Économie (68)

Approche prudente à propos des monnaies numériques de banque centrale

Cette vidéo de James Corbett (The Corbett Report, 22 novembre 2022) me laisse sur ma faim. Et c’est justement pourquoi je la diffuse. Car il faut bien le reconnaître, nous avons une compréhension assez partielle, ou même très rudimentaire, de la manière dont fonctionne le système bancaire actuel et la manière dont il pourrait évoluer avec l’implantation des monnaies numériques de banque centrale (MNBC ou CBDC en anglais). Car différentes formes de monnaies numériques de banque centrale peuvent exister, et chacune d’entre elles avantage ou désavantage certaines catégories de banquiers, qui ne forment pas une corporation monolithique et qui ont parfois des intérêts différents et même incompatibles. S’il est certainement pertinent de nous méfier de la programmation de ces monnaies numériques capable de transformer l’argent en coupons avec lesquels il est seulement possible d’acheter certaines choses dans des quantités limitées ou à certaines conditions, il est aussi important de faire preuve de prudence et de nous dire que ce contrôle ne prendra pas nécessairement une forme aussi directe, surtout au début. En fait, les affirmations catégoriques qu’on entend souvent à ce sujet dans les médias alternatifs, et qui n’entrent généralement pas dans le détail du mode de fonctionnement des monnaies…

Continuer la lecture

La vaccination de masse contre la malnutrition

Vraiment, les médecins et les scientifiques se surpassent depuis 2020 par leurs inventions absurdes et aberrantes. Certains d’entre eux, comme Peter J. Hotez, en sont rendus à proposer la vaccination de masse comme solution à la crise alimentaire mondiale qui nous menace. Que cela s’explique par le fanatisme vaccinal ou l’attitude parasitique de l’industrie pharmaceutique, cette crise est vue comme une raison de pratiquer la vaccination de masse, encore une fois pour sauver des vies. Nous connaissons la chanson. Dans son article publié dans Trends in Pharmalogical Sciences en septembre 2022 (Malnutrition vaccines for an imminent global food catastrophe), le Dr. Hotez propose une solution pharmaceutique à une crise alimentaire qui, selon lui, a des causes qui dépassent largement le champ d’application habituel de la médecine et de la pharmacologie : « Together with climate change, both the geopolitical events in Ukraine and social disruptions in supply chains from the COVID-19 pandemic could produce global food shortages or even mass starvation events. Promising new interventions include vaccines to prevent infectious causes of malnutrition or infections disproportionately causing death among the malnourished. » Je laisse de côté ici la question de la réalité des changements climatiques et de leurs causes prétendument humaines, pour mettre…

Continuer la lecture

Mobilisation générale et incohérences apparentes

Depuis le printemps 2020, c’est la mobilisation générale. Je veux par là que, bien qu’on nous donne parfois des congés plus ou moins longs pour nous laisser respirer un peu, ce que nous faisons, pensons et sentons est pris en charge par nos gouvernements, par des experts, par diverses administrations publiques ou privées, par des journalistes et par nos concitoyens zélés, et ce, jusque dans les moindres détails. Cette mobilisation, en plus de porter sur l’ensemble de notre existence individuelle et de la vie en société, comportent plusieurs aspects, dont les principaux sont la lutte contre la COVID-19 et les autres maladies infectieuses, la lutte contre le racisme systémique, l’homophobie et la transphobie, la défense du régime ukrainien et la guerre contre l’impérialisme russe, et la lutte contre les changements climatiques et la protection de l’environnement : Voici les consignes ou les mesures encore en vigueur ou qui pourraient le redevenir, ou qui pourraient nous être imposées pour nous garder mobilisés contre ces différents fléaux. Lutte contre la COVID-19 et les autres maladies infectieuses : Confinement à domicile Fermeture de secteurs entiers de l’économie Télétravail obligatoire ou recommandé quand c’est possible Interdiction ou réglementation des rassemblements Obligation de porter un masque…

Continuer la lecture

Conjectures sur les nouvelles conditions de vie hivernales

Il est raisonnable de nous attendre au pire pour les Européens. Essayons de concevoir comment les choses pourraient tourner, l’hiver prochain ou plus tard. Et même si nous croyons être dans une meilleure position au Canada et au Québec, cet exercice peut être utile pour nous, qui aurons peut-être à subir sous une forme atténuée, ou avec un certain retard, ce qu’auront vraisemblablement à endurer bientôt les Européens. En raison de l’inflation, particulièrement en ce qui concerne les secteurs de l’énergie et de l’alimentation, de nombreux Européens n’auront peut-être pas assez d’argent pour chauffer leurs domiciles et pour se nourrir. Ils devront alors choisir entre le chauffage et la nourriture. Ou, pire encore, ils devront se passer de chauffage et ne pourront pas manger tous les jours à leur faim. La crise énergétique qui menace l’Europe ne se réduit pas à un problème d’augmentation rapide du coût de l’électricité et du chauffage. Ce qui est à la cause du problème, c’est qu’en raison des sanctions prises contre la Russie et du sabotage contre deux des principaux gazoducs en Europe, il risque fortement de manquer de gaz naturel en Europe cet hiver. Même si les gouvernements étaient en mesure de soutenir…

Continuer la lecture

Armes à feu, argent comptant et criminalité

Les gouvernements occidentaux, qui prétendent lutter contre la criminalité violente et non violente, semblent bien décidés à rendre de plus en plus difficile d’avoir en notre possession des armes à feu. Pour l’instant, il est relativement facile, après avoir montré patte blanche à l’État, d’acquérir des armes de chasse. C’est déjà beaucoup plus difficile pour les armes de poing. Pour les armes d’assaut, cela est souvent interdit et, dans les juridictions où leur possession est toujours permise (par exemple dans certains États américains), ce droit fait l’objet d’attaques concertées de la part des grands médias, des bureaucraties policières et d’une partie assez importante de la classe politique. Je ne veux pas entrer ici dans le détail des lois sur les armes à feu selon les différentes juridictions. Il suffit ici de remarquer une tendance générale à interdire, à réglementer, à contrôler et à restreindre la possession d’armes à feu dans les pays occidentaux. Nos gouvernements et nos grands médias prétendent justifier cette tendance par l’augmentation du nombre de meurtres commis avec une arme à feu, et par la fréquence croissante des fusillades (dans des écoles, dans des bars, dans des aéroports) et des règlements de comptes ou affrontements entre bandes…

Continuer la lecture

Le prix de la charité

À l’approche du temps des Fêtes, les campagnes de charité s’intensifient. On essaie de nous soutirer de l’argent quand nous allons au supermarché pour nourrir les enfants pauvres et soutenir les familles défavorisées. Certains organismes caritatifs, par exemple Centraide, s’immiscent dans des milieux de travail (la plupart du temps assez bourgeois, comme la fonction publique québécoise) pour y organiser une levée de fonds en faveur des personnes pauvres, exclues et vulnérables. Même les institutions financières participent aux campagnes de charité et font des dons. Au Québec, cette vague automnale de bons sentiments culmine par la collecte de rue des bénévoles de la guignolée des médias, durant laquelle de bonnes âmes, sous la protection des magnats des médias, mendient pour les pauvres en nous interceptant à tous les coins de rue du centre-ville et en nous pressant de faire une bonne action et d’avoir bon cœur. Disons franchement ce qu’il en est : tout cela est indécent. Indécent que les grandes chaînes d’alimentation qui contrôlent le marché de l’alimentation depuis des décennies, et qui ont enrichi démesurément leurs actionnaires, nous demandent de leur acheter des produits alimentaires qui seront donnés aux pauvres, ou nous demandent de faire des dons en argent qui…

Continuer la lecture

Privatisation du réseau public de santé et des autres services publics * modifié *

Lors de la publication de ce billet (plus tôt aujourd’hui sous un autre titre), j’ai oublié de tenir compte du fait que la privatisation du réseau de la santé aurait vraisemblablement pour effet un rôle plus important des assurances privées, individuelles ou collectives, dans le nouveau système de santé privé. J’ai donc ajouté un court développement à ce sujet à la fin de ce billet. Ayant fait, dans les billets du 30 septembre et du 2 octobre 2022, plusieurs critiques de la manière dont les taxes et impôts que nous payons ne sont pas utilisés pour servir nos intérêts et servent à exercer sur nous une certaine forme de contrôle, aussi bien quand nous les payons et que quand nous utilisons les services publics mis à notre disposition grâce à cet argent, certains pourraient se dire qu’il faut que l’État cesse d’intervenir dans plusieurs domaines et qu’il se mêle de ses affaires, et qu’il faut privatiser plusieurs services publics. Du même coup, nous aurions à payer beaucoup moins de taxes et d’impôts, et la libre concurrence nous permettrait de choisir de meilleurs services à moindre prix. Les choses ne sont probablement pas aussi simples. En effet, il est fort douteux…

Continuer la lecture

Crimes de guerre, actes de terrorisme et armes de destruction massive

Il y a quelques années, j’ai rencontré un vétéran canadien qui a combattu lors de la première guerre du golfe. Parmi les choses qu’il racontait presque toujours quand il parlait de sa carrière militaire, c’est que le navire de ravitaillement sur lequel il était soldat a été plusieurs fois attaqué par l’armée irakienne. À ma grande surprise, il en était indigné. Selon lui, son navire de ravitaillement n’aurait pas dû être pris pour cible. Pourtant, il s’agissait bien d’un navire militaire, son équipage était aussi militaire, et il servait à ravitailler les troupes occidentales déployées dans la région du golfe Persique. Étant donné que le ravitaillement est vital pour n’importe quelle armée, il ne faut pas se scandaliser des attaques contre les unités militaires responsables du ravitaillement, mais plutôt s’y préparer correctement, accepter les risques du métier de soldat, ou encore abandonner la carrière militaire, car il faut savoir ce qu’on veut. S’il faut absolument blâmer quelqu’un pour ces attaques, ce ne sont pas les militaires irakiens, mais c’est plutôt le commandement militaire canadien qui n’aurait pas suffisamment protégé ses navires de ravitaillement, qui aurait exposé inutilement leurs équipages aux attaques qui sont pourtant communes lors d’une guerre et que…

Continuer la lecture

Usage des taxes et des impôts dans les régimes minimalement ou faussement démocratiques (2)

Dans mon billet du 30 septembre 2022, j’ai montré que, dans nos sociétés qui deviennent de moins en moins démocratiques, et qui sont dirigées par des gouvernements de plus en plus autoritaires et qui échappent à toute forme de contrôle digne de ce nom par les citoyens, que les taxes, les impôts et les autres contributions que nous payons à nos gouvernements sont souvent utilisés pour servir les intérêts d’autres personnes que nous, ou même de manières qui vont à l’encontre de nos intérêts, y compris quand nous en bénéficions ou semblons en bénéficier d’une certaine manière. C’est le cas de la prestation d’urgence canadienne, qui nous a rendu supportables les politiques de confinement des gouvernements provinciaux qui ont affaibli notre économie, qui ont mis dans une situation précaire de nombreuses petites et moyennes entreprises, qui ont contribué à l’augmentation accélérée de la dette publique et à la crise inflationniste que nous connaissons actuellement, et qui nous rendent encore plus dépendant de l’aide gouvernementale (pour laquelle on nous demande de payer plus), par exemple si la situation économique continue de se dégrader, étant donné la forte inflation qui fait que plusieurs d’entre nous ont déjà de la difficulté à payer…

Continuer la lecture

Une stratégie rudimentaire et récurrente

Tout ce qui s’est passé depuis l’arrivée du méchant virus en 2020 devraient nous avoir appris, à nous qui sommes des Occidentaux, que nous sommes particulièrement bêtes, même si nous nous croyons très intelligents et souvent supérieurs aux autres habitants de la planète, que nous regardons de haut et dont nous méprisons les intérêts et les souffrances, tout en nous targuant de ne pas être racistes. Le problème, c’est que les symptômes de la bêtise tendent à ne pas être remarqués par les principaux concernés, surtout quand ils sont nombreux, puisque pensant et faisant la même chose que les autres imbéciles qui les entourent, ils se croient d’autant plus intelligents qu’ils s’imitent les uns les autres. Un bel exemple de cette bêtise généralisée, c’est le fait qu’on a recours à répétition à une stratégie rudimentaire pour nous faire accepter et même réclamer des politiques et des mesures diamétralement opposées à nos intérêts. Beaucoup de nos concitoyens – qui ne sont pas plus bêtes que la moyenne et qui sont des imbéciles fonctionnels qui réussissent à vaquer à leurs occupations étant donné les exigences intellectuelles assez faibles en vigueur dans nos sociétés en pleine décadence – tombent dans le panneau à…

Continuer la lecture

Usage des taxes et des impôts dans les régimes minimalement ou faussement démocratiques (1)

Nos gouvernements, sous prétexte de refaire leurs finances mises à mal à cause des mesures soi-disant sanitaires qu’ils nous ont imposées, de venir en aide aux plus vulnérables et de lutter contre les changements climatiques, augmentent les sommes d’argent que nous devons leur abandonner à chaque paie, à chaque déclaration de revenus ou à chaque achat de combustibles fossiles, qu’il s’agisse d’essence pour la voiture ou de gaz naturel pour la maison. Selon les endroits, cela peut prendre la forme d’une augmentation du taux d’imposition des salaires, des contributions au régime d’assurance-emploi, d’une taxe sur le carbone ou d’une taxe générale sur la consommation. Je n’ai jamais fait le calcul, étant donné que c’est variable selon le revenu des personnes ou des foyers, et selon les marchandises et les services taxés ouvertement ou subrepticement (soit les taxes sont ajoutées au prix des marchandises, soit elles sont comprises dans le prix affiché des marchandises, n’apparaissent pas sur les factures ou les coupons de caisse et peuvent alors être considérées comme des produits taxables, comme dans le cas du tabac, de l’alcool et de l’essence), mais il se pourrait bien que plusieurs d’entre nous se retrouvent à céder petit à petit à…

Continuer la lecture

Nouvelle gauche, changements climatiques et austérité

Il n’y a pas si longtemps, la gauche se prononçait systématiquement contre les politiques d’austérité. Dans les pays où elle avait une base électorale solide et de nombreux militants, des mouvements d’opposition et même de résistance ont pu prendre forme. Quels que soient les résultats obtenus, cela était fâcheux pour nos dirigeants politiques et les élites économiques dont ils servaient les intérêts. Puis la protection de l’environnement et surtout la lutte contre les changements climatiques sont devenues une des priorités des partis politiques et des militants de gauche. Dans leur forme embryonnaire, cette priorité comportait déjà une forte composante morale qui exigeait des individus qu’ils consomment moins, qu’ils utilisent les transports en commun au lieu de leur voiture, qu’ils recyclent, qu’ils mettent leurs achats dans des sacs réutilisables, etc. Certains mouvements plus politisés exigeaient la prise de mesures contre les entreprises polluantes. Mais à force d’insister sur les catastrophes qui devraient résulter des émissions de gaz à effet de serre et des changements climatiques, on dirait que les militants et les politiciens de gauche et de centre-gauche se sont passés le mot pour attaquer presque toutes les sources d’énergie, pour désindustrialiser les pays occidentaux et, du même coup, pour appauvrir…

Continuer la lecture

Des enfants gâtés

L’entêtement avec lequel nos dirigeants politiques exigent que nos actions, nos paroles, nos idées et nos sentiments soient conformes à leurs désirs montrent bien que nous n’avons pas affaire à des adultes dotés d’une certaine maturité. Le monde devrait graviter autour de leur petit nombril, si bien que la moindre réticence à faire ce qu’ils nous demandent et le fait d’être d’un autre avis qu’eux constituent un affront impardonnable à leurs yeux et les indignent profondément, ce qui nous vaut d’être considérés comme des méchants, et d’être affublés de toutes sortes de noms, comme ceux que nous échangions dans la cour d’école, quand nous étions de petits morveux. Qui donc ose les contrarier ! Même la réalité, quand elle ne se conforme pas à leurs désirs, ne réussit pas à se faire entendre de ces adultes attardés et sous-développés. Il suffit de voir à quel point ils refusent de reconnaître qu’ils n’arriveront pas à détruire l’économie russe avec leurs sanctions économiques ; à vaincre l’armée russe et les milices des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk en fournissant à l’armée ukrainienne de l’argent, du matériel militaire, des mercenaires et de l’entraînement ; à renverser le gouvernement russe actuel et surtout Vladimir Poutine ;…

Continuer la lecture

Le parti de l’urgence climatique

En allant faire mes courses, j’ai rencontré une sorte d’illuminé du climat qui voulait obtenir ma signature (la dernière qu’il lui fallait, disait-il) pour se présenter tardivement comme candidat d’un petit parti qui se nomme Climat Québec et qui trouve qu’on ne parle pas suffisamment du « climat » dans la campagne électorale qui se déroule présentement au Québec. On dirait que les partis politiques du Québec pratiquent maintenant la surenchère climatique, comme ils ont pratiqué la surenchère sanitaire au cours des dernières années. « Ça prendra seulement quelques secondes. Il me faut votre signature. » Et moi de lui répondre : « Je ne suis pas pressé. J’ai même tout mon temps, ce qui tombe bien puisque j’ai pour principe de ne rien signer sans savoir exactement de quoi il s’agit. » Avant même que je commence à lui poser des questions sur son parti politique, il déclare qu’il a seulement besoin de ma signature, que cela ne m’engage à rien et que je suis libre de voter pour qui je veux après. Je lui fais remarquer qu’à ce compte, il nous faudrait donner notre signature au candidat d’un autre parti politique qui nierait l’existence des changements climatiques et tout lien de causalité avec les émissions…

Continuer la lecture

Deux formes de survivalisme

Dans ce billet, je propose une définition minimale du survivalisme, en sachant très bien qu’elle ne rend pas compte de certains des aspects importants de ce qu’on entend généralement par là. En fait, j’ai besoin de cette définition minimale du survivalisme pour observer des comportements et même un mode de vie qui sont apparus ou qui se sont renforcés depuis l’arrivée du virus et depuis qu’on nous casse encore plus les oreilles avec les fameux changements climatiques. Ainsi, j’entends par survivalisme le fait d’adopter des comportements pour se préparer à survivre dans un monde qui semble devenir de plus en plus hostile, ce qui peut engendrer des transformations du mode de vie des groupes de personnes concernés, parfois petits, parfois grands. C’est normalement ce dont il s’agit quand on parle de survivalisme. Peu importe si les survivalistes se situent à droite ou à gauche, leurs comportements sont caractérisés par un désir marqué d’autonomie ou même d’autarcie, même s’ils prennent des formes en partie différentes selon les tendances politiques. Pour être en mesure de survivre à la suite d’une catastrophe naturelle, d’une panne généralisée du réseau électrique, d’un effondrement du système économique et du gouvernement, de graves troubles sociaux, d’une aggravation…

Continuer la lecture

L’hydroélectricité bientôt sur le gril ?

Nous sommes habitués d’entendre dire – par les scientifiques, par les militants écologistes, par les politiciens et par les journalistes – que les gaz à effet de serre émis en raison de notre consommation d’hydrocarbures vont provoquer un grave réchauffement climatique, ou encore des changements climatiques ; et que, si nous ne faisons rien pour réduire cette consommation, nous sommes condamnés à crever à petit feu et à détruire la planète. Depuis que des sanctions économiques visant les exportations russes de gaz naturel et de pétrole ont été imposées par beaucoup de pays occidentaux, et que le secteur énergétique russe se détourne de plus en plus de l’Occident pour se réorienter vers l’Orient (c’est de bonne guerre), la propagande environnementaliste s’est intensifiée. Nous en venons à nous demander si cette propagande sert à faire passer les pénuries d’hydrocarbures qui en résultent pour un bien ou du moins mal nécessaire, ou si ces sanctions et leurs conséquences énergétiques sont instrumentalisés pour imposer aux pays occidentaux un virage énergétique « vert » et ainsi sauver la planète et l’humanité. Quoi qu’il en soit, nous qui sommes Québécois nous sentons moins concernés que Européens, puisque notre alimentation en électricité ne dépend pas d’un approvisionnement régulier en…

Continuer la lecture

Pourquoi la classe politique voudrait-elle notre bien ?

Voici la question que je pose à ceux qui se demandent ou qui nous demandent pourquoi les politiciens nous voudraient du mal quand nous insistons sur tout le mal qu’ils nous ont fait, surtout depuis 2020. Car pourquoi supposer qu’il est tout naturel qu’ils nous veuillent du bien ? Si, en essayant de répondre à cette question, nous trouvions que les membres de la classe politique n’ont pas de raisons de vouloir notre bien, ou qu’ils ont de puissantes raisons de ne pas vouloir notre bien, lesquelles éclipseraient les quelques raisons qu’ils pourraient avoir de vouloir notre bien, nous trouverions du même coup des raisons pour lesquelles ils pourraient nous vouloir du mal, ou à tout le moins ne pas se soucier du tort qu’ils nous font. Les politiciens auraient des raisons de chercher notre bien s’ils avaient des comptes à nous rendre. Ou du moins ils auraient alors de bonnes raisons de ne pas nous nuire, car nous serions en position de leur rendre le mal pour le mal ou d’exiger d’eux qu’ils cessent sur-le-champ et qu’ils nous procurent une réparation pour les torts faits. Mais notre système politique est ainsi fait qu’une fois qu’ils ont été élus, les politiciens…

Continuer la lecture

Les responsabilités du gouvernement et des citoyens

Justin Trudeau, notre premier ministre, vient de nous parler de LA responsabilité du gouvernement. Selon lui, il s’agirait d’empêcher la saturation du système de santé et de protéger la population, en administrant des doses de « vaccin », en « incitant » les Canadiens à se les faire administrer et en imposant des restrictions durant l’hiver, surtout si les Canadiens ne suivent pas les conseils judicieux de leur premier ministre, et refusent de recevoir en assez grand nombre une quatrième dose du nouveau « vaccin » spécialement conçu pour Omicron. Faut-il en comprendre que, selon Trudeau et ses acolytes, c’est là tout ce que devrait faire notre gouvernement, ou du moins que tout ce dont il pourrait s’occuper devrait être sacrifié ou subordonné à LA responsabilité du gouvernement ? Il semblerait bien que ce soit le cas, si nous en jugeons d’après la manière dont nous avons été gouvernés depuis la première manifestation du virus au Canada, et même depuis un peu plus longtemps. LA responsabilité du gouvernement lui est assurément très commode : elle le dispense de prendre ses autres responsabilités, qui sont alors éclipsées et qui peuvent être ignorées en grande partie, ou prises en compte seulement pour la forme. D’autant plus que LA…

Continuer la lecture

Pelletage des problèmes économiques européens en avant

Dans la deuxième partie de sa vidéo du 5 septembre 2022, Alexander Mercouris (chaîne Odysee) présente ses projections sur les deux principales solutions envisagées par les gouvernements européens quant à la crise énergétique causée par les sanctions économiques occidentales contre la Russie. Le problème avec le fait d’essayer d’atténuer les effets de la forte hausse des coûts énergétiques en procurant une aide financière à la population européenne et en imposant un plafond des prix, c’est qu’il n’en résulte pas une augmentation de l’approvisionnement en gaz naturel. Tout ce qu’elles font, c’est de soutenir la demande en permettant aux Européens de consommer autant de gaz naturel ou d’électricité qu’avant. Puisque le gaz naturel est sur le point de manquer en Europe, cela devrait avoir pour effet une pénurie et donc des pannes d’électricité. En l’absence d’une augmentation de l’approvisionnement en gaz naturel pour répondre à la demande, il faudra imposer un rationnement de l’énergie pour essayer de ne pas en arriver là. En supposant que la priorité des gouvernements européens soit de ne pas laisser geler les gens dans leurs domiciles, cela implique moins d’énergie pour les industries et les commerces, une diminution de la production, l’intensification de la désindustrialisation de…

Continuer la lecture

Le serment d’allégeance aux Ukrainiens d’Annalena Baerbock

Les dirigeants européens sont dernièrement d’une franchise crue, ce qui fait changement de leur hypocrisie habituelle. Le récent serment d’allégeance aux Ukrainiens d’Annalena Baerbock, la ministre fédérale allemande des Affaires étrangères, est un bel exemple de la manière dont ces leaders traitent désormais les citoyens européens. Tout de même, il faut avoir du front ! Ainsi Baerbock n’a que faire des conditions de vie des électeurs allemands. L’important, dans la démocratie telle qu’elle la conçoit, c’est que Madame puisse tenir ses promesses de soutien inconditionnel et indéfectible aux Ukrainiens, aussi longtemps qu’il le faudra et coûte que coûte. Que lui importe ce qu’en pensent les électeurs allemands et ce qui est en train de leur arriver à cause des sanctions économiques de l’Allemagne et de l’Union européenne contre la Russie, mais en réalité contre eux ! Madame est bien au-dessus de tout cela ; et les Allemands devraient supporter patiemment et même docilement la crise énergétique et l’inflation qui en résultent, la destruction de leur économie et la dégradation massive et accélérée de leurs conditions de vie. Et qu’ils ne se plaignent pas ! Qu’est donc l’Allemagne, ou n’importe quel pays européen ou occidental, comparativement à cette grande nation qu’est l’Ukraine…

Continuer la lecture

L’Europe et l’Occident en phase terminale

Dans cette vidéo « live », Alexander Mercouris et Gonzalo Lira discutent des particularités de la crise économique que connaissent les pays occidentaux actuellement. Puisqu’il s’agit d’une dépression inflationniste que continuent d’aggraver les problèmes d’approvisionnement en énergie et en engrais et la diminution de la production agricole, des ajustements comme la hausse des taux d’intérêt – devant réduire la demande et diminuer l’inflation – ne sauraient suffire pour maîtriser la situation économique ou l’empêcher de dégénérer, d’autant plus que cette situation est l’aboutissement de mauvaises politiques économiques, énergétiques et alimentaires adoptées au cours des dernières décennies. Ce qui est étonnant, ce n’est pas que l’économie des pays occidentaux – surtout celle des pays européens – soit en train de s’effondrer, mais que cela ne soit pas arrivé plus tôt. Car on ne peut pas « imprimer » de l’argent indéfiniment, et fragiliser la production et l’approvisionnement en énergie et en nourriture. Les leaders occidentaux ne font rien pour essayer de contrôler la situation. Ils se contentent de dire que tout ça, c’est la faute des méchants Russes ; ou que nous devons nous résigner à la destruction de nos conditions de vie pour ne pas céder face aux Russes et ne pas laisser tomber les…

Continuer la lecture

Ce que l’avenir pourrait réserver aux plus jeunes

Faisons l’hypothèse suivante : les autorités politiques, bureaucratiques et sanitaires – qui ont de toute évidence perdu la tête ou (et) qui nous veulent du mal – continueront d’agir envers nous comme ils l’ont fait depuis quelques années ou quelques décennies ; et le peuple, endoctriné et loin de résister, se rangera majoritairement derrière ces autorités. Si les choses se passent ainsi, qu’en résultera-t-il pour les jeunes adultes, les adolescents, les enfants et les personnes qui pourraient naître au cours des prochaines années ou décennies ? Même s’il ne faut pas embellir la vie que nous, qui sommes plus âgés, avons eu jusqu’à maintenant, il me semble que nous pouvons dire que ce qui attend les plus jeunes et les générations encore à venir, c’est une dégradation généralisée de la situation politique, économique, morale et culturelle, et donc un appauvrissement de leur existence, comparativement à la nôtre. Ne nous leurrons pas : malgré l’élection des membres de l’assemblée législative et du gouvernement, nos droits politiques ont toujours été très limités. Outre le fait que, faute d’avoir l’argent et les relations nécessaires, il a toujours été inenvisageable pour beaucoup d’entre nous d’occuper des fonctions politiques importantes, les parlementaires censés nous représenter sont soumis à la…

Continuer la lecture

À quoi ressemblera l’effondrement économique de l’Europe ?

À moins d’un coup de théâtre, il ne s’agit plus de savoir si l’économie des pays de l’Union européenne s’effondrera, mais de savoir quelle forme prendra cet effondrement, de manière générale et dans chaque pays. Les dirigeants européens annoncent déjà à ceux qu’ils gouvernent que l’ère d’abondance que nous avons connue est terminée (après des vacances sur un yacht luxueux), et que les cinq ou dix prochaines années seront très difficiles pour eux, sans qu’on sache ce qui devrait arriver d’ici-là pour que la situation s’améliore. Quoi qu’il arrive, ces grands personnages semblent bien décider à ne pas faire marche arrière, et à persister plutôt dans leurs politiques économiques et énergétiques irréalistes et leurs sanctions aberrantes contre la Russie. Car ils ne se soucient pas le moins du monde des conditions de vie de ceux qu’ils gouvernent. Car pour rien au monde ils ne voudraient reconnaître qu’ils se sont trompés, ou avoir l’air de baisser les armes face aux méchants Russes et au diabolique Poutine ! Les citoyens européens devraient donc accepter docilement les sacrifices qu’on leur impose. C’est la vie, comme on dit. Bien sûr, au fur et à mesure que la situation se détériorera et que le temps…

Continuer la lecture

La démolition du système de santé comme effet de la montée en puissance de la santé publique

Les experts en santé publique présentent souvent la discipline sanitaire qu’ils pratiquent et nous imposent comme ce qui empêcherait le système de santé de s’effondrer. À les en croire, sans les mesures soi-disant sanitaires appliquées à toute la population, les hôpitaux auraient manqué de lits depuis longtemps, alors que les travailleurs de la santé seraient morts d’épuisement. C’est à se demander comment le système de santé a pu tenir le coup aussi longtemps et a pu passer à travers de nombreuses épidémies de grippe saisonnière. Mais on dira que ça n’a rien à voir : le virus, ce n’est tout même pas un simple grippe, même quand on a été « vacciné » deux, trois, quatre ou même cinq fois. À quoi je réponds que des spécialistes de la santé publique ont fait circuler l’idée d’imposer le port du masque durant tous les hivers pour réduire la pression exercée sur les hôpitaux par la grippe saisonnière et de demander aux personnes qui ont des symptômes de s’isoler préventivement à la maison, et qu’ils semblent disposés à avoir recours à de telles mesures dès qu’un nouveau virus ou un nouveau variant ferait son apparition, comme si de nouveaux virus et de nouveaux variants n’avaient…

Continuer la lecture

Liquidation du réseau public de santé, saignée économique et organisation de la résistance

Dans une discussion avec Jérémie Mercier, Louis Fouché traite de la question du maintien de la suspension des soignants (et aussi des autres personnes qui travaillent dans les hôpitaux et les cliniques) qui ont refusé de se faire administrer les injections expérimentales, et de la liquidation du réseau public de santé qui est en train de se produire et qui pourrait mener à son remplacement par cette drôle de chose qu’on appelle la iSanté et qui serait encore plus sous le contrôle des grandes entreprises pharmaceutiques que l’est actuellement le réseau public de santé. De fil en aiguille, ils en viennent à parler de plusieurs groupes qui se forment à travers la France pour se libérer de l’industrie de la maladie et se soigner autrement, et aussi pour reprendre le contrôle de leur activité économique et de leur existence, et pour dépendre de moins en moins des grandes corporations aux tendances monopolistiques qui sont en train de nous saigner, ainsi que des institutions publiques qui servent leurs intérêts. C’est donc une transformation de la résistance, qui ne doit pas se réduire à la seule opposition aux grandes corporations et aux gouvernements, mais qui doit aussi donner naissance à des associations…

Continuer la lecture

Sur la persécution d’Alina Lipp et de Graham Phillips

Gonzalo Lira a raison, dans cette vidéo, d’insister sur les implications que le gouvernement allemand a imposées à Alina Lipp et que le gouvernement britannique a imposées à Graham Phillips pour les punir de leurs reportages sur la guerre en Ukraine. Cela montre que les autorités occidentales ne gèlent ou ne saisissent plus seulement ce qui appartient aux compagnies russes, aux politiciens russes et aux oligarques russes, mais qu’elles commencent à s’en prendre aussi aux citoyens occidentaux, c’est-à-dire à des gens comme vous et comme moi, dont on gèle les comptes bancaires et confisque les propriétés, sans procédure légale et sans droit de défense. Une fois que les autorités s’en seront prises aux reporters et aux analystes indépendants les plus connus et les plus influents, ce pourrait être notre tour. Ce que Gonzalo Lira dit ensuite de l’effondrement économique, social et politique de l’Occident mérite d’être pris en considération, même si ça peut être difficile à écouter si nous comprenons ce que cela représente pour nous. Bien que je comprenne pourquoi il exhorte les Européens, les Américains et les Canadiens à quitter l’Occident et à s’établir ailleurs, je crois qu’il sous-estime les difficultés que cela représente pour la plupart d’entre…

Continuer la lecture

Questions sur l’électrification des transports

Depuis plusieurs années, l’électrification des transports est un enjeu important pour nos gouvernements. Ils voudraient à terme que tous les véhicules, ou presque tous les véhicules, ne fonctionnent plus à l’essence, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre les changements climatiques, parmi lesquels on compte tous les phénomènes météorologiques, naturels et climatiques jugés anormaux (vague de froid, vague de chaleur, tempêtes de neige, tornades, ouragans, sécheresses, inondations, glissements de terrain, érosion des côtes, fonte des glaciers, etc.), en fonction d’une sorte de normalité météorologique et climatique dont on peut se demander si elle a déjà existé, surtout quand on considère les grands changements climatiques qu’a connu notre planète depuis, disons, un million d’années. À cela s’ajoute le désir de réduire radicalement la consommation d’énergies fossiles, qui ne sont pas renouvelables, qui seraient sur le point de s’épuiser, et dont il peut y avoir des pénuries en temps de guerre ou si des sanctions économiques ciblent les principaux pays producteurs, comme c’est actuellement le cas avec la Russie. Ainsi il s’agirait, grâce à l’électrification des transports, de nous procurer une certaine sécurité énergétique, de ne plus être dépendants énergétiquement d’États dits voyous et de…

Continuer la lecture

La logique du chaudron à la sauce ukrainienne

Le Congrès des Ukrainiens-Canadiens (CUC) crie au génocide depuis le début de l’invasion de l’armée russe. À entendre parler ses représentants, on pourrait croire que c’est pratiquement la première fois que les habitants d’un pays envahi par l’armée d’un autre pays meurent à cause de la guerre. À ce compte, toutes ou presque toutes les guerres seraient des génocides, y compris celles menées par les pays de l’OTAN, et à plus forte raison celles menées par les organisations militaires ukrainiennes pendant la guerre civile russe (l’armée nationaliste de Symon Petlioura) et la deuxième guerre mondiale (l’organisation des nationalistes ukrainiens et l’armée de libération ukrainienne). À moins qu’il n’existe une sorte d’exceptionnalisme ukrainien : toute personne qui tue un Ukrainien serait génocidaire. Quoi qu’il en soit, à force de crier à tort ou à travers au génocide, ce mot finit pas se vider de son sens, même dans les cas où il pourrait être approprié de l’utiliser. Mais je ne veux pas m’attarder à ces accusations qui, somme toute, n’en valent pas la peine. Ce qui m’intéresse dans ce billet, ce sont les déclarations du CUC sur la turbine dont le gouvernement canadien a décidé de réparer, à la demande du gouvernement…

Continuer la lecture

Causes et effets imaginaires en temps de crise

Comme d’autres dissidents, j’ai essayé à plusieurs reprises de montrer les relations entre les politiques de confinement et les sanctions économiques prises contre la Russie, qui sont en fait des sanctions contre nous, étant donné la fermeture forcée de plusieurs secteurs de l’économie, la fermeture ou les difficultés économiques de nombreuses petites et moyennes entreprises, l’inflation, les difficultés d’approvisionnement en nourriture, en engrais et en énergie, ainsi que les pénuries et l’effondrement économique qui en résultent déjà ou qui pourraient bientôt en résulter. Nos gouvernements ne semblent pas se soucier des effets dévastateurs des politiques de confinement ou s’en accommoder assez bien, à un tel point qu’on en vient à se dire qu’ils les désirent, car c’est surtout nous qui en faisons et continuerons d’en faire les frais, et pas nos dirigeants. La même chose peut être dite des sanctions économiques contre la Russie, qui réduisent et continueront de réduire notre niveau de vie, et qui nous entraînent dans une grave crise économique qui nous affectera beaucoup plus que nos dirigeants politiques, qui ont généralement beaucoup plus d’argent que nous, qui pourront utiliser ou détourner les fonds publics pour maintenir leur train de vie, ou qui pourront vivre au crochet…

Continuer la lecture

Survol du naufrage économique occidental

Beaucoup d’entre nous ont de la difficulté à concevoir l’ampleur de la crise économique dans laquelle nous nous trouvons. À moins d’être très âgés, jamais de notre vivant nous n’avons connu une situation économique semblable en Occident. Puis il est certainement plus confortable de faire l’autruche, de nous dire que ça ne va pas si mal et qu’après la pluie vient le beau temps, ou quelque autre fadaise de la même espèce. Quant à nos gouvernements, ils gardent le cap et nous conduisent au naufrage en s’acharnant à poursuivre une guerre économique contre la Russie que nous ne pouvons que perdre et qui est même profitable à la Russie. Cette vidéo d’Alexander Mercouris et d’Alex Christoforou (The Duran) nous fait faire un survol succinct de la situation économique dans plusieurs pays occidentaux ou dont l’économie est intégrée ou liée à l’économie occidentale, de près ou de loin. On peut déjà parler d’hyperinflation au Sri Lanka et en Turquie. Le Japon, même s’il dépend de la Russie pour satisfaire ses besoins énergétiques, a décider de prendre part aux sanctions contre la Russie et pourrait avoir bientôt de la difficulté à s’approvisionner, ce qui entraînerait la fermeture d’usines. Quant à l’Allemagne, ce seraient…

Continuer la lecture

La pandémie sans fin

Ne nous illusionnons pas : le gouvernement fédéral canadien et le gouvernement provincial du Québec n’ont pas l’intention d’en finir de sitôt avec cette histoire de pandémie. Au minimum, ils se gardent la possibilité de nous submerger d’une autre « vague » de mesures soi-disant sanitaires dès l’automne ou l’hiver prochain, dont certains sont toujours en vigueur, alors que d’autres sont simplement suspendues. Voilà qui augure mal. Et nous entendons sensiblement le même son de cloche de l’Organisation mondiale de la santé, qui est en train de fourbir ses armes en préparation un « traité pandémie », en révisant le Règlement sanitaire mondial et en créant une commission permanente de surveillance des événements susceptibles de constituer des menaces pour la santé publique planétaire. Et Emmanuel Macron parle de l’importance de vacciner tout ce qui peut être vacciné. Si on nous laisse respirer cet été, c’est vraisemblablement le calme avant la tempête, surtout au Québec, où des élections auront lieu à l’automne, après lesquels notre premier ministre et ses acolytes, s’ils sont réélus et surtout si leur parti politique dispose de la majorité parlementaire, pourront dire que les Québécois approuvent leur manière autoritaire de gouverner. Voici une liste non exhaustive des facteurs qui appuient ce scénario…

Continuer la lecture

Ampleur de notre dépendance (2)

Étant donné toutes les formes de dépendance (voir le billet précédent) qu’on nous impose et auxquelles nous consentons en temps normal et en temps de crise (réelle ou orchestrée), je ne vois pas pourquoi les choses s’amélioreraient quand la crise économique, alimentaire et énergétique dont nous commençons à sentir les effets s’aggravera, au point que la situation pourrait devenir intenable pour plusieurs d’entre nous. D’un côté, les autorités dont nous dépendons pourraient profiter de l’occasion pour nous rendre encore plus dépendants d’elles et d’autres organisations dont nous sommes aussi dépendants ou pourrions devenir dépendants, sous prétexte de nous venir en aide et de maintenir d’ordre. De l’autre, nous sommes habitués de vivre dans la dépendance et, en temps de crise, nous attendons notre salut d’une forme ou d’une autre de dépendance. Faisons l’hypothèse, dans ce billet, que nous serons bientôt durement touchés par la crise économique, et que même ceux qui sont à l’aise et qui se croient à l’abri auront de la difficulté à payer leurs comptes ou se retrouveront parfois sans emploi et sans revenus réguliers. Seule une petite minorité très riche ne serait pas affectée par la grave dégradation de la situation économique et pourrait peut-être même…

Continuer la lecture

Ampleur de notre dépendance (1)

Nous sommes tellement dépendants, individuellement et collectivement, qu’on dirait que nos sociétés soi-disant démocratiques se sont développées sous le signe de la dépendance. En tant que travailleurs, nous sommes dans la dépendance des employeurs qui nous donnent un salaire en échange de notre travail, sans lequel nous ne pourrions pas « gagner notre vie », et qui en profitent pour exiger de nous toutes sortes d’attitudes et de comportements qui n’ont rien à voir avec ce que nous avons à faire et qui, assez souvent, nuisent à ce que nous avons à faire. En tant que clients, nous sommes dans la dépendance des grandes entreprises qui réussissent à écarter leurs concurrents et à imposer leurs produits et leurs services grâce au lobbyisme, à la soi-disant propriété intellectuelle, aux accords de soi-disant libre-échange, aux campagnes de publicité, à la réduction de leurs coûts par la relocalisation de leurs usines et de leurs services dans des pays où les salaires sont plus bas qu’ici et où les conditions de travail sont plus mauvaises qu’ici. En tant que citoyens ou plutôt électeurs, nous ne disposons d’aucun pouvoir politique direct, et nous dépendons de députés qui eux-mêmes sont dans la dépendance des partis politiques…

Continuer la lecture

History doesn't repeat itself, but it often rhymes

Cette conférence de l’historien Jacques Pauwels, qui a eu lieu il y a déjà plusieurs années, nous montre que les élites politiques et économiques américaines n’en sont pas à leurs premières relations de copinage avec des fascistes. Déjà dans les années 1930, les industriels américains (étroitement liés au gouvernement américain, comme maintenant), dont Henry Ford, ne cachaient pas leur sympathie pour le Troisième Reich et son idéologie, lequel leur permettait d’ailleurs de faire d’excellentes affaires grâce la vente de matériel de guerre, fabriqué à des coûts très faibles étant donné l’abolition des syndicats en Allemagne et les mauvaises conditions de travail que les industriels pouvaient imposer aux ouvriers sous le régime nazi. Encore mieux, le Troisième Reich se proposait de faire la guerre à l’URSS, que les élites politiques et économiques américaines considéraient comme la source des mouvements socialistes et communistes qui existaient à l’époque sur le territoire américain et dans lesquels ils voyaient un péril rouge. Ces industriels étaient donc gagnants sur toute la ligne, et le gouvernement américain voyait sans doute d’un bon œil que les oligarques américains réussissent à s’enrichir grâce à la politique d’armement nazie, surtout pendant la Grande Dépression. Et quand Hitler, après avoir conclu…

Continuer la lecture

Problèmes de surpopulation et de dépopulation

« Les villes continues. 3. Chaque année, dans mes voyages, je fais une halte à Procope et je prends logement dans la même chambre de la même auberge. Depuis la première fois, je m’arrête pour contempler le paysage qu’on voit en écartant les rideaux de la fenêtre : un fossé, un pont, un petit mur, un sorbier, un champ de maïs, un buisson avec des mûres, un poulailler, le dos d’une colline jaune, un nuage blanc, un morceau de ciel bleu, en forme de trapèze. Je suis certain que la première fois, on ne voyait personne ; ce n’est que l’année suivante qu’à un mouvement entre les feuilles, j’ai pu distinguer une face ronde et plate qui grignotait un épi de maïs. Un an après, ils étaient trois sur le petit mur, et à mon retour, j’en vis six, assis en file, les mains sur les genoux, avec quelques sorbes dans une assiette. Chaque année, à peine entré dans la chambre, je relevais le rideau et comptais quelques faces de plus : seize, y compris ceux qui se trouvaient au fond du fossé ; vingt-neuf, dont huit perchés dans le sorbier ; quarante-sept, sans compter ceux du poulailler. Ils se ressemblent, ils ont l’air gentil, ils…

Continuer la lecture

Marche vers le totalitarisme intégral ou vers l’effondrement généralisé ?

Convergence des tendances totalitaires Après que l’OMS a déclaré l’état de « pandémie » au début de l’année 2020, et que nos gouvernements ont emboîté le pas en déclarant l’état d’urgence sanitaire, des tendances totalitaires se sont manifestées au grand jour. Malgré la pause que nous connaissons présentement dans tous les pays occidentaux, nous craignons que ces tendances s’amplifient et se généralisent. Nous ne faisons plus confiance aux autorités politiques et sanitaires qui, grâce à l’imposition de mesures soi-disant sanitaires, à l’implantation de dispositifs de surveillance et de contrôle social et à une vaste campagne de relations publiques, ont réglementé à outrance l’économie et la vie en société, se sont ingérées dans notre vie privée et ont essayé (parfois avec succès) de nous contraindre à recevoir des injections expérimentales dont nous n’avons manifestement pas besoin et dont nous ne voulons pas. Dans le cadre de la mobilisation générale pour faire la guerre au virus, on nous a retiré le droit de disposer librement de nous-mêmes, sous prétexte de protéger la sécurité de la collectivité et celle des autres, et aussi pour notre propre bien, nous a-t-on dit. On a décrété quels secteurs de l’économie devaient rester ouverts ou être fermés. On a…

Continuer la lecture

Un autre point de vue sur la crise alimentaire

En toutes choses, il est important de ne pas nous confiner aux opinions les plus communes. Les causes de la crise alimentaire mondiale dont nous entendons parler de plus en plus ne font pas exception. Nous pouvons nous tromper et être trompés. Et en nous trompant sur les causes de la crise alimentaire, nous nous tromperions aussi sur les solutions. C’est pourquoi il est important de prendre en considération d’autres points de vue, et de ne pas croire que la crise alimentaire est simplement causée par la guerre en Ukraine ou par des machinations de la Russie pour affamer les populations occidentales ou les populations du monde entier en empêchant le blé ukrainien de sortir des ports. Pour ce faire, prenons connaissance de ce qu’en disent les Russes, ou plus particulièrement ce qu’a dit récemment à ce sujet le président de la Fédération de Russie, Vladimir de Poutine. Bien entendu, il ne s’agit de croire sans réfléchir ce que Poutine dit, comme nous avons tendance à croire ce que disent les dirigeants et les « experts » occidentaux. Nous ne serions alors pas plus avancés. Il s’agit au contraire d’essayer de discerner la part de vérité dans ce qu’il dit, et d’en…

Continuer la lecture

Situation agricole dans la région de Kherson et implications mondiales

Presque toutes les vidéos que nous regardons sur l’Ukraine concernent des régions, des villes ou des villages qui ont été durement touchés par les affrontements. Peu importe de quel côté vont nos sympathies, nous avons l’impression que tout le territoire ukrainien, ou à tout le moins le territoire pris à l’Ukraine par l’armée russe ou sur le point de l’être, est un grand champ de ruines. Ce n’est pas le cas. Dans ce reportage de terrain de Patrick Lancaster, nous pouvons voir quelle est la situation des agriculteurs dans la région de Kherson, sous contrôle russe depuis plusieurs semaines. La ferme qu’on nous montre n’a pas été détruite par les affrontements entre l’armée russe et l’armée ukrainienne. Il y a bien quelques chars d’assaut russe qui sont passés. Contrairement à la rumeur qui circulait, les Russes ne prendront pas 70 % des récoltes des agriculteurs. Au contraire, ils leur viennent parfois en aide, par exemple en leur donnant du diesel pour faire fonctionner leurs machines agricoles. Quant au bataillon Azov, il n’était de toute évidence pas présent dans la région, puisque certains des habitants semblent avoir appris son existence assez récemment, ou du moins avoir compris de quoi il s’agissait.

Continuer la lecture

Famine en vue dans plusieurs pays d’Afrique et ailleurs

Les populations des pays occidentaux ne seront certainement pas les seules à être affectées durement par les sanctions économiques contre la Russie que leurs gouvernements s’entêtent à prolonger et, dans certains cas, à étendre, malgré leur inefficacité manifeste. Comme on verra dans la deuxième partie de cette vidéo de Saïd Bouamama (Investig’Action), plusieurs pays d’Afrique sont gravement touchés par l’inflation des denrées alimentaires, de l’engrais et du carburant, et sont au bord de la famine parce qu’ils dépendent massivement de l’importation de nourriture et d’engrais, notamment de la Russie et de l’Ukraine. Même si, à la suite des démarches de la délégation de l’Union africaine, la Russie fait tout ce qu’elle peut pour que les exportations de nourriture, d’engrais et de carburant reprennent vers l’Afrique, le pire ne pourra pas être évité si les pays occidentaux ne lèvent pas rapidement les sanctions économiques contre la Russie, lesquelles pénalisent davantage les pays africains que la Russie. Ainsi faudrait-il que les gouvernements occidentaux excluent les denrées alimentaires et ce qui sert à les produire (comme les engrais) des sanctions. Ça pourrait aussi aider de ne pas compliquer le transport et le paiement des exportations russes, sous prétexte d’essayer d’isoler et de détruire…

Continuer la lecture

Départ du premier navire marchand du port de Marioupol depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine

Le 30 et le 31 mai 2022, Christelle Néant de Donbass Insider (chaîne Odysee) a assisté au chargement du premier navire marchand à quitter le port de Marioupol depuis le début de l’intervention militaire russe en Ukraine. La cargaison de rouleaux de plaques d’acier, commandée à l’usine de l’oligarque ukrainien Rinat Akhmetov avant le début des hostilités, sera livrée en Italie, en passant par Rostov-sur-le-Don, en Russie. Contrairement à ce qu’affirment plusieurs médias de masse et gouvernements occidentaux, l’armée russe ne bloque pas les ports de la mer d’Azov, supposément pour priver le monde de marchandises essentielles et même l’affamer. C’est au contraire elle qui a retiré les mines posées par l’armée ukrainienne dans le port de Marioupol (vraisemblablement pour compliquer les manœuvres de la marine russe et se protéger contre un débarquement naval en même temps que l’armée de terre reprenait la ville en commençant par sa périphérie) et qui escorte les navires qui entrent ou qui sortent du port. « La relance de l’activité du port de Marioupol est importante à la fois pour amener facilement à la ville les matériaux de construction dont elle a besoin pour se reconstruire, mais aussi pour envoyer les marchandises qui y…

Continuer la lecture

Monopole gouvernemental de la destruction économique

Pendant deux années, le gouvernement fédéral canadien, les gouvernements provinciaux et aussi les autres gouvernements occidentaux ont imposé toutes sortes de mesures soi-disant sanitaires qui ont eu des effets désastreux sur l’économie. Le secteur de la restauration a été particulièrement touché. Les restaurateurs ont vu leurs profits diminuer considérablement, ont dû contracter des dettes et ont parfois fermé leurs portes, puisque leurs clients étaient confinés ou découragés de se rendre dans les restaurants les discours alarmistes du gouvernement et des médias, puisque les salles à manger ont été fermées ou n’ont pu rester ouvertes qu’à capacité réduite, puisque les employés ont décidé de quitter des emplois ne pouvant leur procurer une certaine sécurité économique, puisque des pertes importantes en denrées ont été provoquées par les confinements. Et c’est sans parler des passeports vaccinaux, qui ont empêché les personnes non vaccinées de manger au restaurant et qui ont dissuadé plusieurs personnes vaccinées de le faire, trouvant excessif et absurde d’avoir à confirmer leur statut vaccinal et à s’identifier. Pour les petits commerces non essentiels ne pratiquant pas le commerce en ligne ou ne pouvant pas faire concurrence aux grandes plate-formes de commerce en ligne, les deux dernières années ont été difficiles.

Continuer la lecture

Conjectures sur la variole du singe

Nous avons l’impression de voir se répéter ce qui s’est produit à la toute fin de l’année 2019 et au début de l’année 2020, en remplaçant seulement le rhume de la chauve-souris et du pangolin par la variole du singe. Mais ça semble aller plus vite, étant donné qu’on applique la même recette et qu’on met à profit ce qui a été mis en place depuis deux ans. L’Organisation mondiale de la santé a déjà convoqué une réunion d’urgence et la Santé publique du Canada envisagerait déjà de vacciner la population du Québec, où quelques cas auraient été confirmés et où d’autres cas suspects seraient sous investigation. Pour l’instant, nous ne savons pas exactement à quoi nous en tenir. On nous tient ce même discours : la variole du singe se transmettrait seulement ou surtout aux personnes qui ont des contacts étroits avec des animaux ou des personnes infectés, mais on nous dit aussi qu’il est très inquiétant que des cas apparaissent en même temps dans des pays où la maladie n’est pourtant pas endémique (en Europe, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande), certains « experts » et certains journalistes s’aventurant à parler d’une possible mutation du virus à l’origine…

Continuer la lecture

Instrumentalisation, expansion et intensification de la santé et de la sécurité au travail

Il y a une époque, pas si lointaine, où les employeurs ne se souciaient aucunement de la santé et de la sécurité de leurs employés. Qu’avaient à faire les entreprises minières des mineurs qu’elles exploitaient ! Ces travailleurs pouvaient être blessés, devenir invalides ou mourir à la suite de l’effondrement d’une galerie sans que la haute direction ne s’en formalise et ne prenne des mesures pour éviter que ça ne se reproduise. Même chose pour les coups de grisou et le poumon noir du mineur. Même chose pour l’usure prématurée du corps. La main-d’œuvre était bon marché et facile à remplacer. Et on peut en dire autant des ouvriers qui se blessaient parfois grièvement à cause de machines dangereuses, et qui étaient pratiquement devenus des vieillards à 40 ans, voire avant, parce qu’ils avaient commencé à travailler à 8 ou à 10 ans, 16 heures par jour et 6 jours par semaine. Et c’est sans parler des incendies, des explosions et de l’effondrement des bâtiments où les ouvriers travaillaient. Tout ça pour un salaire de misère, aussi bien pour les mineurs que pour les ouvriers. À peine de quoi louer un petit logement mal chauffé et insalubre et nourrir la famille nombreuse avec laquelle ils…

Continuer la lecture

La COVID pour les poulets

Depuis plusieurs jours, nous entendons parler de plus en plus souvent de la grippe aviaire. Au Canada, on a annoncé cette semaine que quelques bernaches – on leur fait passer des tests de dépistage – seraient atteintes de ce nouveau fléau. Et maintenant on nous dit qu’au Canada, qu’aux États-Unis, qu’en Amérique du Sud, qu’en Europe et qu’en Asie, on tue préventivement des poulets par millions pour protéger les poulets de la grippe aviaire. Partout dans le monde, les administrations gouvernementales disent surveiller attentivement la situation, ce qui rappelle la manière dont on a commencé, en décembre 2019 et en janvier 2020, à préparer le terrain pour l’arrivée du virus et le grand confinement printanier. Se pourrait-il qu’on soit en train d’orchestrer une nouvelle « pandémie », laquelle viserait cette fois-ci les poulets, même s’il ne faut pas exclure un saut inter-espèce vers l’être humain ? On dira que c’est tirer par les cheveux et que c’est même du délire. Mais avant d’écarter cette idée en se frappant le front de l’index, considérons les choses suivantes. Selon le OffGuardian, on utiliserait des tests PCR pour détecter le virus de la grippe aviaire chez la volaille. Se pourrait-il qu’on produise artificiellement une « pandémie » de…

Continuer la lecture

La Russie est-elle la véritable cible des sanctions économiques occidentales ?

Depuis l’arrivée du virus, notre cher gouvernement québécois a pris toutes sortes de mesures dites sanitaires dont on nous a dit et continue de nous dire qu’elles sont très efficaces : distanciation sociale, fermeture de plusieurs secteurs de l’économie, port obligatoire du masque, couvre-feu, injections expérimentales, passeport vaccinal, amendes, surveillance par hélicoptère et par drone, etc. Plus de deux ans après l’imposition continue ou saisonnière de ces mesures, les mêmes autorités politiques, experts politiques et journalistes nous annoncent que la sixième vague commence, que le nombre de personnes infectées augmente dangereusement, que les hôpitaux continuent de se remplir (sans avoir eu le temps de se vider après la cinquième vague), et que beaucoup de professionnels de la santé sont en isolement forcé après avoir contracté le virus, et ce, sans même douter de l’efficacité des fameuses mesures. Il est donc justifié de nous poser des questions. Tout ce beau monde est-il assez bête pour avoir recours à répétition aux mêmes moyens pour sortir ou contrôler la « pandémie », alors qu’il prétend lui-même qu’elle se poursuit pour continuer à avoir recours à ces moyens ? Ou bien s’entête-t-il dans la même direction tout simplement pour ne avoir à reconnaître qu’il…

Continuer la lecture

Poutine et la Russie sont-ils vraiment isolés ?

Les analyses de François Asselineau, chef de l’Union Populaire Républicaine, sur le conflit militaire qui oppose actuellement la Russie et l’Ukraine sont certainement plus intelligentes et plus réalistes que les propos rudimentaires que tiennent à ce sujet Macron, Trudeau et Biden, pour ne nommer qu’eux. Alors que tout ce beau monde, appuyé d’une armée de journalistes, aimerait nous faire croire que Poutine et la Russie sont isolés et que la communauté internationale, à part quelques parias, prend fermement position contre le Russie, la réalité que nous montre Asselineau est tout autre. Même si beaucoup de pays ont voté, à l’assemblée générale de l’ONU, pour la proposition qui condamne l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ceux qui sont prêts à prendre des sanctions économiques contre la Russie sont déjà moins nombreux, comme le montre cette carte. Voilà qui montre que l’influence et la puissance des États-Unis ne sont plus ce qu’elles étaient. Il reste presque seulement les pays de l’Union Européenne, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, en plus de quelques pays d’Amérique du Sud. Tous ces pays auraient intérêt à prendre leurs distance vis-à-vis des États-Unis, et à ne pas seconder les sanctions des États-Unis contre la Russie. Si le Mexique…

Continuer la lecture

Automatisation du passeport vaccinal et carcéralisation de la société

L’un des facteurs qui a probablement entravé l’implantation du passeport vaccinale dans les commerces et les lieux publics, c’est le fait que des employés doivent surveiller les entrées et vérifier le statut vaccinal et l’identité des personnes. Non seulement ça entraîne parfois des files d’attente, mais il faut payer des employés pour exécuter cette tâche supplémentaire qui n’est pas rentable pour les propriétaires des commerces et les administrateurs des autres lieux publics. Puis ces employés doivent « gérer » les mécontents qui en ont assez d’attendre à l’extérieur ou qui ne sont pas vaccinés. Si bien que le gouvernement du Québec, après avoir décrété l’utilisation du passeport vaccinal dans tous les lieux de réjouissance, de divertissement et de culture dès septembre 2021, l’a seulement étendue à la Société des alcools du Québec et à la Société québécoise du cannabis, et ensuite aux commerces à grande surface en janvier 2022, ce qui a donné lieu à des protestations de la part de ces commerçants, lesquels ont malgré tout généralement suivi les ordres qui leur ont été donnés par le gouvernement. Enfin le gouvernement a annoncé en février la suspension du passeport vaccinal à la mi-mars, probablement pour éviter que ne prennent de l’ampleur…

Continuer la lecture

La guerre comme deuxième phase de la grande réinitialisation

Dans un article publié dans The Acorn, le bulletin de Winter Oak, présente la guerre comme un autre moyen de réaliser la grande réinitialisation (The Great Reset en anglais) dont le Forum économique mondial fait la promotion à l’échelle mondiale. Ainsi le passage rapide dans la propagande politico-médiatique de la soi-disant pandémie à guerre entre la Russie et l’Ukraine, ne devrait pas être compris comme une rupture, mais comme la continuité d’un même processus de destruction du monde dans lequel nous avions vécu jusque-là, afin de reconstruire un monde supposément meilleur. En effet, cette guerre serait l’occasion de poursuivre et d’étendre les transformations sociales, politiques et économiques déjà commencées avec la soi-disant pandémie ; ce qui ne veut pas dire qu’on en aurait fini avec cette dernière, et qu’elle ne pourrait pas être utilisée simultanément avec la guerre, et aussi avec la lutte contre les changements climatiques, pour dégrader nos conditions d’existence et accroître notre servitude. Voici l’introduction de cet article : « Welcome to the second phase of the Great Reset: war. While the pandemic acclimatised the world to lockdowns, normalised the acceptance of experimental medications, precipitated the greatest transfer of wealth to corporations by decimating SMEs and adjusted…

Continuer la lecture

Une hausse des maladies cardiaques qui n’aurait rien à voir avec les injections expérimentales

Ça commence à sentir le roussi pour les autorités sanitaires et les sociétés pharmaceutiques, notamment à cause d’une hausse significative des maladies cardiaques chez des personnes jusque-là en bonne santé. Et avec l’injection des doses de rappel à une partie importante de la population cet hiver, l’année 2022 ne s’annonce guère mieux. Mais ne sous-estimons pas ces bienfaiteurs de l’humanité : ils ne sont certainement pas à bout d’artifices pour ne pas avoir à assumer les conséquences de leurs actes. C’est pourquoi nous voyons se multiplier les efforts pour attribuer cette hausse à toutes sortes de causes. Un article du OffGuardian, Another predicted spike in heart attacks (but it’s still nothing to do with the vaccines), rapporte les causes évoquées pour expliquer cette hausse attendue des maladies cardiaques : le trouble de stress post-pandémique (un proche cousin ou une sous-catégorie du trouble de stress post-traumatique) ; le sous-diagnostic de la sténose aortique (rétrécissement de la valve aortique) ; le froid et le stress auxquels nous serions exposés en raison de la hausse des coûts énergétiques ; les cas légers de COVID qui augmenteraient les risques d’infarctus du myocarde ; le fait d’avoir raté des consultations et des examens en cardiologie qui…

Continuer la lecture

L’Ukraine sous contrôle de l’OTAN

Interviewée par FranceSoir, Karine Béchet-Golovko (docteur en droit public et professeur invité à l’Université d’État de Moscou) adopte un point de vue en rupture avec ce que nous disent les gouvernements et les médias occidentaux. Selon elle, il n’est pas d’une guerre de la Russie contre l’Ukraine, qu’il s’agirait de détruire en bombardant les villes, avec les civils toujours sur place. Il s’agit plutôt de libérer l’Ukraine qui est occupée par l’OTAN, ou sous contrôle de l’OTAN. Si bien que la souveraineté nationale de l’Ukraine, au nom de laquelle on condamne l’invasion de l’armée russe, ne serait qu’une illusion. Ce qui s’affronte dans ce conflit, c’est une conception du monde unipolaire atlantiste et une conception du monde multipolaire. Si la Russie échouait en Ukraine, et si États-Unis et ses vassaux réussissaient à la déstabiliser et à l’affaiblir considérablement à force de sanctions, la puissance des États-Unis ne serait plus contre-balancée par celle de la Russie. Les pays européens seraient encore plus sous le joug des États-Unis et ce qui leur reste de souveraineté aurait vite faire de disparaître. Ne parlons même pas du Canada, qui est depuis longtemps une colonie américaine. Les gouvernements occidentaux, s’ils se souciaient autant de la…

Continuer la lecture

Renversements sur l’ingérence étrangère (2)

Suite du billet du 2 mars 2022 Nos gouvernements ont pris l’habitude, surtout depuis l’arrivée du virus et la déclaration de l’état d’urgence sanitaire, de considérer que la prise des décisions politiques est leur affaire. C’est à eux – qu’ils soient des ministres élus ou des bureaucrates non élus – de décider quels secteurs de l’économie doivent fermer leurs portes, dans quelles circonstances nous devons porter un masque, combien de personnes nous pouvons rencontrer, à quelle heure nous devons être rentrés à la maison et combien de doses de vaccin il nous faut pour avoir accès à tel lieu public ou participer à telle activité sociale ou sportive. Dans la perspective de nos gouvernements, notre santé est une priorité absolue. Elle est la valeur suprême qui doit guider et justifier l’exercice du pouvoir politique et bureaucratique. La santé étant devenue une affaire publique, l’extension du pouvoir politique devient illimitée et l’autorité des gouvernements ne connaît plus de bornes. Tout ce que font les citoyens relève donc du pouvoir des gouvernements. Même ce que les citoyens ont le droit de faire à tel moment peut être interdit du jour au lendemain par les gouvernements, et est seulement permis parce que les…

Continuer la lecture

Bulletin N°70 de Stratpol. Libération de l’Ukraine

Xavier Moreau (chaîne Odysee) est un ancien militaire français diplômé en histoire des relations internationales et établi à Moscou depuis plusieurs années. Ces analyses portent surtout sur la politique intérieure russe et les relations de la Russie avec les pays occidentaux. Il a déjà fait quelques vidéos sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et c’est le dernier que je vous présente ici (5 mars 2022). Par opposition à ce que fait Christelle Néant pour Donbass Insider, qui dispose surtout d’informations de terrain, Xavier Moreau se place à un niveau stratégique plus général, en adoptant à la fois un point de vue militaire, diplomatique et économique. Ces analyses portent ici sur l’évolution de la situation militaire en Ukraine, sur les exigences de la Russie et sur les sanctions prises contre la Russie, inefficaces et parfois profitables pour la Russie, alors qu’elles sont nuisibles pour les pays européens.

Continuer la lecture

Nouvelles attaques contre nos libertés, les démocraties occidentales et notre économie

Mise en contexte De la même manière qu’ils ont fait de la surenchère quant aux restrictions imposées aux populations occidentales sous prétexte de guerre contre le virus, les gouvernements occidentaux prennent toutes sortes de mesures contre la Russie. Dans les deux cas, les mesures prises ont et continueront d’avoir de graves conséquences sur nos libertés, sur notre démocratie et sur notre économie. Comme avec l’urgence sanitaire, on nous dit que ce sont des maux que nous devons supporter avec patience et même enthousiasme, en exprimant notre solidarité pour les Ukrainiens et notre indignation pour les atrocités que commettrait l’envahisseur russe. C’est que les maux qui résulteraient de la prise de contrôle de l’Ukraine par les méchants russes seraient tellement catastrophiques – comme ceux qui auraient inévitablement résulté de la propagation du virus diabolique si on ne nous avait pas enfermés à domicile à répétition, si on n’avait pas mis l’économie sur pause à quelques reprises et si on ne nous avait pas presque tous inoculés deux ou trois fois –, que les maux qu’on nous demande de supporter devraient être nécessairement considérés comme insignifiants en comparaison. Les résultats qu’on cherche à obtenir grâce à toutes ces sanctions et à tous…

Continuer la lecture

Renversements sur l’ingérence étrangère (1)

Le cas du Freedom Convoy Peu de temps après la formation du mouvement d’opposition des camionneurs canadiens, on a essayé d’expliquer son existence par de l’ingérence étrangère. Comme si la gestion de la crise dite sanitaire de nos gouvernements étaient à ce point cohérente, raisonnable, efficace et bénéfique pour les Canadiens, qu’il était impossible qu’ils en viennent à protester vivement et à refuser d’obéir au gouvernement sans une intervention extérieure ! Une journaliste de la CBC a d’abord essayé de dire que c’était peut-être la faute de la Russie, qui fomentait des troubles pour déstabiliser le Canada et se venger de son soutien à l’Ukraine. Mais cela n’a pas pris, donc il a plutôt fallu dire que ce sont des organisations et des individus américains d’extrême-droite qui ont financé le Freedom Convoy, lesquels auraient essayé de déstabiliser le gouvernement canadien, comme ils auraient essayé d’empêcher l’investiture du président Biden en organisant l’« insurrection » du 6 janvier 2021. Même si on parle dans les deux cas d’ingérence étrangère, il s’agit de choses assez différentes. Dans le cas de la Russie, il s’agit de l’ingérence d’une agence gouvernementale d’un autre pays, ce qui correspond à ce que nous entendons normalement par ce terme. Mais…

Continuer la lecture

Appel à la réconciliation, propagande de guerre, diversion et répression

Depuis deux semaines, nous en avons vu de toutes les couleurs. Non seulement le gouvernement fédéral a invoqué la Loi sur les mesures d’urgence, a insisté pour faire approuver ces mesures par la Chambre des communes, et les a annulées deux jours plus tard, mais des gouvernements provinciaux et des journalistes se sont aussi opposés à ces mesures et ont adressé un appel à la réconciliation de la population canadienne qui n’aurait jamais été aussi divisée, alors que ce sont précisément eux qui ont travaillé à nous diviser en bons citoyens et en récalcitrants, et en vaccinés et en non vaccinés ou antivax depuis deux ans. Et voilà maintenant que tout bascule : les journalistes et le gouvernement parlent surtout de l’intervention militaire russe en Ukraine, la COVID étant reléguée au deuxième plan. Et quand on en parle, c’est pour dire qu’on assouplit peu à peu les mesures, et pour préparer la fin de l’état de l’urgence sanitaire prévue pour bientôt, même si le gouvernement du Québec entend se garder la possibilité d’avoir recours à des mesures d’exception sans avoir à déclarer à nouveau l’état d’urgence sanitaire. Tout a changé tellement rapidement que nous devrions nous méfier. J’ai pour ma part…

Continuer la lecture

Usage interne de la politique étrangère canadienne vis-à-vis de la Russie

Pour bien comprendre les raisons qui motivent les actions militaires de la Russie contre l’Ukraine, il faudrait au moins remonter jusqu’en 2013, pour suivre les étapes de la révolution ukrainienne et de la guerre civile qu’elle a provoquée, c’est-à-dire : quand les manifestations ont commencé à Kiev à la suite du refus du président Ianoukovytch de signer un accord d’échange économique désavantageux avec l’Union européenne (auquel il a préféré un accord avec la Russie) avec l’occupation de la place Maïdan par des émeutiers où étaient fortement représentés des groupes ultranationalistes ou néo-nazis (rien à voir avec nos gentils camionneurs canadiens, dont on aimerait nous faire croire qu’ils sont des extrémistes) et qui ont été impliqués dans de violents affrontements avec les berkouts, ce qui n’a pas empêché les pays occidentaux (dont le Canada) d’exprimer leur soutien aux émeutiers et de condamner la violence des autorités ukrainienne de l’époque ; quand le président Ianoukovytch a été destitué et a fui en Russie et quand un gouvernement par intérim plus favorable aux intérêts des pays occidentaux et de l’OTAN a été mis en place (février 2014) ; quand la Rada (le parlement ukrainien) a décidé de retirer au russe son statut de langue officielle,…

Continuer la lecture

Analyse de l’allocution de la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada sur les nouvelles mesures d’urgence

Après que Justin Trudeau a invoqué la Loi sur les mesures d’urgences, Chrystia Freeland, la vice-première ministre et ministre des Finances, nous a expliqué sur le champ ce que le gouvernement entend faire de ces mesures, du moins pour l’instant. On aurait pu s’attendre à ce que ce soit le ministre de la Sécurité publique ou de la Justice qui prenne la parole. Mais puisqu’il s’agit d’attaquer financièrement, sans autre forme de procès, les camionneurs qui font partie du Freedom Convoy, les manifestants et peut-être même ceux qui les soutiennent financièrement, il est approprié que ce soit la ministre des Finances qui intervienne. Car ce dont il s’agit, c’est d’infliger des sanctions économiques à des citoyens canadiens. La politique étrangère de Chrystia Freeland, qui visait par exemple des oligarques russes, a été transplantée dans le domaine de la politique intérieure. Je commente dans le détail l’allocution de Freeland, dont l’attitude politique n’est malheureusement pas compatible avec son nom. « À travers le monde, les démocraties libérales sont confrontées à des menaces sérieuses et répétées. Nous avons peut-être pensé – et peut-être même espéré – que le Canada serait épargné. Depuis deux semaines et demi, nous avons réalisé que ce n’est pas…

Continuer la lecture

Le pire des deux mondes

L’état de nature Imaginons une situation dans laquelle l’ordre social et politique tel que nous le connaissons n’existe pas. Il n’y a pas de gouvernement. Il n’y a pas de lois. Et par conséquent il n’y a pas de policiers ni de tribunaux pour les appliquer. Chacun d’entre nous dispose alors de la plus entière liberté, au sens où il peut faire tout ce qu’il désire. Il peut s’approprier n’importe quel champ et commencer à le cultiver. Il peut s’approprier n’importe quelle forêt et commencer à en abattre les arbres. Il peut construire sa maison à n’importe quel endroit. Il peut aussi prendre par la force ou la ruse les fruits et les légumes que les autres ont cultivés, le bois qu’ils ont coupé et même les chasser de la maison qu’ils ont construite, en les tuant si c’est nécessaire. Et tous les autres peuvent en faire autant. Puisqu’il n’y a pas de lois, il n’y a pas de propriété, de vols et de crimes. Ce qui veut dire que ce que chacun peut faire est, de fait, limité seulement par ce que les autres peuvent aussi faire. Nous pourrions donc dire que la liberté des uns s’arrêtent où celles…

Continuer la lecture

Questions adressées aux hésitants

En raison de la campagne gouvernementale et médiatique dont sont la cible les convois pour la liberté, les camionneurs et tous les Canadiens et les Québécois qui les soutiennent, il se peut que certains de nos concitoyens, qui ont au minimum des réserves quant à la manière autoritaire dont les gouvernements provinciaux et fédéral exercent le pouvoir et aux restrictions qu’ils nous imposent depuis presque deux ans sous prétexte de nous protéger, hésitent à soutenir ce mouvement. Ils n’aimeraient pas à s’associer à des personnes dont on dit qu’elles seraient des extrémistes racistes, misogynes, homophobes et transphobes, et qu’elles seraient dangereuses pour les résidents d’Ottawa. Je réponds à ceux de mes concitoyens qui préfèrent garder leurs distances à l’égard des convois pour la liberté qu’ils ont raison de ne pas vouloir se rallier inconsidérément à ce mouvement. Ce n’est d’ailleurs pas ce que j’attends d’eux. Et je suppose que ce n’est pas ce qu’attendent d’eux les organisateurs de ce mouvement. Effectivement, si on vous demandait de vous joindre sans réflexion à ce mouvement, tout simplement parce qu’il le faudrait, vous auriez raison de vous méfier de ce mouvement, qui serait assurément dogmatique. En fait, c’est plutôt nos gouvernements qui exigent…

Continuer la lecture

Opportunités ratées pour les restaurants du centre-ville d’Ottawa

Les journalistes des médias de masse reprochent aux camionneurs et aux manifestants qui sont arrivés au centre-ville depuis presque deux semaines de faire la vie dure aux commerçants, et surtout au secteur de la restauration, qui est presque toujours le premier à être ciblé par les mesures dites sanitaires du gouvernement. Déjà mal en point en raison des confinements répétés, les manifestants les auraient obligés à fermer leurs portes alors que les affaires commençaient à peine à reprendre. Méchants manifestants ! Pauvre restaurateurs ! Mais quand on se donne la peine d’y penser et quand on sait ce qui se passe vraiment dans les rues d’Ottawa, les restaurateurs ne peuvent s'en prendre qu’à eux-mêmes. Cet afflux de personnes dans leur ville aurait pu être une occasion de faire d'excellentes affaires, surtout avec des commandes pour emporter, puisqu’on interdit aux personnes non vaccinées de manger sur place, et que les manifestants vaccinés ne sont guère disposés à présenter une de vaccination pour manger au restaurant. Si les restaurateurs ont pu d’abord avoir peur des manifestants, il serait plus que temps qu’ils ouvrent les yeux et qu’ils regardent autour d’eux, au lieu de croire tout ce que le gouvernement et ses propagandistes…

Continuer la lecture

Mieux vaut tard que jamais

Après avoir condamné comme il se doit les groupes extrémistes et avoir demandé aux manifestants installés au centre-ville d’Ottawa de se relocaliser, tout en leur reconnaissant le droit de manifester, Joël Lightbound, député libéral de la circonscription de Louis-Hébert (située à Québec) à la Chambre des communes, m’a surpris en prenant publiquement ses distances vis-à-vis de la « gestion de la crise sanitaire » du gouvernement fédéral et du gouvernement provincial, et en formulant même des critiques sur les politiques de confinement, l’obligation vaccinale, le passeport vaccinal, la pérennisation des mesures sanitaires, la conception bornée de la santé au nom de laquelle on nous impose toutes ces mesures, le manque de transparence des autorités politiques et sanitaires, la discrimination à l’égard des non-vaccinés et les propos haineux et absurdes dont ont été gratuitement la cible les participants au Convoi de la liberté. Version intégrale : https://youtu.be/5rDKBhw6ZRo Je vous suggère d’écrire à M. Lightbound (Joel.Lightbound@parl.gc.ca) pour lui signifier votre soutien, l’inciter à faire des interventions allant dans le même sens à la Chambre des communes (si ce n’est pas déjà fait) et à exhorter à en faire autant les autres députés libéraux qui, d’après ce qu’il dit, ont des opinions semblables…

Continuer la lecture

Entretien avec Denis Rancourt sur la dégradation du système d’éducation, sur l’endoctrinement des professionnels et sur la corruption des médecins et des scientifiques

Voici un entretien réalisé par Red Star Radio où Denis Rancourt expose, entre autres, ses idées sur le rôle important joué dans la crise actuelle par les transformations du système d’éducation depuis quelques décennies, sur l’endoctrinement des professionnels (les travailleurs qui ont un diplôme universitaire) et des intellectuels, sur la formation des médecins, sur la pratique de la médecine et sur le financement de la recherche.

Continuer la lecture

Considérations stratégiques sur la vaccination obligatoire des camionneurs en provenance des États-Unis

Depuis quelques jours, les camionneurs en provenance des États-Unis doivent être « doublement vaccinés » pour éviter d’avoir à passer un test de dépistage et de se soumettre à une période d’isolement préventif quand ils sont Canadiens (ce qui, de fait, les empêche de faire leur travail), ou pour éviter d’être refoulés à la frontière quand ils sont Américains (voir le communiqué de presse de l’Agence de santé publique du Canada). Jusqu’à maintenant, les camionneurs bénéficiaient d’exemptions pour ne pas affecter l’approvisionnement en marchandises américaines, notamment en denrées alimentaires. On peut se demander quelle mouche a piqué le gouvernement canadien, alors que nous sommes au milieu de l’hiver et dépendons encore plus des importations américaines pour nous nourrir, alors que les camionneurs, par la nature même de leur travail, entrent en contact avec très peu de personnes. Certes, le gouvernement fédéral dit vouloir protéger la santé de la population canadienne en empêchant les camionneurs non vaccinés de traverser librement la frontière au Canada. Mais cela suppose une conception très étriquée de la santé, laquelle ne se réduit certainement pas à empêcher la propagation du virus. C’est une évidence : une bonne alimentation à des coûts abordables est un des facteurs importants de la…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (7)

Je ne ferai pas ici l’analyse des autres changements de valeur annoncés par les rédacteurs du rapport L’avenir de la valeur publié par le think tank fédéral Horizons de politiques Canada. Il resterait encore sept activités à analyser et j’en aurais encore pour deux ou trois semaines à écrire à ce sujet. Il me semble que nous pouvons déjà avoir une idée assez précise de ce qui nous attend si les changements prédits quant aux activités déjà analysées venaient à se produire. J’ai d’ailleurs choisi les activités qui nous concernent plus spécifiquement, en tant qu’êtres humains et citoyens, et aussi en tant qu’intellectuels ou artistes. Voici les grandes lignes de ce qui apparaît à l’horizon, avec quelques contre-propositions. Appauvrissement généralisé Compte tenu du développement de la robotique et de l’intelligence artificielle, les robots et l’intelligence artificielle pourraient accomplir beaucoup de tâches physiques ou intellectuelles pour lesquelles nous sommes rémunérées. Et quand le travail humain serait encore requis, il nécessiterait moins d’expertise, celle-ci pouvant – selon les auteurs du rapport – être possédée par l’intelligence artificielle, être mis en ligne grâce à des cours sur demande ou à des enregistrements. Il en résulterait que le travail humain perdrait généralement en valeur,…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (2)

Je continue ici l’analyse débutée dans le billet du 29 octobre 2021 sur le rapport intitulé L’avenir de la valeur de l’organisme fédéral Horizons de politiques Canada, lequel on peut qualifier de think tank. Après avoir défini de ce qu’ils entendent par valeur (le montant d’argent reçu pour la vente d’un bien ou d’un service dans une économie de marché) et insisté sur le rythme de ces changements de valeur, les auteurs du rapport énumèrent les dix technologies qui selon eux sont à l’origine de ces profonds changements (p. 13) : l’internet des objets ; l’intelligence artificielle et les logiciels d’automatisation ; la robotique ; la téléprésence ; la réalité virtuelle et augmentés ; les technologies de production décentralisée (l’impression 3D par exemple) ; les technologies bionumériques ; les matériaux avancés ; les chaînes de blocs ; la connectivité à haut débit. Sans nier l’importance des changements économiques que pourraient rendre possibles ces technologies, je rappelle qu’elles peuvent être utilisées de différentes manières pour atteindre des objectifs différents et parfois même radicalement opposés. Dans le même esprit, le fait d’accorder de l’importance à ces technologies et de financer des recherches qui portent sur elles peut s’expliquer par des projets économiques, sociaux et politiques de plus ou moins grande envergure, dont…

Continuer la lecture

Horizons de politiques Canada – L’avenir de la valeur (1)

J’analyserai ici un document publié par Horizons de Politiques Canada, ce drôle d’organisme de prospective (de futurologie, si on préfère) financé par le gouvernement du Canada, dont j’ai déjà parlé dans un billet publié il y a quelques mois, et qui est particulièrement actif depuis l’arrivée du virus. On a même l’impression que les « experts » en prospective (fait-il plus sens de parler d’une expertise en prospective que d’une expertise en rétrospective ?) profitent de la crise actuelle pour faire faire du chemin à certaines de leurs idées sur l’avenir de notre société. Il est vrai que ce rapport, intitulé L’avenir de la valeur et publié en août 2021, n’exprime pas une position officielle du gouvernement fédéral, comme le dit l’avertissement qui se trouve au tout début : « Horizons de politiques Canada (Horizons de politiques) est une organisation de prospective stratégique au sein du gouvernement du Canada, dont le mandat est d’aider le gouvernement à développer des politiques et des programmes fiables et résilients face aux changements envisageables à l’avenir. Le contenu de ce document ne représente pas nécessairement les idées du gouvernement du Canada ni des ministères ou des organismes participants. » Mais il est raisonnable de penser que les rapports publiés par…

Continuer la lecture

Sanctions économiques « auto-imposées » et guerre humanitaire contre le Virus

C’est du jamais vu : voilà plus d’un an que les gouvernements de presque tous les pays occidentaux adoptent des mesures qui détruisent leur économie, qui appauvrissent la population et lui rendent la vie invivable, et qui ébranlent toutes ses institutions. Et nous voilà repartis, presque partout, non pas tant pour la troisième vague de la « pandémie », que pour le troisième accès d’automutilation collective de l’Occident unanimement piloté pour nos dirigeants. Et qui sait quand viendra la prochaine trêve, et combien de semaines ou de jours elle durera ? Et qui sait si la situation ne pourrait pas bientôt culminer par une sorte de suicide de l’Occident tel que nous le connaissons ? Et qui sait quelle vie il pourrait y avoir après cette mort ? Cependant je ne crois pas à la génération spontanée, pas même à celle des événements étonnants que nous sommes en train de vivre. Ne nous laissons pas paralyser par l’étonnement et efforçons-nous de comprendre la genèse de ces événements, ou du moins une partie de cette genèse. Car des événements d’une telle ampleur sont nécessairement multifactoriels. Les gouvernements occidentaux ont souvent recours, sous des prétextes faussement humanitaires ou démocratiques, à des sanctions économiques pour déstabiliser, affaiblir, mettre au…

Continuer la lecture

Nous sommes tous vulnérables

Les autorités politiques et sanitaires, et aussi les médias, nous répètent ad nauseam que nous, qui sommes bien portants, jeunes ou un peu moins jeunes, devons penser à nos aînés ainsi qu’aux autres personnes vulnérables, et appliquer rigoureusement les mesures en vigueur pour ralentir la propagation du Virus et protéger la santé des plus vulnérables. Et les mêmes autorités enchaînent, après une courte pause : « Mais même si vous êtes jeunes et en santé, vous êtes vous aussi vulnérables. Vous pouvez attraper le Virus, avoir des symptômes, être malades, vous retrouver à l’hôpital, peut-être aux soins intensifs, et même mourir. Vous avez tort de vous penser invulnérables, de vous croire invincibles. Vous êtes tous et nous sommes tous vulnérables. » Sans doute a-t-on raison de ne pas vouloir insister seulement sur la vulnérabilité des personnes âgées. Sans doute a-t-on raison de dire que nous sommes tous vulnérables, même les plus jeunes et les plus en santé d’entre nous. Mais sans doute a-t-on tort de parler surtout de la vulnérabilité au Virus, alors qu’il y a tant d’autres maladies qui non seulement continuent à faire des ravages depuis l’apparition du Virus, mais qui en font de plus bel parce que nos forces sont…

Continuer la lecture