Science (17)

Réplique de trois scientifiques aux déclarations fantastiques de Theresa Tam et de ses acolytes

Nous connaissons bien l’enthousiasme des autorités politiques canadiennes, au niveau fédéral comme au niveau provincial, quand il s’agit de trouver des décès à attribuer à la COVID-19. Le refus de distinguer, dans les statistiques officielles, entre les personnes qui seraient mortes à cause de la COVID-19 et celles qui sont mortes après avoir été déclarées porteuses du méchant virus à la suite d’un test PCR, en est un triste exemple. C’est pourquoi Denis Rancourt (docteur en physique, ancien professeur à l’Université d’Ottawa et chercheur multidisciplinaire), Jérémie Mercier (docteur en recherche environnementale) et Marine Baudin (docteure en microbiologie) ont jusque-là évité d’utiliser les données sur les décès attribués au virus par nos autorités politiques et sanitaires, et ont préféré utiliser les données sur les décès toutes causes confondues, beaucoup plus fiables parce qu’il est plus facile de déterminer si une personne est morte ou vivante, que de déterminer la cause de la mort, qui est toujours sujette à toutes sortes d’interprétations et de biais conscients ou inconscients. Mais les dernières déclarations absurdes, voire fantastiques, que Theresa Tam, l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, a faites dans un article prétendument scientifique, cosigné par elle et d’autres scientifiques et évalué…

Continuer la lecture

Le mythe de la science pure

Nous savons que les découvertes de la science moderne ne sont pas des révélations qui nous viennent du Ciel. Elles sont le résultat d’une démarche rationnelle qui se dégage des opinions communes et de l’illusion du savoir immédiat. Malgré tout, nous nous demandons rarement si les conditions nécessaires pour que la rupture scientifique ne soit pas un vain mot sont réalisées. Nous présumons alors que ce que nous appelons « science » est, du seul fait qu’on lui appose cette étiquette, répond aux exigences de la science et est vraiment ce qu’on croit qu’elle est. Puisqu’il en serait ainsi, nous supposons que les conditions nécessaires à une pratique rigoureuse de la science existent, car autrement il n’y aurait pas de science. Ce préjugé, qui nous fait penser à rebours, nous dispense donc de vérifier si ces conditions existent et aussi de les définir. Malgré la formation très spécialisée qu’ils ont reçue, les scientifiques sont des êtres humains comme nous. Ce ne sont pas des esprits purs, désintéressés et désincarnés. Ils ont de l’attrait pour le confort et pour une certaine sécurité économique. Ils ont des dettes à rembourser à la fin de leurs études. Ils doivent payer l’hypothèque de leur…

Continuer la lecture

Remettre les ouragans en perspective

Après le battage médiatique estival sur les vagues de chaleur et les sécheresses supposément sans précédent, ce sont maintenant les ouragans qui sont devenus la coqueluche des journalistes et des militants du climat. S’il n’est certainement pas question de nier qu’un ouragan, même de force modérée, puisse causer d’importants dégâts aux villes où il passe et tuer plusieurs de leurs habitants, il ne faut pas faire comme si c’était la catastrophe du siècle chaque fois qu’il y en a un, ou faire comme s’ils se suivaient à un rythme jamais vu. Il y a toujours eu des ouragans et il y en aura toujours, de la même manière qu’il y a toujours eu des vagues de chaleur ou de froid et qu’il y en aura toujours. On dirait presque que les journalistes et les soi-disant experts auxquels ils donnent la parole, habitués à la température régulière et contrôlée de leurs domiciles et de leurs bureaux, s’imaginent que le temps qu’il fait à l’extérieur est tenu à la même régularité, et considèrent par conséquent les irrégularités météorologiques, qui se produisent pourtant régulièrement, comme de graves anomalies qui seraient autant de signes annonciateurs d’une apocalypse climatique imminente causée par les émissions de…

Continuer la lecture

La confusion des rôles (1) – Les devins

De plus en plus souvent, les scientifiques dont nous entendons parler ou qui bénéficient d’une tribune pour s’exprimer sont ceux qui font des prédictions. Toutes les prédictions que les scientifiques ont faites depuis l’arrivée du virus le montrent bien. Un nouveau virus serait apparu, exceptionnellement contagieux et capable de provoquer une véritable hécatombe. Les traitements habituels contre les maladies respiratoires d’origine infectieuse étant déclarés a priori inefficaces, seuls de nouveaux vaccins qu’il faudrait injecter à toute la population seraient capables de mettre fin à la pandémie, en protégeant contre l’infection et les complications, en empêchant la transmission et en permettant d’atteindre l’immunité collective. Une deuxième vague devrait se produire en juillet, en août, en septembre, en octobre et finalement en novembre. À la différence des personnes adéquatement vaccinées, les personnes non vaccinées seraient inévitablement condamnées à attraper la COVID et à tomber parfois gravement malades, et risqueraient de provoquer l’effondrement du système hospitalier, qui subirait déjà de fortes pressions. Tel nouveau variant constituerait une menace pour la santé de toute la population, les enfants, les adolescents, les jeunes adultes et les personnes d’âge moyen étant tous vulnérables. En plus de l’urgence sanitaire, il y a l’urgence climatique. Les émissions de…

Continuer la lecture

Les « vaccins » efficaces contre les tests de dépistage

Malgré l’accalmie sanitaire estivale qui se poursuit dans les pays occidentaux, Pierre Lecot (chaîne Décoder l’éco) continue ses analyses statistiques sur la « gestion de la pandémie », car il ne faut pas faire comme s’il ne s’était rien passé et comme si cela ne pouvait pas recommencer du jour au lendemain. Cette fois-ci, ces analyses portent sur l’efficacité présumée des « vaccins ». Il met d’abord en évidence un grave défaut méthodologique des essais cliniques faits par Pfizer et Moderna. Les participants savaient s’ils avaient reçu le « vaccin » ou le placebo. En l’absence de protocole de dépistage uniforme s’appliquant au groupe test et au groupe témoin, les participants étaient libres d’aller passer des tests de dépistage quand bon leur semblait. Les participants « vaccinés » se croyant protégés et les participants « non vaccinés » se croyant vulnérables, les derniers sont allés passés plus souvent des tests de dépistage que les premiers (qu’on aurait aussi dissuadés d’aller passer des tests, d’après les déclarations d’une chercheuse qui a participé aux essais), ce qui veut dire qu’ils ont forcément obtenu plus souvent des résultats positifs, et ce, même dans le cas où le taux de positivité aurait été le…

Continuer la lecture

Les critères minimaux de la pratique scientifique

Les autorités politiques et sanitaires nous ont répété et continuent de nous répéter qu’il nous faut « croire en la science » et faire « ce que la science dit », et ce, même en l’absence de véritables débats scientifiques sur la « gestion la pandémie » actuelle et des « pandémies » à venir, ou justement pour empêcher que de tels débats aient lieu. Mais ce qu’ils appellent « la science » a-t-il vraiment quelque chose à voir avec la science ? Ce n’est pas là une question à laquelle peut répondre « la science ». Et nous ne pouvons pas davantage nous fier aux experts autorisés pour répondre à cette question, puisqu’ils ont intérêt à répondre positivement, indépendamment de la vérité. N’étant pour la plupart pas des scientifiques, nous ne pouvons pas déterminer si la « gestion de la pandémie » est scientifique ou non à partir de vérités scientifiques que nous prendrions comme critères d’évaluation et dont nous ne pourrions pas juger en connaissance de cause. D’ailleurs, les scientifiques, spécialisés ou non dans un champ de recherche pertinent (immunologie, microbiologie, épidémiologie, etc.) ne pourraient pas eux non plus procéder de cette manière, car la science est sujette à d’incessantes corrections, ce qui ne se produit pas par magie, et ce qui implique…

Continuer la lecture

Procédés de science-fiction (2) : le cas de la santé publique

Dans mon billet du 22 août 2022, j’ai analysé des procédés de science-fiction appliqués à la « gestion de la pandémie ». J’entends par là la forte tendance des autorités politiques et sanitaires à élaborer des fictions auxquelles devraient se conformer la réalité, et la tendance à trafiquer les observations pour obtenir cette conformité. Car il ne s’agit pas d’adapter leurs fictions à la réalité, mais d’adapter la réalité à leurs fictions, en l’intégrant à elles. De manière semblable aux romanciers ou aux scénaristes de science-fiction, ils imaginent un monde fictif plus ou moins vraisemblable ou plus ou moins fantastique, et c’est à travers les principes qui régiraient ce monde qu’ils voient et comprennent la réalité. Non seulement ces inventeurs demeurent prisonniers de leurs propres inventions, mais ils font aussi des pieds et des mains pour nous y enfermer, en ignorant les effets nuisibles réels de ce confinement intellectuel et moral, en s’accommodant d’eux, ou en les intégrant même au monde fictif dont il s’agit en leur donnant des causes imaginaires exigeant des remèdes inefficaces ou néfastes, afin de consolider l’emprise qu’a sur nous cet univers imaginaire. Dans le présent billet, je veux montrer que la pratique de la science-fiction dans la…

Continuer la lecture

Procédés de science-fiction (1) : le cas de la COVID-19

Entrée en matière Il existe plusieurs formes de cette littérature que nous appelons science-fiction, dont certaines ont des prétentions au réalisme, alors que d’autres se projettent résolument dans l’imaginaire, en allant jusqu’à imaginer des êtres vivants, des technologies, des mondes et des lois naturelles très différents que ceux que nous connaissons ou croyons connaître grâce à la science. Certains créateurs vont même jusqu’à mêler des éléments fantastiques à leurs œuvres, par exemple des formes de magie (qui se combinent ou rivalisent avec la science et la technologie) ou de nouvelles capacités humaines (télépathie, télékinésie et perceptions extrasensorielles). Même dans la science-fiction plus réaliste, il y a transformation de ce que sont les êtres humains, de l’environnement dans lequel ils vivent, des machines et des technologies qu’ils utilisent, et des lois naturelles découvertes grâce à la science ; mais les auteurs s’efforcent alors de ne pas trop s’éloigner des prolongements que nous sommes capables d’envisager, et se soucient de la cohérence des mondes qu’ils inventent et des récits qu’ils racontent, afin de produire un effet de vraisemblance. Ce recours à l’invention imaginaire dans la science-fiction n’est pas problématique et nuisible aussi longtemps que les auteurs reconnaissent ouvertement qu’ils font de la fiction…

Continuer la lecture

Université Laval : pour la science ou pour la pureté de la foi ?

Patrick Provost, professeur au Département de microbiologie, d’infectiologie et d’immunologie de l’Université Laval, est un des rares scientifiques québécois à s’être prononcés publiquement contre l’administration des injections expérimentales aux enfants, pour la simple raison qu’elles représentent pour eux un danger plus grand que le virus, dont on sait bien qu’il ne rend pas gravement malades les enfants. L’un de ses collègues, qui n’est pas d’accord avec lui, a porté plainte et M. Provost a dû comparaître devant le comité de discipline de l’Université Laval et a été condamné à une suspension de huit semaines sans paie. Car c’est bien d’une comparution et d’une condamnation qu’il s’agit, aucun débat n’ayant été organisé entre lui et son collègue en désaccord. Ainsi l’Université Laval est-elle retournée à ses racines de défenderesse de la pureté de la foi, au détriment de la science, de la connaissance et de la vérité, même si cette fois-ci il ne s’agit plus des dogmes du christianisme, mais plutôt du covidisme, le virus ayant remplacé le Diable, et les injections expérimentales s’étant substituées au Messie. Gare à vous si vous ne croyez pas à cette nouvelle superstition et si vous êtes professeur, chargé de cours, chercheur ou étudiant à…

Continuer la lecture

Entretien avec Denis Rancourt sur la dégradation du système d’éducation, sur l’endoctrinement des professionnels et sur la corruption des médecins et des scientifiques

Voici un entretien réalisé par Red Star Radio où Denis Rancourt expose, entre autres, ses idées sur le rôle important joué dans la crise actuelle par les transformations du système d’éducation depuis quelques décennies, sur l’endoctrinement des professionnels (les travailleurs qui ont un diplôme universitaire) et des intellectuels, sur la formation des médecins, sur la pratique de la médecine et sur le financement de la recherche.

Continuer la lecture

Rôle du directeur national de la santé publique et conditions de la pratique scientifique

Je ne suis pas fâché que le clown que nous avions comme directeur national de la santé publique ait donné sa démission la semaine, peut-être à la demande de Legault et de Dubé, car une démission fait toujours moins parler qu’une destitution. Cependant, je ne suis pas certain que nous gagnions vraiment au change. Malgré les différences de style entre Arruda et Boileau, le problème ne se réduit probablement pas aux qualités de la personne qui occupe ce poste, mais au rôle qu’on lui fait jouer, d’autant plus qu’on choisit vraisemblablement cette personne en fonction de ses dispositions à jouer ce rôle comme on veut qu’on le joue. Que nous importe le curriculum vitae du Dr Boileau. Le seul fait qu’il est aussi étroitement lié au pouvoir politique qui l’a nominé à ce poste, et qu’il apparaît comme son prédécesseur aux côtés du premier ministre et du ministre de la Santé et des Services sociaux lors des points de presse, nous montre qu’il se prête volontiers au jeu qu’on veut lui faire jouer. Il est justement là pour fournir à la population québécoise une apparence de justification médicale et scientifique aux politiques « sanitaires » passées et à venir. Pas convaincu ? Considérez…

Continuer la lecture

Comment trafiquer une étude scientifique

Imaginez que des scientifiques, très soucieux de l’environnement, décident de réaliser une étude visant à déterminer si l’utilisation des automobiles est véritablement avantageuse, ou s’il s’agit plutôt d’une illusion. Pour ce faire, ils recrutent 100 participants âgés de 18 à 35 ans qui doivent parcourir 50 kilomètres, la moitié à vélo et l’autre moitié en voiture. 5 heures après le départ, les scientifiques vérifient si chaque participant a été en mesure de compléter le trajet ou non. À la fin des observations, les scientifiques constatent que les résultats sont semblables. Même si on peut observer un plus grand nombre de participants ayant complété le trajet dans le groupe automobile que dans le groupe vélo, la différence n’est pas statistiquement significative et elle pourrait être due au hasard. Les scientifiques affirment que leurs observations ne permettent pas de conclure d’une efficacité plus grande des déplacements en voiture. Compte tenu de l’état d’urgence environnementale qui vient d’être déclaré, ils recommandent au gouvernement de mettre en place un programme de sensibilisation à l’utilisation du vélo, de construire de nouvelles pistes cyclables, d’augmenter les taxes sur l’essence, de faire payer une taxe pour l’achat et la possession d’une voiture, de faire payer des amendes…

Continuer la lecture

Synthèse des études scientifiques démontrant l’échec des mesures dites sanitaires

Le Dr Paul Alexander, spécialiste de l’épidémiologie, a publié une synthèse de quelques centaines d’études montrant que le confinement, la fermeture des commerces, le port du masque et la fermeture des écoles ne servent à rien et sont même nuisibles. Et pourtant on fait comme si l’efficacité de ces mesures étaient des vérités scientifiques indiscutables. Forts de ce consensus illusoire, qui s’explique par le fait qu’on ignore ou dénigre systématiquement les études qui ne lui sont pas conforme, les gouvernements occidentaux semblent décidés à maintenir indéfiniment certaines de ces mesures dites sanitaires, à les resserrer à l’occasion de l’hiver, et même à en imposer de nouvelles. Je reprends ici la présentation qu’on fait de cette synthèse sur la plateforme CovidHub.ch. « Ces mesures étaient connues de longue date comme étant à éviter pour faire face à une épidémie respiratoire virale : elles ne produisent en effet aucun bénéfice probant alors qu’elle entraînent des conséquences graves sur la population. Ce sera le travail des historiens (et probablement des juges) d’établir comment et pourquoi toute une dogmatique totalitaire (c’est-à-dire excluant a priori tout débat et attaquant les tenants d’autres convictions, même classiques en la matière) s’est imposée en faveur de ces mesures…

Continuer la lecture

La science n’est pas du côté des promoteurs des vaccins

Nos autorités politiques et sanitaires ont beau faire les gros yeux et frapper bruyamment le sol du talon, les journalistes ont beau se scandaliser de notre existence ou prêcher la croisade contre nous, la science n’est pas de leur côté. C’est ce que montre Jacques Pollini, chercheur au Département d’anthropologie de l’Université McGill en nous faisant part des raisons pour lesquelles il ne se fait pas vacciner. Il est rare que des intellectuels québécois ou établis au Québec osent se montrer critiques à l’égard des idées reçues sur les vaccins. Je sais : ce chercheur n’est pas un microbiologiste, un virologue ou un médecin. Certains en concluront qu’il devrait rester dans son domaine et éviter de s’exprimer publiquement sur les vaccins. Alors ce principe ne devrait pas seulement s’appliquer à lui. À ce compte, les journalistes, qui sont des spécialistes des communications, ne seraient aucunement habilités à nous parler des vaccins. Et notre premier ministre et notre ministre de la Santé et des Services sociaux ne sont pas plus compétents dans le domaine, les deux étant hommes d’affaires et comptables. En fait, M. Pollini ayant plusieurs cordes à son arc et ayant fait des études et des recherches en biologie,…

Continuer la lecture

Sur le prétendu consensus scientifique et médical

À moins d’avoir une conception dogmatique de la science – comme celles que cultivent dans la population québécoise notre gouvernement, les journalistes et les experts et les médecins interviewés à répétition dans les médias –, nous savons que les consensus en science sont rares, qu’ils sont souvent partiels et que leur existence est souvent précaire, des nouvelles recherches pouvant les ébranler. La situation la plus courante, en science, ce sont des théories divergentes qui s’affrontent, qui se transforment par cet affrontement, ou qui donnent naissance à de nouvelles théories, qui comme les précédentes doivent être mises à l’épreuve et évaluées en fonction de leur puissance explicative et de leur capacité à dégager des régularités dans l’ordre de la nature, à prévoir les événements et à exercer une certaine maîtrise sur eux grâce à la connaissance de ces régularités. Par conséquent, un consensus scientifique qui serait absolu, indiscutable et inébranlable doit nous apparaître comme suspect : soit une petite clique de scientifiques, par le contrôle des positions de pouvoir et d’influence dans les institutions scientifiques, a réussi à imposer ses dogmes ; soit des puissances étrangères, politiques ou économiques, par le contrôle des mêmes institutions et des pressions exercées de l’extérieur, par exemple…

Continuer la lecture

Science ou marketing ?

La corruption dont est responsable l’industrie pharmaceutique serait tellement grande que des acteurs du secteur de la santé, comme Peter Gøtzsche (médecin danois auteur de Remèdes mortels et crime organisé), disent que la recherche faite dans les centres de recherche universitaires n’est plus de la science mais du marketing. Une telle affirmation peut paraître exagérée et même provocatrice, mais en lisant le livre de Gøtzsche on a de bonnes chances de changer d’idée. Pour savoir si l’on peut y trouver des traces des pratiques de corruption décrites par Gøtzsche, j’ai consulté les communiqués de presse publiés sur le site de Pfizer Canada dans l’espoir d’y trouver des indices. Le 4 décembre 2020 (c’est-à-dire 5 jours avant l’obtention de l’autorisation d’utilisation d’urgence du vaccin contre la COVID-19), Pfizer annonce un don de 600 000 $ à l’Initiative interdisciplinaire en infection et en immunité de McGill (MI4) par l’entremise de l’Université McGill et de la Fondation du Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM). Ce don a pour but de créer des bourses : « Ces bourses permettront à des chercheurs et chercheuses en début de carrière de la communauté de l’Université McGill et du CUSM d’entreprendre des recherches à fort impact pour contrer la menace des maladies…

Continuer la lecture

Le scientisme, une menace pour la démocratie, la science et la médecine

Il ne s’agit pas de faire un procès à la science et aux scientifiques qui pratiquent leur discipline avec rigueur, prudence et probité, sans tomber dans le dogmatisme et sans avoir des visées expansionnistes. Ce dont il s’agit ici, c’est de faire la critique du scientisme, qui certes préexistait à la présente « crise sanitaire », mais qui a fait des pas de géant depuis son début. Beaucoup de ceux qui, avant, ne s’intéressaient pas le moins du monde à la science, ou qui étaient méfiants à son égard, ne jurent maintenant que par la science, ou plutôt par l’idée qu’ils s’en font, sans avoir fait d’études dans le domaine, sans avoir lu un seul article scientifique, sans avoir fait d’épistémologie, et sans même avoir une idée vague de ce que pourrait être une démarche scientifique rigoureuse. Ainsi suffit-il de leur dire que telle ou telle chose sur le virus, la « pandémie » ou les mesures a fait l’objet d’une étude et a été prouvée scientifiquement, et d’y joindre quelques données éloquentes et quelques graphiques hauts en couleur, pour qu’ils y voient une vérité indiscutable. Ce billet a pour objet les effets nuisibles du scientisme sur la démocratie et sur la pratique de…

Continuer la lecture