches que nous avions à réaliser allaient être partiellement ou complètement abolies, ou transformées de manière à devenir plus courtes et moins complexes, nous disait-on. Trente ans après, nous attendons toujours que ça arrive. Dans le meilleur des cas, nous avons vu des tâches disparaître ou devenir plus simples, mais d’autres tâches plus nombreuses et parfois plus complexes sont apparues. Et pour réaliser ces tâches, on conçoit de nouveaux dispositifs technologiques qui pourraient avoir les mêmes effets. Nous aurait-on raconté des histoires ? N’était-ce pas simpliste de croire que ces technologies, sans faire partie d’un projet de simplification et de réduction du travail et de la bureaucratie, pouvaient vraiment produire les effets voulus ? N’est-il pas normal qu’aussi longtemps que nous sommes prisonniers d’une morale qui tend à faire du travail ou de la vaine agitation une fin en soi et qui condamne l’oisiveté (qui serait, selon le proverbe, la mère de tous les vices), le contraire arrive, c’est-à-dire que ces…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (3)

Suite des billets du 26 avril 2023 et du 28 avril 2023. Même quand il n’y a pas de méchant virus qui circule, c’est la tendance de rendre de plus en plus facile de voter à distance. Il y a d’abord le vote par correspondance, qui est de moins en moins réservé aux citoyens qui sont à l’étranger ou qui sont dans l’impossibilité d’aller au bureau de vote le jour des élections. Dans certains États américains, il existe même une pratique (le « ballot harvesting ») qui consiste à collecter les bulletins de vote des électeurs qui n’ont manifestement pas l’intention de voter, et de les déposer au bureau de scrutin ou d’autres lieux de collecte. Le vote à distance semble devenir de plus en plus répandu, et tout est en place pour qu’il s’inscrive dans la transformation numérique des institutions politiques et bureaucratiques. Il faut juste un peu de volonté politique et bureaucratique pour qu’on en vienne à voter numériquement, sans sortir de chez soi, en utilisant des plates-formes en ligne. Nos États dépendent souvent de corporations privées pour la conception, l’entretien et la mise à jour de leurs systèmes informatiques. Ça serait probablement aussi le cas pour des systèmes de…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (2)

Suite du billet du 26 avril 2023. Au cours des dernières années, nous avons vu les présidents, les ministres, les députés, les fonctionnaires et les gestionnaires de la bureaucratie publique continuer de s’occuper des affaires publiques à distance, grâce au télétravail et à la vidéoconférence. Au plus fort des confinements, les chefs d’État pouvaient s’entretenir avec leurs ministres sans sortir de chez eux, s’ils n’avaient pas envie de les rencontrer en cachette, ou s’ils avaient peur du virus ou de se faire prendre. Les parlements ont pu siéger même quand leurs salles demeuraient vides, les députés n’ayant plus besoin de braver le froid et le virus pour supposément représenter nos intérêts, mais pouvant dorénavant le faire dans le confort et dans la sécurité de leur foyer. Les gestionnaires de la fonction publique pouvaient, avec l’aide des bureaucrates qui leur sont subordonnés, continuer à inventer, à mettre à jour et à amender des directives et des procédures inefficaces, inutiles, absurdes et farfelues, et continuer à faire au moins aussi mal (de leur point de vue, au moins aussi bien) ce qu’ils faisaient avant. Maintenant que les chefs politiques qui nous traitent comme de vulgaires sujets ou comme de misérables serfs ont…

Continuer la lecture

Transformation numérique et transformation politique (1)

L’État qui réalise une transformation numérique réalise aussi une transformation politique. On se trompe donc, ou on nous trompe donc, quand on nous présente la transformation numérique de nos gouvernements et de nos institutions publiques comme une affaire essentiellement technologique, laquelle n’affecterait pas ou affecterait peu la nature et la constitution de ces gouvernements et de ces institutions, et dont devraient s’occuper seulement des experts de l’informatique qui auraient les compétences requises. Comme si le fait de dématérialiser et de délocaliser les services, les documents, les données, les employés de l’État, les citoyens et les dirigeants politiques et bureaucratiques pouvait ne pas changer ces gouvernements, ces institutions et l’État lui-même, qui sont tout ça ! Comme si la nature de ces transformations pouvait être déterminée par le seul progrès technologique, sans s’inscrire dans un projet politique donné ! Comme si ce progrès technologique pouvait se donner à lui-même sa propre orientation, et ne l’obtenait pas d’un projet politique donné ! Comme si c’était les experts en informatique qui décidaient de ce projet politique, et comme s’ils étaient plus aptes que nous à juger de ce projet ! Dans une série de courts billets, j’examinerai quelles peuvent être les changements politiques obtenus grâce à la…

Continuer la lecture

Transposition des techniques de manipulation sanitaires dans le domaine de la sécurité

Pour les gouvernements occidentaux, tous les prétextes sont bons pour accroître la surveillance et le contrôle des citoyens. Nous l’avons bien vu avec les mesures soi-disant sanitaires mises en place au printemps 2020, auxquelles on a en grande partie mis fin deux ans plus tard, mais qu’on pourrait réactiver sous une forme plus ou moins abusive, puisque les organisations de santé publique internationales et nationales n’ont toujours pas déclaré la fin de la fameuse pandémie et ne daignent pas nous dire ce qu’il faudrait pour qu’on puisse enfin considérer qu’elle est terminée, puisqu’elles peuvent annoncer l’apparition d’un nouveau variant préoccupant pour essayer de nous reconfiner, de nous obliger à nouveau à porter un masque dans les lieux publics et de réimposer l’usage du passeport vaccinal. Ces mesures soi-disant sanitaires sont un prolongement des mesures sécuritaires imposées à la suite des attentats du World Trade Center en 2001, lesquelles ont depuis proliféré, chaque attentat ou chaque massacre qu’on n’a pas réussi à empêcher grâce aux dispositifs sécuritaires déjà en place étant une opportunité pour imposer plus de dispositifs de la même espèce. Dans le cas des mesures soi-disant sanitaires, chaque nouvelle « vague » et même la crainte d’une nouvelle « vague » ont servi…

Continuer la lecture

Les causes non technologiques des fraudes et de l’usurpation d’identité (suite)

Dans mon billet du 1er avril 2023, j’ai montré que les fraudes et l’usurpation d’identité dont on prétend nous protéger grâce à une amélioration de la cybersécurité sont en réalité causées par le fait que nous nous appauvrissons de plus en plus, et que nous avons recours au crédit pour subvenir à nos besoins élémentaires, pour essayer de faire notre chemin sur le marché du travail ou en tant que petit entrepreneur, pour acheter ce qu’on nous vend grâce à la publicité et pour avoir le même train de vie que les personnes qui appartiennent à la même classe socio-économique que nous. Si nous n’avions pas à avoir une ou plusieurs cartes de crédit et à contracter des prêts pour toutes sortes de raisons, si les institutions financières n’en profitaient pas pour nous saigner pendant des années, des décennies ou toute notre vie, si l’économie occidentale ne dépendait grandement du recours massif au crédit, les demandes de crédit seraient moins fréquentes, le crédit serait moins accessible et les fraudes et l’usurpation d’identité seraient plus rares. Une autre cause non technologique des fraudes et de l’usurpation d’identité, c’est la transformation de la manière dont les services financiers sont offerts depuis les…

Continuer la lecture

Les causes non technologiques des fraudes et de l’usurpation d’identité

L’augmentation de la fréquence des fraudes et de l’usurpation d’identité est généralement considérée comme un problème de sécurité des technologies utilisées et des moyens d’authentification des personnes, ainsi que des bonnes pratiques de cybersécurité chez les employés et les clients des institutions financières. Si les chances que nous soyons victimes d’un « cybercrime » augmentent, c’est qu’il y aurait des failles de sécurité récurrentes dans les systèmes informatiques utilisés par les institutions financières et dans les systèmes d’exploitation et les logiciels installés sur les ordinateurs et les téléphones mobiles de leurs clients ; c’est que les identifiants, les mots de passe et l’authentification à double facteur ne seraient pas suffisantes pour identifier les personnes ; c’est que les employés et les clients des institutions financières ignoreraient les règles de cybersécurité les plus élémentaires. Ce qui revient à nous dire que si les failles de sécurité devenaient moins fréquentes et étaient repérées et corrigées plus rapidement, que si les moyens d’identification et de surveillance des activités anormales étaient améliorés, que si les institutions financières imposaient à leurs clients et à leurs employés l’utilisation d’une identité numérique avec authentification biométrique pour accéder aux services financiers en ligne ou à leurs systèmes informatiques, et que si ces…

Continuer la lecture

Les risques de la centralisation de l’identité numérique et des services publics et privés

Je ne veux pas revenir ici sur l’idée qu’il serait possible, pour le gouvernement fédéral canadien ou le gouvernement provincial québécois, d’utiliser l’identité numérique et tous les services publics et privés qui y seraient liés pour l’écraser un mouvement d’opposition citoyenne ou de cibler individuellement des opposants politiques jugés trop populaires. Nous avons vu ce dont est capable le gouvernement fédéral quand il a bloqué les comptes bancaires et les cartes de crédit des personnes qui ont participé ou qui ont soutenu financièrement le « Freedom Convoy » au début de l’année 2022 et les conclusions de la commission chargée de déterminer si le recours à la Loi sur les mesures d’urgence était légitime ou non. Il est à craindre que le gouvernement provincial, s’il était dans la même situation, en ferait autant, ou demanderait au gouvernement fédéral d’en faire autant. Mais avec l’identité numérique, ce serait encore plus facile : on pourrait identifier facilement les personnes qui participent ou qui soutiennent les manifestations ou les mouvements d’occupation, et on pourrait tout bloquer en quelques clics, au lieu d’avoir à demander aux institutions financières, puisqu’en bloquant l’identité numérique de ces personnes, plus moyens de faire des transactions financières, et aussi bien d’autres choses,…

Continuer la lecture

Incompatibilité radicale de la confiance et de la protection des données et de l’identité

L’important vol de données personnelles et confidentielles qui a eu lieu au siège social des Caisses populaires Desjardins en 2019 devrait nous avoir appris que la confiance fait mauvais ménage avec la protection de nos données. Les données des clients de Desjardins n’étaient pas en sécurité parce qu’ils ont fait confiance à Desjardins pour collecter et pour protéger toutes sortes de données servant à les identifier et à documenter leurs habitudes financières. Elles étaient encore moins en sécurité parce que Desjardins, qui faisait confiance aux employés qui avaient accès à cette base de données, n’a pas pris les précautions nécessaires pour repérer rapidement ceux d’entre eux qui essaieraient de voler ces données et de les revendre sur le marché noir. C’est à cause de ce manque méfiance que les données de millions de clients de Desjardins ont été volées, circulent depuis sur le Dark Web et sont utilisées pour usurper leur identité, notamment afin de contracter des prêts et faire des achats en se faisant passer pour eux. Une des premières choses que Desjardins a fait pour rassurer ses clients, c’est de les inviter à s’inscrire chez Equifax, une société d’évaluation de la cote de crédit, pour recevoir des notifications…

Continuer la lecture

Les grandes corporations comme puissances étrangères

Les gouvernements occidentaux et les médias de masse insistent beaucoup sur l’ingérence des puissances étrangères dans les affaires internes de nos prétendues démocraties, et sur les agents secrets qu’ils enverraient chez nous, que ce soit pour affecter le résultat des élections, pour provoquer des mouvements de protestations, pour fomenter des insurrections ou des coups d’État, ou pour faire de la désinformation, de la propagande, du sabotage, de l’espionnage ou des cyberattaques. Les puissances dont il est alors question sont essentiellement les rivaux, les adversaires ou les ennemis des États-Unis et de leurs vassaux, par exemple la Russie et la Chine. Je ne veux pas parler ici du fait que ces accusations d’ingérence étrangère ou d’espionnage ressemblent souvent à un mauvais numéro de cirque, par exemple les accusations d’ingérence russe dans les élections présidentielles américaines de 2016 et les accusations d’empoisonnement au « Novitchok » d’un ancien espion russe établi en Angleterre (Sergei Skripal) et de sa fille. Je ne veux pas non plus parler du fait que les États-Unis et ses vassaux s’ingèrent dans la politique russe en soutenant des opposants (Alexei Navalny), dans la politique chinoise en appuyant les désirs d’indépendance d’une partie de la classe politique taïwanaise, et dans la…

Continuer la lecture

Le monde à l’envers quant aux données biométriques

Il n’y a pas si longtemps, la collecte des données biométriques était essentiellement l’affaire de la police et des prisons, et concernait presque seulement les criminels, ou encore les accusés et les suspects d’actes criminels. Il s’agissait d’amasser des données sur eux, afin de les identifier plus facilement et de protéger les autres personnes contre les crimes qu’ils pourraient commettre, par exemple des vols, des agressions à main armée, des meurtres ou des attentats terroristes. Les empreintes digitales n’étaient généralement prises qu’après une arrestation ou une condamnation à une peine d’emprisonnement. Personne ou presque n’aurait eu idée de demander ou de donner ses empreintes digitales dans un contexte extra-judiciaire. Et même quand on a commencé, dans les années 2000, à utiliser des clés USB chiffrées dans un contexte professionnel, les employeurs demandaient de manière très formelle aux utilisateurs de consentir à leur fournir leurs empreintes digitales, en s’engageant pour leur part à ne pas utiliser ces données biométriques à d’autres fins, et à ne pas les transmettre à un tiers parti. Même la prise de photographies – qui sont des données biométriques rudimentaires – n’étaient généralement pas prises à l’insu des personnes concernées ou en l’absence de leur consentement. Les…

Continuer la lecture

Sur les bons et les mauvais usages de la thérapie génique

Certaines franges conservatrices des opposants aux mesures soi-disant sanitaires et aux prétendus vaccins considèrent que l’ingénierie génétique qui a permis de produire les fameux vaccins est sacrilège. Pour eux, le fait de modifier le fonctionnement de nos cellules revient à profaner la nature et le corps humain, qui seraient la création de Dieu, ou qui seraient sacrés en eux-mêmes. Une telle attitude peut être qualifiée d’anti-scientifique, ou du moins opposée à l’innovation scientifique, médicale et technologique. Certains de ces opposants sont ouvertement superstitieux, voyant dans ces produits pharmaceutiques une sorte d’invention du diable devant provoquer une véritable hécatombe. Ceux qui nous manipulent et nous gouvernent ouvertement ou en restant dans l’ombre ont tout intérêt à présenter l’attitude de ces personnes comme caractéristique des opposants, et même à les inciter à délirer encore plus, pour discréditer dans leur ensemble les mouvements de résistance. Il se peut même que certains soient en réalité des propagandistes qui nous jouent la comédie et qui cherchent à discréditer ces mouvements de l’intérieur, en jouant le rôle d’un opposant. D’autres, qui sont plus modérés ou sensés, ne vont certainement pas aussi loin. Toutefois, il est rare qu’ils expriment une position ouvertement favorable à certains usages déjà…

Continuer la lecture

Pistes de réflexion sur les causes de la pénurie de main-d’œuvre

Dès la fin du premier confinement à l’été 2020, notre gouvernement, les médias et les employeurs se sont mis à se plaindre de la pénurie de main-d’œuvre qui sévirait au Québec, de manière générale, et encore plus dans certains secteurs économiques, par exemple la restauration. Si je me souviens bien, ils le faisaient quelques années avant, mais ça s’est aggravé après la « première vague » de COVID-19. À supposer que ce manque de travail soit grave à ce point, et qu’il ne s’agisse pas de propagande pour nous donner l’impression que l’activité économique reprend en force, les raisons souvent données pour expliquer ce phénomène me paraissent insuffisantes : la désertion des secteurs de la restauration, de l’hôtellerie et du tourisme, provoquée par le manque de stabilité causé par les confinements successifs ; le vieillissement de la population et la prise anticipée des retraites à cause de la dégradation des conditions de travail résultant des mesures soi-disant sanitaires imposées par le gouvernement ; la diminution du nombre d’immigrants et de travailleurs saisonniers causée par les procédures tatillonnes d’entrée au Canada, sous prétexte de ne pas y importer en même temps le méchant virus ou quelque nouveau variant ; l’augmentation du nombre d’emplois mal payés et desquels…

Continuer la lecture

Techniques pour nous faire accepter l’identité numérique

Nos gouvernements et les grands médias ont fait des pieds et des mains pour nous faire consentir à l’administration des injections expérimentales. Tous les moyens étaient bons, que ce soient les mensonges, la coercition, la peur, les menaces, l’appel au sentiment de troupeau, le chantage émotionnel ou la haine de la foule pour ce qui ne fait pas partie d’elle. Ce qu’ils ont déjà fait pour ces injections expérimentales, ils pourraient le refaire pour autre chose, par exemple l’identité numérique. Dans ce cas, pourquoi réinventeraient-ils le fil à couper le beurre ? Pourquoi ne réutiliseraient-ils pas les techniques qu’ils ont déjà utilisées et qui se sont montrées efficaces, en les adaptant au cas de l’identité numérique ? Nous avons donc tout intérêt à nous mettre dans la peau de ceux qui cherchent à nous manipuler, pour essayer de voir quelle forme pourraient prendre ces techniques. Avant d’aller plus loin, je me demande si c’est une bonne idée de publier sur internet mes réflexions à ce sujet. Il est possible que ce billet ne soit pas seulement lu par des opposants, mais qu’il soit aussi lu par nos adversaires, qui font une veille de ce qui se dit sur internet à propos des…

Continuer la lecture

Possibilités d’utilisation du travail des machines

Depuis la révolution industrielle du XIXe siècle, des opinions s’affrontent sur les avantages et les inconvénients du travail des machines. S’il est vrai que nul ne doute des importants bénéfices qu’il en découle pour les industriels et les financiers, lesquels s’en mettent alors plein les poches en raison de la diminution des coûts de production et d’une dépendance réduite à l’égard de la main-d’œuvre humaine, la question est beaucoup moins claire pour les masses laborieuses. Des artisans du début du XIXe siècle, sous la menace de se retrouver sans travail à cause des machines plus productives qu’eux, se sont d’abord révoltés et ont détruit ou saboté lesdites machines. Par la suite, les ouvriers, dont des enfants, qui les ont ensuite peu à peu remplacés se sont retrouvés à travailler dans des conditions inhumaines et à être réduits à la servitude, par exemple en travaillant quinze ou seize heures par jour, six jours par semaine, le tout pour un salaire de misère, qui ne leur permettait pas de manger à leur faim, de vivre dans des logements assez grands et salubres et de se vêtir convenablement ou assez chaudement. La situation s’est ensuite graduellement améliorée pour diverses raisons (les luttes ouvrières,…

Continuer la lecture

Approche prudente à propos des monnaies numériques de banque centrale

Cette vidéo de James Corbett (The Corbett Report, 22 novembre 2022) me laisse sur ma faim. Et c’est justement pourquoi je la diffuse. Car il faut bien le reconnaître, nous avons une compréhension assez partielle, ou même très rudimentaire, de la manière dont fonctionne le système bancaire actuel et la manière dont il pourrait évoluer avec l’implantation des monnaies numériques de banque centrale (MNBC ou CBDC en anglais). Car différentes formes de monnaies numériques de banque centrale peuvent exister, et chacune d’entre elles avantage ou désavantage certaines catégories de banquiers, qui ne forment pas une corporation monolithique et qui ont parfois des intérêts différents et même incompatibles. S’il est certainement pertinent de nous méfier de la programmation de ces monnaies numériques capable de transformer l’argent en coupons avec lesquels il est seulement possible d’acheter certaines choses dans des quantités limitées ou à certaines conditions, il est aussi important de faire preuve de prudence et de nous dire que ce contrôle ne prendra pas nécessairement une forme aussi directe, surtout au début. En fait, les affirmations catégoriques qu’on entend souvent à ce sujet dans les médias alternatifs, et qui n’entrent généralement pas dans le détail du mode de fonctionnement des monnaies…

Continuer la lecture

Récente mise à jour du passeport vaccinal

Les autorités politiques et sanitaires québécoises nous recommandent depuis hier de porter un masque dans les lieux publics, pas seulement à cause de la COVID-19, mais aussi à cause d’autres virus respiratoires très dangereux qui circuleraient, par exemple celui de la grippe saisonnière. Alors qu’on n'a pas cessé de nous répéter depuis 2020 que la COVID-19 ne saurait être comparée avec la grippe saisonnière, maintenant on veut assimiler la grippe à la COVID-19 pour nous faire porter un masque, conformément à la nouvelle approche syndromique de notre cher gouvernement. C’est que quand on est le docteur Boileau ou le ministre Dubé, il n’est pas nécessaire d’être cohérent. Notre premier ministre, lui, nous dit que le retour de l’obligation de porter un masque n’est pas prévue pour l’instant, à moins qu’un nouveau variant plus contagieux et plus dangereux n’apparaisse. C’est comme si on avait oublié que la loi ayant mis fin à l’état d’urgence sanitaire, en juin 2022, ne permet pas au gouvernement de remettre en vigueur des mesures soi-disant sanitaires qui ont été abolies ou suspendues, tant que cette loi sera en vigueur, c’est-à-dire jusqu’à la fin de l’année 2022. Que faut-il en comprendre ? Nous dit-on cela pour nous…

Continuer la lecture

Réflexions pour une réforme du mode de scrutin et des institutions démocratiques (2) – Circonscriptions électorales

Je continue maintenant les réflexions à propos de la réforme du mode de scrutin et des institutions démocratiques que j’ai commencées dans mon billet du 9 octobre 2022, en proposant l’abolition des partis politiques, au lieu d’une composante proportionnelle, qui serait certainement mieux que le mode de scrutin que nous avons actuellement au Québec et au Canada, mais qui serait tout au plus un moindre mal, car aussi longtemps que les partis politiques existeront, nous serons toujours représentés par des personnes qui ont été choisies par les partis politiques, qui dépendent d’eux pour réussir leur carrière politique, et qui se retrouvent en fait à agir comme des représentants de ces partis. Ici, je fais un pas en arrière, comme si je n’avais pas proposé l’abolition des partis politiques, pour montrer que le fait de pouvoir choisir parmi les candidats choisis par les partis politiques est considérablement limité par l’existence des circonscriptions électorales. Nous disposerions déjà d’un plus grand choix s’il nous était possible de choisir parmi tous les candidats présentés par les partis politiques. Bien que tous représentent en fait les partis politiques qui les ont choisis et qu’ils ont à suivre la ligne de parti ou à se conformer…

Continuer la lecture

L’ère de la buanderie « intelligente »

Il y a quelques semaines, la compagnie qui administre les machines qui se trouvent dans la buanderie de l’immeuble où j’habite a décidé de moderniser ces appareils. En fait, les machines à laver et à sécher sont à peu près identiques et semblent aussi peu durables que les précédentes : l’une d’entre elles a déjà commencé à faire un vacarme d’enfer et d’ici quelques semaines elle sera vraisemblablement brisée, comme cela s’est produit à quelques reprises au cours de la dernière année. Donc, rien de nouveau sous le soleil, à part de nouvelles possibilités de paiement. En lisant les affiches que le propriétaire de l’immeuble avait posées un peu plus tôt, je m’attendais à ce qu’il s’agisse de cartes magnétiques sur lesquelles on peut mettre de l’argent, en utilisant des pièces de monnaie ou une carte de débit ou de crédit. Mais il s’agit en fait d’autre chose, que nous aurions trouvé ridicule et inutile il y a dix ou quinze ans. Même s’il demeure possible de faire notre lessive avec des pièces de monnaie, il est aussi possible de télécharger une application sur notre téléphone « intelligent », de créer un compte chez la compagnie en question, d’y mettre des fonds et…

Continuer la lecture

Principes élémentaires de sécurité numérique et de surveillance de masse

Mise en contexte Depuis que l’utilisation des cartes de débit et de crédit, des ordinateurs, d’internet et des téléphones dits intelligents est devenue chose courante, dans notre vie privée et au travail, ainsi que dans nos interactions avec les entreprises privées et les administrations publiques, la fréquence et l’étendue de la collecte de données augmentent. Il peut s’agir de données sur nous, sur les entreprises ou organisations pour lesquelles nous travaillons, ou sur les employés, clients ou usagers de ces entreprises ou organisations. S’il est indéniable qu’il est plus commode et rapide, pour communiquer ou consulter d’importantes masses d’informations, d’avoir recours aux nouvelles technologies de l’information que d’envoyer des lettres ou des documents par la poste, ou que de faire de longues recherches dans des classeurs de documents se trouvant parfois dans des bureaux situés sur tout le territoire d’un pays, l’étendue et la fréquence des vols de données deviennent du même coup plus fréquents. Les données accumulées dans nos boîtes de messagerie électronique personnelles ou professionnelles, ainsi que sur les serveurs et dans les systèmes informatiques des entreprises privées, des institutions financières et des organismes publics, dépassent largement en volume les informations qu’il aurait été possible de collecter et…

Continuer la lecture

Consentement à la surveillance de masse

La facilité avec laquelle beaucoup de nos concitoyens ont accepté la surveillance que nos gouvernements nous ont imposée depuis mars 2020, à laquelle ces derniers n’ont pas mis complètement fin cet été malgré un certain relâchement, et qu’ils pourraient reprendre, étendre et intensifier dès l’automne ou l’hiver prochain, montre que le terreau fertile qu’elle a trouvé en eux a été cultivé de longue date. Même nous, qui résistons, ne sommes pas à l’abri de l’accoutumance à la surveillance, puisque notre seuil de tolérance peut s’élever à notre insu, malgré une irritation certaine ou une certaine irritation provoquée par cette surveillance. Pour expliquer ce phénomène, nous pourrions simplement dresser une liste de toutes les nouvelles formes de surveillance qui sont apparues au cours des dernières années ou décennies et auxquelles, bon gré, mal gré, nous nous sommes habitués. Mais nous n’aurions alors seulement une série d’impressions dispersées, sans fil entre elles. C’est pourquoi il me semble utile d’insister d’abord sur un aspect de notre éducation qui, par ses retombées à l’âge adulte, a rendu possible cette acceptation progressive de la surveillance de masse et la renonciation à la liberté qu’elle implique. Quand nous étions tout petits, notre maman et notre papa,…

Continuer la lecture

Automatisation du passeport vaccinal et carcéralisation de la société

L’un des facteurs qui a probablement entravé l’implantation du passeport vaccinale dans les commerces et les lieux publics, c’est le fait que des employés doivent surveiller les entrées et vérifier le statut vaccinal et l’identité des personnes. Non seulement ça entraîne parfois des files d’attente, mais il faut payer des employés pour exécuter cette tâche supplémentaire qui n’est pas rentable pour les propriétaires des commerces et les administrateurs des autres lieux publics. Puis ces employés doivent « gérer » les mécontents qui en ont assez d’attendre à l’extérieur ou qui ne sont pas vaccinés. Si bien que le gouvernement du Québec, après avoir décrété l’utilisation du passeport vaccinal dans tous les lieux de réjouissance, de divertissement et de culture dès septembre 2021, l’a seulement étendue à la Société des alcools du Québec et à la Société québécoise du cannabis, et ensuite aux commerces à grande surface en janvier 2022, ce qui a donné lieu à des protestations de la part de ces commerçants, lesquels ont malgré tout généralement suivi les ordres qui leur ont été donnés par le gouvernement. Enfin le gouvernement a annoncé en février la suspension du passeport vaccinal à la mi-mars, probablement pour éviter que ne prennent de l’ampleur…

Continuer la lecture

La prison de l’identité numérique

James Corbett (The Corbett Report) fait ici un survol des organisations (certaines bien connues, d’autres moins) impliquées dans l’implantation de l’identité numérique à l’échelle mondiale, de la rhétorique utilisée pour nous faire accepter ce dispositif de surveillance et de contrôle, et des conséquences néfastes que ça a pour l’avenir de l’humanité. D’où l’importance de son appel à la résistance. Pour les références, consulter le site web de The Corbett Report.

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (7)

Je ne ferai pas ici l’analyse des autres changements de valeur annoncés par les rédacteurs du rapport L’avenir de la valeur publié par le think tank fédéral Horizons de politiques Canada. Il resterait encore sept activités à analyser et j’en aurais encore pour deux ou trois semaines à écrire à ce sujet. Il me semble que nous pouvons déjà avoir une idée assez précise de ce qui nous attend si les changements prédits quant aux activités déjà analysées venaient à se produire. J’ai d’ailleurs choisi les activités qui nous concernent plus spécifiquement, en tant qu’êtres humains et citoyens, et aussi en tant qu’intellectuels ou artistes. Voici les grandes lignes de ce qui apparaît à l’horizon, avec quelques contre-propositions. Appauvrissement généralisé Compte tenu du développement de la robotique et de l’intelligence artificielle, les robots et l’intelligence artificielle pourraient accomplir beaucoup de tâches physiques ou intellectuelles pour lesquelles nous sommes rémunérés. Et quand le travail humain serait encore requis, il nécessiterait moins d’expertise, celle-ci pouvant – selon les auteurs du rapport – être possédée par l’intelligence artificielle et être mise en ligne grâce à des cours sur demande ou à des enregistrements. Il en résulterait que le travail humain perdrait généralement en…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (6)

J’analyse ici les modifications que pourraient entraîner les nouvelles technologies quant à la septième activité humaine de base (expériences qui modifient notre état émotionnel) selon le rapport L’avenir de la valeur, publié par Horizons de politiques Canada, un think tank financé avec les fonds publics, c’est-à-dire avec les taxes et les impôts que nous payons au gouvernement fédéral. Nous pourrions penser qu’enfin les rédacteurs du rapport daigneront nous traiter comme des êtres dotés de sensibilité, et pas seulement comme des producteurs et des consommateurs de marchandises, ou même comme des marchandises. Mais le seul fait de regrouper dans une catégorie distincte les activités qui modifient notre état émotionnel montre qu’on se préoccupe assez peu de la manière dont les autres catégories d’activités et leur transformation affectent notre état émotionnel. Car toutes les activités affectent nos sentiments, même si ce n’est pas leur fonction première. Le fait, pour un étudiant, de devoir rester seul des journées entières dans son petit appartement pour suivre des cours en ligne – parce qu’on s’imagine pouvoir ralentir la propagation du virus ainsi, parce qu’on trouve que c’est plus économique et écologique –, au lieu d’y assister en personne sur le campus universitaire, sans masque et…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (5)

Je continue mon analyse du rapport L’avenir de la valeur du think tank fédéral Horizons de politiques Canada en passant à la sixième activité humaine de base, c’est-à-dire le transfert de connaissances, afin de voir de quelle manière les nouvelles technologies pourraient affecter la rareté et provoquer des changements de valeur dans ce domaine selon les rédacteurs du rapport, et pour essayer d’en dégager les implications politiques sous-jacentes. Je présume que cette activité, comme la « production » de connaissances, concerne tout particulièrement plusieurs de mes lecteurs, qui enseignent, qui ont enseigné ou qui aimeraient enseigner. Puis, en tant que citoyens, les manières dont on pourrait transformer le transfert de connaissances nous concernent tous, car elles peuvent s’inscrire dans un projet politique susceptible d’avoir des effets considérables. Ceux qui influencent ou contrôlent la transmission de ce qui passe, à tort ou à raison, pour des connaissances sont assurément très puissants. C’est pourquoi le savoir autorisé et diffusé a toujours été l’enjeu de luttes ouvertes ou cachées entre des groupes d’intérêts concurrents, ou entre les gouvernants et les gouvernés. La définition de cette activité est simpliste. Sa formulation laisse entendre que la savoir est quelque chose de donné, de connu comme…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (4)

Je continue l’analyse du rapport publié par le think tank fédéral Horizons de politiques Canada que j’ai commencée dans les billets du 29 octobre, du 1er novembre et du 6 novembre 2021. Nous nous intéresserons maintenant à la cinquième activité humaine de base, question de voir comment, selon les auteurs du rapport, les nouvelles activités pourraient affecter la rareté quant à la production de connaissances, et provoquer des changements de valeur, comprise au sens économique. Ce qu’on dit ici est très important pour nous, car je suppose que plusieurs de mes lecteurs entrent dans la grande catégorie des « producteurs » et des « consommateurs » de connaissances. Il n’est déjà pas sans danger qu’on considère nos activités intellectuelles et artistiques d’un point de vue économique assez borné. Gardons donc l’œil ouvert et voyons à quelles transformations on voudrait soumettre ce que nous faisons, sous prétexte de progrès technologique. La définition est très vague et en même temps elle est restrictive et même simplificatrice. Comme je l’ai déjà dit dans mon analyse de l’activité 4, le fait de séparer en deux activités distinctes l’acquisition d’informations et la production de connaissances pose problème, surtout si les informations sont acquises par des personnes autres que celles…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (3)

Je poursuis l’analyse du rapport L’avenir de la valeur du think tank Horizons de politiques Canada, lequel est financé par le gouvernement fédéral. Dans le billet du 29 octobre 2021 je me suis intéressé au cadre de pensée de cet organisme, et dans le billet du 1er novembre 2021 je me suis intéressé au concept de rareté tel que compris par cet organisme et aux changements de valeur que produiraient les nouvelles technologies, en ce qui concerne les « services physiques aux êtres vivants » (activité 1), mais qui en fait semblent s’expliquer par un désir maladif de contrôler et de réduire les contacts et les déplacements. Ici j’analyserai les changements de valeurs qui concernent l’activité 4, c’est-à-dire l’acquisition d’informations. S’il est certainement possible de collecter des informations sans les analyser, s’il est vrai qu’il est parfois préférable d’attendre que les données aient été collectées avant de les analyser afin de ne pas orienter cette collecte en fonction de présupposés (par exemple en pharmacovigilance, qui exige que la collecte des données sur tous les événements indésirables suivant l’injection des vaccins, sans analyse visant à établir s’ils sont causés par les vaccins ou non, cette analyse devant être faite globalement, en comparant le…

Continuer la lecture

Historiette sur un avenir possible

Certains de mes lecteurs croient peut-être que je délire quand je soupçonne Horizons de Politiques Canada, ce think tank financé par le gouvernement fédéral, de faire la promotion d’un projet social et politique sous couvert d’adaptation économique aux changements produits par les nouvelles technologies. Mais les technologies n’existent pas par elles-mêmes et ne font que servir les fins que les personnes qui les conçoivent et les utilisent leur donnent. Même une intelligence artificielle qui, par ses capacités de calculs de nombreux paramètres et « d’apprentissage », surpasse l’intelligence humaine doit être programmée par des êtres humains. Si ce projet social et politique se manifeste implicitement dans le rapport que j’ai commencé à analyser dans les billets du 29 octobre 2021 et du 1er novembre 2021, il apparaît plus clairement dans le rapport « Explorer la convergence bionumérique », publié le 11 février 2020, c’est-à-dire quelques semaines avant que les décisions autoritaires de nos gouvernements ne bouleversent notre manière de vivre. Puisque je ne veux pas me lancer dans l’analyse d’un autre document d’une soixantaine de pages, je renvoie seulement mes lecteurs au billet du 17 juillet 2021, où je fais quelques brèves remarques sur l’avant-propos et où je me questionne sur les implications de…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (2)

Je continue ici l’analyse débutée dans le billet du 29 octobre 2021 sur le rapport intitulé L’avenir de la valeur de l’organisme fédéral Horizons de politiques Canada, lequel on peut qualifier de think tank. Après avoir défini de ce qu’ils entendent par valeur (le montant d’argent reçu pour la vente d’un bien ou d’un service dans une économie de marché) et insisté sur le rythme de ces changements de valeur, les auteurs du rapport énumèrent les dix technologies qui selon eux sont à l’origine de ces profonds changements (p. 13) : l’internet des objets ; l’intelligence artificielle et les logiciels d’automatisation ; la robotique ; la téléprésence ; la réalité virtuelle et augmentée ; les technologies de production décentralisée (l’impression 3D par exemple) ; les technologies bionumériques ; les matériaux avancés ; les chaînes de blocs ; la connectivité à haut débit. Sans nier l’importance des changements économiques que pourraient rendre possibles ces technologies, je rappelle qu’elles peuvent être utilisées de différentes manières pour atteindre des objectifs différents et parfois même radicalement opposés. Dans le même esprit, le fait d’accorder de l’importance à ces technologies et de financer des recherches qui portent sur elles peut s’expliquer par des projets économiques, sociaux et politiques de plus ou moins grande envergure,…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (1)

J’analyserai ici un document publié par Horizons de Politiques Canada, ce drôle d’organisme de prospective (de futurologie, si on préfère) financé par le gouvernement du Canada, dont j’ai déjà parlé dans un billet publié il y a quelques mois, et qui est particulièrement actif depuis l’arrivée du virus. On a même l’impression que les « experts » en prospective (fait-il plus sens de parler d’une expertise en prospective que d’une expertise en rétrospective ?) profitent de la crise actuelle pour faire faire du chemin à certaines de leurs idées sur l’avenir de notre société. Il est vrai que ce rapport, intitulé L’avenir de la valeur et publié en août 2021, n’exprime pas une position officielle du gouvernement fédéral, comme le dit l’avertissement qui se trouve au tout début : « Horizons de politiques Canada (Horizons de politiques) est une organisation de prospective stratégique au sein du gouvernement du Canada, dont le mandat est d’aider le gouvernement à développer des politiques et des programmes fiables et résilients face aux changements envisageables à l’avenir. Le contenu de ce document ne représente pas nécessairement les idées du gouvernement du Canada ni des ministères ou des organismes participants. » Mais il est raisonnable de penser que les rapports publiés par…

Continuer la lecture

Omission importante dans le décret sur le passeport vaccinal

Je n’ai pas remarqué, à la première lecture du décret sur l’implantation du passeport vaccinal, qu’on y a fait une omission importante. Malgré les déclarations réitérées des autorités politiques et sanitaires à l’effet qu’on veille à la protection des renseignements personnels et qu’il n’y a pas de collecte de données au moment de la vérification des passeports vaccinaux par les commerçants et les organisateurs des activités, aucune disposition n’est prise à ce sujet dans le décret. Bien sûr, on dit ceci au dixième alinéa du décret : « QUE, sous réserve du huitième alinéa, il soit interdit à quiconque de conserver, en tout ou en partie, les renseignements obtenus pour les fins de toute vérification effectuée en vertu du présent décret. » Mais c’est trop peu et ça concerne surtout ou seulement, d’après le contexte du décret, les opérateurs des lieux et les organisateurs des activités qui vérifient les preuves de vaccination grâce à l’application gouvernementale, et pas le gouvernement ou une autre entité. Pourtant on se donne la peine de rassurer la population à ce sujet sur la page portant sur l’application VaxiCode du site du gouvernement consacré à la COVID-19. Voici ce qu’on déclare à propos de la protection des…

Continuer la lecture

Pour la transparence technologique

À environ deux semaines de l’entrée en vigueur du passeport vaccinal au Québec, notre gouvernement se montre avare d’informations sur les technologies qui seront utilisées. Nous savons que les codes QR qui servent de preuve de vaccination numérique seront lus à l’aide d’une application mobile. Pour ce faire, une clé de chiffrement, vraisemblablement intégrée à l’application mobile, sera utilisée. Il me semble avoir lu quelque part que l’application mobile devrait à ce moment entrer en communication avec une base de données du gouvernement pour vérifier l’information contenue dans les codes QR, mais je n’ai pas réussi à retrouver l’article de journal en question. Quant au site du gouvernement, il dit ceci sur les technologies utilisées pour l’implantation du passeport vaccinal : « Différence entre la preuve de vaccination et le passeport vaccinal La preuve de vaccination électronique est un document en format PDF qui se télécharge à partir de votre ordinateur ou de votre appareil mobile. Elle contient vos informations personnelles, le vaccin que vous avez reçu et un code QR qui contient ces informations. Pour en savoir plus, consultez la page Preuve de vaccination contre la COVID-19. Le passeport vaccinal est un outil qui interprétera l’information contenue dans votre preuve de…

Continuer la lecture

La convergence bionumérique

Je suis tombé la semaine dernière sur le site d’Horizons de politiques Canada, organisme qu’on décrit comme suit sur ce même site : « Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom d’Horizons de politiques, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années. » Sa directrice générale, Kristel Van der Elst, est pour le moins dire très bien réseautée : « Kristel Van der Elst is CEO of The Global Foresight Group, Director General at Policy Horizons Canada, Special Advisor to European Commission Vice-President Maroš Šefčovič, and a fellow at the Center for Strategic Foresight of the U.S. Government Accountability Office. She is a visiting professor at the College of Europe, and the former Head of Strategic Foresight at the World Economic Forum. Kristel has about 20 years of experience in forward-looking strategy and policy advisory roles. She works with senior executives and policy makers, providing the insights, resources and processes to help them turn long-term strategic thinking into actions and impacts. Kristel holds an MBA from the Yale School of Management,…

Continuer la lecture

Pourquoi acceptons-nous d’être confinés ?

Il ne s’agit pas de nous demander quelles raisons on nous donne pour justifier notre confinement. Ce serait une question stupide, dont nous savons tous la réponse. Il ne s’agit pas davantage de savoir si ces raisons sont bonnes, c’est-à-dire si la dangerosité du Virus justifie notre confinement, et si le confinement est un moyen efficace de lutter contre sa propagation et donc contre les hospitalisations et les décès dont il serait la cause. Il suffit de savoir que beaucoup d’entre nous le croient. Et pourtant nous croyons beaucoup de choses, notamment à propos de ce qui est nuisible ou bon pour notre santé, sans que nous ne changions tous nos habitudes pour autant. Par exemple, nous savons que notre mode de vie sédentaire est mauvais pour notre santé, qu’il est l’une des causes des maladies cardiovasculaires, et qu’il est donc responsable d’une diminution de notre espérance de vie. Mais beaucoup d’entre nous passent leurs soirées ou leurs fins de semaine devant un écran d’ordinateur (en plus du temps passé au travail) ou de télévision, au lieu de faire du sport ou de l’activité physique. Et nous ne nous attendons pas à ce que la Santé publique ordonne, grâce à…

Continuer la lecture